Archives pour la catégorie Strategy

Syrie: un gigantesque plan de reconstruction chinois

Pékin est en train de conclure une série de méga-contrats avec Damas portant sur la reconstruction des infrastructures de base de la République Arabe de Syrie.

Outre les aérodromes, les ports, les centrales électriques, la grille énergétique, la Chine reconstruira l’ensemble du réseau routier, autoroutier et ferroviaire de la Syrie selon ses propres standards.

L’armée syrienne et ses alliés ont pu reprendre d’importants gisements d’hydrocarbures à l’est du pays et les techniciens chinois, escortés par des troupes spéciales, n’ont pas attendu la fin des combats pour y débarquer. La Chine compte prendre la majeure partie des contrats relatifs à la prospection dans le domaine des hydrocarbures.

La guerre imposée à la Syrie par ses adversaires traditionnels a causé plus de 226 milliards de dollars US de pertes à ce pays du Levant, le seul à être techniquement en guerre avec l’Etat d’Israël.

L’armée syrienne a tenu le choc initial tant bien que mal du 15 mars 2011 jusqu’en septembre 2015, date à laquelle les unités régulières, laminées et manquant d’équipement,  se trouvaient dans l’impossibilité de repousser les myriades d’armées rebelles mises sur pied par les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, Israël et leurs alliés. Damas fait alors appel à l’aide militaire russe. Le 30 septembre 2015, la Russie intervient en Syrie et parvient avec peu de moyens à repousser l’ensemble des vagues rebelles et à garantir la survie de la structure de l’Etat syrien. Entre temps, la Chine a commencé dès 2014 à investir en Syrie avec l’Iran pour contrer la guerre économique et financière particulièrement féroce engagée par les ennemis de la Syrie et visant la destruction de son économie.

Pour Pékin, qui suit avec la plus grande minutie l’évolution en temps réel de la situation en Syrie (plus d’une douzaine de satellites-espions chinois sont braqués en permanence sur les zones où opèrent les américains au Nord et au Sud de la Syrie), la guerre en Syrie est presque terminée.

A terme, la Chine aura un port d’attache en Syrie dans le cadre de son gigantesque projet de la « Nouvelle Route de la Soie. » L’un des projets économiques les plus ambitieux du siècle.

Tandis que les commanditaires de la guerre en Syrie cherchent encore, hébétés, à comprendre comment le ciel leur est tombé sur la tête dans cette affaire en s’accrochant à des futilités, la Chine est en train de gagner les contrats du siècle, bien plus intéressants ce que toutes les compagnies US ont pu décrocher dans l’Irak post-Saddam.

 

 

Des T-90 pour l’Irak

L’Irak négocie avec la Russie l’acquisition d’un lot « substantiel » de chars T-90s et T-90sk pour accompagner dans un premier temps puis remplacer les chars M1A1 Abrams dont l’usage sur le champ de bataille s’est révélé désastreux.

Des 140 Abrams (modifiés) fournis par Washington à Baghdad, 89 sont trop endommagés pour pouvoir être réparés, 28 ont été détruits au combat contre Daech et 11 capturés. Enfin, quelques uns ont été revendus à des milices par des militaires corrompus.

Les irakiens, initialement trés enthousiastes à l’idée d’acquérir l’un des symboles icôniques de la chute de Baghdad, ont vite déchanté face au manque de pièces de rechange, les coûts de la maintenance, la consommation jugée excessive en carburant et en huiles, l’autonomie décevante, la fragilité de certains systèmes embarqués et la fiabilité du blindage, incapable de faire face à des charges creuses en situation de combat réel.

Les Abrams utilisés par l’armée irakienne à Mossoul ont connu une série ininterrompue de pannes et d’avaries au point où les équipages en vinrent à regretter les T-62 et les T-72 soviétiques.

The Latest Russian Fighter Jet Blows America’s Away

Outgunned by the Su-30 family of aircraft and suffering critical design flaws, the American F-35 is staring down the barrel of obsolescence – and punching a gaping hole in western air defences.

22.jpg

This article is an excellent read to understand how Russia’s technological level is best in its class in many military sectors, especially with regard to fighter jets.  It originally appeared in Russia & India Report. The SU-30 continues to be the number one choice among global buyers.

Built to be the deadliest hunter killer aircraft of all time, the F-35 has quite literally become the hunted. In every scenario that the F-35 has been wargamed against Su-30 Flankers, the Russian aircraft have emerged winners. America’s newest stealth aircraft – costing $191 million per unit – is riddled with such critical design flaws that it’s likely to get blown away in a shootout with the super-maneuverable Sukhois.

Stubby wings (that reduce lift and maneuverability), a bulbous fuselage (that makes it less aerodynamic) low speed and a super hot engine (which a half decent radar can identify) are just a few of the major flaws that will expose its vulnerability during air combat.

With more than 600 Flankers (Sukhoi-27s and its later iterations such as the Su-30, Su-34 and Su-35 Super Flanker) flying with air forces around the world, the fate of the fifth generation F-35 seems decidedly uncertain. Aerospace experts across the world are veering around to the view that America’s most expensive fighter development program (pegged at $1.5 trillion) will be a sitting duck for the flankers.

“It’s a turkey,” declares aerospace engineer Pierre Sprey in an interview to Dutch television. Few people are as qualified to speak about fighter aircraft as Sprey. He is the co-designer of the F-16 Falcon jet and the A-10 Warthog tank buster, two of the most successful aircraft in the US Air Force (USAF).Winslow T. Wheeler, Director of the US’ Straus Military Reform Project, Centre for Defense information, agrees. “The F-35 is too heavy and sluggish to be successful as a fighter,” he says. “If we ever face an enemy with a serious air force we will be in deep trouble.”

23

So far the US has been lucky it has never really encountered a “serious” military. Over the skies of war-weary Iraq, tiny Libya and utterly defenseless Afghanistan, the American aircraft operated with impunity. But luck can run out – if they ever come up against the air forces of Russia, China or India the outcome won’t be so one-sided. In particular, the Indian Air Force has beaten the USAF’s fourth generation fighters using both third and fourth generation jets.

The biggest problem with the F-35 is that its US designers are betting on stealth and long range radar to compensate for its lack of speed and maneuverability. But stealth is not really all that it is cracked up to be; it is not the cloak of invisibility.

Plus, Russia’s already excellent radars are getting better. Says Defense Industry Daily (DID): “Meanwhile, key radar advances are already deployed in the most advanced Russian surface-to-air missile systems, and existing IRST (infra-red scan and track) systems deployed on advanced Russian and European fighters are extending enemy detection ranges against radar-stealthy aircraft. Fighter radar pick-up capability of up to (46km) by 2020 is proposed against even ultra-stealthy aircraft like the F-22, coupled with IRST ability to identify Advanced Medium-Range Air-to-Air Missile firings and less infrared-stealthy aircraft at (92km) or more.”

24

At the same time, there is no such thing as one radar in a war. “There are lots of radars,” Sprey explains. “And you can’t be nose-on or dead-level to every radar in the theater. There are always going to be radars that are going to be shining up (from below) or looking from above – they can all see you.”

Short on firepower

Another issue is with the American aircraft’s overall shape. “Most great airplanes are beautiful because you are trying to reduce drag,” Sprey says. “But here because of stealth they had to make it very bulbous, very big as they had to carry the weapons inside because as soon as you carry the weapons outside they reflect radar. So this is a huge penalty to the performance of the aircraft which is now big and lumbering like a bomber.”

Lower internal payload means the designers at Lockheed-Martin have signed the F-35’s death warrant. The aircraft carries just two large bombs and four small ones, and a maximum of four beyond visual range (BVR) air-to-air missiles (AAMs).

The USAF claims the F-35’s advanced radar will see the enemy aircraft first and be able to take it out with one of its four long-range AAMs. But BVR kills are still the stuff of dreams for fighter pilots and are quite rare.

25.jpg

In fact, the reliance on the radar acquisition and AAMS can prove suicidal – as indeed it was once upon a time. During the Vietnam War the USAF was so smitten with the concept of BVR combat that the first F-4 fighters were armed only with missiles. But after the Vietnamese Air Force pilots shot them down by the bucket load, the Americans reintroduced cannons in the F-4.

In fact, Russia, which has the most advanced and varied range of BVR missiles in the world, arms its Flankers with at least eight missiles for the simple reason that it takes several shots at a fast moving target to score a kill.

That the Americans ignored this basic lesson of air combat is mind boggling.

In theory, American pilots would play ‘video games’ and take out enemy aircraft at 1000 km. In practice, air combat is like a knife fight. According to DID, the F-35 is very likely to wind up facing many more “up close and personal” opponents than its proponents suggest, while dealing with effective BVR infrared-guided missiles as an added complication. Unlike the F-22, the F-35 is described as “double inferior” to modern Su-30 family fighters within visual range combat.”

The much larger and varied inventory of missiles combined with super-maneuverability, therefore, bestows the Flankers with an edge that’s unparalleled in modern air combat.

Fleet availability

According to the new philosophy of air combat that is being defined by USAF-Lockheed-Martin careerists, the one-size-fits-all F-35 will replace all other fighters as well as ground support aircraft.

But here’s the rub. Because the F-35 is such an expensive aircraft, air forces will buy fewer units. For instance, Japan currently has 100 F-15s but it will replace them with just 70 F-35s. Again, because the F-35 will also be expensive to fly and maintain, air forces will limit pilot flying hours. (Already, spending cuts have forced the USAF to eliminate more than 44,000 flying hours and ground 17 combat air squadrons).

Besides, ‘stealth’ comes with a price. On the F-35 most of the maintenance is on the stealth coating. “It is a ludicrous impediment to combat,” Sprey says. “You are sitting on the ground for 50 hours fiddling on the aircraft trying to make it stealthy when it’s not stealthy anyhow.”

Plus, 100 per cent fleet availability is a logistical impossibility. The USAF averages around 75 per cent – which is pretty decent – but when it comes to stealth aircraft the figures nosedive. The USAF’s super-secret B2A stealth bomberhas an availability rate of just 46.7 per cent. And America’s most expensive fighter, the F-22, despite its $350 million price tag has a fleet availability rate of only 69 per cent.

So if you are, say, the Australian air force, just 48 of your planned fleet of 70 F-35s will be battle ready at any given time. Your chances against the Chinese who have 400 Flankers are smaller than small. You can bet the Aussies won’t be joining the knife fight unless escorted by big brother USA.

Wheeler, who has dealt with US national security issues for over three decades, lays out the implications for western air forces planning to induct the F-35: “The pilots will get worse as they’ll get much less training, which is most important than any technical issue. There’ll be far fewer pilots as the whole force will have to shrink, and you will basically have a showpiece aircraft that can’t do anything. It’s useless, it’s truly monumentally useless, it will ruin any air force that uses it.”

The dogfight hasn’t yet started and the Flankers are up 1-0.

Federico Pieraccini

Russia Insider

Direct link here: http://russia-insider.com/en/military/2014/10/20/01-11-39pm/why_f-35_sitting_duck_flankers

 

 

 

La Chine amasse ses troupes avec la Corée du Nord


Dans un mouvement significatif, la Chine est en train de déployer deux corps d’armée en renfort au niveau de ses frontières avec la Corée du Nord. 

Près de 150 000 soldats chinois sont en train de se déployer en renfort tout le long de la frontière de la Chine et la Corée du Nord. 

Ces renforts font suite à la décision US de dépêcher au Pacifique Occidental un groupe aéronaval destiné à menacer Pyongyang. Une mesure irritant au plus point le leadership Nord-coréen, qui n’a pas fait mystère de son intention à faire face à toute forme de guerre avec les États-Unis. 

Avec les renforts en cours, Pékin amasse plus de 1 100 000 soldats avec la Corée du Nord. 

Une source anonyme au sein de l’armée populaire de libération de Chine, désignation officielle des forces armées chinoises, estime que si Washington s’aventure à une nouvelle guerre en péninsule coréenne, Pékin pourrait mobiliser en un temps record un peu plus de 12 millions de soldats dans un premier temps, puis près de 55 millions à terme moyen. 

Les Chinois redoutent une frappe subite US sur la Corée du Nord, ce qui aurait pour conséquence une guerre bien plus dévastatrice que la terrible première guerre de Corée (1950-1952). 

Balle au canon: La Russie, l’Iran et leurs alliés riposteront militairement à toute nouvelle agression de la Syrie

Moscou et Téhéran ont commencé à réagir à l’attaque US contre la Syrie en fixant deux lignes rouges dont une aurait été franchie par Washington. Ne s’arrêtant pas à délimiter le territoire, les deux puissances alliées affirment dans un communiqué commun que toute nouvelle attaque visant le gouvernement légitime de Syrie, « quel qu’en soit l’auteur » fera l’objet d’une riposte militaire. C’est clair, net et …chaud!

« L’opération effectuée par les Etats-Unis d’Amérique est une agression contre la Syrie [l’attaque aux missiles de croisière Tomahawk contre une base aérienne de l’armée syrienne du 07 avril 2017-NDLR] une ligne rouge est franchie…Désormais, toute agression, quel qu’en soit l’auteur, fera l’objet d’une réponse par la force – et les Etats-Unis connaissent les moyens dont nous disposons pour cela » 

Extrait d’un Communiqué conjoint entre la Fédération de Russie et la République Islamique d’Iran, diffusé suite à une communication entre les présidents Vladimir Poutine et Hassan Rouhani le 09 avril 2017.

La Corée du Nord de son côté, n’est pas allée de main morte en qualifiant l’attaque américaine aux Tomahawks contre la Syrie comme « un acte intolérable d’agression contre un Etat souverain » justifiant  » un million de fois » la stratégie militaire poursuivi jusque là et donc les intenses efforts nord-coréens en matière d’armement nucléaire et balistique.

« La réalité du monde d’aujourd’hui montre que nous devons exercer la force contre la force, et cela prouve plus d’un million de fois que notre décision de renforcer notre dissuasion nucléaire a été le bon choix » extrait d’un communiqué du Ministère des Affaires extérieures de la République Démocratique de Corée, cité par l’agence officielle KCNA.

Cet argument en béton a déjà été avancé par la Corée du Nord après l’invasion US de la République d’Irak en 2003 et plus récemment après la destruction de la Libye en 2011 par l’OTAN. Pour la Corée du Nord, les deux pays avaient accepté de se laisser désarmer, le premier par la coercition et le second par le chantage et le racket consenti. Le résultat fut sans appel: sans armes et sans aucun moyen de dissuasion, les deux pays furent systématiquement envahis et/ou détruits.

Fidèle à ses traditions, la Chine garde un mutisme à demi mots qui en dit long sur sa position. Qualifiant l’attaque US du 07 avril de démonstration de force susceptible de provoquer une confrontation directe entre Moscou et Washington, elle met en garde contre toute opération de décapitation de l’appareil d’Etat en Corée du Nord avec pour conséquence un « désastre » qui emportera l’ensemble des protagonistes.

Il ne fait plus aucun doute que nous venons juste d’entrer dans une nouvelle phase d’un conflit planétaire ayant atteint un seuil critique. C’est un conflit global issu de l’ère Post-Printemps Arabe, lequel a lamentablement échoué. Les enjeux y dépassent de loin les enjeux énergétiques ou minières car désormais, Les élites prédatrices ayant mis en coupe réglée les Etats-Unis et leurs alliés tentent par tous les moyens possibles de sauver un système instauré au lendemain de la seconde guerre mondiale et renforcé après la chute de l’URSS en 1990.

 

 

Golan Heights, Israel, Oil and Trump

Events are moving rapidly to a possible new war involving Israel, the United States, Syria and Russia. Were it to take place, I honestly hope not, it would be yet another stupid war over oil. Only this oil war somehow feels far more dangerous than the US war against Iraq or Libya or previous oil wars. It’s about the part of Syria named the Golan Heights.

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu was one of the first heads of government to go to the United States to meet Donald Trump on February 16, in Trump’s new role as President. After the event major media focused on the themes of Israeli settlements in the West Bank, the Iran nuclear deal or a Palestine two-state solution.

Virtually no mention was made by CNN or other US mainstream media of the most strategic point the two discussed. Netanyahu asked the US President to recognize the Israeli illegal occupation of Syria’s Golan Heights, something no US President has done since Israel openly declared it theirs in 1981.

What has unfolded in the region since Netanyahu’s February 16 Trump talks gives reason to believe the US and Netanyahu’s Israel covertly agreed to a strategy to allow Trump to recognize Israel as the de facto occupier of Golan Heights amid what they will call the growing chaos of the Syrian “civil war.”

Two weeks following Netanyahu’s Washington talks the Jerusalem Post wrote about the real issue discussed between the two leaders: “The biggest news to come out of Prime Minister Benjamin Netanyahu’s visit to Washington is not what’s grabbing most headlines. Rather, it’s his decision to ask the US to recognize Israel’s sovereignty over the Golan Heights.”

The Israeli paper went on to argue, “the risk of returning the Golan Heights should be measured against the fact that Iran is actively setting up another forward command along Israel’s border with Syria…Capitalizing on Netanyahu’s idea will help the US limit Russia’s reemergence as a Middle East power broker after a 40-year absence.”

Israel, in violation of the UN Charter, illegally occupied the Golan Heights after the Israeli army took it in the 1967 Six Days War. When Israel declared applicability of Israeli law in the territory and began Israeli settlements in a de facto act of annexation of Golan Heights in 1981, the UN Security Council passed UN Resolution §497, which declared that, “the Israeli decision to impose its laws, jurisdiction and administration in the occupied Syrian Golan Heights is null and void and without international legal effect.”

Until now the official US Government position has been that the Israeli occupation of the Golan Heights is a violation of the Fourth Geneva Convention’s prohibition on the acquisition of territory by force, and in contravention of the United Nations Security Council Resolution §242 passed in November, 1967 which mandates, “Withdrawal of Israeli armed forces from territories occupied in the recent (1967-w.e.) conflict.”

Location of the Syria Golan Heights annexed by Israel in 1981 in violation of UN Resolution 242

Some days after Netanyahu left Washington, in an OpEd in the Rupert Murdoch Wall Street Journal, Mark Dubowitz, Executive Director of the Washington pro-Israel think-tank, Foundation for the Defense of Democracies, argued that American recognition of Israel’s control of the Golan “would provide the Israeli government with a diplomatic win while helping the Trump administration signal to Russia and Iran that the US is charting a new course in Syria.” Dubowitz is an adviser to the Trump Administration on Iran and the Middle East. Other neo-conservative editorials echoed the theme. There is big change brewing in Washington and it looks ugly in terms of a possible US-backed war with Israel against Russia ally, Syria, over the Golan Heights. That immediately poses the question what Russia would do if it materializes.

Tillerson’s Strange ‘Global Coalition’

Against the backdrop of the Netanyahu talks on US recognition of Israel’s annexation of the Golan Heights, the ensuing events begin to make strategic sense, mad though they may be.

On March 22 in Washington US Secretary of State Rex Tillerson convened a US Ministerial conference of something the Trump Administration calls the Global Coalition Working to Defeat ISIS. The State Department said that a combined 68 nations and organizations were present. Washington explicitly stated that the three most important states with deep interest in defeating ISIS in Syria and the three parties essential to any serious move to dislodge ISIS in Syria– Russia, Iran and Syria–were not welcome. When asked, Secretary of State Tillerson quipped, “they’re not part of the global coalition.” Curious indeed.

In his remarks Tillerson declared that US policy of the Trump Administration will be to “the regional elimination of ISIS through military force. The military power of the coalition will remain where this fraudulent caliphate has existed in order to set the conditions for a full recovery from the tyranny of ISIS.” In other words, a US-led permanent occupation of the ISIS-controlled areas of Syria. That echoes a recent Pentagon RAND report calling for the permanent partition of Syria by Turkey, Syrian “opposition” and US.

Israeli intelligence, in a recent annual evaluation, concluded that Hezbollah was not interested in sparking a war in 2017, but it warned of the danger of a “dynamic of escalation” leading to conflict. The Times of Israel also reports that the Netanyahu government has drawn up something codenamed Operation Safe Distance in which “up to 250,000 civilians cleared out of border communities if they come under major attack by…Hezbollah.” That “dynamic of escalation” appears to be precisely what Netanyahu’s IDF is engaged in in the Golan Heights.

The next act in the clearly staged Netanyahu Golan Heights drama aimed at isolating Russia as defender of the Assad Syrian regime, was the illegal air strike by Israeli air force F-16 jets against a major site outside Damascus, Syria. Israel claimed the site was a Hezbollah weapons depot. Some hours alter on March 19 an Israeli drone hit a vehicle in the Golan Heights carrying Yasser al-Sayed who was killed on the spot. Sayed was reportedly a commander of a pro-regime militia and was close to Syrian President Bashar al-Assad. Bashar al-Assad responded to the Israeli strikes inside Syria by firing S-200 missiles at the Israeli air force planes.

When an Israeli Arrow air defense missile intercepted the Syrian SA-5 missile fired against the invading Israeli Air Force jets as they left Syria, Israel’s Defense Minister Avigdor Liberman declared to the press, Israel “will not hesitate” to destroy Syria’s air defense systems if that country ever again targets IAF jet fighters. That of course would bring Russia, provider of the Syrian air defense systems, into the developing fray.

DebkaFile.org, openly close to the Israeli military and Israeli intelligence, is claiming that Yasser al-Sayed was “on his way to join the Hezbollah forces” grouping at the Lebanon-Syria Golan Heights, under Iranian direction, preparing for a full war on Israel. DebkaFile writes, “Israel can be expected to intervene again to put a stop to this dangerous Russian-Iranian-Hezbollah ploy to exploit the turbulence in Syria for allowing Israel’s enemies to grab forward assault positions in Syria.”

A Revealing Moshe Dayan admission

Israel is carefully setting the propaganda stage that will now let it claim that a coalition of Russia, Iran, Syria and Hezbollah are preparing to forcefully retake the Syrian Golan Heights from the illegal Israeli occupiers. It’s a tried and tested Israeli IDF method of provoking an opponent, here Syria, then using the opponent’s predictable reaction to provocation as pretext for military strikes that escalate a confrontation they, the IDF, initiated in the first place.

In an off-record discussion with an Israeli journalist in 1976 before his death, Israeli General Moshe Dayan, who gave the order in the 1967 War to take the Golan Heights, admitted that it was deliberate Israeli provocations into Syrian Golan lands that gave Israel the manufactured pretext to invade and occupy.

Dayan told that to journalist Rami Tal, who kept his notes secret for 21 years until persuaded after Dayan’s death by Dayan’s daughter and others that it was important to publish the Dayan admission. The Israeli journalist wrote that when Tal claimed to Dayan that the Golan Heights were vital for Israeli security, Dayan interrupted him: “Never mind that. After all, I know how at least 80 percent of the clashes there started…It went this way: We would send a tractor to plow some area where it wasn’t possible to do anything, in the demilitarized area, and knew in advance that the Syrians would start to shoot. If they didn’t shoot, we would tell the tractor to advance farther, until in the end the Syrians would get annoyed and shoot. And then we would use artillery and later the air force also, and that’s how it was.”

Today a similar provocation game is clearly in motion with provocative illegal Israeli jet strikes near Damascus and drone attacks in Golan Heights. The new element this time is the decided more Israel-friendly stance of the Trump Administration compared to that of Obama.

But there is another element Dayan was not aware of in the Syrian Golan Heights. What no one is openly discussing is the treasure that Israel’s Netanyahu is lusting after in the Golan Heights–Oil, huge, recently-discovered reserves of black gold in the Golan Heights.

Genie Energy and Golan Oil

The Israeli subsidiary of a Newark, New Jersey oil company, Genie Energy, has been given permission to drill for oil on the Golan Heights.

As I noted in a piece published on NEO in 2015, Genie Energy is no “penny stock” run-of-the-mill oil company. Its board of Advisors includes Dick Cheney. It includes former CIA head and chairman of the above-mentioned Foundation for Defense of Democracies, James Woolsey. It includes Jacob Lord Rothschild of the London banking dynasty and a former business partner of convicted Russian oil oligarch, Mikhail Khodorkovsky. Before his arrest Khodorkovsky secretly transferred his shares in Yukos Oil to Rothschild.

