Un Empire-Fiction basé sur une fiction- système

Le système capitaliste n’a pas de bord.

C’est une machine autophage qui se nourrit même de sa fiente. Il n’y a pas de déchet. Il se nourrit du mensonge, il se nourrit de la vérité. Il se nourrit de la vie, il se nourrit de la mort. Il se nourrit de la haine, il se nourrit de l’amour….
Il est intéressant de noter comment la fiction devient une véritable matière première dans le bloc où le soleil se meurt. Est-ce le nouvel or noir mais qui existe pourtant depuis que les hommes existent mais qui aujourd’hui peut être mis à profit pour créer et fournir du travail à toute une classe d’universitaires (bac +5, bac +8) et de gens de la culture, d’intellectuels ? Car il faut bien constater que la fiction : la Russie a influencé les élections dans l’Empire (autres fictions : Skripal, la Goutha, Alep, les ADM de Sadam Hussein…), il faut bien constater que depuis plus d’un an cette matière première est travaillée par des dizaines de personnes. Beaucoup de temps a été consacré à mener des recherches, produire des rapports, écrire des articles, les publier, les lire, les discuter…
Beaucoup d’argent et d’énergie sont et on été investis dans le travail de cette matière première afin de la faire changer de niveau : passer du niveau d’énergie mensonge au niveau d’énergie vérité. Mais malgré l’implication de l’élite la mieux formée de la Nation on a toujours pas trouvé la bonne formule pour la faire passer d’un niveau à l’autre. Ce qui signifie, entre autres, que d’un point de vue sociétal, cette fiction est une bonne fiction car elle permet à l’argent de circuler, aux intellectuels d’avoir un pécule et de la reconnaissance, bref d’exister.
C’est une belle et bonne fiction car elle est vraisemblable et résistante. Il existe donc des bonnes et des mauvaises fictions. L’affaire Skripal, les ADM de Sadam peuvent être qualifiées de fictions moins bonnes par rapport à la fiction la Russie à influencer les élections. Pourquoi ? Dans le cas de Skripal et des ADM si on ne peut pas trouver les traces, les preuves matérielles, la fiction passera pour ce qu’elle est : un mensonge et la poursuite des prétendus responsables, s’ils n’ont pas été punis ou exécutés avant toute administration de la preuve, s’estompera d’elle même. On arrêtera d’écrire et de parler sur.
Quant à la fiction la Russie a… aucune preuve matérielle ne pourra jamais être fournie, démontrant sa véracité ou sa fausseté définitivement. Cette fiction qui ne s’ancre pas dans la réalité n’a pas besoin d’elle pour continuer son chemin mais seulement du désir. On aurait pu dire n’importe quoi sur la Russie pourvu que cela apparaisse suffisamment vraisemblable où que les commanditaires aient suffisamment de ressources financières et médiatiques pour l’imposer comme telle. Cette fiction appartient au domaine circulaire du langage. A l’intérieur de ce cercle, elle peut, tant que le désir de le répéter existe, se répéter à l’infini tout comme le Marquis de Sade qui a écrit la plupart de ses œuvres en prison s’est répéter tout en se renouvelant. Cette fiction appartient totalement au domaine de la fiction au même titre qu’un roman ou de n’importe qu’elle œuvre littéraire. On attend pas d’un roman qu’il soit vrai ou faux, tout au plus , on attend qu’il soit vraisemblable.
tant qu’il existera donc le désir (politique ou autre) de travailler cette matière première : la Russie a influencé les élections de la nation indispensable, on continuera à rechercher et produire des histoires. A moins qu’on ne trouve, comme le pétrole a remplacé le charbon, une meilleure fiction.
Faut-il rechercher le créateur de la la fiction : la Russie a.. afin de lui décerner un prix pour le remercier du bien qu’il a fait à la Nation indispensable et donc à l’humanité toute entière ?

Someone

Inventeur du concept BSM (Bloc où le soleil se meurt)


Nota:

Texte remarquable, initialement apparu ici sous forme de commentaire de la part d’un des contributeurs du forum connu sous le pseudonyme anonyme de Someone, inventeur du concept du BSM (Bloc où le soleil se meurt)

Nous le reproduisons in extenso sous forme de billet ou de post. Le titre est de la rédaction.

Quelque part dans ce vaste territoire du bloc où le soleil se meurt. un observateur attentif du monde a réussi à percer l’épaisse carapace du mensonge permanent et total dans lequel nous vivons.

De ce fait, l’existence même de Strategika 51 n’a plus de raison objective d’être.

Que Someone en soit remercié.