Further this little-known Newark, New Jersey oil company board includes former US Energy Secretary Bill Richardson, pro-Israel media mogul and owner of Trump’s favorite Fox News TV, Rupert Murdoch. Also on the board are former Treasury Secretary Larry Summers and hedge fund billionaire Michael Steinhardt. Steinhardt, a philanthropic friend of Israel and of Marc Rich, is also a board member of Woolsey’s neo-con Foundation for the Defense of Democracies, which advises Trump among other things that it would be good for Washington to recognize Israel as legitimate owner of the Golan Heights lands taken by Dayan in the 1967 War.

The plot thickens indeed.

Genie Energy, tied to Netanyahu, to Trump, to a reportedly huge oil find in the illegally-occupied Syrian Golan Heights. Something very ugly is being brewed between Washington and Tel Aviv and Newark, New Jersey.

Genie Energy in 2013 was granted exclusive oil and gas exploration rights to a 153-square mile radius in the southern part of the Golan Heights by the Netanyahu government.

On October 8, 2015 only days after the surprise Russian announcement it had accepted the request of the elected Bashar al-Assad government to militarily intervene against ISIS, Al Qaeda and other terrorists in Syria, Genie Energy made a major announcement. Yuval Bartov, chief geologist from Genie Energy’s Israeli subsidiary, Afek Oil & Gas, told Israel’s Channel 2 TV that his company had found a major oil reservoir on the Golan Heights: “We’ve found an oil stratum 350 meters thick in the southern Golan Heights. On average worldwide, strata are 20 to 30 meters thick, and this is 10 times as large as that, so we are talking about significant quantities.”

On January 10, 2017, Genie Energy Ltd. announced it was creating a new company, Atid Drilling Ltd., an on-shore drilling services venture based in Israel to drill for oil in the Golan Heights among other places. They will expand the drilling by Genie Energy’s subsidiary Afek Oil & Gas which since the October, 2015 announcement has completed five exploratory wells in Golan Heights.

The creation of Atid Drilling by Genie confirms they are convinced based on the preliminary drilling results that there is something “big” in Golan. A month later, in mid-February soon after Trump is sworn in as President, Netanyahu flies to Washington to discuss US recognition of Israel’s annexation of Golan Heights.

A few weeks later, Israel violates the Syrian airspace in an act of war, escalating tensions over the Golan Heights. Then on March 22, in an appearance before the US Senate Defense Appropriations Committee, Defense Secretary James Mattis called for Congress to formally authorize use of US military force against ISIS/DAESH in Syria.

It is becoming increasingly clear than unless there is some very careful rethinking on the part of Washington and of Israel, we might find ourselves in another war for oil in of all places the Golan Heights, this one a war involving Syria, Russia, Iran, Lebanon’s Hezbollah on one side and Israel and Rex Tillerson’s 68 nation “anti-ISIS coalition” on the other side, another senseless war over control of oil.

 

F. William Engdahl
http://journal-neo.org/2017/03/30/golan-heights-israel-oil-and-trump/

Amid Fake News, Trump tweets, Brexit, Nokia revival, IS hoax and UAE Mars project, Strategika51 is back!

Featured movie of the week: 

Hardcore Henry (2015), SF thriller (Russia-USA)

Oddly enough, living in Damascus or Tripoli seems to be much more exciting than surviving in our necropolis overregulated cities. Apart random mortar shells threat, there’s plenty of fun there. 

The ability of humans to adapt is more than incredible. Could you ever imagine flirting with a date or tasting a good ol’ genuine red wine under mortar fire? Some did it. 

Strategika51 blog is back. Its main focus was on geopolitics. Now it’s about life. Life on Earth and anywhere in this huge universe of ours…






How Tunisia Got Transformed into a Major Exporter of Jihadists?

The terrorist attack on the Christmas fair in Berlin that occurred on December 19, resulted in government officials pledging their commitment to the speedy deportation of failed asylum seekers, since the attacker was a Tunisian migrant. Tunisians have been treated extremely cautiously in Europe recently and at this stage it’s imperative for us to understand why. 

Why Tunisia, which was believed to be the most advanced democracy in the whole Arab world is now perceived as a major exporter of jihadists?

Six years ago, in December 2010, a 26-year-old street vendor Mohamed Bouazizi set himself on fire in front of the Sidi Bouzid town hall to protest the injustice of the police harassment he was subjected to. This suicide shook the very foundation of the country and led to a massive civilian unrest that would force President Zine El Abidine Ben Ali to resign and flee abroad. This second “Jasmine Revolution” marked the beginning of the so-called “Arab Spring”, which affected a large number of Middle Eastern and Northern African states.

One of the main driving forces of the Tunisian “Jasmine Revolution” was the youth. Back in the day, more than 60% of all unemployed in Tunisia were young men and women, who became a burden for their families after receiving an expensive education, yet they were forced to sit indoors without a chance of getting employed.

After the initial success of the second “Jasmine Revolution”, many would like to export their revolutionary euphoria in other Arab countries. However, it would be a mistake to claim that they were guided by religious considerations, since most of those young revolutionaries were radicalized abroad.

As the years passed, the results of the revolution were nowhere to be found and little changed in the day to day lives of the Tunisian population. In the absence of new jobs unemployment got much worse, which forced the government in a position when it had no arguments to counter the extremist propaganda that was spreading like cancer across the state. There was nothing to fill the ideological and educational niche and Islamists took full advantage of this fact. If you find yourself in Tunisia one day, you will stumble upon mosque, after mosque, after mosque. This is especially true in rural areas of the country, where there are no clubs for the young, no cultural events or other recreational opportunities.

Unemployment, marginalization and social crisis resulted in the young people being pushed abroad. An educated Tunisian had two times less of a chance to get employed that an uneducated one, since there were no professional jobs in the country. All these factors pushed those young souls right into the jihadi hands.

Abroad, where young Tunisian people tried to find a better future, they were treated with disregard and contempt, especially in Europe. In turn, recruiters from various terrorist organizations were happy to have them, since they are receiving up to 10 thousand dollars for each recruited militant. In addition, the terrorist organizations are providing financial support to the relatives of their jihadi fighters.

Against this background, terrorism quickly became Tunisia’s major problem. In 2015, extremists attacked the National Museum and a hotel in the Sousse resort area, which resulted in almost 60 foreign tourists killed. Later that year, Islamists blew up a bus carrying presidential guards.

The Government of Tunisia has been trying to solve the problem of the radicalization of its youth by purely repressive measures. In the summer of 2015 the Tunisian parliament passed a new anti-terrorism law that would significantly expand the authority of the local security forces. As for the national program for the prevention of radicalization of young people and the rehabilitation of those who have already been recruited by terrorists, it is nowhere to be found.

This resulted in Tunisia getting transformed into a breeding ground for jihadists. The New Yorker would note that between six and seven thousand Tunisians have waged jihad in Syria and Iraq. At least fifteen hundred more have crossed the Libyan border; by some accounts, Tunisians constitute half the jihadis in that failed state. As many as seven hundred have returned home, and the government claims to have prevented sixteen thousand from embarking on jihad.

Local security experts are afraid that Tunisia can soon be transformed into a second Somalie, as an ever increasing number of battle hardened jihadists are returning home now. It’s been reported that Tunisian jihadis have developed a reputation for being involved in extreme violence. In Iraq, they, along with other North Africans, have been known for volunteering to become suicide bombers.

The history of Tunisia – is a tragedy of secularism being induced from the top, and the poisonous Islamism, sprouting from the bottom. Religious education in Tunisia is compulsory, but there’s little depth to it. In the absence of true understanding of Islam, young people are quickly being tricked by Islamists in following their evil ways. Most Tunisians don’t know any other thing about Islam, other than washing their hands before praying.

What’s even worse is that with the way digital technology has transformed dissemination of information and culture, it is no longer practical to claim that certain behaviours or events are external, simply because they originated in other parts of the world. It’s been noted that the post-al-Qaida terrorism takes up the shape of its host and consumes it inside out. It is no longer an entirely external problem, and face-to-face confrontation will not suffice.

Martin Berger

Neo Eastern Outlook


Syrie: l’armée turque a perdu dix chars LEOPARD 2A4 et un char M-60T à l’ouest d’Al-Bab

Le moral des forces armées turques semble au plus bas depuis le putsch manqué contre Erdogan. 

Intervenant aux côté de ce qui reste de l’armée syrienne libre (ASL), les forces turques ont essuyé des pertes significatives en tentant de prendre d’assaut la localité d’Al-Bab, sous contrôle de Daech, à l’extrême Nord de la Syrie. 

En l’espace de trois jours, les turcs ont perdu 10 chars de type Leopard 2A4 de fabrication allemande et un char M-60T de fabrication US ainsi que d’autres véhicules blindés. 

Les pertes en chars M-60 seraient bien plus importantes. 

La plupart des chars turcs détruits ont été touchés par des missiles antichar (Kornet, Konkurs, Tow)

Les pertes humaines des forces armées turques demeurent un secret défense mais d’après le bilan très lourd des pertes subies par les rebelles alliés de la Turquie à Al-Bab (estimations variant entre 70 et 110 KIA),  il semble que les militaires turcs  aient enregistré bien plus de pertes que ce que leur état-major avait prévu.

Personne ne s’est attendu à une telle débâcle. Sur la photographie prise par les terroristes de Daech, un char Leopard 2A4 et un bulldozer de l’armée turque, capturés par Daech. En premier plan, ce qui reste de l’armée syrienne libre (ASL) et d’une unité militaire turque.   

Montée en puissance de l’aéronavale chinoise

7004

Dans un éditorial au vitriol du journal chinois Global Times, publié au cours de la semaine dernière, la Chine a rappelé qu’elle a accumulé assez de puissance autour du détroit de Formose pour traiter la menace américaine. Par traiter, il faut entendre mettre en échec. C’était la réponse indirecte de Pékin aux propos du président US élu Donald Trump sur un éventuel marchandage sur le concept d’une Chine unie.

Hasard du calendrier, l’aéronavale chinoise a commencé hier ses premiers exercices à munitions réelles. Les photographies de cet exercice, notamment celles du chasseur Shenyang J-15,  se passent de tout commentaire. Le président Barack Obama peut continuer à qualifier la Russie (et la Chine) de « petits pays ne produisant pas grand chose et n’innovant point ». le déni de réalité est la marque du déclin des empires.

70027003

Les analystes occidentaux estiment que le J-15, dérivé de la technologie russe,  demeure bien inférieur au F/A 18 Hornet américain. La condescendance à l’égard de Pékin est un réflexe constant. Cependant, dans la logique chinoise, laquelle n’a que très peu de chose à voire avec la logique du marché, un porte-avions peut en cacher bien d’autres. Et aux dernières nouvelles, Pékin vient d’approuver la construction de cinq groupes de combat.

Syrie, quelle est la stratégie russe?

Quelle est la stratégie de Vladimir Poutine en Syrie? Défendre un réduit Alaouite afin de sécuriser l’accès de la Russie aux mers chaudes ou à l’inverse renverser l’Etat Islamique afin de contrôler l’ensemble du Moyen-Orient? Pour répondre à cette question, il convient de replacer l’intervention russe en perspective historique et géopolitique.

L’intervention Russe, une revanche sur la guerre de Crimée

Depuis plusieurs siècles, la Russie affirme son droit à la protection des minorités orthodoxes du Levant.Soue ce rapport, la France qui a protégé traditionnellement les chrétiens d’Orient – et la Russie, se trouvent en positions quasi concurrentes. Cette rivalité s’est d’ailleurs cristallisée dans la guerre de Crimée (1853-1856) pendant laquelle l’Empire Ottoman, allié à la France et l’Angleterre, s’est opposé à la Russie.

A l’inverse de Lord Palmerston, tenant d’une politique punitive envers la Russie, Napoléon III adopte alors une attitude conciliante envers le Tsar, qui participe au renouveau de l’influence française en Europe. Une fois la Russie évincée du Levant, la France se trouve dans l’obligation d’assurer la protection de la Syrie. Lorsque 6000 chrétiens sont massacrés à Damas du 9 au 18 juillet 1860, la France réagit avec fermeté en faisant adopter un protocole international le 3 août 1860 : un corps de troupes européennes de 6 000 hommes est dirigé vers la Syrie afin de contribuer au rétablissement de la tranquillité. Il s’agit de la première expédition à but humanitaire de l’histoire. Aujourd’hui, les acteurs géopolitiques n’ont pas fondamentalement changé au Levant, à la différence près que les Etats-Unis se sont substitués à la Grande-Bretagne. En revanche, les rôles sont inversés: la Russie a pris la place abandonnée par la France.

La Syrie, nouvelle Ukraine

La Syrie se présente en quelque sorte comme l’Ukraine de l’Iran. L’Empire Sassanide s’appuyait en effet jadis sur trois espaces stratégiques : la plaine irakienne, la façade maritime syrienne et les hauts plateaux yéménites. A la différence des déserts qui les entourent, ces régions sont en premier lieu des espaces agricoles à hauts rendements. Leur agriculture intensive permet d’ailleurs de nourrir une population nombreuse. Ces riches foyers d’agriculture et de population sont donc interconnectés depuis l’antiquité. En second lieu, ces espaces constituent des entrepôts commerciaux connectés à la mer. Ils relient la Perse, recluse dans ses montagnes, à l’économie-monde. Sans cette connexion maritime, seul levier de puissance, l’Iran reste un empire confiné. En troisième lieu ces espaces partagent des traits religieux communs depuis le XVIe siècle, période pendant laquelle le chiisme devient religion d’Etat en Perse. Ces espaces sont fédérés par un clergé et des lieux de pèlerinage partagés. Bref, l’Irak, la Syrie et le Yémen constituent les anciennes fenêtres d’un l’Empire effondré. La Syrie, espace agricole peuplé, connecté au commerce maritime, et cousine religieusement de l’Iran, se présente donc comme l’Ukraine de la Russie.

La Syrie utile, une bande littorale soumise aux invasions de la vallée de l’Euphrate

Le véritable poumon économique de la Syrie se situe sur la bande littorale. Le climat doux  y permet la culture de céréales et l’implantation de vergers. La plaine humide a donné naissance à une polyculture de subsistance orientée vers le tabac, le coton, ou encore le maraîchage. C’est ici que se situe le véritable cœur économique de la Syrie. La population de cette Syrie « utile » est essentiellement alaouite. L’axe principal relie les villes majeures du pays : Damas, Homs et Alep. A l’Est, l’Euphrate traverse le pays du Nord-Ouest vers le Sud-Est, et laisse une « cicatrice verte » dans le paysage. Afin de conquérir la colonne vertébrale économique du pays, qui relie Damas, Homs, Hama et Alep, l’axe historique de pénétration a consisté précisément à suivre la vallée de l’Euphrate d’Est en Ouest depuis l’Iraq, puis à repiquer vers  Alep. C’est la stratégie que poursuit l’Etat islamique.

Le déploiement russe en Syrie

La Russie apporte une aide militaire sur le terrain en Syrie depuis janvier 2012. En effet, des équipes de Spetznatz y forment l’armée syrienne et y mènent des actions commandos. Ce dispositif n’étant pas suffisamment efficace pour ralentir l’avancée des opposants au régime syrien, la Russie renforce fortement son dispositif militaire sur place depuis le mois d’août. Ses points d’entrée sont doubles. D’une part le port militaire de Tartous desservi via le Bosphore et d’autre part l’aéroport Bassel el-Assad de Lattaquié. Ces deux points ont l’avantage d’être proches (60km) et l’aéroport de Lattaquié est le deuxième plus grand aéroport contrôlé par le régime syrien. Le matériel terrestre mis en place est lourd et récent : véhicules de combat d’infanterie BTR-82A adaptés au combat urbain, artillerie anti-aérienne SA-22 PANTSIR mais aussi au moins neuf T-90. Des lance-roquettes multiples seraient aussi en cours d’acheminement. Les forces aériennes russes sur place sont équipées de matériel tout aussi récent et puissant : SU-25 potentiellement modernisés pour l’appui rapproché, SU-30SM, SU-34, Su-24 pour le bombardement tactique, hélicoptères MI-24PN et Mi-35M ainsi que des Mi-8AMTSh pour l’appui des troupes au sol et le transport de troupes ou de matériel. Des drones ont également été déployés par la Russie qui s’est engagée à partager le renseignement avec la Syrie et l’Iran. Les soldats syriens ne sont pas formés à l’utilisation de ce matériel, excepté les SU-24, les MI-24. La formation sur ces matériels étant lourde et longue, il est très certainement destiné à être employé par des soldats Russes. Du matériel de plus ancienne génération est peut être livré en parallèle aux forces syriennes. Les soldats russes combattent d’ors et déjà sur le front d’Alep et au nord-est de Lattaquié au sein d’opérations de l’armée syrienne comme en témoignent des vidéos mises en ligne. Ils utilisent ces nouveaux matériels. Ils sont appuyés par l’aviation russe, d’ores et déjà opérationnelle sur place.

Offensive ou démonstration de force ?

Il me semble que la Russie joue double jeu en Syrie. D’une part elle met en évidence un déploiement de forces (aucun camouflage des véhicules et appareils russes à l’aéroport « Bassel El-Assad », franchissement du Bosphore par les LST Alligator en plein jour et avec du matériel à peine camouflé, vols d’avions Russes déclarés aux autorités civiles vers la Syrie, fuite de photos de soldats Russes des troupes d’infanterie de marine sur les réseaux sociaux,… Si elle voulait être plus discrète, elle le serait ; cela semble donc faire partie de sa stratégie de communication. De plus, des preuves tangibles indiquent que l’armée Russe va plus loin. Elle interviendrait par des frappes aériennes et des troupes au sol, en particulier à l’est d’Alep. Cette zone est actuellement une zone ou l’armée syrienne gagne du terrain. D’autre part, M. Poutine ne reconnait que la livraison d’armes et l’aide humanitaire en Syrie. Quel est donc l’objectif ? Tout d’abord, il s’agit de ne pas combattre à la place de l’état Syrien ni même aux côtés de l’état Syrien, tout du moins au sol. La Russie veut sans doute éviter toute implication dans d’éventuelles « bavures » ou toute responsabilité dans une défaite, même locale, qui nuirait à son effort diplomatique. Son intervention va sans doute se fondre complètement dans les opérations syriennes : les frappes aériennes n’auront pas de signature russe ou syrienne et il n’y aura pas de certitude sur une présence russe dans une zone donnée. Cependant, l’efficacité de l’armée syrienne et de ses alliés est une priorité pour la Russie. Elle va vouloir réorganiser l’armée de Bachar El-Assad et sans doute mettre un frein à l’action des « milices » syriennes qui ne sont pas forcément efficaces sur le terrain et qui font régner une certaine insécurité au sein de la population (2 policiers tués à Lattaquié). Par cette méthode, la Russie souhaite avoir du poids dans les négociations diplomatiques. Elle semble en effet mettre sa puissance militaire au service de sa diplomatie. Elle recherche cela par-delà des objectifs militaires de conquête et de victoire, comme c’est aussi le cas en Ukraine. Elle désire s’affirmer comme le leader du camp « pro-Assad » et invite les occidentaux à faire de même. Si ces derniers se rangent à ses côtés, elle restera leader du mouvement par sa prise d’initiative et son avance sur le terrain. A long terme, si elle l’emporte, elle pourra éventuellement céder du terrain aux occidentaux et montrer sa « bonne foi » en favorisant un changement de régime, tout en s’assurant que le successeur de Bachar El-Assad lui sera favorable. En effet, sa rhétorique diplomatique utilise le même terme pour tous les opposants armés au pouvoir de Bachar El-Assad sur le territoire syrien : ce sont des « terroristes», qu’ils soient de l’état islamique ou non. Si la montée en puissance russe se prolongeait, le retournement de la situation militaire en Syrie pourrait s’effectuer en quatre temps : après avoir jeté un dispositif sur Lattaquié et Tartous, qui se présentent simultanément comme des ports et des terminaux gaziers, les troupes russes pourraient consolider leurs positions dans les villes d’Hama et Homs puis s’enfoncer au Nord vers Alep et au Sud vers Damas afin d’y libérer les forces gouvernementales d’Assad de la rébellion. Les combats y seront difficiles. Une fois ces villes prises, la Russie pourra s’attaquer par des bombardements aux centres nodaux de l’Etat islamique, intouchés jusqu’à présent. Les troupes gouvernementales syriennes et russes pourront alors s’enfoncer à l’Est vers Raqqah, fief de l’Etat islamique et objectif majeur de l’opération. La phase ultime des combats consistera à désenclaver Der-ez-Zor et de fait libérer la vallée de l’Euphrate.

Consciente de l’opportunisme d’une partie des combattants, la Russie, en s’engageant en force, pourrait jouer un rôle majeur dans le retournement de la guerre au détriment direct de l’Etat Islamique. Pour ce faire, la Russie dispose de nombreux avantages dont le renseignement n’est pas l’un des moindres. A Damas, l’implication de la Russie, même si elle reste faible par rapport aux soutiens financiers apportés à l’Etat islamique, a eu déjà un effet déterminant sur le moral des combattants syriens. Pourtant, il faudrait de très nombreux combattants au sol pour que la situation s’inverse. De ce point de vue, il n’est pas exclu que la Russie ait recours à des combattants musulmans russes afin de limiter l’emploi de ses troupes d’élite.

Un bombardier russe Sukhoï Su-34 (Fallback) en train de lâcher des munitions au dessus de cibles de Daech à Al-Rqqa, en Syrie. (Photographie, Ministère russe de la Défense)
Un bombardier russe Sukhoï Su-34 (Fallback) en train de lâcher des munitions au dessus de cibles de Daech à Al-Raqqa, en Syrie. (Photographie:  Ministère russe de la Défense)

 

Par Thomas et Jean-Baptiste Flichy de Neuville

Article paru sur le numéro 1599 du 10/10/2015 du journal « L’Homme Nouveau »

Thomas Flichy de Neuville,  que nous remercions, est professeur à l’Ecole Militaire Spéciale de Saint-Cyr

Facebook is extremely Zionist…Facebook, un réseau très sioniste

antifacebookTechnically, the dual colors (white and blue) used by Facebook are exactly those of the Israeli flag.

Techniquement, les couleurs bichromatiques (blanc-bleu) utilisés par Facebook sont exactement celles du drapeau israélien.

Officially, Facebook is a popular social networking site Facebook, launched in February 2004. Actually, it is one of the most widespread spying tool ever created. It is not neutral. Any real attempt to criticize International Zionism could lead to a heavy censorship. In some well documented cases, Facebook « moderators » lost their temper and threatened users with very arrogant and ethnocentric messages before preventing them to get logged into their account.

Officiellement, Facebook est un réseau social populaire, crée en février 2004. En réalité, c’est l’un des plus vastes outils d’espionnage jamais crées. Il n’est pas neutre: toute tentative sérieuse visant à critiquer le sionisme international est susceptible d’entraîner la censure. Dans des cas bien documentés, les « modérateurs » de Facebook ont totalement perdu leur sang-froid et se sont mis à menacer des utilisateurs avec des messages très arrogants et ethnocentistes avant de leur interdire l’accès à leurs comptes.

The Israeli newspaper ‘Haaretz’ (the Land) noted that “Facebook was founded by Mark Zuckerberg, a Jewish former Harvard University student.” This story is a new myth.

Le journal Israélien « Haaretz » (la Terre) asouligné que « Facebook a été fondé par Mark Zuckerberg, un ancien étudiant juif de Harvard ». Cette histoire est un mythe.

According to an Iranian Special Investigation team, Facebook was created by Units 8001, 8002 and 8003 of the Electronic Israeli Intel branch of the Mossad. Marc Zuckerberg was the Public Relations smoke screen of this operation.

Selon une équipe d’investigation iranienne, Facebook a été crée par les unités 8001, 8002 et 8003 de la branche du renseignement électronique du Mossad israélien. Marc Zuckerberg étant l’écran de fumée en matière de relations publiques de cette opération.

Marc Zuckerberg and his Facebook co-founders Dustin Moskowitz and Eduardo Saverin, were all members of the Jewish college fraternity group Alpha Epsilon Pi at Harvard. Officially this closed fraternity was founded ‘to provide opportunities for Jewish men seeking the best possible college and fraternity experience’ but, in fact, has a very long and rich experience dealing with Zionist organizations and supporting Israel in North America.

Marc Zuckerberg (un patronyme emprunté) avec le président israélien Shimon Perez, né sous le nom de Szymon Perski (ancien terroriste de la Haganah) en mai 2012.
Marc Zuckerberg (un prénom et patronyme empruntés) avec le président israélien Shimon Perez, né sous le nom de Szymon Perski (ancien terroriste de la Haganah) en mai 2012.

Above all, Alpha Epsilon Pi is also official partner to B’nai B’rith, the Jewish masonic order which in turn runs the hysterical ADL (Anti-Defamation League).

Marc Zuckerberg et les deux cofondateurs de Facebook, Dustin Msokowitz et Eduardo Saverin, étaient tous membres de Alpha Epsilon Pi, une fraternité de Harvard. Officiellement, ce club fermé a été fondée pour « offrir des opportunités aux hommes juifs cherchant les meilleurs facultés et l’expérience d’une fraternité ». Cependant, ce club possède une très longue et riche expérience avec les organisations zionistes et le soutien à Israël en Amérique du Nord.

Par dessus tout, Alpha Epsilon Pi est également le partenaire officiel de Bnai Brith, un ordre maçonnique juif, lequel est derrière la très hystérique et virulente Ligue de l’anti-difamation juive (ADL)

The concept of Facebook was stolen from other non-Jewish persons who had been threatened to be killed or properly terminated.  The little gang officially behind Facebook got their funding from a well known German-born Zionist named Peter Thiel, one of the founders of PayPal.

L’idée de Facebook a  été volée à d’autres personnes non-juives, qui ont été menacés d’assassinat ou de liquidation physique. Le petit gang officiellement derrière Facebook ont reçu leur premier financement d’un Sioniste notoire né en Allemagne, Peter Thiel, qui est aussi l’un des fondateurs de PayPal.

The Jewish-Russian billionaire and Internet investor Yuri Milner, a public enemy in Vladimir Putin’s Russia, has since 2009 invested in Facebook, along with investments in Twitter. Yuri Milner is known to have some close deals with the Russian Jewish and Arch-Zionist Oligarch Mikhail Khodorkovsky, the public enemy number One in Russian Federation and the responsible of the chaos that struck this country when Boris Eltsine was President.

Youri Milner, un juif russe milliardaire, considéré comme ennemi public dans la Russie de Vladimir Poutine, a investi depuis l’année 2009 dans Facebook (et également Twitter). Milner est connu pour avoir des rapports étroit avec l’oligarque russe Archi-sioniste et multimilliardaire Mikhail Khodorkovsky, l’ennemi public numéo 1 en Fédération  de Russie et l’un des responsables du chaos qui s’était abattu sur ce pays du temps de la présidence de Boris Eltsine.

All the Russian Oligarchs are either staunch Zionists supporting Israel or Israelis working abroad as a sleeping sabotaging cells for the strategic interests of Israel.  Their primary mission: ruin and destroy other Nation-Sates economies and creating failed States.

Tous les oligarques russes sont soit de fervents supporters du sionisme ou carrément des israéliens travaillant à l’étranger comme des éléments de cellules dormantes oeuvrant pour les intérêts stratégiques d’Israël. Leur mission première: ruiner et détruire les économies des autres Etats-Nations et la création d’Etats en faillite.

In 2014 Facebook bought the influential internet messaging service WhatsApp, a messaging platform for smartphone users, one of its founders and present CEO being the Ukrainian Zionist Jew Jan Koum, who is actively funding and backing the Kiev Regime against Novorossia Republics and pushing for a global war with Russia. Koum is a personal friend with the Prime Minister of Israel Benjamin Netanyahu and the former Gerogian president Mikhail Saakachvili.

Le dictateur en titre de l'Etat d'Israël Benjamin Netanyahu avec le sioniste ukrainien Jan Koum (Whatsapp) en 2014.
Le dictateur en titre de l’Etat sioniste d’Israël Benjamin Netanyahu avec le sioniste ukrainien Jan Koum (Whatsapp) en 2014.

En 2014, Facebook a procédé à l’acquisition de Whatsapp, un influent service de messagerie Internet pour les utilisateurs de Smartphones. L’un des fondateurs de Whatsapp est le juif ukrainien Jan Koum, qui finance et soutient activement le régime de Kiev contre les républiques populaires de Novorossia et pousse à la guerre globale contre la Russie.

Thoug Israel Armed Forces have created Viber and tried all their best to hide its connection with Israel, declaring the three military officers who created Viber left the Army and sold their product to another company based in Cyprus (not very far from Tel-Aviv), they still need other applications to extend their spying net over vast zones.

Bien que les forces armées israéliennes ont crée Viber et essayé de cacher les liens qui lient cette application pour téléphones mobiles avec Israël, en déclarant que les trois officiers israéliens qui ont conçu Viber ont quitté l’armée et vendu leur produit à une compagnie basée à Chypre (pas très loin de Tel-Aviv au demeurant), Israël a encore besoin d’autres applications pour étendre son réseau d’espionnage électronique sur de vastes zones.

Since 6 months, Facebook is behaving very weirdly with its users. It turns out Facebook is more and more « nervous » and even hysterical when it comes to some issues like using nicknames and criticizing international Zionism.

Depuis 6 mois, Facebook agit très bizarrement avec ses utilisateurs. Il s’avère que Facebook devient de plus en plus « nerveux » et même hystérique quand il s’agit de certains sujets comme l’utilisation de pseudonymes au lieu de vrais patronymes et à l’égard de critique envers le sionisme international.

This erratic behavior can be dubbed « antisocial ». Ironically, the social network has turned into an antisocial nightmare for every individual who got involved with it. But this is not a real issue. the real issue is how come a social media comes to ask you to submit your identification credentials or else it closes your account. This is a typical Zionist hysterical threat and spying behavior.

Ce comportement erratique peut être considéré comme antisocial. Bien ironique quand il s’agit d’un réseau social qui s’est transformé en un véritable cauchemar pour toute personne qui s’est retrouvée dedans. Mais le problème n’est pas là. Le véritable problème est comment un réseau social en vient à exiger de vous de lui soumettre des preuves physiques de votre identification sous peine de suspendre ou de supprimer votre compte. Ceci est un comportement sioniste typique caractérisé par la menace et l’espionnage hystérique.

Do you want to be a friend with the extremist Zionists of Israel? Then sign up to Facebook. This rotten network is regarding humans as sheep generating data and money (each like generates money to fund the so-called Israeli Defence Forces and even ISIS! )

Voulez-vous devenir amis avec les extrémistes sionistes d’Israël? Vous n’avez qu’à rejoindre Facebook. Ce réseau pourri considère les gens comme des moutons générant de l’information et de l’argent (chaque « j’aime » génère de l’argent qui sert à financer les soit-disant forces d’auto-défense d’Israël et même l’organisation de l’Etat Islamique)

Are you still on Facebook?

Êtes-vous encore sur Facebook?

Mer de Chine Orientale: une flotte chinoise quitte son port d’attache de Qingdao

Le Liaoning, l’unique porte-avions de la République populaire de Chine a quitté son port d’attache de Qingdao, accompagné de deux destroyers lance-missiles, le Shenyang et le Shijiazhuang, ainsi que deux frégates pour une patrouille en Mer de Chine Orientale.

Ce mouvement intervient moins de 48 heures après le survol de la zone d’identification aérienne mise en place la semaine dernière par la Chine dans la région par deux bombardiers stratégiques US de type B52 sans en aviser les autorités chinoises.

L’armée chinoise a commenté l’incident en soulignant que le vol des deux appareils a été suivi de très près par ses systèmes de défense. Geng Yansheng, porte-parole du ministère chinois de la défense a confirmé des informations faisant état du suivi des deux B52 US par près d’un millier de radars de la défense antiaérienne chinoise:

« Nous avons suivi et surveillé tout le processus et assuré l’identification instantanée des deux appareils américains »

Avant d’ajouter tout aussi laconiquement que la Chine dispose des moyens nécessaires pour assurer un contrôle effectif sur son espace aérien.

Les médias sont allés un peu vite en besogne en présentant la décision de Pékin d’instaurer une zone d’identification aérienne comme une zone d’exclusion aérienne (No Fly Zone). Ce qui n’est pas le cas.

Ce petit jeu cache un autre. Infiniment plus grand. Plus que la Russie, la Chine inquiète au plus haut point Washington. Ce dernier est en train de mobiliser ses pions dans la région dans une sorte de coalition anti-chinoise. Au Japon, la Corée du Sud et les Philippines, les américains tentent de rallier par divers moyens le Vietnam et la Thaïlande. Sur un autre plan, les américains disposent en réserve de leurs outils Ouïghours et Tibétains. Ces deux fronts sont gelés pour l’instant.

Pour sa part, la Chine reste silencieuse. Contrairement à la Russie. Mais paradoxalement c’est à la Chine que Washington en veut le plus. La NSA et le Prentagone en savent quelque chose. La banque fédérale US également.

Photographie du porte-avions chinois Liaoning. Crédits médias officiels chinois.
Photographie du porte-avions chinois Liaoning. Crédits médias officiels chinois.

Syrie: les usines d’armement d’Alep capturés par les rebelles

La plus grande bataille en cours actuellement en Syrie est celle d’Alep. Les unités de l’armée syrienne ont réussi à reprendre la  base du 80e régiment assurant la défense de l’aérodrome militaire d’Alep mais s’opposent à une vive résistance des groupes extrémistes de Daesh et de l’organisation terroriste Jobhet Ennosra. Après 24 jours de combats acharnés, l’armée syrienne en est réduite à lancer son infanterie dans des attaques frontales en terrain découvert soutenue par un déluge d’obus et de roquettes. Ces combats ne sont pas sans quelque similitude avec ceux, beaucoup plus vastes,  du front germano-russe en 1944-45.

La capture de l’aérodrome militaire d’Alep par les troupes régulières a contraint les groupes terroristes à se replier au Sud d’Alep et à se retrancher dans les immenses usines d’armements que l’armée gouvernementale évite de bombarder en utilisant l’aviation. Cependant des troupes aéroportées arrivent en renfort du Sud et du littoral. Plus de 2000 hommes ont déjà été parachutés au dessus des industries d’armements depuis ce matin.

Plus au Nord, des combats d’une extrême violence sont signalés entre les comités de défense du peuple kurde et les rebelles.

La défaite totale de l’Armée syrienne libre (ASL) au Sud de Damas où elle a perdu ses principaux fiefs achève le cycle des opérations militaires s’inscrivant dans le cadre du plan « Bouclier ».  La bataille d’Alep risque de perdurer. Des milliers de mercenaires pénètrent en Syrie à partir de la Turquie pour tenter d’éviter la répétition du scénario de Damas où l’armée régulière a littéralement écrasé tous les groupes rebelles. Non sans d’immenses dommages collatéraux.

Indubitablement; un peu comme aux temps mythiques de l’épopée de Gilgamesh, la guerre s’éternise en Syrie. D’autant plus que l’ensemble des protagonistes locaux et régonaux essaient par tous les moyens de marquer des points et à obtenir des gains substantiels sur le terrain pour aborder d’éventuelles négociations sinon en position de force du moins avec un avantage comparatif assez suffisant pour faire fléchir l’adversaire. En somme, pour les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, Israël et la Turquie, il n’y a pas de solution politique à la crise syrienne pour le moment mais celle-ci passera bien par la voie des armes. d’où la course contre la montre engagée par Damas. Car on ne pourra différer indéfiniment Genève II: un jour ou l’autre il faudra bien finir par s’asseoir autour d’une table et négocier une issue à ce conflit. Syria army makes more gains in north Aleppo

Artillerie syrienne autour d'AlepInfanterie syrienne

Bombs over Aleppo by Maysun

 

Conflit au Moyen-Orient: des avions israéliens bombardent la province de Lattaquié

Selon des informations partiellement confirmées par un responsable américain via CNN et rapportées par la chaîne libanaise d’information en continu Al-Mayadeen, des chasseurs-bombardiers israéliens ont bombardé des sites de missiles anti navires syriens à Lattaquié, sur le littoral méditerranéen.

Des missiles SS-N de type Yakhont ont été ciblés par des raids de l’aviation israélienne dans ce qui s’apparente à la sixième intervention flagrante d’Israël dans le conflit en cours en Syrie.

L’aviation israélienne a également bombardé des positions de l’armée syrienne pour couvrir le retrait de commandos israéliens infiltrés au sein des rebelles à partir du littoral pour localiser et identifier les sites de lancement de missiles syriens.

L’armée israélienne offre des facilités directes à des factions rebelles en Syrie. C’est le cas notamment au Golan occupé par Israël où les unités israéliennes ont établi des hôpitaux de campagne, des QG de commandement et un feu de soutien au profit des rebelles pseudo-islamistes en guerre contre le régime syrien.

Le Président syrien Bashar Al-Assad a insisté à plusieurs reprises que le conflit ravageant son pays depuis presque trois ans est une guerre régionale à portée universelle dans laquelle Israël et ses alliés jouent un rôle primordial.

Photo du jour: un soldat de l’armée syrienne…30 mois de résistance!

20131016-024131.jpg
Un soldat des forces armées syriennes sur le bord d’une route reliant Homs à Alep. En 30 mois de conflit, loin de se disloquer, l’armée syrienne a connu un profond remaniement et une véritable révolution tactique: son organisation est devenue plus flexible avec une nette prépondérance des troupes de choc. Les unités de l’armée syrienne se battent sur trois fronts majeurs (Nord, Littoral, Sud) répartis entre 284 lieux d’affrontements. Fait important, les meilleures unités sont gardées en réserve en cas d’affrontement direct avec Israël…

Premier résultat du conclave de Ryad: le Conseil National Syrien n’ira pas à Génève

C’était un peu prévisible. Le Conseil National Syrien (CNS) représentant une faction de l’opposition syrienne armée a décidé de boycotter la Conférence de Genève II, prévue en novembre 2013.

Cette décision serait l’un des premiers résultats du conclave de Ryad au cours duquel l’Arabie Saoudite et ses alliés dont en premier lieu la France ont arrêté une nouvelle stratégie visant le torpillage de toute solution négociée et/ou pacifique du conflit syrien.

Le CNS est non seulement à la solde de pays comme l’Arabie Saoudite mais demeure très divisé par un complexe jeu d’influence et de rivalités de chapelles.

Pas question donc d’une Conférence où l’on verra parader les représentants du régime de Damas et leurs alliés régionaux. Pour Ryad aussi bien que Tel-Aviv, seul un changement de régime violentdu type de celui qui a balayé l’ex-régime irakien est à même de représenter la solution idoine. Le jour d’après, on se battra entre bons alliés pour une place au soleil: un régime islamiste pseudo-sunnite et pro-libéral ou un régime doté d’un Premier ministre pro-israélien, c’est selon les desirata des deux plus influents alliés de Washington dans la région.

Une Syrie gouvernée par un Premier ministre aux prérogatives illimitées tournant le dos à la résistance libanaise et à l’Iran tout en acceptant l’occupation d’une partie de son territoire en échange d’une paix en trompe l’oeil avec Israël? Une hérésie à Damas. La guerre continue…

NATO chief rules out launching war on Syria

The chief of the North Atlantic Treaty Organization (NATO) has ruled out yesterday the possibility of a military action against Syria.
What does it means? Rasmussen, the Eldrup empire Guy used to lie all the time since his tricky appointment at the head of the transatlantic Organization. Actually, NATO is already involved in Syria through Turkey and Signal intel.

Conflit au Moyen-Orient: d’importants convois blindés syriens en route vers le Golan

20131010-034939.jpgDes informations confirmées en provenance de Syrie rapportent que d’importants convois blindés de l’armée syrienne font actuellement route vers la ville de Qunaïtra au Golan, près de la frontière avec Israël.

Dans un développement inédit, l’armée syrienne a fini par dévoiler ses unités d’élite laissées jusque-là en réserve. Nos informations évoquent avoir aperçu une colonne de plus de 200 chars de bataille de type T-72 S se dirigeant vers le plateau du Golan, territoire syrien occupé par Israël en 1967 et annexé en 1981.

Ces mouvements surviennent dans un contexte de trés forte tension, notamment en Israël où trois aéronefs militaires (deux avions de combat et un drone) se sont abattus en moins de 48 heures.

S’agit-il de renforts militaires destinés à la province méridionale de Deraa, berceau de la rébellion, ou est-ce un déploiement en prévision d’un conflit avec Israël?

De toute évidence, l’armée syrienne est en train de procéder à un profond remaniement de ses unités combattantes. Le parachutage massif de troupes de choc sur Jobar et les grandes voies périphériques de la région de Damas  illustrent cette nouvelle approche.

Autre nouveauté. D’ordre sémantique cette fois. Le ministère syrien de la défense commence à utiliser officiellement le terme sioniste et pro-sioniste pour qualifier les groupes islamistes radicaux et la rébellion syrienne.

Au Nord du pays, les unités de l’armée syrienne mènent une contre-offensive sur Salaheddine (Alep) et se battent depuis deux jours autour du krak des Chevaliers. A la frontière turque, syriens et turcs s’affrontent à mort par kurdes et islamistes interposés: les comités de la résistance kurde opposent une lutte acharnée aux cohortes islamistes radicales de Daesh, armés et soutenus par la Turquie par peur d’une extension du conflit kurde. Une extension que Damas encourage au plus point.

Les rebelles toutes factions confondues viennent de recevoir une artillerie plus performantes de la part de l’Arabie Saoudite et la Grande-Bretagne. Disposant de roquettes d’un plus grand rayon d’action, ils les ont utilisé contre des objectifs stratégique comme la raffinerie de Homs (centre du pays).

Au Golan, une unité israélienne a ouvert le feu sur une position de l’armée syrienne après qu’un soldat israélien a été blessé par des tirs d’armes légères.  Les syriens ont riposté et un intense échange de tirs s’en ai suivi. Quelques heures plus tard, les israéliens refusent l’entrée dans leur territoire d’une quinzaine de blessés de l’armée syrienne libre (ASL-Rébellion) craignant sans doute un piège. Car en Syrie actuellement, personne ne sait qui est qui.

Sur le plan diplomatique, le Chef d’Etat-major des armées russes vient de confirmer les termes de l’accord secret conclu entre Moscou et Damas en échange d’un désarmement (partiel?) de l’arsenal chimique syrien. La Syrie est officiellement sous la protection de la Russie et de son parapluie nucléaire.

L’aviation syrienne très agressive à la frontière turque…

Réagissant à des informations publiques faisant état d’une relocalisation secrète d’une partie de l’aviation de combat syrienne en Iran septentrional, l’aviation syrienne est réapparue avec force ces derniers jours près de la frontière turques où elle tente de défier les patrouilles de combat des forces aériennes turque dans la province frontalière du Hatay.
Ainsi en l’espace de trois jours, des bombardiers syriens Sukhoi Su-24 (Fencer selon la codification OTAN) ont mené des manoeuvres d’une extrême agressivité en direction de la frontière turque, allant même jusqu’à tenter de provoquer les F-16 de l’armée turque avant de décrocher à moins de trois kilomètres de la ligne frontalière.
Selon certaines statistiques non vérifiées, la Syrie disposerait d’une vingtaine de ces appareils non destinés au combat Air-Air mais spécialisés dans les bombardements tactiques. Le Sukhoi Su-24 a une portée d’action estimée à 2500 kilomètres et peut atteindre des vitesses assez élevées jusqu’à Mach 2.28.
C’est avec ce type d’appareils que la Syrie a tenté, il y a quelques semaines, de sonder le dispositif de défense anti-aérien de l’île de Chypre, essentiellement assuré par des Typhoon de la Royal Air Force.
Dans le même contexte, des hélicoptères syriens, en majorité des MI-17 modifiés, s’approchent de plus en plus des confins syro-turcs.
Avec ses Su-24, Su-22 et Mig-29, l’aviation syrienne n’est pas de poids à s’opposer aux redoutables F-22 Raptor US stationnés en Turquie ou aux F-15 modifiés israéliens mais dispose encore d’une force de frappe suffisante pour faire face aux F-4 turcs. L’armée turque a d’ailleurs remplacé toutes les unités disposant de ces vieux appareils par d’autres dotés d’une variante à l’export du F-16 Fighting Falcon américain.
Engagée dans la lutte contre la rébellion depuis près de deux ans et demi, l’aviation syrienne a utilisé des avions d’entraînement L39 Albatros et des avions de seconde ligne comme les Mig 21 et Mig 23 dans des opérations de bombardements et d’appui tactique aux troupes au sol afin de préserver ses appareils de première ligne et ce, en prévision d’un conflit régional ouvert .

Les États-Unis ne font plus peur

En 1991, les États-Unis avaient considéré que la fin de leur rival libérait leur budget militaire et leur permettrait de développer leur prospérité. Le président George H. Bush (le père) avait, après l’opération Tempête du désert, commencé à réduire le format de ses armées. Son successeur, Bill Clinton, renforça cette tendance. Cependant, le congrès républicain, élu en 1995, remit ce choix en question et imposa un réarmement sans ennemi à combattre. Les néo-conservateurs lançaient leur pays à l’assaut du monde pour créer le premier empire global.

Ce ne fut qu’à l’occasion des attentats du 11-Septembre 2001 que le président George W. Bush (le fils) décida d’envahir successivement l’Afghanistan et l’Irak, la Libye et la Syrie, puis la Somalie et le Soudan, et de terminer par l’Iran, avant de se tourner vers la Chine.

Le budget militaire des États-Unis a atteint plus de 40 % des dépenses militaires du monde. Cependant, cette extravagance a une fin : la crise économique a contraint Washington à faire des économies. En un an, le Pentagone a licencié un cinquième de son armée de terre et a arrêté plusieurs de ses programmes de recherche. Ce recul brutal ne fait que commencer et il a déjà désorganisé l’ensemble du système. Il est clair que les États-Unis, malgré leur puissance supérieure à celle des vingt plus gros États de la planète, Russie et Chine comprises, ne sont plus en mesure de livrer actuellement de vastes guerres classiques.

Washington a ainsi renoncé à attaquer la Syrie lorsque la flotte russe s’est déployée le long de la côte méditerranéenne. Pour lancer ses missiles Tomawak, le Pentagone devait alors les tirer depuis la Mer rouge en survolant l’Arabie saoudite et la Jordanie. La Syrie, et ses alliés non-étatiques, auraient répondu par une guerre régionale, plongeant les États-Unis dans un conflit trop grand pour eux.

Dans une tribune publiée par le New York Times, le président Poutine a ouvert le feu. Il y a souligné que « l’exceptionnalisme américain » est une insulte à l’égalité des humains et ne peut que déboucher sur des catastrophes. À la tribune des Nations Unies, le président Obama lui a répondu qu’aucune autre nation, pas même la Russie, ne souhaitait porter le fardeau des États-Unis. Et que s’ils faisaient la police du monde, c’était justement pour garantir l’égalité des humains.

Cette intervention n’a rien de rassurant : les États-Unis s’affirmant comme supérieurs au reste du monde et ne considérant l’égalité des humains que comme celle de leurs sujets.

Mais le charme est rompu. La président du Brésil, Dilma Rousseff, s’est faite applaudir en réclamant des excuses de Washington pour son espionnage universel, tandis que le président de la Confédération helvétique Ueli Maurer dénonçait la politique de la force US. Le président de la Bolivie, Evo Morales, évoquait la traduction de son homologue US devant la Justice internationale pour crimes contre l’humanité, tandis que le président serbe Tomislav Nikolic, dénonçait la mascarade des tribunaux internationaux ne condamnant que les adversaires de l’Empire, etc. On est ainsi passé d’une critique émanant de quelques États anti-impérialistes à une révolte généralisée incluant les alliés de Washington.

Jamais, l’autorité des maîtres du monde n’avait été ainsi publiquement contestée, signe qu’après leur reculade syrienne, ils ne font plus peur.

Thierry Meyssan

Voltairenet

Nord Waziristan: un nouveau raid de drones

Au moins quatre personnes ont été tuées ce matin dans une nouvelle attaque de drones près de Dargah Mandi dans la région de Miranshah au Nord Waziristan, dans les zones tribales pakistanaises.

Cette attaque intervient malgré les protestations du Pakistan à l’ONU.

D’après des informations locales, les drones utilisés dans les zones tribales à la frontière avec l’Afghanistan évoluent en meutes et se partagent des tâches de couverture et de contrôle du feu.  La plupart sont invisibles à l’oeil nu et échappent à la détection Radar. Il y a trois semaines, des drones ont survolé à assez basse altitude le bazar de la ville de Miranshah pour être observés en visuel.

Il n’est pas rare que des roquettes et autres tirs d’armes légères tentent d’abattre ces automates volants de plus en plus sophistiqués et adoptant sans cesse de nouvelles tactiques d’engagement. Le type de missiles emportés par ces engins inclut depuis quelque temps une nouvelle panoplie dotée de charges explosives d’une redoutable puissance.