8

Publicités

Corée du Nord: cap sur les programmes Mars et Polaris

Confrontée à une stratégie adverse d’étranglement économique et financier particulièrement cruelle et inhumaine en plus d’incessantes provocations militaires simulant une attaque nucléaire de grande envergure contre ses villes, la Corée du Nord n’a d’autre choix possibles que de poursuivre les tirs de missiles, la conception de nouveaux moteurs à propergol solide et la production de nouvelles ogives nucléaires. 

Contrairement à ce que rapportent les médias des pays hostiles à la Corée du Nord, Kim Jong-un a non seulement démontré sa rationalité mais également une certaine capacité à la planification stratégique et la flexibilité pragmatique que ses adversaires ne veulent pas reconnaître soit par pur mépris, soit par orgueil.

Ironie du sort, l’aveuglement idéologique des administrations Clinton, Bush et Obama, chantant hypocritement les louanges d’une fausse liberté et d’un concept biaisé de la démocratie, s’est avéré bien plus liberticide, totalitaire, dangereux et contre-productif que l’idéologie officielle (de façade) en vigueur à Pyongyang. 

A l’instar de son grand-père Kim Sung-il auquel il ressemble, Kim Jung-un ne se fait aucune illusion quant à la nature véritable des « monstres » belliqueux d’en-face. Il sait par dessus tout qu’un Traité de paix est la dernière chose qu’ils veulent. 

Le sort funeste réservé à des pays ayant accepté de désarmer ou à se défaire de leurs armées (Irak, Libye) ou encore l’assaut systématique mené contre des pays jugés hostiles à Washington (Serbie, Syrie, Venezuela) a convaincu Pyongyang de l’impossibilité de négocier avec le diable. 

Reste la dissuasion nucléaire et conventionnelle. 

Lors d’une visite à l’Académie des sciences de la défense, Kim Jong-un a ordonné la poursuite du développement de la série des missiles balistiques Hwasong ou Hwaseong (Mars) ainsi que celle, trés prometteuse, des Pukkuksong (Polaris). 

On sait fort peu de choses sur les programmes d’armement de la Corée du Nord. 

Pyongyang poursuit les recherches pour la conception locale d’un nouveau sous-marin capable d’emporter jusqu’à trois missiles balistiques SLBM du type Pukkuksong-1, avec pour objectif de créer une capacité de seconde frappe asymétrique. 

En parallèle, la marine nord-coréenne cherche à se doter d’un nouveau submersible d’attaque plus performant afin de remplacer les 72 submersibles actuellement en service et dont la technologie est obsolète. 

La lutte contre les satellites adverses en orbite basse serait l’une des priorités de Pyongyang. Un des programmes en cours implique l’usage de missiles emportant des bombes à neutrons en orbite basse. Un autre focalise sur l’utilisation de systèmes lasers basés au sol. 

Une priorité est actuellement accordée à l’équipement individuel des forces spéciales nord-coréennes. On évoque la création de nouvelles branches spécialisées. 

Algérie: le triomphe de la mafia de l’argent sale

Après un très bref intermède de moins de 60 jours durant lesquels un premier ministre technocrate et bien effacé a tenté de s’attaquer à quelques hommes d’affaires douteux ayant réussi à amasser des fortunes colossales grâce à l’octroi de gré à gré d’immenses marchés publics et d’un accès illimités aux prêts bancaires, la mafia a fini par contre-attaquer en obtenant le limogeage de ce responsable devenu l’ennemi public numéro un du pouvoir et en nommant un ancien premier ministre trés impliqué dans le pillage et la destruction systématiques des ressources économiques algériennes au profit d’une oligarchie de parvenus issus de la petite délinquance. 

La nomination d’Ahmed Ouyahia au poste de premier ministre pour la quatrième fois depuis 1995 marque le triomphe définitif de la corruption en Algérie sous le regard trés bienveillant de l’État profond français avec lequel il partage la même idéologie gauche caviar et en même temps néolibérale.

Selon un rapport du Sénat français commandé trés peu de temps aprés le départ de Abdelmalek Sellal, un premier ministre trés soutenu par Paris et qui se distinguait par ses bouffonneries en public ainsi que son apparente inculture (simulée selon nombre d’observateurs), mais par dessus tout sa promotion zélées des intérêts du patronat français, les populations algériennes se manifestent par une apathie totale à l’égard de la chose politique, voire de la répulsion, rendant ainsi possible un éventuel 5ème mandat du Président Bouteflika. 

En réalité, la capacité du pouvoir à corrompre la majorité de la population et à y ériger l’argent facile ou mal acquis de la prébende en dogme a non seulement réussi à neutraliser toute opposition-inexistante au demeurant-mais également à acheter l’adhésion des chefs militaires.