Ces attaques continuelles de drones, défendues par le Président US Barack Hussein Obama devant l’Assemblée Générale de l’ONU, suscitent un très fort sentiment anti-américain au sein des populations de la région.  Les Talibans Afghans considèrent le recours aux drones par les Etats-Unis des deux côtés de la frontière comme un signe de faiblesse.

Phrase de la semaine: Bashar Al-Assad

« Nous avons eu des garanties claires de Moscou. Des forces russes interviendront en masse en Syrie en cas de guerre (déclenchée par les « amis de a Syrie »)

Le Président Syrien Bashar Al-Assad mène depuis quelques jours une contre-offensive médiatique soutenue. Dans une série d’entretiens à des stations de télévision comme TELESUR (Venezuela), Rossya 24 (Russie)  et CCTV (Chine populaire), il révèle publiquement  le deal conclu entre son gouvernement et Moscou en échange de la mise sous tutelle symbolique de son arsenal chimique, qualifié par les syriens comme l’arme de dissuasion numéro 1.  Selon les termes de cet Accord, la Russie interviendrait massivement en Syrie au cas où ce pays ferait face à une guerre menée par les USA et leurs alliés.

Ces petites déclarations convergent avec des informations faisant état de négociations secrètes ayant eu lieu à Moscou pour mettre la Syrie sous parapluie nucléaire russe. Une information qui préoccupe au plus haut point l’Otan.

Par ailleurs, concernant l’arsenal chimique syrien, des sources libanaises affirment qu’il serait composé en majorité de gaz VX.  La focalisation des médias Arabes et Occidentaux sur le gaz sarin, bien plus facile à produire que le VX, cache une volonté délibérée de travestir les faits et de  brouiller les pistes. Notamment celle des industries chimiques turques et les stocks du Royaume d’Arabie Saoudite, ennemis jurés du régime actuel en Syrie.

Un nouveau monde se crée en Asie: la Chine veut ressusciter la route de la soie…

Bichkek-(Strategika51)   Pendant que les Etats-Unis et leurs alliés ameutaient le monde sur l’affaire syrienne, se heurtant de plein front à une Russie jusque-boutiste, la Chine gardait un profil bas mais avançait à pas de géant.

Pourtant, depuis l’affaire Edward Snowden, Pékin est furieux. Dérogeant à leur traditionnel sens de la mesure et de la discrétion,  les dirigeants actuels de la Chine ne peuvent plus évoquer Washington sans une longue bordée de mots fort injurieux. Mais contrairement aux Russes, ils gardent un silence fort inquiétant. D’autant plus qu’ils connaissent  mieux que quiconque, y compris les plus proches alliés de Washington, la véritable nature de la politique étrangère américaine et ses objectifs réels.

Le treizième Sommet de l’Organisation de Coopération de Shanghai, tenu cette année à Bishkek au Kyrgystan, nous a permis de dégager quelques aspects de la stratégie chinoise et la nature de la rétroaction de la Chine face aux bouleversements géopolitiques et géostratégiques « provoqués » par les Etats-Unis afin d’y consacrer et maintenir leur hégémonie.

Tandis que Washington menaçait la Syrie d’une intervention de fin du monde, la Chine étendait son collier de perles jusqu’en Mer Rouge et tentait une incursion en Méditerranée orientale. Petite surprise, ce collier de perles que l’on croyait d’Est en Ouest, tente une ramification au delà du Détroit de la Pérouse et esquisse une entrée, pour l’instant timide, dans les eaux du Pacifique Nord. Soit à quelques milles nautiques de l’Alaska…

La grosse surprise est celle évoquée par le Président chinois Xi Jinping lors du Sommet de Bishkek lorsqu’il n’a pas manqué de rappeler que sa province natale, le Shaanxi a été le point de départ de l’ancienne a route de la soie et que son pays est déterminé à créer une « ceinture économique tout le long de cette ancienne route » en coopération avec l’Asie centrale et la Russie. Autrement dit, Pékin n’ambitionne pas moins de réaliser une méga intégration eurasienne comprenant un marché de trois milliards d’individus, soit le plus grand marché du monde.

L’ancienne route de la soie traversait l’Afghanistan actuel. Pékin ne décide jamais à la légère. Cela veut dire que les Chinois attendent le retrait américain de ce pays pour s’y positionner.  Pékin a pris acte de la défaite des armées de la première puissance militaire mondiale et celles de ces alliés de l’Otan et de l’ISAF en Afghanistan où ils n’ont pu parvenir à bout d’une guérilla paysanne et montagnarde.

En parallèle avec l’expansion du collier de perle sur les mers du Sud, la Chine poursuivra donc la création d’un corridor stratégique s’étendant de la Mer de Chine à la Mer Baltique que les invasions US de l’Afghanistan et de l’Irak ont tenté de retarder. Pékin a désormais le soutien total de la Russie et de puissances régionales comme l’Iran.

De toute évidence, la Chine ne pourra atteindre ces objectifs sans pouvoir au préalable se débarrasser du « terrorisme » et les velléités séparatistes utilisées par Washington pour semer le chaos et l’anarchie. L’enjeu est immense. C’est un grand jeu géostratégique d’envergure mondiale. Une mainmise chinoise sur l’Eurasie ou du moins une grande partie du croissant s’étendant entre Urumqi et Bagdad en ayant la  courbe convexe passant par les anciennes républiques d’Asie centrales feraient perdre aux grandes multinationales US une dizaine de projets de pipelines et de gazoducs.

Le Sommet de Bishkek a consacré également l’adoption d’une posture unifiée de la Chine, la Russie et de l’Iran dans l’affaire syrienne qui a failli très mal tourner.  Certes, la contre-offensive diplomatique russe, de très haute facture- a permis de sauver et la face du Président US et la paix mondiale menacée par une guerre dont personne ne savait sur quoi elle allait déboucher. On retiendra que les américains et les israéliens ont lancé deux missiles de nature inconnue sur la Syrie à partir des côtes espagnoles mais que ces derniers ont été interceptés en vol par la défense balistiques russe. Mais tout le monde à Bichkek sait que ce n’est là que partie remise. Et que l’hyper-puissance US n’est prête à aucune concession sans déclencher un cataclysme mondial. D’où la démarche soft d’une Chine silencieuse mais dont les ambitions ne souffrent d’ambigüité aucune.

Contrastant avec les interminables conflits dans lesquels se débat l’hégémonie US, un nouveau monde est en création en Asie…

‘A war the Pentagon doesn’t want’ by Robert H. Scales

The tapes tell the tale. Go back and look at images of our nation’s most senior soldier, Gen. Martin Dempsey, and his body language during Tuesday’s Senate Foreign Relations Committee hearings on Syria. It’s pretty obvious that Dempsey, chairman of the Joint Chiefs of Staff, doesn’t want this war. As Secretary of State John Kerry’s thundering voice and arm-waving redounded in rage against Bashar al-Assad’s atrocities, Dempseywas largely (and respectfully) silent.

Dempsey’s unspoken words reflect the opinions of most serving military leaders. By no means do I profess to speak on behalf of all of our men and women in uniform. But I can justifiably share the sentiments of those inside the Pentagon and elsewhere who write the plans and develop strategies for fighting our wars. After personal exchanges with dozens of active and retired soldiers in recent days, I feel confident that what follows represents the overwhelming opinion of serving professionals who have been intimate witnesses to the unfolding events that will lead the United States into its next war.
They are embarrassed to be associated with the amateurism of the Obama administration’s attempts to craft a plan that makes strategic sense. None of the White House staff has any experience in war or understands it. So far, at least, this path to war violates every principle of war, including the element of surprise, achieving mass and having a clearly defined and obtainable objective.

They are repelled by the hypocrisy of a media blitz that warns against the return of Hitlerism but privately acknowledges that the motive for risking American lives is our “responsibility to protect” the world’s innocents. Prospective U.S. action in Syria is not about threats to American security. The U.S. military’s civilian masters privately are proud that they are motivated by guilt over slaughters in Rwanda, Sudan and Kosovo and not by any systemic threat to our country.

They are outraged by the fact that what may happen is an act of war and a willingness to risk American lives to make up for a slip of the tongue about “red lines.” These acts would be for retribution and to restore the reputation of a president. Our serving professionals make the point that killing more Syrians won’t deter Iranian resolve to confront us. The Iranians have already gotten the message.

Our people lament our loneliness. Our senior soldiers take pride in their past commitments to fight alongside allies and within coalitions that shared our strategic goals. This war, however, will be ours alone.

They are tired of wannabe soldiers who remain enamored of the lure of bloodless machine warfare. “Look,” one told me, “if you want to end this decisively, send in the troops and let them defeat the Syrian army. If the nation doesn’t think Syria is worth serious commitment, then leave them alone.” But they also warn that Syria is not Libya or Serbia. Perhaps the United States has become too used to fighting third-rate armies. As the Israelis learned in 1973, the Syrians are tough and mean-spirited killers with nothing to lose.

Our military members understand and take seriously their oath to defend the constitutional authority of their civilian masters. They understand that the United States is the only liberal democracy that has never been ruled by its military. But today’s soldiers know war and resent civilian policymakers who want the military to fight a war that neither they nor their loved ones will experience firsthand.

Civilian control of the armed services doesn’t mean that civilians shouldn’t listen to those who have seen war. Our most respected soldier president, Dwight Eisenhower, possessed the gravitas and courage to say no to war eight times during his presidency. He ended the Korean War and refused to aid the French in Indochina; he said no to his former wartime friends Britain and France when they demanded U.S. participation in the capture of the Suez Canal. And he resisted liberal democrats who wanted to aid the newly formed nation of South Vietnam. We all know what happened after his successor ignored Eisenhower’s advice. My generation got to go to war.

Over the past few days, the opinions of officers confiding in me have changed to some degree. Resignation seems to be creeping into their sense of outrage. One officer told me: “To hell with them. If this guy wants this war, then let him have it. Looks like no one will get hurt anyway.”

Soon the military will salute respectfully and loose the hell of hundreds of cruise missiles in an effort that will, inevitably, kill a few of those we wish to protect. They will do it with all the professionalism and skill we expect from the world’s most proficient military. I wish Kerry would take a moment to look at the images from this week’s hearings before we go to war again.

Robert H. Scales

Washington Post

06 Sept 2013

Conflit au Moyen-Orient: quel impact sur les réacteurs nucléaires de la région?

Officiellement, la Syrie dispose d’un réacteur miniature source de neutrons (Miniature Neutron Source reactor ou MNSR) près de Damas. Il s’agit d’un réacteur compact destiné à la recherche dans le domaine nucléaire fourni par la République populaire de Chine. Ce réacteur fonctionne avec de l’uranium U235 enrichi à près de 90%.

Divers rapports émanant de services de renseignement hostiles au régime syrien actuel avaient évoqué une possible coopération avec la Corée du Nord et l’Iran dans le domaine nucléaire.

le 06 septembre 2007, des avions de guerre israéliens soutenus par l’US Air force avaient effectué un raid via la Turquie sur un prétendu réacteur nucléaire en construction en Syrie.

A l’époque, le Président américain George W. Bush avait déclaré que ce réacteur avait des caractéristiques similaire au réacteur de Yongbyon en Corée du Nord et que par conséquent, cette frappe était un « avertissement  » à la Corée du Nord. De son côté, tout en niant les accusations, Damas avait affirmé que le site visé n’était qu’un simple centre de recherches en agronomie relevant des forces armées.

La Russie a souligné mercredi les conséquences “catastrophiques” que pourrait avoir une attaque occidentale sur la Syrie si un missile venait à frapper un réacteur MNSR de recherche situé près de la capitale Damas.

 

“Si une ogive, volontairement ou par hasard, devait toucher le Réacteur miniature source de neutrons (MNSR) près de Damas, les conséquences pourraient être catastrophiques”, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

 

Les zones environnantes pourraient être contaminées par de l’uranium hautement enrichi (U235), ajoute le ministère qui craint aussi que du matériel nucléaire tombe entre les mains des rebelles radicaux après une attaque.

Cependant, c’est en Israël où les inquiétudes sur la sécurité des installations nucléaires en cas de conflit sont les plus vives. Plus précisément la vieille centrale nucléaire de Dimona au Néguev.  Ce site qu’ont tenté de survoler à deux reprises des drones du Hezbollah libanais.

Le site est déjà la source d’une contamination radiologique des sols mais que l’Etat s’efforce de passer sous silence par peur de l’opinion publique. En cas de « conflit ouvert » ou de « dérapages » des frappes occidentales sur la Syrie, ce pays ou l’un de ses alliés, plus probablement le Hezbollah pourrait bien cibler Dimona avec des dizaines de missiles disposant d’un faible EPR (Error probability Range).

On peut aisément imaginer l’impact psychologique immense aussi bien au sein de l’opinion publique israélienne que celle des pays Arabes si un ou plusieurs missiles venaient à s’abattre sur  Dimona.

Quoi qu’il en soit, il devient de plus en plus évident que ceux qui parlent de  » frappes sur la Syrie »  ignorent l’inextricable complexité et l’extrême gravité de la situation du Moyen-Orient dans son ensemble.

C’est un front ouvert du plateau iranien jusqu’au au littoral syro-libanais en passant par l’Irak.  Pour celles et ceux qui l’ont oublié, les chapelets de bombes explosant quotidiennement en Irak sont le signe le plus évident du débordement du conflit syrien sur ce pays.

Les États-Unis et Israël testent les fréquences radars syriennes

Deux missiles ballistiques ont été tirés en Méditerranée en direction de la Syrie et se sont abîmés en mer, le 3 septembre.

L’information a d’abord été révélée par le ministère russe de la Défense sans indiquer l’origine des tirs. Puis, après une vingtaine de minutes d’affolement général, Israël et les États-Unis ont reconnu en être les auteurs.

Selon l’état-major syrien, cette manœuvre avait pour but de tester les fréquences radars utilisées par la défense anti-aérienne de la Syrie.

Cette opération confirme le rôle d’Israël dans le dispositif d’attaque états-unien de la Syrie.
Source: Voltairenet

Conflit au Moyen-Orient: Damas déterminé à riposter

Selon des informations recueillies, des satellites militaires américains ont permis au Pentagone de découvrir jusqu’à quel point la Syrie est déterminée à riposter à une éventuelle attaque. L’armée syrienne a ainsi pointé des centaines de missiles sur Israël, la Turquie, la base d’Akrotiri à Chypre, deux bases en Jordanie et une base au Nord de l’Arabie Saoudite.

L’ensemble du système de la défense aérienne du territoire a fait l’objet d’un redéploiement avec l’adoption de méthodes asymétriques telles que celles employées par les Nord-Coréens ou les Serbes.

Une armée populaire a été mobilisée. Dénommée les forces de la défense nationale, ils comptabilisent désormais presque 300 000 hommes en appoint à l’armée régulière.

Le Président Assad a donc ordonné une guerre à outrance à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Plus acharné, son ministre de la défense Fahd Jassem Al-Freij, faucon parmi les faucons,  préconise non moins que de tenter un passage en force au Golan à coups d’armes non-conventionnelles, faire irruption en Galilée et établir une jonction avec les combattants du Hezbollah,  libérer la ville d’Haifa et en faire une tête de pont pour la libération du reste de la Palestine. C’est du moins ce qui a été rapporté des échanges de vues lors d’une réunion secrète du haut conseil de la sécurité syrienne. Ce scénario a peu de chance de se concrétiser car Israël utilisera ses armes nucléaires tactiques  autour du lac de Tibériade, non loin d’Armageddon.

Al-Assad dispose d’une armée bien plus solide et structurée que celle de Saddam Hussein. Malgré une guerre civile de presque trois ans. Un lointain atavisme probable du triple héritage byzantin, Ommeyade et Ayoubbide. Les syriens sont convaincus que leur pays survivra à la tempête comme Damas avait résisté et survécu aux invasions Mongoles au Moyen-Âge (alors que Bagdad avait succombé, déjà à l’époque…)  Ils savent surtout que leur pays n’est pas seul et que son ciblage vise en finalité l’Iran.

Syrie: une armée galvanisée par la menace étrangère et le précédant irakien

« Les forces armées syriennes sont mobilisées et ont le doigt sur la gâchette » a affirmé samedi le Premier ministre syrien Waël Al-Halaki avant de souligner que l’état-major est prêt à faire face à toutes les scenarii.

D’après diverses informations, le gouvernement syrien a ordonné l’accès gratuit aux vivres de première nécessité aux populations tandis que l’armée syrienne a mobilisé 350 000 hommes pour faire face à une agression.

Ces déclarations inhabituelles émanant d’un technocrate intervenaient très peu de temps après le départ des observateurs des Nations Unies  de Syrie en direction de la Haye.

Les chefs militaires syriens s’attendaient depuis des mois à une intervention étrangère doublée d’une guerre sur deux fronts: au Nord contre la Turquie et au Sud contre le tandem Israël-jordanie.

L’objectif prioritaire de l’armée syrienne semble désormais d’encaisser une première vague de frappes balistiques et aériennes.

Les chaînes de télévision syriennes passent en boucle depuis hier des images des bombardements atomiques américains sur les villes d’Hiroshima et de Nagazaki en 1945, les bombardements au Napalm et à l’agent Orange sur le Vietnam, les horreurs commises par les forces d’occupation US à Bagdad, Abou Gharib et Falloudjah en Irak ainsi que la torture à Guantanamo. Le commentaire est assez édifiant.  D’autres images inédites d’atrocités démontrant l’usage d’armes prohibées contre des populations civiles irakiennes à Falloudjah en 2004, prises par d’anciens soldats irakiens réfugiés en Syrie sont diffusés à l’ensemble des troupes syriennes.

Des officiels syriens ne se font aucune illusion et se disent galvanisés par la très longue liste d’horreurs et d’atrocités commises par les américains en Irak voisin et qu’ils s’attendaient désormais à une agression à tout moment. Damas tient à rappeler que cette agression non justifiée et illégitime ne passerait pas sans une riposte.

Téhéran: une agression contre la Syrie permettra la libération de la Palestine

Des doutes subsistaient quant à une éventuelle riposte de l’Iran en cas d’agression étrangère en Syrie. Désormais, cela ne fait plus l’ombre d’un doute: la machine de guerre iranienne est en plein branle-bas de combat.

Un disours mystique et eschatologique domine les débats en Iran: pour la première fois, les iraniens évoquent publiquement « l’ultime guerre, celle qui conduira à la libération de la Palestine et l’anéantissement de l’Etat sioniste ».

De toute évidence et parallèlement aux immenses préparatifs de guerre israéliens, l’Iran s’est bien préparé à une guerre régionale totale. Cette donne chamboule non seulement les calculs de Washington et exlique ses hésitations mais également le recours par Obama à une approbation du Congrès pour déclencher ce qui pourrait être l’un des plus grands conflits du siècle.

Vu de Téhéran, l’approbation du Congrès est acquise d’avance, vu l’influence qu’exerce le  puissant lobby pro-israélien sur le pouvoir législatif US.

D’après des indiscrétions, la délégation du Haut Conseil de la sécurité nationale iranienne en visite depuis hier  à Damas aurait remis aux syriens un message secret ainsi que des plans visant à synchroniser une éventuelle riposte en cas d’agression contre la Syrie.

Quelques heures plus tard, le commandant en chef des Niruyeh Moghavemat Bassij (force de mobilisation de la résistance), la plus grande force  paramilitaire d’Iran (de 3 à 9 millions d’éléments), fondée en 1979 et relevant des forces du Corps des Gardiens de la Révolution a annoncé publiquement que toute « agression contre la Syrie conduira à la libération de la Palestine ».

D’autres généraux iraniens de l’armée régulière et des Gardiens de la Révolution ont martelé qu’une intervention occidentale en Syrie déclencherait un conflit qui ne sera pas circonscrit aux seules frontières syriennes.

Au Liban, des analystes proches du Hezbollah libanais estiment quant à eux qu’une éventuelle attaque américano-sioniste contre la Syrie verra la libération de la Palestine septentrionale. Une allusion à peine voilée à l’existence de plans secrets prévoyant l’intrusion de combattants du Hezbollah en Galilée, voire l’investiture d’agglomérations israéliennes. Ce qui serait une première depuis la création d’Israël en 1948.

Un cauchemar pour Obama.

La marine syrienne en état d’alerte

La surprise viendra t-elle de la marine syrienne?
La surprise viendra t-elle de la marine syrienne?

Dans un climat marqué par l’imminence d’une agression étrangère, nos sources à Damas font de plus en plus allusion à une éventuelle surprise qui proviendrait de l’arme la moins connue des forces armées syriennes: la marine.

On possède aucune information sur les capacités-certainement limitées- de la marine de guerre syrienne. Cependant, nos sources, indiquent que l’état-major syrien accorde une grande importance à cette arme en ce moment précis.

Contrairement aux autres armes comme celles de l’arme blindée et des hélicoptères, la marine n’a pas subi de pertes lors de la guerre civile.

Depuis des mois, la marine de guerre syrienne, fondée en 1946, tente de chasser les dizaines de submersibles non identifiés ayant pénétré dans les eaux territoriales syriennes. Non sans un certain succès, puisque au moins un submersible israélien de la classe Dolphin a été endommagé lors d’un incident.

Les missiles antinavires de la marine syrienne représentent une menace non négligeable pour les bâtiments de surface croisant à portée de missile du littoral syrien. Les missiles Yakhont n’ont pas tous été détruits par les raids israéliens.

Les drones maritimes iraniens pourront également jouer un rôle dissuasif.

marine  syrienne2

Vieilles vedettes lance-missiles de la marine syrienne lors d'un exercice en jullet 2012
Vieilles vedettes lance-missiles de la marine syrienne lors d’un exercice en juillet 2012

Conflit du Moyen-Orient: une guerre totale sous couvert de « frappes limitées »

Nos sources diplomatiques à Damas et à Amman affirment que l’état-major syrien s’attend à un assaut aérien et balistique américano-israélien d’envergure utilisant une large palette d’armes nouvelles qui sera présenté par les médias mondiaux comme des frappes aériennes limitées en soutien à une offensive rebelle au sol.

Israël pourrait ne pas participer « ouvertement » à la première vague et se contentera d’attendre la chute des premières roquettes syriennes sur ses bases pour déclencher une riposte disproportionnée. Mais il se pourrait  également que les avions de guerre israéliens puissent participer  à la campagne aérienne sous les couleurs des armées de l’air US, britannique et française.

Néanmoins vu que les israéliens n’ont  pas hésité à bombarder la Syrie à quatre reprises, les syriens jugent fort probable leur implication en première ligne.

Pour Damas, Washington a déjà bombardé la Syrie en envoyant des missiles de croisière sur le Mont Qassioune il y a de cela quelques mois. Une immense boule de feu accompagnée d’un séisme d’une magnitude de 4 sur l’échelle ouverte de Richter ont secoué toute la région de Damas, faisant croire à l’état-major syrien que leur pays faisait l’objet d’une attaque non-conventionnelle. Aucun média n’a évoqué une quelconque participation US: officiellement, c’était une attaque israélienne visant à empêcher un hypothétique transfert d’armes chimiques au Hezbollah libanais.

 

Toujours selon les mêmes sources, le compte à rebours des opérations aériennes aurait commencé il y a deux semaines avec les rencontres entre le Prince Saoudien Bandar Ben Sultan et Obama d’un côté, et du ministre israélien de la défense (la guerre) avec son homologue US de l’autre, soit bien avant  l’affaire chimique.

En Syrie, une directive du haut commandement militaire a ordonné à tous les personnels des forces armées de garder l’uniforme réglementaire quelles que soient les circonstances, y compris en cas de guerre nucléaire susceptible d’anéantir l’État-Nation dans sa totalité. Cette directive, appliquée scrupuleusement depuis le début de la guerre, a été préconisée par l’actuel ministre de la Défense en réaction aux débâcles irakienne et libyenne.

Damas sait surtout qu’il sera presque seul face à la furie des armes US. Seul le Hezbollah et le FPLP (Palestine) se battront à ses côtés.

La Syrie sera un cas d’école sans précédant. Ce n’est pas l’Irak et encore moins la Libye. La route de Damas est en effet un verrou stratégique vers Téhéran et de là vers l’Oural et l’étranglement énergétique assuré d’une Chine qui implosera avec fracas. C’est in fine la logique intrinsèque du capitalisme et son essence: la guerre c’est le profit.

Damas: « Nous n’avons que deux options: soit capituler, soit nous défendre avec les moyens de bord… »

Il semble que la Syrie ne croit pas trop à l’éventualité d’un assaut généralisé mais à des frappes américano-israéliennes limitées comme ce fut déjà le cas à trois reprises lors des derniers mois. Lors d’une conférence de presse à Damas, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem a affirmé que son pays n’avait que deux option en cas d’intervention occidentale: « soit nous rendre, soit nous défendre avec les moyens dont nous disposons. La seconde alternative est la meilleure: nous nous défendrons.  »

Quels sont les moyens dont dispose actuellement la Syrie après trois ans d’une guerre destructrice qui a largement entamé le potentiel de ses forces armées? Mouallem a également dit qu’une intervention étrangère n’affectera pas les opérations de lutte antiterroriste dans lesquels sont engagés les forces armées syriennes. L’allusion est de taille. Elle suggère que Damas sait que Washington et ses alliés régionaux se baseront par dessus tout sur une attaque de mercenaires qu’ils soutiendront par la voie des airs, notamment à l’aide de missiles de croisière et de frappes aériennes. D’ailleurs, depuis un mois, des milliers de combattants de plus d’une cinquantaine de pays affluent en masse en Syrie depuis les camps d’entraînement de la CIA en Jordanie et en Turquie. La route vers Damas serait alors ouverte à coups de Tomahawk à ces légions du chaos.

Cela explique pourquoi l’armée syrienne a lancé son opération « Bouclier » sur 13 axes majeurs autour de Damas et que le succès de cette opération, notamment la reprise en main des banlieues  ait fait paniquer Washington, Ryad, Tel-Aviv et Ankara.

Chose inédite, pour la première fois depuis le début du conflit, des rebelles utilisent des fusils américains M16 A2, des carabines M4 et des fusils de précision autrichiens Steyr Scout.  Des armes quasiment inconnues en Syrie, un pays traditionnellement tributaire de la Russie en matière d’armement. Et certainement pas à la portée financière du premier « révolutionnaire » venu!  Ce fut le cas avant-hier à Homs dans le centre du pays où des groupes d’extrémistes religieux ont été capturés avec ces armes et des missiles antichar russes Kornet.

Que peut faire Damas lorsque ses radars seront désactivés et son aviation clouée au sol? Malgré son affaiblissement et son matériel assez obsolètes si l’on exclue quelques systèmes d’armes comme le S-300 et le Yakhont, l’armée syrienne dispose d’un point fort: sa cohésion et sa très forte structuration. l’ancien président syrien Hafez Al-Assad, un ancien pilote de chasse, a consacré sa vie à bâtir une armée doctrinaire et homogène malgré la diversité confessionnelle de ses éléments (quoique constituée à 80 % de Sunnites). Une armée qui devait se battre sur quatre fronts puisque la Syrie avait quatre ennemis aux quatre points cardinaux: la Turquie au Nord, l’Irak de Saddam Hussein à l’Est, la Jordanie au Sud et Israël au Sud-Ouest avec lequel il est toujours techniquement en guerre. Le Liban était contrôlé.  Deuxième inconnue: Quel est le potentiel balistique réel dont dispose la Syrie et qui n’est pas aussi négligeable qu’on le pense? Quels sont les liens étroits que la Syrie a tissé avec l’Iran et la Corée du Nord ces dernières années? Autant de questions qui nous permettent de dire que la situation reste plus ouverte que ne le laissent penser certains analystes.

Le Front Populaire de Libération de Palestine-CG menace de s’en prendre aux pays soutenant une attaque contre la Syrie

Le Front Populaire de Libération de Palestine-Commandement Général a menacé aujourd’hui dans un communiqué de cibler les intérêts de tous les pays participant à une éventuelle agression contre la Syrie. La diffusion de ce communiqué coincide avec la tenue, depuis ce matin, à Amman en Jordanie d’une réunion des chefs d’état-major de huit pays Arabes et Occidentaux pour étudier les conséquences sur les pays du voisinage d’une attaque coalisée sur la Syrie.

En cas de conflit ouvert, c’est Israël, la Jordanie, la Turquie, l’Arabie Saoudite qui subiront de possibles représailles de l’axe Damas-Téhéran.

Iran: « Dures conséquences si Washington franchit la ligne rouge » en Syrie

Une attaque militaire américano-israélienne sur la Syrie serait perçue comme une attaque généralisée contre la République islamique d’Iran. Le Chef adjoint de l’Etat-Major des forces armées iraniennes, le général Messaoud Jezayeri a explicitement averti de dures conséquences si Washington décide de franchir la ligne rouge en Syrie.

Les américains et les israéliens le savent depuis le début mais attendaient patiemment le changement de deux variables: primo, un affaiblissement suffisant des forces armées syriennes et de son économie; secundo, l‘arrivée de nouveaux systèmes d’armes capables de rendre obsolètes les systèmes d’armes russes, chinois et iraniens. Ce qui semble être fait vu les déclarations belliqueuses des Chefs d’Etats alliés des Etats-Unis.

Cependant, nul ne pourra prévoir ce qui adviendra au lendemain de l’incendie. Car, ne vous y trompez pas deux fois: une attaque américano-israélienne sur la Syrie et l’Iran marquera non seulement l’épilogue et l’échec définitif de ce que l’on a appelé « Printemps arabe » (jeu de mot signifiant « destruction arabe » en hébreu) mais également le début de la troisième guerre mondiale. Ironie du sort, celle-ci a toutes les chances de se déclencher à la veille de la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale…

Guerre au Moyen-Orient: Israël impliqué dans l’attaque chimique des environs de Damas

Selon le journal égyptien Al-Chaab et des rapports des services secrets syriens, des éléments des forces spéciales israéliennes, infiltrés depuis les hauteurs stratégiques du Golan dans la grande banlieue de Damas seraient directement impliqués dans l’attaque chimique aux neurotoxiques à Ghouta, au Nord Est de Damas qui a provoqué la mort de près de 700 personnes.

Ces éléments formés essentiellement d’Arabes israéliens et de palestiniens ont rejoint la brigade de Liwaa Al-Islam il y a près d’un mois après un passage dans un camp d’entraînement situé en Turquie.

Photos du jour: le Président Assad de Syrie au front, à Darya!

Image inédite du Président syrien Bashar Assad sur le terrain des opérations, aujourd'hui 01e août 2013, à l'occasion du 68e anniversaire des forces armées syriennes. En visite auprès des unités opérationnelles à Darya, dans la périphérie Sud de Damas, l'une des zones les plus dangereuses en Syrie. Il a fallu sept mois d'assauts ininterrompus à l'armée syrienne sur cette localité pour venir à bout des 6000 insurgés qui y étaient retranchés.
Image inédite du Président syrien Bashar Al- Assad sur le terrain des opérations, aujourd’hui 01e août 2013, à l’occasion du 68e anniversaire des forces armées syriennes. En visite auprès des unités opérationnelles à Darya, dans la périphérie Sud de Damas, l’une des zones les plus dangereuses en Syrie. Il a fallu sept mois d’assauts ininterrompus à l’armée syrienne sur cette localité pour venir à bout des 6000 insurgés qui y étaient retranchés. Sur cette photo diffusée il y a une demi-heure par la chaîne satellitaire syrienne, Al-Assad échange quelques mots avec de simples soldats d’un bataillon d’infanterie mécanisée.
Al-Assad au milieu de la troupe à Darya, il y a quelques moments. "Je suis fier de vous en tant que soldats...L'histoire retiendra que vous avez combattu jusqu'au bout dans l'ordre et la discipline. la Syrie fait face à l'une des plus sauvages agressions de l'histoire contemporaine et vous avez montré au monde entier que vous n'étiez pas une armée fantôche...Nous vaincrons!"
Al-Assad au milieu de la troupe à Darya, il y a quelques moments. « Je suis fier de vous en tant que soldats…L’histoire retiendra que vous avez combattu jusqu’au bout dans l’ordre et la discipline. la Syrie fait face à l’une des plus sauvages agressions de l’histoire contemporaine et vous avez montré au monde entier que vous n’étiez pas une armée fantôche…Nous vaincrons! »
Al-Assad avec un officier de la police militaire dans les rues de Darya. Au même moment, le commandant des forces aéroportées russes a déclaré que ses forces sont prêtes à intervenir en Syrie en soutien à l'armée syrienne en réponse à toute tentative US d'imposer une zone d'exclusion aérienne.
Al-Assad avec un officier de la police militaire dans les rues de Darya. Au même moment, le commandant des forces aéroportées russes a déclaré que ses forces sont prêtes à intervenir en Syrie en soutien à l’armée syrienne en réponse à toute tentative US d’imposer une zone d’exclusion aérienne.

 

Proche et Moyen-Orient ou les enfants de l’anarchie…

Le changement de paradigme opéré en urgence par l’administration US du président Barack Obama dans sa gestion du Proche et Moyen-Orient a non seulement  brouillé des cartes et faussé des grilles d’analyses mais causé des troubles graves dans des pays comme l’ Egypte, la Tunisie et la Libye.

Une partie non-négligeable du monde musulman se retrouve désormais plongée dans l’anarchie.  Si la guerre en Syrie continue de faire rage, la Turquie assiste impuissante à la disparition de ses frontières méridionales tandis que l’Iran peine à faire face à un embargo économique, financier et technologique total.

Depuis le début du Ramadan, mois sacré musulman, des attaques asymétriques  ont visé les armées régulières d’Egypte, d’Irak, du Liban, de Libye, de Syrie et de Tunisie. C’est donc à un véritable Ramadan rouge que sont confrontés la plupart des pays du monde dit arabe.

Syrie

L’axe Damas-Bagdad-Téhéran est de plus en plus visé. Hier, Damas a condamné avec la plus grande fermeté les attaques terroristes massives ayant visé plusieurs villes irakiennes (un bilan officiel irakien évoque 55 morts et plus de 250 blessés).  Une semaine auparavant, une attaque contre la sinistre prison d’Abou Gharib, près de Bagdad, a permis l’évasion spéctaculaire de plus de 1200 détenus. Une grande partie de ces derniers se seraient dirigés en Syrie pour rejoindre les rangs des groupes terroristes se battant contre le gouvernement syrien.

Sur le terrain en Syrie, une vigoureuse contre-offensive en cours de l’armée syrienne à Khan Al-Assal (Alep), prise il y a quelques jours par des groupes liés à al-Qaïda au Levant.  La capture de la localité par une vingtaine de groupes armés a donné lieu à des représailles sanglantes puisque la « brigade du Califat » a passé au fil de l’épée plus de 220 personnes accusées de collaborer ou d’être des sympathisants du gouvernement.

La chute de Khan Al-Assal a été rendue possible par l’usage inédit de nouvelles tactiques et l’intervention directe d’unités militaires de pays voisins  « noyées » au sein des insurgés.  On évoque surtout des éléments de l’armée turque mais également quelques éléments de l’IDF (Israel Defence Forces) au Nord d’Alep où la frontière avec la Turquie a cessé d’exister sur fond de résurgence du nationalisme kurde.  Des sources syriennes indiquent que des unités parachutistes sont parvenus à pénétrer dans les alentours de Khan Al-Assal et sont actuellement en train de se battre à l’entrée de la localité.

D’autres unités mixtes de l’armée syriennes ont lancé une offensive  pour désengager l’aérodrome de Ming et la prison centrale d’Alep. La Prison centrale d’Alep, défendue par l’élite des forces du ministère de l’intérieur, est assiégée depuis avril 2013. Aux unités d’infanterie mécanisée se sont jointes des unités paramilitaires et des comités de la résistance palestinienne. Damas est parvenu à un accord secret avec les Kurdes au Nord pour faire face à l’ennemi commun: la Turquie et ses milliers de combattants étrangers inflitrés.

Plus au Sud, des offensives de l’armée syrienne à Sibina dans la périphérie de Damas ont été signalés.  Une intervention des blindés à Arbin dans la campagne de Damas s’est terminée par la destruction d’un groupe terroriste multinational.

A Hermon, une brigade de Jabhet Ennosra (le Front des Partisans) a été éliminée par des troupes de choc.  Dans le gouvernorat de Homs, des troupes de choc ont réussi à pénétrer dans la ville de Khalidia où les défenses de l’armée syrienne libre (ASL) et des groupes alliés se sont subitement effondrées.  Des tranchées et des blockhaus improvisés ont été découverts en plein centre-ville par les unités de génie de l’armée loyalistes. Ces dernières ont également découvert que des immeubles ont été plastiqués.

Dans le Sud du pays, une unité de la Garde Républicaine syrienne a éliminé la fameuse « brigade de la mort » et son chef Ibrahim Al-Misry. Près du Golan, l’armée syrienne recapture une localité non loin de la ville d’Al-Qunaïtra.

Sur le plan économique, Damas tente par tous les moyens possibles de limiter les effets de la guerre économique à outrance menée à son encontre. Le taux de change officiel est maintenu à 175 lires syriennes contre un dollar US.  De nouvelles lois répressives visant la spéculation et le marché noir viennent d’être promulguées. Ces dernières assimilent désormais les spéculateurs aux terroristes. Malgré la crise et les pénuries, une catégorie de nouvaux riches a émergé du chaos et de la spéculation.

C’est dans ce climat économique marqué par une recrudescence sans précedant du chômage que le ministère de l’intérieur lance une vaste campagne de recrutement afin de renforcer ses structures. Le renforcement de ces forces permettrait l’affectation des forces militaires à d’autres tâches plus urgentes. Selon des sources syriennes, plus de 35% des capacités de l’armée syrienne demeurent en réserve pour faire face à une éventuelle intervention étrangère.

Sur le plan de l’information, Les chaînes de télévision syriennes sont retransmises via le satellite russe AM44 EXPRESS.  La chaîne syrienne d’information en continu Al-Ikhbarya est toujours retransmise sur Eutelsat W2A. Radio Damas émet sur 102.8 FM à Damas et sa périphérie.

Egypte

L’appel du chef des armées égyptiennes, le général Abdul Fattah Al-Sissi, des centaines de milliers de manifestants anti-Morsi sont descendus dans les rues et les avenues des grandes villes égyptiennes. Des heurts sanglants ont opposé deux Egypte, causant près de 200 morts en une semaine. Des armes à feu ont été utilisés aussi bien par les partisans des Frères Musulmans que par des policiers en civils inflitrés parmi les manifestants. Au Sinaï, deux soldats égyptiens tués et plusieurs autres sont blessés dans une attaque à la roquette. Les insurgés islamistes utilisent désormais des armes lourdes.  Des hélicoptères Apache de l’armée égyptienne bombardent des repaires présumés de groupes armés. Si les troubles sanglants du Caire, d’Alexandrie ou de Port-Said peuvent déboucher sur un semblant de brève guerre civile, ceux de la péninsule du Sinaï risquent de durer pendant des années. Avec toutes les conséquences possibles sur la sécurité régionale

Libye

Les répercussions du chaos égyptien en Libye sont très graves. Déjà en plein chaos, le pays fait face à une campagne soutenues et organisée de terreur. La démission de plusieurs ministres du gouvernement a succédé l’évasion spectaculaire de plus d’un millier de détenus de la prison centrale de Bengazi. Des assauts contre des bâtiments officiels et attentats à la bombe contre le palais de justice de la ville ont coincidé avec un assaut contre un hôpital psychiatrique où  plus de 150 internés en fuite ont été armés.  Des dissidences sont signalés  au Sud du pays.  La Libye Occidentale est sous le gouvernement de facto d’une puissante tribu (Zentane) détenant des armes chimiques et des missiles balistiques de courte portée . Prolifération des coupeurs de routes. L’extrême Sud de la Libye, notamment près des confins frontaliers avec le Tchad, le Niger et l’Algérie est quasiment une  zone libre commandée par Mokhtar Belmokhtar.

Tunisie

La poursuite des assassinats politiques en Tunisie et la persistence d’un puissant maquis terroriste au Mont Chaambi dans la localité de Kasserine non loin des frontières algériennes menacent la sécurité nationale tunisienne. Des informations recueillies indiquent qu’une unité d’élite de l’armée tunisienne a été accrochée par des éléments terroristes retranchés au Mont Chaambi, causant la mort de dix militaires et des blessures à trois autres. Selon certaines informations non confirmées, les militaires auraient été égorgés et leur équipement volé. En Algérie, l’état-major de la 5e Région militaire de Constantine est en état d’alerte et des renforts en hélicoptères de combat et d’attaque au sol ont été dépêchés en urgence à Tebessa, face à Kasserine. Des sources parlent d’une opération imminente aux frontières afin de détruire toute éventuelle infiltration ou pour arrêter des secours fournis par des groupes basés en Algérie  aux 170  terroristes retranchés au mont Chaambi.

Conflit au Moyen-Orient: les plans de bombardements US contraires à Genève 2 martèle Lavrov

Les plans de bombardements américains de la Syrie, annoncés mardi par le général Martin Dempsey, vont à l’encontre de l’entente intervenue entre Moscou et Washington sur la convocation d’une nouvelle conférence internationale sur la Syrie (Genève 2), a annoncé mercredi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

« Si nos partenaires américains mettent l’accent sur la livraison d’armes à l’opposition syrienne et sur la diffusion de leurs plans – visiblement, en cours d’élaboration – qui prévoient des frappes sur les positions du gouvernement syrien, cela ne correspond évidemment pas aux ententes visant à réunir la conférence sans conditions préalables », a déclaré M. Lavrov lors d’une conférence de presse à l’issue de négociations avec son homologue moldave Natalia Gherman.

Le président du Comité des chefs d’état-major des forces armées américaines, le général Martin Dempsey, a fait savoir mardi que les Etats-Unis avaient préparé un plan de bombardements de sites stratégiques en Syrie. Au Pentagone, on multiplie les fuites sur d’éventuelles frappes cinétiques tandis que la moitié de la flotte de drones lanceur de missiles est en train d’être retirée du Pakistan et d’Afghanistan et redéployée en Turquie, notamment sur la base aérienne US d’Inçirlik.

D’après des blogs anonymes de fonctionnaires du Département de la Défense US, le Pentagone a élaboré une demi douzaine de plans prévoyant des frappes aériennes et balistiques sur la Syrie. Le changement opéré dans la gestion du conflit syrien en écartant -en moins d’une journée, définitivement le Qatar de tout rôle et en attribuant la gestion du conflit à l’Arabie Saoudite (chargée notamment de financer la future bataille d’Alep) et Israël (menaces de « riposte » et donc d’intervention) entre dans le cadre d’une reconsidération des objectifs initiaux.

Le métier de diplomate est en crise profonde. Que ce soit au sein de l’ONU, l’Union européenne, la Ligue arabe ou l’Union Africaine, personne ne sait plus comment analyser ce qui se passe tant sont complexes les mécanismes d’ingénierie du chaos mises en oeuvre.  d’où la paralysie ayant frappé nombre d’instances internationales. Des dizaines d’analystes ont suivi la mode comme celle attribuant au Qatar un rôle diplomatique en plein essor en oubliant que tous ces pays ne sont, au mieux, que des pions dans un grand jeu dans lequel les 27 pays de l’UE n’ont aucun poids.

Conflit au Moyen-Orient: de la révolution 2.0 aux bombardements orbitaux?

1. Malgré un nouvel afflux notable d’hommes et de matériel, la rébellion syrienne peine non seulement à se maintenir en dehors des zones rurales isolées mais accentue ses divisions intrinsèques du fait de profonds clivages idéologiques et politiques.  En réalité, la rébellion syrienne, toutes tendances confondues, ne s’est jamais remise de sa défaite stratégique à Al-Qussayr (non loin de l’antique Meggido). Sur le terrain, les rebelles sont boutés hors des cités périphériques de Damas, écrasés à Homs et à Lattaquié, pourchassés près de la zone de cessez-le-feu au Golan et mis en échec à Alep où le blocus mis en place par des groupes extrémistes armés depuis le début du mois sacré du Ramadan vient d’être percé par les unités d’élite de l’armée syrienne.

Cet ascendant des forces armées syriennes et des milices populaires permet à Damas de focaliser sur un autre aspect non moins dangereux du conflit en cours en Syrie: la guerre économique. Depuis des mois, des campagnes organisées de spéculation monétaire et financière ont grandement nui à l’économie syrienne et à la valeur de la livre syrienne. Cette spéculation est accompagnée par diverses pratiques telles que la contrebande, la fuite massive de capitaux, l’organisation de fausses pénuries, le sabotage d’infrastructures, l’introduction de fausse monnaies, la corruption et une hausse anormale des produits de base. Pour y faire face, le Premier ministre syrien Wael Al-Halaki a mis en place toutes une série de mesures de protection. Cependant fort insuffisantes. Le recours à des experts iraniens, aguerris par le blocus auquel leur pays fait face, a permis d’éluder l’effondrement de la monnaie nationale syrienne.

Le gouvernement syrien a beau mettre en place un système de rationnement en temps de guerre, impossible de stopper les pratiques spéculatives. En vertu du système de rationnement, chaque personne adulte a le droit à 300 grammes de thé par mois mais ce produit s’échange sous le manteau à des prix rédhibitoires et est surtout exporté en masse vers des pays voisins. La situation est telle que l’armée syrienne commence à cibler les milieux de la spéculation. Néanmoins, contre toute logique, l’économie syrienne tient toujours. Les liens commerciaux officieux avec l’Irak et l’Iran (ce dernier ne parvient ou ne veut plus payer ses créances internationales) ainsi que ceux bancaires avec le Liban expliquent en partie mais pas totalement la survie surprenante du système économique d’un pays non producteur d’hydrocarbures dont l’économie est basée essentiellement sur l’agriculture et le textile.

2. Des indications receuillies laissent entendre que les populations civiles et les unités militaires assiégées à Alep ont pu être ravitaillées par l’armée syrienne qui a du intervenir alors que son plan ne préconise pas un mouvement vers le Nord avant le mois de d’octobre afin de parer à toute nouvelle attaque combinée sur Damas comme ce fut le cas en juillet 2012. Le blocus imposé par les groupes les plus extrémistes de la rebéllion n’a pas tenu, moins par la vigueur de l’offensive loyaliste que par l’éclatement de conflits armés entre, d’une part, les groupes liés à Al-Qaïda et des factions de l’armée syrienne libre, et, d’autre part, le front d’Ennosra et les milices kurdes. La situation semble prendre un virage inattendu au Nord de la Syrie et en Turquie méridionale avec l’éventualité de la déclaration d’une entité kurde indépendante. Cette éventualité est fort redoutée par Ankara.

3. Plus au Sud, près du plateau stratégique du Golan, des accrochages ont encore opposé des militaires syriens et israéliens. Des unités de l’armée syrienne pourchassant des groupes armés liés à l’armée du Cham (pays de Sem, autre appellation du Levant regroupant la Grande Syrie, c’est-à-dire, la Syrie, le Liban, la Palestine et la Jordanie) près de la ville de Qunaytra, ont poursuivi les rebelles jusqu’à un poste militaire israélien désaffecté situé à l’intérieur de la zone contrôlée par Israël, provoquant une riposte israélienne. Mais les deux pays, soumis à d’intenses pressions internationales pour éviter toute escalade, n’ont pas donné plus d’information. Ce qui est certain est que du côté israélien, une nouvelle brigade chargée du Golan est en train d’être constituée à la hâte tandis que les meilleures unités de l’armée israélienne se massent en Galilée. Le Liban et les confins syro-jordaniens sont survolés par un nombre impressionnant de drones. Au point que la défense antiaérienne israélienne en a abattu un le prenant pour un appareil du Hezbollah. D’autre part, des information jamais confirmées et non-vérifiables font état du déploiement par Israël de missiles nucléaires tactiques non loin du Lac Tibériade. Si cette information est vraie, cela renseigne sur le degré d’inquiétude que suscite l’évolution-défavorable jusqu’ici pour la stratégie de Tel-Aviv-de la crise syrienne dont le théatre d’opération s’étend désormais de la province irakienne d’Al-Anbar à l’Est jusqu’au littoral libanais sur la Méditerannée à l’Ouest.