Le système algérien ressemble de plus en plus au système, hautement prédateur et prévaricateur, du Maroc voisin tout en empruntant le caractère saint-simonien de la Tunisie dont les élites dirigeantes sont profondément attachées aux valeurs maçonniques pures et dures. 

 En France, les soutiens de Macron viennent d’être rassurés. Le business néocolonial avec le Maghreb a encore de beaux jours devant lui

Nota

Pour des raisons inconnues, la section « Commentaires » semble présenter une série d’anomalies. Des commentaires approuvés ne font plus l’objet de notifications tandis que d’autres ont pu être supprimés sans notre consentement. 

De la désillusion derrière un miroir

Raidissement inédit de l’attitude officielle US. Non sans similitude avec la paranoïa anti-communiste durant les épisodes les plus intenses de la guerre froide.

Premier signe: un mémo interne du Département d’Etat interdit désormais de qualifier les différentes factions rebelles armées se battant en Syrie ou en Irak de « terroristes »; pire, les groupes terroristes inscrits comme tels auprès des Nations Unies et du Département d’Etat comme Daech (Organisation de l’Etat Islamique), Al-Qaeda (sous toutes ses formes) et alliés devront être désignés comme des « groupes armés ».

Second signe: Tous les pays suspectés de soutenir implicitement ou en partie les positions de la Russie, de la Chine, de l’Iran ou de la Syrie, subissent déjà une série de pressions croissantes allant de sous-entendus à des menaces directes. Dernier épisode: Washington a mis la pression double sur l’Algérie, le Bénin, le Cambodge, la République Démocratique du Congo, l’Ethiopie et d’autres pays d’Afrique et d’Asie pour qu’ils cessent toute relation avec le consortium nord-coréen Mansudae Overseas Project. Ce dernier est très actif dans ces pays où il sous-traite souvent de gigantesques projets de construction dans un style très particulier et puissant, celui du réalisme socialiste coréen:  (Grande Mosquée d’Alger,  Musée panoramique d’Angkor, le monument de Tiglachin, le Mémorial de l’indépendance de Windhoek, voire la reconstruction d’une fontaine détruite pendant la seconde guerre mondiale à Frankfurt, etc.)

Troisième signe: Les scrupules moraux, du moins pour l’apparence,  n’existent plus du côté des capitales occidentales. L’attaque américaine aux missiles de croisières Tomahawk ayant visé une base aérienne de second ordre de l’armée syrienne n’est pas condamnée comme une violation flagrante du droit international par les alliés de Washington. Cette situation a été aggravée par l’interception en plein vol d’une partie non négligeable de ces missiles de croisière par des Sukhoi Su-35 russes et des Mig-31 syriens.

Quatrième signe: l’empire se montre de moins en moins tolérant vis à vis de toute voix discordante avec sa rhétorique de guerre. Cette situation inquiétante sonne le glas à une certaine conception de la liberté. Cette dernière notion n’existe pas. La blogosphère dite alternative dans sa majorité n’est pas plus libre que la BBC de Londres.

Désillusion.

Nous vivons une époque très particulière. Celle d’une grande désillusion. Donald Trump a beau être un promoteur immobilier et donc forcément un escroc, pouvant se trahir à la première occasion pour la moindre opportunité de gain rapide, il n’en demeure pas moins un homme incapable de saisir la fulgurance d’un basculement historique semblable à celui ayant terrassé l’empire espagnol au faîte de sa puissance. Malédiction mésopotamienne ou pas, les mauvaises actions finissent toujours par nous rattraper…même derrière un miroir!

La Chine amasse ses troupes avec la Corée du Nord


Dans un mouvement significatif, la Chine est en train de déployer deux corps d’armée en renfort au niveau de ses frontières avec la Corée du Nord. 

Près de 150 000 soldats chinois sont en train de se déployer en renfort tout le long de la frontière de la Chine et la Corée du Nord. 

Ces renforts font suite à la décision US de dépêcher au Pacifique Occidental un groupe aéronaval destiné à menacer Pyongyang. Une mesure irritant au plus point le leadership Nord-coréen, qui n’a pas fait mystère de son intention à faire face à toute forme de guerre avec les États-Unis. 

Avec les renforts en cours, Pékin amasse plus de 1 100 000 soldats avec la Corée du Nord. 

Une source anonyme au sein de l’armée populaire de libération de Chine, désignation officielle des forces armées chinoises, estime que si Washington s’aventure à une nouvelle guerre en péninsule coréenne, Pékin pourrait mobiliser en un temps record un peu plus de 12 millions de soldats dans un premier temps, puis près de 55 millions à terme moyen. 

Les Chinois redoutent une frappe subite US sur la Corée du Nord, ce qui aurait pour conséquence une guerre bien plus dévastatrice que la terrible première guerre de Corée (1950-1952).