4. L’évolution défavorable de la crise syrienne suivant les intérêts géostratégiques américains et par voie de conséquence israéliens à re-évaluer l’ensemble de la stratégie arrêtée jusque là. La rencontre du Chef des services de renseignement israéliens avec ses homologues US aux Etats-Unis a pour principal objet une redéfinition de cette stratégie à la lumière des derniers développements régionaux. Si des officiels US tels que le Secrétaire d’Etat John Kerry martèlent publiquement et sans conviction qu’il est encore impossible d’établir une zone d’exclusion aérienne au-dessus d’une partie du territoire syrien, des chefs militaires au Pentagone évoquent pour la première fois la possibilité de recourir à une nouvelle arme: les bombardements orbitaux ou frappes cinétiques. En d’autres termes de lâcher à partir de l’espace ou plus précisément d’une orbite déterminée, une pluie de micro-météorites artificielles qui viendraient s’écraser à très grande vitesse sur une surface déterminée de la planète et, en l’occurrence ici, du territoire syrien. On sait presque rien sur cette nouvelle technique qui rappelle les lancer de fléchettes au dessus des tranchées de la première guerre mondiale  mis à part l’existence d’un programme assez ancien dénommé Thor. La chute d’objets métalliques (matériaux spéciaux) ou autres, lâchés à partir d’une orbite proche et tombant à la vitesse des météores sur le sol syrien serait quasiment impossible à intercepter par les moyens actuels de la défense aérienne ou des des moyens d’interception balistique. Chinois et Russes semblent très inquiets et travaillent d’arrache-pied à des contre-mesures. Un des points faibles de cette technique est son impossibilité à acquérir des cibles précises puisqu’elle dépends de plusieurs variables de la chute libre, de la gravitation et de la rotation terrestre. Ce qui en résulte un phénomène de dispersion plus ou moins important.

La chute de météorites en Russie en février 2013 causant des dégâts dans l’Oural et dans le centre de la Russie a alimenté pas mal d’hypothèses dont la plus tonitruante a été émise publiquement par l’homme politique russe Vladimir Zhirinovsky qui a nommément accusé les Etats-Unis d’avoir testé un système de bombardement cinétique au dessus de l’Eurasie. Une hypothèse que les médias n’ont pas jugé relever et ont classé comme une autre théorie du complot paranoïaque. Ce qui est certain, c’est que l’US Air Force a testé en Irak, durant la période s’étendant de 1998 à 2003, soit l’invasion de ce pays, toute une série de nouvelles armes telles que les bombes à béton (non-explosives), des masses d’acier, des bombes à émission électromagnétiques et d’autres.

Quoi qu’il en soit, les déclarations d’officiels US telles que celles du Secrétaire d’Etat John Kerry sur l’impossibilité d’imposer une zone d’exclusion aérienne sur une partie du territoire syrien ou celles encore plus lénifiantes de responsables européens niant toute volonté d’armer les rebelles cache mal la préparation de plans alternatifs assez novateurs pour tromper la vigilance des alliés de la Syrie. Ce n’est point un hasard si le Chef d’état-major des Armées des Etats-Unis d’Amérique, le général Martin Dempsey, évoque pour la première fois la possibilité d’utiliser des frappes cinétiques (Kinetic strikes) en Syrie.  Si cette éventualité se réalise, le conflit au Moyen-Orient et ses multiples avatars high-tech dénommés sous le nom générique de printemps arabe, auront connu l’usage de l’ensemble des technologies préfigurant le monde de demain (l’arme nucléaire n’en est pas une et figure parmi les techniques du passé) allant des révolutions 2.0, versions plus perfectionnées des premières révolutions colorées aux bombardements orbitaux en passant par de nouvelles techniques d’ingénierie sociales et informationnelles à travers un contrôle total de l’Internet et des moyens de télécommunication. Bien que toutes ces nouvelles techniques soient à leur balbutiement, elles auront un rôle déterminant dans les conflits futurs.

hypervelocity-space-weapon

Le conflit syrien verra t-il l'usage inédit d'armes spatiales?
Le conflit syrien verra t-il l’usage inédit d’armes spatiales?

Conflit au Moyen-Orient: Blocus à Alep, raids israéliens ciblés, une opération en préparation

Il semble que la phase II du conflit en cours au Moyen-Orient soit en cours de préparation active. En une semaine, plus de 1500 mercenaires étrangers en provenance de Turquie sont venus renforcer les groupes extrémistes au Nord de la Syrie dans la province d’Alep où la situation humanitaire est des plus alarmantes en ce mois sacré musulman du Ramadan.

La ville d’Alep fait face à un terrible blocus de la part des groupes extrémistes et des informations recueillies indiquent que les prix des produits alimentaires de base ont connu une hausse de presque 900% du fait des pratiques spéculatives de la mafia.

Le gouvernement syrien tente de briser ce blocus en approvisionnant les populations des secteurs  loyalistes de la ville au moyen d’hélicoptères mais la prolifération de missiles antiaériens plus performants  au mains de certaines factions de la rébellion rend  ce type d’opération de plus en plus aléatoire.

Plus au Sud d’Alep, dans la province centrale de Homs, l’armée syrienne avance très lentement dans le centre historique de la ville vu son architecture où plus de 6000 rebelles utilisent systématiquement des explosifs et des roquettes antichar pour tenter de stopper l’avancée des unités syriennes. Leur défaite n’est plus qu’une question de jours.

Au sein de la rébellion, l’assassinat d’un des chefs suprêmes de l’Armée Syrienne Libre (ASL) par des membres de l’organisation extrémistes de l’Armée du pays du Levant et d’Irak (proche d’Al-Qaïda) risque de déclencher une guerre intestine entre, d’un côté, les puissantes factions islamistes, les plus nombreuses et les mieux armées, et d’un autre, des factions appartenant à d’autres courants.

L’armée syrienne sait qu’elle doit terminer son opération à Homs dans les meilleurs délais et diriger le gros de ses troupes vers Alep au Nord et autour du Golan au Sud-Ouest. Une opération d’envergure des « ennemis » de la Syrie est en phase de préparation active et verrait probablement  la participation de l’aviation israélienne aux côté d’une (nouvelle) armée de mercenaires. Au cours de cette opération, des commandos de tueurs du SAS britannique ou d’un autre service analogue tenteront vraisemblablement de décapiter l’Etat syrien. En d’autres termes, assassiner le Chef d’Etat.

L’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et l’Egypte continuent de fournir une assistance logistique intense à la guérilla se battant contre le gouvernement syrien. Le coup d’Etat militaire contre l’ex-président égyptien Mohamed Morsi, un fervent partisan de la rébellion en Syrie, n’a pas changé la posture stratégique de l’Egypte dont l’armée, très pro-américaine,  contrôle l’ensemble de la vie politique et économique.

Sur le plan géopolitique, la situation est catastrophique pour Israël. Ce dernier fait désormais face à deux incendies: le premier à sa frontière (provisoire) septentrionale et le second sur son flanc méridional au Sinaï. Malgré leur silence, les responsables israéliens s’activent et se considèrent comme les acteurs d’un des plus importants conflits de l’histoire d’Israël. D’où les raids israéliens ponctuels et ciblés en Syrie , toujours passés sous silence.

Selon des informations révélés par des responsables US à la chaîne d’information en continu CNN, l’aviation israélienne aurait procédé la semaine dernière à des raids aériens sur la région de Lattaquié, ciblant des batteries de missiles antinavire de type Yakhont. Cette opération est intervenue en représailles au coulage d’un submersible israélien de la classe Dolphin il y a quelques mois.

Les Syriens et surtout leur alliés Russes ne sont pas restés les mains croisés. Un avion F-16 I ‘Soufa’, super-équipé s’est « officiellement » écrasé en mer suite à une « avarie technique ». Des sources libanaises  affirment que cet avion aurait été abattu près du littoral libanais et non pas près du littoral près de Gaza, causant l’épouvante et une panique générale en Israël. L’Etat-Major israélien a ordonné le blocage provisoire au sol de l’ensemble de la flotte. Des dizaines d’avions israéliens violent quotidiennement l’espace aérien libanais.

Moyen-Orient: Israël a perdu un de ses F-16 I « Soufa »…

Selon des informations rendues publiques, un avion de combat F-16 I  « Soufa » du 107e escadron des forces aériennes de l’État d’Israël a été perdu, dimanche 07 juillet 2013, alors qu’il évoluait en mer à environ 50 kilomètres de la bande de Gaza. L’équipage s’est éjecté et a été récupéré en mer. L’appareil aurait connu une avarie sur son moteur F100-PW-299 (Pratt & Whitney) et cela aurait contraint le chef d’Etat-Major de l’armée de l’air, Amir Echel, à suspendre les vols de tous les appareils dotés de ce type de moteurs. Cela concerne les avions de combat F-16 I « Soufa » et F-15 « Raam ». Décision déplorée par l’ensemble des stratèges israéliens car elle coïncide avec une période hautement sensible, notamment au Golan face à la Syrie où l’armée israélienne est en train non seulement d’amasser ses meilleures unités mais de créer une nouvelle brigade entièrement dédiée à la défense du Golan, un territoire stratégique appartenant à la Syrie occupé en 1967 et annexé en 1981 en dépit de vives protestations internationales.

Cependant,  un certain nombre d’observateurs  comme ceux du magazine américain Veteran Today mettent en doute la version officielle israélienne selon laquelle son F-16 I »Soufa » aurait connu une avarie technique et avancent une autre hypothèse. Cette dernière soutient que l’appareil aurait été abattu par un missile S-300 syrien.

Cette hypothèse est également relayés par des journalistes syriens indépendants. Qui croire? Il ne fait aucun doute qu’Israël, fort d’une très longue et riche tradition de mensonges officiels, n’a pas dit la vérité sur cet incident. D’un autre côté, il n’existe aucune preuve ou témoignage public étayant l’hypothèse d’une perte au combat.

Mais il est fort à parier que les Américains et les Russes dont les navires d’écoute et les avions de guerre électronique encombrent la Méditerranée orientale, ont des informations plus détaillées sur cet incident.

Tribune libre: Printemps arabe ou l’échec de la démocratie en Orient?

L’armée égyptienne est finalement intervenue pour déposer le président Mohamed Morsi, pourtant premier président démocratiquement élu du pays. Le printemps arabe, né en Tunisie fin 2010, a atteint l’Egypte dès le début 2011 et a abouti au départ du président Moubarak qui dirigeait l’Egypte depuis trente ans.

Les revendications d’une grande partie de la jeunesse égyptienne qui a mené cette révolution dite du Nil ou du Papyrus sur la place centrale du Caire (la place Tahrir) ont abouti à des élections libres qui ont vu une déferlante islamique.

En effet, aux premières élections législatives de l’après Moubarak, qui a vu une participation de 55%, les frères musulmans ont obtenu 44.6 % des voix, concurrencés seulement par les plus radicaux qu’eux, les salafistes, qui ont obtenu 22,5% des voix, le premier parti pseudo libéral  obtenant seulement 7,8% des voix. A l’élection présidentielle de 2012, la scission du pays en deux (Islamo-conservateurs contre réformistes) était palpable et l’élection s’est résumée à un duel politique entre un homme de l’époque Moubarak et le candidat des frères musulmans, le scientifique Mohamed Morsi, qui a notamment étudié aux Etats-Unis. Celui-ci remportera l’élection avec 51,73 % des voix (la participation s’élevant à seulement 45%) et sera investi en juin 2012.

Un an plus tard, il sera donc déposé par l’armée après de nouvelles et immenses manifestations (plusieurs millions de personnes) place Tahrir et ailleurs en Egypte. Les opposants lui reprochent principalement sa piteuse gestion de la situation économique du pays. Ce Week-end, plusieurs centaines de milliers de partisans du président déchu sont eux aussi descendus dans la rue, invoquant eux à juste titre le respect des urnes et la démocratie. Les manifestations ont tourné à l’affrontement entre partisans de Mohamed Morsi et l’armée et en ce 10 juillet 2013 on parle déjà de dizaines de morts et de centaines de blessés.

Il y a là des dilemmes visiblement insolubles pour l’Egypte, pour les pays du printemps arabe et pour la communauté internationale.

La démocratie du printemps arabe a vu l’émergence et la prise de pouvoir de mouvements islamo-conservateurs (principalement les frères musulmans) qui étaient soit interdits, soit tenus à l’écart de la vie politique par les anciens pouvoirs laïcisants issus de la guerre froide. Ce retour au pouvoir des clergés et d’un Islam politique a accentué les batailles d’influences trans-territoriales entre confréries, menant à la situation que l’on connaît par exemple en Syrie. Ce pays fait en effet face à une guerre au niveau régional et confessionnel, ou le courant sunnite régional le plus radical tente de mettre à mal le croissant chiite en s’attaquant à sa composante la plus hérétique selon lui mais aussi la plus laïque selon les critères occidentaux. La Syrie est ainsi devenue le champ de bataille par ricochet d’une coalition Russo-chiite qui est en conflit ouvert avec un axe Occidentalo-sunnite.

Le mythe d’un Islam compatible avec la démocratie semble remis en cause.

Les victoires électorales des Frères musulmans en Egypte, en Tunisie ou en Libye, qui auraient pu amener à des cohabitations entre charia et démocratie, ne semblent plus viables. Il y a une crise culturelle profonde qui traverse les sociétés arabo-musulmanes. Les nouveaux régimes issus des élections semblent avoir du mal à bien intégrer la pluralité, qu’elle soit ethnico-culturelle, religieuse ou comportementale. Hormis en Tunisie ou les islamistes composent, la situation économique de tous les pays concernés par ces nouveaux régimes est d’ailleurs plus que catastrophique et qui semble inévitablement génératrice de protestations dans un avenir proche, comme c’est le cas en Egypte aujourd’hui.

Les coups d’état militaires et les juntes au pouvoir ont toujours été fermement condamnés par les pays occidentaux, que ce soit en Birmanie, en Grèce ou en Argentine. La mollesse des réactions occidentales face au coup d’état militaire en Egypte démontre bien le dilemme, entre armée et islamisation. Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu a lui tenté d’empêcher une intervention de l’armée contre le président égyptien, en avertissant les capitales européennes hébétées mais cela a échoué.

L’armée apparaît pourtant de plus en plus comme un nouveau pouvoir (ou contre pouvoir) seul à même de maintenir une forme d’équilibre national et de protéger l’équilibre communautaire (et les minorités) face à une islamisation à outrance des pays concernés. Cette tendance n’est pas nouvelle. En Algérie, la victoire des islamistes fut annulée en 1991, plongeant le pays dans une guerre civile de 10 ans durant laquelle l’Armée affronta, jusqu’à sa victoire en 2002, divers groupes islamistes. En Turquie, Recep Erdogan, depuis son élection en 2003, a lui mené d’intensives campagnes pour désactiver l’armée et faire mettre en prison les officier qui auraient pu s’opposer à l’islamisation lente que le pays connaît, entrainant l’inquiétude des minorités et des laïcs qui ont manifesté récemment. En Syrie, l’armée parait être aujourd’hui le seul garant du rétablissement de l’ordre constitutionnel mis à mal.

Parmi les nombreux manifestants Egyptiens place Tahrir, certains brandissaient aussi des drapeaux syriens et des portraits de Bashar-El-Assad, traduisant ainsi leur bonne compréhension des événements géopolitiques régionaux mais aussi peut être leur profonde intuition que Syrie et Egypte doivent être unis et non en guerre. Il faut se souvenir qu’historiquement, Egypte et Syrie ont déjà été un seul et même état, pour faire face a la menace communiste d’un coté (qui n’existe plus aujourd’hui) et américaine de l’autre. Est-ce la raison pour laquelle de nombreux manifestants place Tahrir brandissaient également des pancartes dénonçant le soutien américain au candidat Morsi?

Il est certain que des groupes radicaux ne vont pas tarder à menacer l’armée Egyptienne d’un conflit pour le rétablissement du pouvoir islamique arrivé au pouvoir par les urnes. On peut se poser la question de savoir si l’Egypte va désormais connaître une guerre civile larvée sur le modèle de l’Algérie quand les élections de 1991 ont été annulées par l’armée.

Alors que le monde arabo-musulman risque de traverser au cours de ce siècle sa grande guerre interne, politique, confessionnelle et générationnelle. Pour les américains, il semble que l’agenda de remodelage du grand moyen orient soit remis aux calendes grecques. Il faut maintenant essayer d’imaginer quelles seront les conséquences directes des ces bouleversements pour les états de la région, et les conséquences possibles et imaginables pour la France, l’Europe et la Russie.

Alexandre Latsa

Conflit au Moyen-Orient: Moscou ne permettra pas une No-fly zone au-dessus de la Syrie

La russie  ne permettra pas l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Syrie, hypothèse proposée selon la presse américaine par des responsables militaires à Washington, a déclaré,  lundi 17 juin 2013, le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. « Nous avons vu avec l’exemple de la Libye la manière dont une telle zone est mise en place et la façon dont de telles décisions sont appliquées. Nous ne voulons pas la répétition d’un tel scénario en ce qui concerne le conflit en Syrie. Je pense qu’en principe nous ne permettrons pas un tel scénario », a dit Alexandre Loukachevitch lors d’une conférence de presse.

Des médias américains ont affirmé la semaine dernière que le Pentagone avait proposé à l’administration du président Barack Obama de mettre en place une zone d’exclusion aérienne limitée, pour notamment protéger les camps d’entraînements des rebelles en Syrie.

La défaite stratégique de l’opposition à Al-Qussayr a affolé les saoudiens. Ces derniers sortent t le grand jeu. Le prince Bandar Ben Sultane Ben Abdelaziz Al Saud, surnommé le prince des ténèbres par ses (très nombreux) détracteurs a réussi en une tournée à Paris et à Londres à obtenir que les Etats-Unis revoient les termes de leurs négociations avec les russes et  superviser le transfert initial de plus d’un million et demi de pièces d’armes  produites par les manufactures européennes vers les bases secrètes de soutien logistique de la rébellion syrienne établies depuis des mois en Turquie méridionale et en Jordanie septentrionale. Ce n’est pas tout, le prince Bandar, très proches des néoconservateurs US, pousse les Etats-Unis à imposer une No Fly zone à partir du Nord de la Jordanie où ont été déployés des batteries de missiles ABM de type Patriot, des chasseurs bombardiers et des éléments du 24e corps expéditionnaire des Marines.

Ex-ambassadeur aux Etats-Unis, le Prince Bandar est un ami personnel de la dynastie des Bush et de Dick Cheney. Il est à la tête des renseignements du royaume d’Arabie Saoudite depuis juillet 2012. Il possède un réseau d’influence très puissant dans les milieux les plus conservateurs et militaristes des Etats-Unis d’Amérique. Il aurait été le principal architecte des lignes de soutien logistique de la guérilla afghane contre l’armée soviétique lors de la guerre d’Afghanistan (1979-1989) et serait derrière le marketing d’Al-Qaïda. Son passage à Paris où il aurait été reçu par Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères; que le prince surnomme le fils du drapier,  a été étrangement  passé sous silence par les médias français.

Le Prince Bandar et l'ex-Président Us George Bush junior. Très lié à la famille Bush et à Dick Cheney et leurs intérêts pétroliers, le prince saoudien dispose d'une redoutable influence. C'est lui qui a permis à la famille Benladen d'être rapatriée des Etats-Unis alors que le ciel américain était fermé au lendemain des attentats du 11 septembre 2001.
Le Prince Bandar et l’ex-Président Us George Bush junior. Très lié à la famille Bush et à Dick Cheney et leurs intérêts pétroliers, le prince saoudien dispose d’une redoutable influence. C’est lui qui a permis à la famille Benladen d’être rapatriée des Etats-Unis alors que le ciel américain était fermé au lendemain des attentats du 11 septembre 2001.

Conflit au Moyen-Orient: « Eager Lion » en Jordanie, « Ouragan du Nord » en Syrie…

 

Après la victoire stratégique remportée par les forces armées syriennes et les unités du Hezbollah libanais à Al-Qussayr dans la province de Homs, les efforts de l’état-major syrien se dirigent vers la grande ville industrielle d’Alep au Nord du pays près de la frontière avec la Turquie. En parallèle, des exercices militaires conjoints entre les armées des Etats-Unis d’Amérique et de Jordanie se tiennent jusqu’au 20 juin sous le nom de code « Eager Lion ».

L’offensive de l’armée syrienne sur Alep porte le nom de code « Ouragan du Nord ». Des éléments de la milice libanaise du Hezbollah appuyés par des milices locales connues sous le nom de forces de défense nationale accompagnent la quatrième division d’infanterie mécanisée des forces armées syriennes où un assaut est actuellement en cours sur la localité de Marjah. Plus de 18 000 conscrits de l’armée syrienne participent aux opérations visant les localités d’Anaden, Salaheddine et la vieille ville historique d’Alep.

A Marjah, l’armée syrienne et le Hezbollah font face à un acharnement aveugle des groupes armés de volontaires turcs et tchétchènes. Des sources au sein de l’armée syrienne affirment que des volontaires européens se trouvent parmi les rebelles. La localité est très difficile à prendre d’assaut puisque sa topologie ne permet point aux blindés d’y évoluer. Les pilonnages d’artillerie de campagne se sont avérés d’une efficacité très limitée sinon nulle  dans cette zone. D’où le recours au Hezbollah.

Les tactiques de guérilla urbaine du Hezbollah libanais ont déterminé l’issue de la bataille décisive d’Al-Qussayr. Les combattants du mouvement sont très mobiles et accrochent les rebelles de l’armée syrienne libre et ceux des groupes extrémistes tout en laissant le temps aux unités d’élite de la IV Division d’infanterie mécanisée d’encercler les positions ennemies. C’est donc une guerre de mobilité.

En Jordanie, sous couvert d’un exercice annuel, des éléments du 24e Corps expéditionnaire des Marines, des batteries de missiles ABM (missiles anti-balistiques) et des chasseurs bombardiers de type F-16 sont en train d’être déployés.

Au Golan, fait rarissime, Damas a demandé à Tel-Aviv via l’UNDOF (United Nations Disengagement Observer Force) de ne pas cibler ses chars T-72 qui ont pénétré dans la zone démilitarisée près de la ville de Qunaïtra à la poursuite des rebelles. En Israël, on estime du côté officiel que Tel-Aviv ne cherche pas à s’ingérer dans la guerre en Syrie. En réalité les deux pays techniquement en guerre depuis 1973 sont sous la pression de Washington et Moscou afin d’éviter une escalade dangereuse au Moyen-Orient pouvant aboutir à une nouvelle guerre mondiale.

Conflit au Moyen-Orient: les Marines débarquent à Aqaba

L’armée syrienne composée majoritairement de sunnites, appuyée par le Hezbollah libanais, un mouvement chiite mais qui a tenu à n’envoyer en Syrie que ses éléments sunnites et chrétiens,  ont réussi à contrôler le site hautement stratégique d’Al-Qussayr, occupé par les rebelles durant 18 mois.

Il aura fallu un peu plus de trois semaines pour venir à bout du quartier général de la rébellion dans cette localité relevant du gouvernorat de Homs. « Celui qui contrôle Al-Qussayr contrôle la Syrie centrale ». La colline surplombant ce site, Kadesh, est connue pour avoir été l’un des premiers champs de bataille au monde, notamment la première bataille documentée de l’histoire entre les Hittites et les égyptiens du Pharaon Ramses II aux environs de 1274 avant J.C.  C’est à l’issue de cette bataille entre les deux superpuissances de l’époque que fut signé le premier Traité de paix connu.

D’après différentes sources, le Hezbollah libanais aurait perdu 90 éléments dans les combats d’Al-Qussayr. D’après des sources proches de ce mouvement, des éléments des forces spéciales israéliennes ont brièvement combattu à l’intérieur de l’enceinte de l’aérodrome de Dabaa, repris par l’armée syrienne après de très durs combats.

Les pertes rebelles s’élèveraient quant à elles à plus de 1700. Près de 5000 rebelles se sont transformés en civils en quelques heures. Plus de 800 combattants étrangers ont été capturés.

Indubitablement, la victoire de l’armée syrienne à Al-Qussayr  après trois semaines d’assaut-opération qualifiée par Moscou comme une opération anti-terroriste-conforte la position de Damas en vue d’eventuelles négociations de paix dans le cadre de la Conférence de Genève II.  Cette nouvelle donne agite la France et le Royaume-Uni, pressés par Doha et Ryad de tout faire pour déclarer un franchissement de « ligne rouge ». C’est à dire le déclenchement d’une intervention militaire internationale contre la Syrie en vue d’abattre son régime. D’où les gesticulations médiatiques et officielles sur de prétendues « preuves physiologiques » et autres « échantillons rapportés par des journalistes d’un champs de bataille situé à moins de 400 m du centre-ville de Damas »…Si le pouvoir syrien a donné son accord de principe pour participer à la Conférence, l’opposition, très divisée par le jeu d’influences étrangères, n’arrive pas à adopter une position commune sur la question.

Les Etats-Unis d’Amérique, plus lucides et plus objectifs que Paris et Londres ont une toute autre approche. Sous couvert d’un exercice militaire dénommé « Eager Lion », des éléments du 24e corps expéditionnaire des Marines ont débarqué au port jordanien d’Aqaba (extrême Sud) en provenance du port israélien d’Eilat. Les Marines ont formé une colonne blindée qui a pris la route vers le Nord de la Jordanie. En parallèle, des avions de combat F-16 et des batteries de missiles antimissile Patriot sont en train d’être déployés dans le royaume Hachémite après avoir été déployés en Turquie méridionale. Pour des raisons de politique intérieure,  Amman fait tout son possible pour passer sous silence ses préparatifs.

Un soulèvement a eu lieu dans la ville jordanienne de Maan près de la frontière avec la Syrie après l’assassinat de deux citoyens par des étrangers armés. La population s’en est pris aux rebelles syriens entraînés par les forces occidentales, mais certaines sources évoquent des mercenaires travaillant pour des sociétés privées.

Des batteries de missiles Patriot américains sont désormais déployées en Israël (où l’on fait de moins en moins confiance au très coûteux projet d’Iron Dome), en Jordanie et en Turquie. Soit au Sud-Ouest au Sud et au Nord de la Syrie.

Un navire russe spécialisé dans la lutte contre les submersibles est en route vers le littoral syrien. Des sous-marins inconnus ont été pris en chasse par la marine russe et des hélicoptères syriens à plusieurs reprises ce dernier mois. L’un de ses submersibles aurait même été touché.

Le conflit en Syrie a bel et bien débordé. En Irak, au Liban septentrional, en Turquie méridionale et en Jordanie. La problématique du Golan avec Israël inquiète au plus haut point Tel-Aviv, lequel ne cesse de mener des exercices militaires depuis des semaines. La guerre au Moyen-Orient est loin d’être terminée.

Que fera Moscou en cas de changement de régime en Syrie?

Que ferait la Russie en cas où le Président syrien venait à tomber? La question préoccupe au plus haut point l’ensemble des think-tanks et des officines des pays impliqués de près ou de loin dans la crise en cours au Moyen-Orient. La réponse à cette question motive en effet Moscou et explique son intransigeance dans le dossier.

Indubitablement, la Russie n’est pas seule. La chine, dans le plus grand silence, s’active. Ce n’est pas un hasard si est Pékin est montré du doigt depuis des semaines dans des affaires d’espionnage technologique.

D’après les scenarii les plus plausibles, en écartant le scénario plus complexe d’une guerre régionale entre la Syrie et Israël sur le plateau du Golan,  la chute du pouvoir en Syrie ouvrirait la voie à l’établissement d’un pseudo régime parlementaires mal adapté à un pays méditerranéen sous l’autorité suprême d’un Premier ministre ayant la double nationalité et proche de la CIA.

Si le poste de Président de la république serait maintenu, il n’aura qu’une valeur symbolique et formelle (CF. cas irakien et libyen). Réduire la redoutable vieille garde du parti Baâth syrien sera une toute autre affaire. En Irak, malgré une invasion US et une politique de « dé-baâthification », le vice-président irakien Izzet Ibrahim Duri et les survivants de la nomenklatura du parti du temps de Saddam Hussein ont non seulement pu survivre à tous les bouleversement mais n’ont jamais abandonné la résistance. Or, en Syrie, la vieille garde est non seulement plus solide mais plus idéologiquement marquée que celle de l’ancien régime irakien.

Les 500 groupes armés et AL-Qaeda continueront leurs ravages et  conduiront vraisemblablement un nettoyage ethnique et confessionnel. Ils se heurteront certainement aux Chiites et aux Alaouites. Ces derniers se retrancheront probablement entre Tartous et Lattaquié et seront soutenus par l’Iran. A l’instar du Liban entre 1975 et 1989,  la Syrie sera alors un champ de bataille où Saoudiens, américains, israéliens et iraniens régleront leurs comptes via leurs clients respectifs. Moscou pourrait également y participer en soutenant ses alliés locaux.

En cas où sera imposé un pouvoir pro-saoudien et pro-américain à Damas, la Syrie se retournera sans l’ombre d’un doute contre le Hezbollah tout en rompant le partenariat stratégique avec Téhéran. Les principaux objectifs stratégiques d’Israël seront alors atteints: le double isolement de l’Iran et l’étranglement du Hezbollah. Rien n’entravera alors une nouvelle invasion du Liban par les israéliens. Une attaque contre une république islamique d’Iran isolée et sous total embargo en sera grandement facilitée d’autant plus que tous les pays de la région joindront la coalition anti-iranienne.

Un changement de régime en Iran remettra les ressources d’hydrocarbures de l’ancienne Perse dans l’orbite des grandes multinationales anglo-saxonnes et Israël se sera débarrassé de tous ses ennemis à 3500 kilomètres à la ronde. L’ensemble des réserves énergétiques de la Libye, de la péninsule arabique, du Léviathan et d’Iran, soit un pourcentage énorme des réserves mondiales en énergie fossile sera alors interdit aux Russes et aux Chinois. D’un point de vue énergétique, Pékin sera étranglé, ravivant les tensions géopolitiques internes de la Chine (Tibet, Turkestan Occidental, disparités régionales, etc.)

La chute de l’Iran entraînera celle de l’Azerbaïdjan et des républiques d’Asie centrale suivant les tracés des gazoducs et des pipelines. La guerre de Tchetchénie et du Daguestan dans lesquelles les services spéciaux américains, britanniques, arabes et israéliens ont joué un certain rôle de déstabilisation ainsi que celle du Nagorny Karabah seront réactivés sinon encouragés avec l’argent du Qatar.

L’un des objectifs du printemps arabe est la création d’un collier de gouvernements musulmans extrémistes pro-capitalistes, alliés d’Israël et résolument hostiles à la Russie et à la Chine. Les légions islamistes seront alors lancés par Washington et des alliés contre Moscou et Pékin comme au temps de la guerre d’Afghanistan (1979-1988). Les causes ne manquent d’ailleurs pas: libération des républiques musulmanes du Caucase russe et d’Asie centrale, libération du Turkestan Occidental (Xinjiang), etc. Avec un soutien diplomatique, financier et militaire des riches pays du Golfe arabo-persique et des puissances occidentales. Le vieux mythe paranoïaque d’une hypothétique alliance de l’Islam et du Confucianisme contre l’Occident serait alors transformé en alliance entre Islam et Occident contre la Russie et la Chine…

Ceci entrainera invariablement une sérieuse atteinte à l’intégrité territoriale de la Russie. Moscou serait ainsi obligé de défendre son territoire pour la troisième fois depuis 1919. Une tentative de changement de régime en Russie au moyen de révolution colorée ou de cyberguerre pourrait provoquer une résurgence des éléments les plus extrémistes et les plus nationalistes. Or, la Russie qui dispose d’un potentiel militaire conséquent, notamment un vaste arsenal nucléaire et balistique et surtout une capacité de seconde frappe ne restera pas les bras croisés face à son démembrement.

L’enjeu en Syrie n’est pas tant la nature du régime à Damas que l’Iran avec en ligne de mire la Russie et la Chine. Dans le sillage de cette stratégie du Grand Jeu, Israël cherche à pérenniser son hégémonie régionale au delà de 2048, coïncidant avec le centième anniversaire de sa création.

Moscou pourrait ne pas réagir immédiatement à une éventuelle chute d’Al-Assad. mais sera tôt ou tard forcé d’intervenir avec l’ensemble de ses moyens disponibles pour défendre la survie stratégique de la nation russe telle qu’elle s’est forgée depuis Ivan le Terrible.

Conflit au Moyen-Orient: L’UE tente de saboter Genève II

Alors que Londres et Paris, fidèles à une politique très ancienne vis à vis de l' »islamisme » politique armé, ont réussi à convaincre l’Union Européenne de fournir des armes (entendre par là des livraisons intensives et sans intermédiaires) à la rébellion syrienne, le Président syrien a de nouveau évoqué le front du Golan avec Israël lors d’un entretien avec la chaîne d’information du Hezbollah libanais, Al-Manar.

Les flux d’armes à destinations des groupes islamistes combattant en Syrie ne se sont jamais interrompus depuis des mois mais se faisaient via un réseaux complexe d’intermédiaires dont les commissions sont de plus en plus onéreuses. La France et la Grande-Bretagne dont les forces spéciales sont en Jordanie et en Turquie préfèrent fournir les armes à Jobhet Ennosra, une organisation classée comme terroriste par Washington et Moscou mais étant considérée comme la force la plus déterminée et la mieux organisée dans le combat sans merci que les groupes rebelles mènent contre le pouvoir en Syrie.

La démarche de la France et de la Grande-Bretagne s’inscrivent en porte-à-faux avec les efforts politiques internationaux menés par Washington et Moscou en vue de la Conférence internationale de Genève II, qui se tiendra le 05 juin 2013. Cette attitude est qualifiée de puérile par Damas. « On savait que ces deux pays sont de très mauvais perdants mais le pire est que leur politique est dictée par le Qatar et l’Arabie Saoudite » aurait affirmé un haut officiel syrien.

Le Gouvernement syrien a confirmé sa participation à la Conférence de Genève II. Ce n’est pas le cas pour l’opposition, minée par des conflits de leadership inextricables et subissant l’influence croisée et opposée de plusieurs puissances régionales et étrangères. La vitrine « standardisée » de l’opposition syrienne radicale a fait savoir qu’elle ne participera pas à la dite Conférence tant que des territoires syriens « seront occupés par le Hezbollah et l’Iran ».

De facto, l’Union européenne, répondant à la demande insistante de Paris et de Londres, eux-mêmes pressés par les riches monarchies dominantes du CCG (Conseil de Coopération du Golfe), tentent de saboter toute solution politique au conflit au Moyen-Orient et par conséquence la Conférence Genève II.

Par ailleurs, en Israël, le Premier ministre Netanyahu a de plus en plus de mal à faire taire ses ministres sur la Syrie. Suivant une idiosyncrasie habituelle, un officiel israélien est allé jusqu’à menacer Moscou sur d’éventuelles livraisons de systèmes antiaériens de type S-300 à Damas. Un geste qui aurait très mal perçu par le Président russe Vladimir Poutine.

Au cours des années 80, Israël a plusieurs fois menacé la France pour sa politique arabe et son « soutien » apparent à Arafat. Notamment en 1982. La France est alors perçue comme un allié de Damas. Cette perception est relayée par le cinéma US puisque plusieurs films d’une qualité très discutable dépeignaient la France comme le principal soutien des « terroristes » palestiniens et syriens.

C’était une autre époque. Aujourd’hui, l’Union européenne fournit des armes aux terroristes islamistes dans le cadre d’une politique dont le principe peut se résumer à cette formule: « soutenir le terrorisme islamiste à l’étranger et promouvoir l’islamophobie à l’intérieur« , soit armer les terroristes contre d’autres pays « indésirables » et propager la peur au sein de ses propres populations pour mieux les contrôler. Après l’affaire Merah, il est devenu de plus en plus difficile pour les services de renseignement de recruter des « djihadistes » issus de l’immigration. D’où leur dévolu sur les nouveaux convertis dont la manipulation est d’autant plus aisée qu’ils ignorent comment a été crée l’islamisme politique. Des centaines de convertis européens et américains se battent en Syrie aux côtés des groupes islamistes. Leur taux de survie est cependant très bas.

Exaspéré par l’attitude du Président Barack Hussein Obama sur le conflit, Tel-Aviv compte désormais sur l’axe formé par Londres, Paris, Amman, Ankara, Doha et Ryad et tente désespérément d’écarter toute référence au conflit israélo-arabe et plus particulièrement la question du Golan occupé de l’équation syrienne. Or, l’intervention du Hezbollah en Syrie occidentale n’a comme objectif que de relancer le front du Golan et de remettre le conflit israélo-arabe en premier plan.

Verser l’huile sur le feu n’a jamais abouti à éteindre l’incendie. Mais les initiateurs de cette politique croient qu’ils sont en pleine troisième guerre mondiale et vous rappellent volontiers que l’apport massif de troupes américaines en 1917 à permis la défaite de l’Allemagne en 1918.

Au Moyen-Orient, il devient évident que la multiplication de protagonistes et le renforcement des blocs d’alliances nous met déjà dans une situation de guerre mondiale. Le feu se propage de Bagdad à Tripoli du Liban et touche aussi bien la Turquie que la Jordanie. Israël ne sera pas épargné. C’est l’épilogue d’un printemps qu’on a voulu arabe.

Des armes parviennent depuis longtemps mais pas à toutes les composantes de la rébellion syrienne. Seuls les islamistes sont bien approvisionnés. Des AUG Steyr, des FN FAL, des G3 et des variantes de fusils d'assaut M4 sont de plus en plus visibles aux mains des combattants...
Des armes parviennent depuis longtemps mais pas à toutes les composantes de la rébellion syrienne. Seuls les islamistes sont bien approvisionnés. Des AUG Steyr, des FN FAL, des G3 et des variantes de fusils d’assaut M4 sont de plus en plus visibles aux mains des combattants…

Conflit au Moyen-Orient: les lignes de front se déplacent au Golan

Panique générale au sein des état-majors à Tel-Aviv, à Ankara ou encore à Ryad. L’armée syrienne est en train d’unifier le pays et de reprendre l’ensemble des enclaves tombées aux mains des rebelles et autres groupuscules se faisant passer pour l’opposition syrienne. Les coups durs assénés par les unités de l’armée syrienne aux groupes armés ont forcé des éléments de Jobhet Ennosra, organisation classée comme terroriste par Washington (la France étudie encore cette possibilité…) ont commencé à ouvrir le feu sur les autres groupes armés tentés par la fuite. A Al-Qusseir, plusieurs milliers de rebelles sont pris au piège tandis qu’à Deraa, l’armée syrienne a réouvert, pour la première fois depuis des mois, la route principale liant directement Damas à la frontière jordanienne. Près de Damas, Darya, devenu un fief de la rébellion et assiégée depuis des mois, a été investie par l’armée syrienne. Des témoignages directs rapportent que des centaines de rebelles en fuite se font tirer dessus par leur propres camarades ayant décidé de mourir sur place. D’autres, plus précis, évoquent des opérations d’évacuation d’éléments terroristes menée par l’armée israélienne au Golan.

Cette nouvelle situation sur le terrain a déplacé les lignes de front du Nord de la Syrie vers le plateau du Golan. C’est le scénario le plus plausible: le conflit syrien, voulu par ses promoteurs comme une guerre civile interne entre partisan d’un régime autocratique et une opposition démocratique, est en train de se transformer en guerre régionale avec Israël.

Les interventions militaires israélienne directes et répétées dans ce conflit (établissement d’hôpitaux de campagne au Golan au profit des combattants « islamistes », évacuation de blessés rebelles, contrebande d’armes et de systèmes d’espionnage perfectionnés, raids aériens et frappes de missiles) traduisent l’échec de la nouvelle stratégie de remodelage géopolitique par l’ingénierie sociale du chaos. Israël, principal bénéficiaire de ce plan, a fini par agir sans le masque des révolutions colorées. Cet état de fait embarrasse au plus haut point Washington, lequel apprécie déjà très mal l’indiscipline, le caractère brouillon et l’insolence de Bibi, le surnom de l’inamovible Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Dans sa première déclaration après les raids israélo-américains de la semaine dernière, le Président syrien Bashar Al-Assad a laconiquement déclaré que la Syrie pouvait faire face à Israël. Indubitablement, la Syrie ne peut affronter Israël militairement sans subir de très sérieuses conséquences à long terme. Une riposte directe de Damas entraînerait le monde dans une guerre universelle comme celles ayant succédé à l’assassinat énigmatique de l’Archiduc d’Autriche en 1914 et à l’enchaînement des évènements ayant mené à 1939.

Cependant, la configuration des rapports de forces telles qu’elles sont actuellement régionalement établies par l’axe Téhéran-Damas-Hezbollah et le parapluie diplomatique assuré par Moscou et Pékin laissent à Damas suffisamment de latitude pour pourvoir en tirer des dividendes sur le plan stratégique.

Conflit au Moyen-Orient: Vers une riposte asymétrique de Damas

La Syrie avait averti que les attaques destructrices de l’armée de l’air israélienne sur son territoire ne resteraient sans réponse. Parmi les options-très limitées-Damas semble privilégier une approche asymétrique. Comme ce fut le cas avec la Turquie d’Erdögan. En d’autres termes, agir via des mouvements armés.

Damas n’a presque aucune latitude pour riposter. Une riposte directe de l’armée syrienne contre des objectifs israéliens déclencherait sans l’ombre d’un doute une guerre régionale et fort probablement un conflit mondial majeur. Les syriens, très mécontents, ont avisé Moscou qu’ils allaient riposter. Mais à leur manière.

Face à la Turquie du Premier ministre Erdögan, le gouvernement syrien a su habilement exploiter d’anciennes fractures géopolitiques en autorisant l’établissement d’une sorte d’autonomie kurde dans les zones frontalières avec la Turquie, favorisant ainsi les opérations du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan). Les combattants de ce mouvement interdit en Turquie ont non seulement pu occuper le terrain en Turquie méridionale mais ont ralenti l’afflux en Syrie de combattants étrangers venant des bases de l’Otan établie au Sud de la Turquie. Ankara n’avait plus d’autre choix que de négocier directement avec Abdullah Oçalan, le chef charismatique du mouvement armé, emprisonné sur une île depuis des années. Grâce entre autre au concours de Damas. Les relations entre les deux pays étaient au beau fixe.

Pour contrer Israël, l’unique puissance nucléaire au Moyen-Orient, dont l’arsenal en bombes A et H semble croître d’année en année tout comme leur arsenaux chimiques et bactériologiques, Damas n’a pas d’autre choix que d’opter pour une approche similaire. Le président syrien Bashar Al-Assad est décidé de combattre les israéliens en faisant appel à de vieilles connaissances au Moyen-Orient: le Front Populaire de Libération de Palestine (FPLP), un mouvement armé de gauche qui a été derrière des opérations spectaculaires contre les intérêts israéliens durant les années 1970. Ce mouvement vient de recevoir le feu vert de Damas pour opérer comme lui semble sur le plateau du Golan, occupé et annexé par Israël. Damas n’a jamais cessé son soutien à ce mouvement proche à une certaine époque des groupuscules armés de la gauche européenne et japonaise. Ces derniers ont fini par être éradiqués.

Al-Assad est grandement déçu du Hamas palestinien (Islamiste) mouvement contrôlant la bande de Gaza et que Damas, malgré les divergences idéologiques, a activement soutenu contre vents et marées. Non seulement le Hamas s’est nettement démarqué de la Syrie en adhérant sans état d’âme à la coalition financée par l’Arabie Saoudite et le Qatar mais certains de ces combattants ont rejoint les rangs de l’ASL (Armée syrienne libre) et d’autres groupes radicaux combattants l’Etat syrien.

On a assisté dès lors à des scènes irréelles en Syrie dans lesquelles des combattants du Hamas palestinien armés de M-16 et de fusils Galil se battre contre les troupes syriennes sous couverture aérienne israélienne. A Damas, on en revient toujours pas. Le Hamas et Israël, deux ennemis jurés, combattent ensemble l’Etat syrien. Même le Hamas est perplexe devant cette situation et ne sait pas encore comment prendre ce soutien.

D’où le retour de Damas vers les organisations ayant plus ou moins gardé une fidélité à leur engagement idéologique comme le FPLP. Naturellement, Damas peut compter sur le Hezabollah libanais dont l’intervention efficace sur la bande frontalière a bouleversé les rapports de forces à l’avantage de l’armée syrienne. Ceci d’autant plus que les frappes israéliennes et américaines en Syrie n’ont pas visé le Hezbollah (aucune perte enregistrée) mais ont délibérément visé des unités de l’armée syrienne.

La deuxième mesure prise par Damas concerne une modification des règles d’engagement au Golan. Ordre a été donné de viser tout convoi israélien évoluant ouvertement dans la zone. Pas plus tard qu’hier un obus syrien est venu atterrir du côté israélien. Les israéliens, répondant à des pressions externes, se sont empressés de déclarer que c’était un incident collatéral des combats entre l’armée syrienne et les rebelles. Mais des forces paramilitaires fidèles au pouvoir à Damas commencent à affluer vers le Golan.

Les Etats-Unis d’Amérique qui entraînent déjà les rebelles en Jordanie et en Turquie vont publiquement assumer l’armement des rebelles. D’ici l’accomplissement des procédures formelles à cette fin, les rebelles auront déjà reçu des centaines de tonnes d’armes et de munitions. Des pays occidentaux, avec l’Arabie Saoudite et le Qatar, ont déjà livré du matériel militaire fabriqué en Europe de l’Est à divers groupes armés activant en Syrie.

La rencontre de John Kerry avec Le président russe Vladimir Poutine a été très riche et « chaleureuse ». Poutine n’a pas manqué de rappeler à l’américain sa détermination à accélérer la livraison d’armes sophistiquées à son allié syrien. Puisque les rebelles en bénéficient autant de la part des pays de l’Otan et des pays arabes du CCG (Conseil de Coopération du Golfe). Il a surtout insisté qu’en cas de nouvelle attaque israélo-américaine contre la Syrie, il ne tenterait plus de retenir Damas comme il l’a fait cette fois. Et bien que convenant sur la nécessité de trouver une base de consensus avec Washington sur la nécessité d’un dialogue national en Syrie, il a également laissé entendre qu’un renversement par une intervention étrangère du régime d’Al-Assad obligerait la Russie à intervenir directement dans le conflit.

Pendant ce temps, sur le terrain, l’armée syrienne continue la récupération des zones tombées entre les mains des rebelles. Ces derniers ont subi des pertes tellement importantes que des centaines d’entre eux sont en train de fuir au Liban et en Jordanie, en se faisant passer pour des réfugiés civils.

Conflit au Moyen-Orient: Damas pointe ses missiles sur Israël

La Syrie est en train de pointer ses vecteurs balistiques sur des cibles militaires israéliennes selon la chaîne libanaise Al-Mayadeen. Selon la même source, la Syrie est plus déterminée que jamais à fournir au Hezbollah un armement qu’elle n’a jamais délivré à une tierce partie avant le raid américano-israélien d’hier. Ce raid d’une violence inédite au Moyen-Orient équivaut à une déclaration de guerre. L’une des unités syriennes ciblée est celle en charge de l’arsenal chimique de l’armée syrienne sur le Mont Cassioune.

D’autres informations parvenues du Kurdistan irakien font état d’un probable déplacement de rampes de lancement mobiles de missiles balistiques de l’armée syrienne vers le Sud après que celles-ci eurent été déployés face à la Turquie. En même temps, l’interdiction faite aux organisations de la résistance palestinienne présentes en Syrie de lancer des actions contre Israël vient d’être levée.

Le commandement de l’armée syrienne vient d’ordonner la création de milices au Golan dont la mission est de mener des actions clandestines contre l’armée israélienne.

En Iran, des sources officielles ont affirmé que cette attaque de l’entité sioniste ne passerait pas sans de très sérieuses représailles.

Le Nord d’Israël vient d’être déclaré une No-Fly Zone. Entre temps, le Premier ministre israélien multiplie les réunions d’urgence avec son Etat-major militaire. De nouvelles armes d’un type inconnu ont été utilisées par les israéliens dans leur raid sur Damas. Il s’agit des fameuses armes secrètes qu’Israël aurait reçu en exclusivité du complexe militaro-industriel américain, sans même l’aval des organes de contrôle publics de ce pays.

La Syrie a longtemps hésité à provoquer Israël au Golan à cause de ses armes secrètes dont la capacité destructrice serait effrayante et sans commune mesure avec celle des armes connues actuellement.

Conflit au Moyen-Orient: le Hezbollah bouge ses pions

L’intervention du Chef du mouvement libanais Hezbollah, Hassan Nassrallah,  a mis les pendules à l’heure et s’adressait spécifiquement aux services de renseignement des pays derrière la déstabilisation de la Syrie- présents au Liban, en Jordanie, en Turquie, au Kurdistan irakien et à l’intérieur de la Syrie. L’afflux massif et organisé de milliers de « volontaires » arabes, asiatiques et européens (issus des communautés d’origine musulmane) en Syrie a conduit le Hezbollah a revoir sa politique sur le terrain. Ses éléments, concentrés sur les objectifs à atteindre lors de la prochaine confrontation avec Israël. Les multiples incursions des rebelles et surtout l’interconnexion de plusieurs groupes extrémistes libanais, syriens et étrangers au niveau des zones frontalières menaçait le Hezbollah d’un encerclement. Par dessus tout, les groupes armés tentent par tous les moyens de provoquer un embrasement interconfessionnel qui serait fatal au Liban en s’attaquant à des lieux saints et à des sépultures des compagnons du Prophète dans la région autrefois connue sous le nom de Grande Syrie. D’où l’intervention de  « volontaires » du Hezbollah dont les procédés ont été qualifiés par les observateurs de très professionnels. Les combattants du Hezbollah sont donc intervenus en territoire syrien non loin des frontières libanaises. Ces unités restreintes auraient exécuté des tactiques inédites et inconnues, lesquelles ont non seulement stupéfait les observateurs US et consterné les israéliens mais étonné le haut commandement de l’armée syrienne . Il semble patent que le Hezbollah dispose d’une bien meilleure stratégie que l’armée syrienne. Les éléments de cette dernière ignorent l’implication d’éléments du Hezbollah dans les opérations. Mais le résultat est là: là où le Hezbollah est intervenu, les rebelles ont été très rapidement défaits.  Jusqu’à présent, personne dans la communauté du renseignement n’a pu expliquer comment il a réussi à faire déplacer d’une manière furtive ses unités au delà de l’anti-Liban.

Des éléments du renseignement syrien en opération. Ils sont les seuls à être avertis de l'intervention et du rôle des éléments du Hezbollah en territoire syrien.
Des éléments du renseignement de l’armée de l’air syrien en opération près du littoral au nord de la frontière libanaise. Ils sont les seuls à être avertis de l’intervention et du rôle des éléments du Hezbollah en territoire syrien. seuls les officiers généraux syriens connaissent l’implication du hezbollah dans des combats très localisés en Syrie.

D’après des informations recueillis au Liban, les membres du Hezbollah ayant eu à intervenir en Syrie ont adopté l’uniforme de l’armée arabe syrienne mais avec des grades commençant par celui de lieutenant-colonel. Ce procédé respecte les règles d’engagement de l’armée syrienne. Echaudée par l’inexistence de l’armée libyenne lors de la guerre de Libye en 2011 et ayant pris acte de l’effondrement de l’armée irakienne en 2003, l’armée syrienne tient par dessus tout au maintien de l’uniforme et de la cohésion de ses unités. Le ministre syrien de la défense a d’ailleurs décidé que l’armée devra apparaître jusqu’à la fin comme une armée nationale combattant et se repliant dans l’ordre.L’intervention d’éléments du Hezbollah s’est avérée d’une redoutable efficacité. Une efficacité totale qui a fait dire au renseignement militaire israélien qu’en cas de nouvelle guerre du Liban (en référence à celle de 2006), rien ni personne n’arrêtera une pénétration du Hezbollah au Nord de ce qu’il appelle l’entité sioniste sauf peut-être un usage limité et tactique  d’armes non-conventionnelles.D’où la hantise de Tel-Avive d’un éventuel tranfert d’armes de Syrie au Liban.

Les Etats-Unis d’Amérique dont l’enjeu dans le conflit syrien est énorme, continuent de diffuser des déclarations publiques officielles relative à l’armement de factions de la rébellion syrienne, sont de facto des fournisseurs d’armes létales à celle-ci. Même si officiellement, Washington dément tout armememnt des rebelles. La Grande-Bretagne et la France mais également des pays comme les Pays-Bas sont allés très loin dans ce domaine, via des opérations compliquées financés par des pays du Golfe arabo-persique pour l’acquisition d’armements auprès de pays comme la Croatie, la Roumanie, la Bulgarie, la pologne et d’autres.

L’une des particularité du conflit en Syrie est que les renseignements de l’armée de l’air syrienne sont le fer de lance de la lutte pour la survie de l’Etat syrien pour Damas et ses alliés, ou pour reprendre les termes de la réthorique du camp adverse, de la répression. L’ancien président syrien Hafed Al-Assad, père de Bashar, était un pilote de chasse et il n’a eu de cesse de développer cette arme au détriment de toutes les autres, jugeant que c’est l’arme du futur. Son service de renseignement est le plus redoutable des 39 directions du renseignement général syrien.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'armée syrienne est relativement bien organisée. Des éléments du renseignement de l'armée de l'air syrienne près de Banyas. Mai 2013
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’armée syrienne est relativement bien organisée. Des éléments du renseignement de l’armée de l’air syrienne près de Banyas. Mai 2013

Le pourrissement du conflit syrien arrange les intérêts de certains pays de la région, lesquels n’ont jamais accepté les termes de la déclaration de Genève. L’émissaire des Nations Unies et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, en sait quelque chose. Sur un plan strictement stratégique, l’enlisement du conflit et son prolongement est profitable à Tel-Aviv puisque il affaiblit non seulement l’armée syrienne mais détruit l’infrastructure du dernier pays de la région du Moyen-Orient, ouvertement ennemi avec « l’entité sioniste ». Ce terme de plus en plus rarissime dans le monde arabe, a totalement disparu de la réthorique officielle des pays ayant connu des révoltes en 2011.L’objectif principal derrière l’abattement programmé du régime syrien est l’affaiblissement, voire la suppression du Hezbollah, prélude au ciblage de l’Iran. Damas est le maillon faible dans l’axe stratégique formé par l’Iran, la Syrie et le Hezbollah libanais. Une fois la Syrie extirpé de cet axe, l’Iran serait stratégiquement isolé et n’aurait plus de levier de pression sur Israël. Pour faire passer ces objectifs auprès des populations musulmanes, des pays comme l’Arabie Saoudite ou le Qatar alimentent une intense propagande à caractère confessionnel à tous les niveaux. Cette propagande encourage et renforce un supposé clivage entre sunnites et chiites. Thèse exploitée par certains orientalistes proches de la CIA dès la fin des années 60.

Les « islamistes » syriens n’ont jamais pardonné au régime syrien la répression de Hama en 1982; ils considèrent le régime syrien basé sur le parti baath comme impie et l’assimilent à l’idéologie National-socialiste et au communisme. L’adoption du salut Romain par l’armée syrienne et la présence de la couleur rouge dans le drapeau syrien servent de prétextes aux islamistes pour justifier leur position. Le remplacement du drapeau syrien par celui du Mandat français n’a aucun sens à leur yeux si ce n’est le remplacement de la couleur rouge par celle, verte, de l’Islam.

Ce combat est partagé, outre par les familles régnantes dans les monarchies et autres principautés pétrolières et gazières du Golfe arabo-persique, mais également par les islamistes égyptiens, jordaniens, libyens, tunisiens et marocains. Il est à noter que certains pays arabes où des partis islamistes sont parvenus au gouvernement soutiennent plus ou moins l’envoi de volontaires à ce nouveau type de « Jihad » pour le néolibéralisme.

Le président syrien Bashar Al-Assad est apparu en public très peu de temps après le ciblage de son Premier ministre Wael Al-Halki, un AlAssad_mai2013technocrate bon teint, par un attentat. Le retrait ou la disparition de Bashar Al-Assad peut-elle être un début de solution en Syrie? Pour les non-avertis, la question pourrait être réduite à cette dimension. En réalité, Al-Assad ne gouverne pas seul. L’Etat syrien est solidement bâti autour de l’armée et plus particulièrement l’armée de l’air. Celle-ci dispose d’une doctrine idéologique et politique assez forte. Son appartetance à une minorité (les Alaouites) et son alliance avec d’autres communautés laissent entrevoir, même en cas de disparition, une très longue lutte pour le pouvoir à l’issue de laquelle la Syrie risque de disparaître. D’autant plus que les groupes extrémistes affiliée à la très suspecte Al-Qaîda sont déterminés à exterminer les autres minorités dans le cadre d’une épuration confessionnelle.

Au sein de la mouvance dite « islamiste » qui regroupe un regroupement assez large et hétéroclite, la tendance est la croyance en une sorte de résurgence d’un monde islamique adhérant totalement à l’économie de marché et au consumérisme, lequel serait l’allié et l’outil des puissances de l’argent pour mener une guerre eschatologique contre un hypothétique axe russo-chinois, taxé de « communiste ». En d’autres termes, les islamistes envisagent de servir de chaire à canon à l’empire dans une éventuelle confrontation avec la Russie et la Chine. Comme quoi les outils géopolitiques peuvent être anachroniques. Même en prospective…

Syrie: le Président Assad invité ce soir à la chaîne d’information syrienne

Le président Assad est l'invité ce soir de la chaîne d'info en continu Al-Ikhbarya. Il sera interviewé par la présentatrice vedette de cette chaîne Ruby Hajly (deuxième à partir de la droite) et le journaliste Hussein Fayad (premier à partir de la droite). Les tentatives de diabolisation d'Assad ont échoué malgré l'utilisation des services de plus d'une centaine d'agences de  spécialisées dans la gestion d'image et la communication politique. Ce ne fut pas le cas avec le président irakien Saddam Hussein ou encore le "Guide" libyen Mouamar Gaddafi dont les excentricités et autres excès ont grandement facilité leur "démonisation" dans les médias mondiaux.
Le président Assad est l’invité ce soir de la chaîne d’info en continu Al-Ikhbarya. Il sera interviewé à 21h30 (heure de Damas) par la présentatrice vedette de cette chaîne Ruby Hajly (deuxième à partir de la droite) et le journaliste Hussein Fayad (premier à partir de la droite). Le président Assad a choisi une date symbolique: le 67e anniversaire de l’indépendance de la Syrie du Mandat français. Il se prononcera sur la situation dans laquelle se trouve son pays depuis plus de deux ans et de son conflit total avec les monarchies Arabes du Golfe arabo-persique, la Turquie et Israël soutenus par les Etats-Unis et l’ensemble de l’Otan.  Il abordera également les relations stratégiques que la Syrie entretient avec la Chine, la Corée du Nord, l’Iran et la Russie comme de  ses relations avec le Hezbollah libanais et la trahison du Hamas palestinien.  L’armée syrienne est en train de mener en ce moment même une série de contre-offensives éclair contre les groupes rebelles et les terroristes d’Al-Qaïda en Syrie au Nord et au Sud du pays, notamment à Derâa où des agents israéliens auraient été éliminés. Les tentatives de diabolisation d’Assad ont échoué malgré l’utilisation des services de plus d’une centaine d’agences spécialisées dans la gestion d’image et la communication politique. Ce ne fut pas le cas avec le président irakien Saddam Hussein ou encore le « Guide » libyen Mouamar Gaddafi dont les excentricités et autres excès ont grandement facilité le processus de leur « démonisation »  dans les médias mondiaux.

L’Algérie refuse l’octroi de facilités aux marines russe et chinoise

D’après le quotidien algérien « Al-Khabar » et des sources généralement bien informées, l’Algérie aurait catégoriquement refusé d’octroyer à la Russie des facilités logistiques et opérationnelles  pour l’accostage des navires et submersibles de la marine de guerre.

Selon les mêmes sources, Moscou aurait demandé à plusieurs reprises à l’Algérie la signature d’un Accord de défense prévoyant des facilités, notamment à la base navale de Mers-El-Kébir, près d’Oran. Ces demandes ont commencé à prendre forme dès la guerre en Libye et se  sont intensifiées depuis le début de la crise en Syrie, où un éventuel changement de régime priverait la Russie de la base navale de Tartous, son unique port d’attache en mer Méditerranée.

Les russes affirment qu’ils ne cherchent pas l’octroi d’une base permanente en Algérie mais souhaitent des « facilités » incluant l’installation d’une base d’écoute avancée, une base logistique pour les submersibles et des relais de ravitaillement. En échange, Moscou s’engagerait à fournir de manière exceptionnelle à l’Algérie une variante d’entrée de gamme destinée à l’export du  bombardier stratégiques Tupolev Tu-160 (nom de code Otan: Blackjack). Les Algériens auraient décliné l’offre, estimant qu’ils n’avaient aucun problème dans leur environnement géopolitique ou géostratégique et que la seule menace à laquelle ils sont confrontés demeurait le terrorisme. Cette menace, selon les Algériens, ne requiert pas le type d’armement offert par les russes.

Le journal algérien Al-Khabar rappelle que la Chine a déjà tenté des demandes similaires en 2002 et en 2003, visant plus particulièrement la base stratégique de Mers-El-Kébir, contrôlant l’entrée en Méditerranée occidentale. En vain, puisque à chaque fois, les autorités algériennes rappelaient leur disponibilité à coopérer avec la Chine dans le respect du Droit international et des Conventions internationales en vigueur sans menacer les pays du voisinage. Les chinois avaient alors promis la livraison de missiles antinavire (SS-N) furtifs et mis en exergue un transfert de technologie. Mais Alger a fait savoir que son refus est définitif.

La Chine et la Russie sont à la recherche désespérée d’un pied-à-terre en mer Méditerranée, notamment après la perte définitive de la Libye et l’éventualité du basculement de la Syrie dans le camp de l’Otan.

Péninsule Coréenne: Angry Birds…

Selon ce qu’ont rapporté des médias sud-coréens, l’aviation de la Corée du Nord a effectué ces derniers jours quelques 700 sorties dans ce qui s’apparente à l’une des plus grandes démonstrations de force de Pyongyang pour contrer des exercices conjoints entre les Etats-Unis d’Amérique et son protectorat du Sud.

Kim Jong Un considère en effet l’exercice conjoint entre les Etats-Unis d’Amérique et la Corée du Sud baptisé « Key Resolve » comme une tentative d’invasion.

Angry Birds

L’agence Sud-coréenne Yonhap a repris les propos d’une source militaire anonyme selon laquelle le nombre de missions de vol effectuées par les avions militaires Nord-Coréens est à une échelle sans précédant au premier jour de l’exercice « Key Resolve ».

Des dizaines d’avions de combat de tous types et des hélicoptères de l’Armée Nordiste survolent en permanence l’espace aérien situé au delà de la zone démilitarisée entre les deux Corée.  Cette frénésie d’activités militaires inquiète au plus haut point Tokyo, Séoul et Washington d’autant plus qu’elle intervient à l’issue d’une semaine de rhétorique guerrière.

L’agence officielle nord-coréenne KCNA avait annoncé la tenue de grandes manoeuvres interarmes à l’échelle du pays.

Les Etats-Unis, alliés et grands protecteurs de Séoul maintiennent-officiellement- 28 500 soldats dans le sud de la péninsule coréenne. Un chiffre que conteste Pyongyang pour lequel ce chiffre est très sous-évalué et ne tient pas compte de la présence d’ogives nucléaires US sur le sol sud-coréen.

Dans un long communiqué publié par l’agence officielle nord-coréenne KCNA, un porte-parole du ministère des Forces armées a souligné que l’accord d’armistice n’était  plus valable et que par conséquent,  la Corée du Nord n’est plus tenue par le respect de cet accord entre le Nord et le Sud qui avait mis fin à la guerre de Corée (1950-1953). Les deux pays sont techniquement en guerre puisqu’aucun Traité de Paix n’a jamais été signé entre les deux pays.

Haro sur la sorcière

Le communiqué du ministère nord-coréen des Forces armées a qualifié sans la nommer, la nouvelle présidente de Corée du Sud,Park Geun-Hye, fille d’un  dictateur à poigne  farouchement opposé au rapprochement entre le Nord et le Sud  de manipulatrice et d’autoritaire, voire de sorcière. La vieille garde Nord-Coréenne en veut particulièrement à son père, Park Chung-hee (1917-1979) troisième président de la Corée du Sud de 1962 à sa mort, que Pyongyong a tenté d’éliminer après que ce dernier ait envoyé un commando en Corée du Nord pour assassiner Kim Il Sung (15 avril 1912- 08 juillet 1994), grand père de l’actuel leader. L’opération a échoué et le commando a été retourné par les services spéciaux nord-coréens selon le Sud. Dans les faits, les soldats furent tous tués par leurs propres camarades alors qu’ils tentaient un passage en force vers la Maison bleue, nom du siège de la présidence sud-coréenne. Le 21 janvier 1968, des commandos de la Corée du Nord attaquent le palais présidentiel à Séoul. A l’issue de combats acharnés, le bilan avait fait état de 28 Nord-coréens, 68 Sud-coréens et 3 Américains tués.

La course vers la Bombe HNKmissile

Que cache l’exercice annuel « KeyResolve » que le Pentagone tente d’en minimiser l’importance en évoquant une partie virtuelle? En réalité, les provocations américaines contre la Corée du Nord n’ont jamais cessé depuis 1953. Elles sont de plus en plus sophistiquées sur le terrain en incluant un brouillage permanent des télécommunications, l’interception de tirs de fusée, l’utilisation de moyens bactériologiques, des tentatives d’utilisation d’agents doubles et une kyrielle de stations radio. L’accès très limité à Internet en Corée du Nord réduit la portée des cyberattaques et la propagande sur les réseaux sociaux.

Dans tous les cas, Kim Jong Un est furieux. Notamment après la condamnation du Conseil de Sécurité du tir d’un satellite dans l’espace et d’un essai atomique souterrain effectués par son pays.

Le leader Nord-Coréen multiplie les visites sur le terrain auprès des unités militaires. Il a ordonné l’accélération forcée de la cadence de production de bombes fissiles. Il aurait signé deux décrets sur la multiplication par cinq du nombre de centrifugeuses et donné l’ordre à ses savants de lui produire dans le délai le plus bref, une bombe à Hydrogène ou bombe à fusion.  Pour Kim Jong Un, la très nombreuse artillerie et les dizaines de sous-marins dont disposent ses forces armés sont insuffisants et seule une dissuasion thermonucléaire pourrait tenir les « envahisseurs » à l’écart.

Sur le plan international, Kim Jong Un suit de très près l’évolution du dossier nucléaire iranien et demeure en contact permanent avec la Syrie où il a dépêché il y a un peu plus de deux mois, une mission militaire d’information de haut niveau. Des conseillers techniques se sont également rendus à Myanmar (ex-Birmanie) où l’influence US commence à se faire sentir à travers la réhabilitation forcée de l’opposante Aung San Suu ky,  pour tenter de renouveler des contrats secrets d’approvisionnement en uranium. Pyongyong a assimilé, mieux que quiconque, les leçons de l’invasion de l’Irak en 2003, l’assaut contre la Libye (2011) et les menaces de guerre nucléaire au Moyen-Orient avec les risques de débordement de la guerre en cours en Syrie au point où ses écoles de guerre en font un point de fixation.

Depuis plusieurs jours, les tensions sont très vives dans la péninsule coréenne: Pyongyang a dénoncé l’armistice de 1953, brandi la menace d’une guerre thermonucléaire et averti les Etats-Unis qu’ils s’exposaient à une frappe nucléaire préventive en réponse à la recrudescence des niveaux et de la nature des provocations subies depuis 60 ans par la dernière république populaire d’Asie du Nord-est. Indubitablement, la Chine, allié de Pyongyong, laisse faire pour exprimer sa très profonde désapprobation avec la nouvelle politique asiatique du président Obama dont le principal focus demeure dirigée contre l’Empire du Milieu.

France Displays Unhinged Hypocrisy as Bombs Fall on Mali

NATO funding, arming, & simultaneously fighting Al Qaeda from Mali to Syria.

A deluge of articles have been quickly put into circulation defending France’s military intervention in the African nation of Mali. TIME’s article, « The Crisis in Mali: Will French Intervention Stop the Islamist Advance? » decides that old tricks are the best tricks, and elects the tiresome « War on Terror » narrative.
TIME claims the intervention seeks to stop « Islamist » terrorists from overrunning both Africa and all of Europe. Specifically, the article states:
« …there is a (probably well-founded) fear in France that a radical Islamist Mali threatens France most of all, since most of the Islamists are French speakers and many have relatives in France. (Intelligence sources in Paris have told TIME that they’ve identified aspiring jihadis leaving France for northern Mali to train and fight.) Al-Qaeda in Islamic Maghreb (AQIM), one of the three groups that make up the Malian Islamist alliance and which provides much of the leadership, has also designated France — the representative of Western power in the region — as a prime target for attack. »
What TIME elects not to tell readers is that Al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM) is closely allied to the Libyan Islamic Fighting Group (LIFG whom France intervened on behalf of during NATO’s 2011 proxy-invasion of Libya – providing weapons, training, special forces and even aircraft to support them in the overthrow of Libya’s government.

As far back as August of 2011, Bruce Riedel out of the corporate-financier funded think-tank, the Brookings Institution, wrote « Algeria will be next to fall, » where he gleefully predicted success in Libya would embolden radical elements in Algeria, in particular AQIM. Between extremist violence and the prospect of French airstrikes, Riedel hoped to see the fall of the Algerian government. Ironically Riedel noted:
Algeria has expressed particular concern that the unrest in Libya could lead to the development of a major safe haven and sanctuary for al-Qaeda and other extremist jihadis.

And thanks to NATO, that is exactly what Libya has become – a Western sponsored sanctuary for Al-Qaeda.

AQIM’s headway in northern Mali and now French involvement will see the conflict inevitably spill over into Algeria. It should be noted that Riedel is a co-author of « Which Path to Persia? » which openly conspires to arm yet another US State Department-listed terrorist organization (list as #28), the Mujahedin-e Khalq (MEK) to wreak havoc across Iran and help collapse the government there – illustrating a pattern of using clearly terroristic organizations, even those listed as so by the US State Department, to carry out US foreign policy.Geopolitical analyst Pepe Escobar noted a more direct connection between LIFG and AQIM in an Asia Times piece titled, « How al-Qaeda got to rule in Tripoli: »
« Crucially, still in 2007, then al-Qaeda’s number two, Zawahiri, officially announced the merger between the LIFG and al-Qaeda in the Islamic Mahgreb (AQIM). So, for all practical purposes, since then, LIFG/AQIM have been one and the same – and Belhaj was/is its emir.  »
« Belhaj, » referring to Hakim Abdul Belhaj, leader of LIFG in Libya, led with NATO support, arms, funding, and diplomatic recognition, the overthrowing of Muammar Qaddafi and has now plunged the nation into unending racist and tribal, genocidal infighting. This intervention has also seen the rebellion’s epicenter of Benghazi peeling off from Tripoli as a semi-autonomous « Terror-Emirate. » Belhaj’s latest campaign has shifted to Syria where he was admittedly on the Turkish-Syrian border pledging weapons, money, and fighters to the so-called « Free Syrian Army, » again, under the auspices of NATO support.

LIFG, which with French arms, cash, and diplomatic support, is now invading northern Syria on behalf of NATO’s attempted regime change there, officially merged with Al Qaeda in 2007 according to the US Army’s West Point Combating Terrorism Center (CTC). According to the CTC, AQIM and LIFG share not only ideological goals, but strategic and even tactical objectives. The weapons LIFG received most certainly made their way into the hands of AQIM on their way through the porous borders of the Sahara Desert and into northern Mali.

In fact, ABC News reported in their article, « Al Qaeda Terror Group: We ‘Benefit From’ Libyan Weapons, » that:
A leading member of an al Qaeda-affiliated terror group indicated the organization may have acquired some of the thousands of powerful weapons that went missing in the chaos of the Libyan uprising, stoking long-held fears of Western officials. « We have been one of the main beneficiaries of the revolutions in the Arab world, » Mokhtar Belmokhtar, a leader of the north Africa-based al Qaeda in the Islamic Maghreb [AQIM], told the Mauritanian news agency ANI Wednesday. « As for our benefiting from the [Libyan] weapons, this is a natural thing in these kinds of circumstances. »
It is no coincidence that as the Libyan conflict was drawing to a conclusion, conflict erupted in northern Mali. It is part of a premeditated geopolitical reordering that began with toppling Libya, and since then, using it as a springboard for invading other targeted nations, including Mali, Algeria, and Syria with heavily armed, NATO-funded and aided terrorists.

French involvement may drive AQIM and its affiliates out of northern Mali, but they are almost sure to end up in Algeria, most likely by design. Algeria was able to balk subversion during the early phases of the US-engineered « Arab Spring » in 2011, but it surely has not escaped the attention of the West who is in the midst of transforming a region stretching from Africa to Beijing and Moscow’s doorsteps – and in a fit of geopolitical schizophrenia – using terrorists both as a casus belli to invade and as an inexhaustible mercenary force to do it.