Amid Fake News, Trump tweets, Brexit, Nokia revival, IS hoax and UAE Mars project, Strategika51 is back!

Featured movie of the week: 

Hardcore Henry (2015), SF thriller (Russia-USA)

Oddly enough, living in Damascus or Tripoli seems to be much more exciting than surviving in our necropolis overregulated cities. Apart random mortar shells threat, there’s plenty of fun there. 

The ability of humans to adapt is more than incredible. Could you ever imagine flirting with a date or tasting a good ol’ genuine red wine under mortar fire? Some did it. 

Strategika51 blog is back. Its main focus was on geopolitics. Now it’s about life. Life on Earth and anywhere in this huge universe of ours…






Advertisements

How Tunisia Got Transformed into a Major Exporter of Jihadists?

The terrorist attack on the Christmas fair in Berlin that occurred on December 19, resulted in government officials pledging their commitment to the speedy deportation of failed asylum seekers, since the attacker was a Tunisian migrant. Tunisians have been treated extremely cautiously in Europe recently and at this stage it’s imperative for us to understand why. 

Why Tunisia, which was believed to be the most advanced democracy in the whole Arab world is now perceived as a major exporter of jihadists?

Six years ago, in December 2010, a 26-year-old street vendor Mohamed Bouazizi set himself on fire in front of the Sidi Bouzid town hall to protest the injustice of the police harassment he was subjected to. This suicide shook the very foundation of the country and led to a massive civilian unrest that would force President Zine El Abidine Ben Ali to resign and flee abroad. This second “Jasmine Revolution” marked the beginning of the so-called “Arab Spring”, which affected a large number of Middle Eastern and Northern African states.

One of the main driving forces of the Tunisian “Jasmine Revolution” was the youth. Back in the day, more than 60% of all unemployed in Tunisia were young men and women, who became a burden for their families after receiving an expensive education, yet they were forced to sit indoors without a chance of getting employed.

After the initial success of the second “Jasmine Revolution”, many would like to export their revolutionary euphoria in other Arab countries. However, it would be a mistake to claim that they were guided by religious considerations, since most of those young revolutionaries were radicalized abroad.

As the years passed, the results of the revolution were nowhere to be found and little changed in the day to day lives of the Tunisian population. In the absence of new jobs unemployment got much worse, which forced the government in a position when it had no arguments to counter the extremist propaganda that was spreading like cancer across the state. There was nothing to fill the ideological and educational niche and Islamists took full advantage of this fact. If you find yourself in Tunisia one day, you will stumble upon mosque, after mosque, after mosque. This is especially true in rural areas of the country, where there are no clubs for the young, no cultural events or other recreational opportunities.

Unemployment, marginalization and social crisis resulted in the young people being pushed abroad. An educated Tunisian had two times less of a chance to get employed that an uneducated one, since there were no professional jobs in the country. All these factors pushed those young souls right into the jihadi hands.

Abroad, where young Tunisian people tried to find a better future, they were treated with disregard and contempt, especially in Europe. In turn, recruiters from various terrorist organizations were happy to have them, since they are receiving up to 10 thousand dollars for each recruited militant. In addition, the terrorist organizations are providing financial support to the relatives of their jihadi fighters.

Against this background, terrorism quickly became Tunisia’s major problem. In 2015, extremists attacked the National Museum and a hotel in the Sousse resort area, which resulted in almost 60 foreign tourists killed. Later that year, Islamists blew up a bus carrying presidential guards.

The Government of Tunisia has been trying to solve the problem of the radicalization of its youth by purely repressive measures. In the summer of 2015 the Tunisian parliament passed a new anti-terrorism law that would significantly expand the authority of the local security forces. As for the national program for the prevention of radicalization of young people and the rehabilitation of those who have already been recruited by terrorists, it is nowhere to be found.

This resulted in Tunisia getting transformed into a breeding ground for jihadists. The New Yorker would note that between six and seven thousand Tunisians have waged jihad in Syria and Iraq. At least fifteen hundred more have crossed the Libyan border; by some accounts, Tunisians constitute half the jihadis in that failed state. As many as seven hundred have returned home, and the government claims to have prevented sixteen thousand from embarking on jihad.

Local security experts are afraid that Tunisia can soon be transformed into a second Somalie, as an ever increasing number of battle hardened jihadists are returning home now. It’s been reported that Tunisian jihadis have developed a reputation for being involved in extreme violence. In Iraq, they, along with other North Africans, have been known for volunteering to become suicide bombers.

The history of Tunisia – is a tragedy of secularism being induced from the top, and the poisonous Islamism, sprouting from the bottom. Religious education in Tunisia is compulsory, but there’s little depth to it. In the absence of true understanding of Islam, young people are quickly being tricked by Islamists in following their evil ways. Most Tunisians don’t know any other thing about Islam, other than washing their hands before praying.

What’s even worse is that with the way digital technology has transformed dissemination of information and culture, it is no longer practical to claim that certain behaviours or events are external, simply because they originated in other parts of the world. It’s been noted that the post-al-Qaida terrorism takes up the shape of its host and consumes it inside out. It is no longer an entirely external problem, and face-to-face confrontation will not suffice.

Martin Berger

Neo Eastern Outlook


Syrie: l’armée turque a perdu dix chars LEOPARD 2A4 et un char M-60T à l’ouest d’Al-Bab

Le moral des forces armées turques semble au plus bas depuis le putsch manqué contre Erdogan. 

Intervenant aux côté de ce qui reste de l’armée syrienne libre (ASL), les forces turques ont essuyé des pertes significatives en tentant de prendre d’assaut la localité d’Al-Bab, sous contrôle de Daech, à l’extrême Nord de la Syrie. 

En l’espace de trois jours, les turcs ont perdu 10 chars de type Leopard 2A4 de fabrication allemande et un char M-60T de fabrication US ainsi que d’autres véhicules blindés. 

Les pertes en chars M-60 seraient bien plus importantes. 

La plupart des chars turcs détruits ont été touchés par des missiles antichar (Kornet, Konkurs, Tow)

Les pertes humaines des forces armées turques demeurent un secret défense mais d’après le bilan très lourd des pertes subies par les rebelles alliés de la Turquie à Al-Bab (estimations variant entre 70 et 110 KIA),  il semble que les militaires turcs  aient enregistré bien plus de pertes que ce que leur état-major avait prévu.

Personne ne s’est attendu à une telle débâcle. Sur la photographie prise par les terroristes de Daech, un char Leopard 2A4 et un bulldozer de l’armée turque, capturés par Daech. En premier plan, ce qui reste de l’armée syrienne libre (ASL) et d’une unité militaire turque.   

Montée en puissance de l’aéronavale chinoise

7004

Dans un éditorial au vitriol du journal chinois Global Times, publié au cours de la semaine dernière, la Chine a rappelé qu’elle a accumulé assez de puissance autour du détroit de Formose pour traiter la menace américaine. Par traiter, il faut entendre mettre en échec. C’était la réponse indirecte de Pékin aux propos du président US élu Donald Trump sur un éventuel marchandage sur le concept d’une Chine unie.

Hasard du calendrier, l’aéronavale chinoise a commencé hier ses premiers exercices à munitions réelles. Les photographies de cet exercice, notamment celles du chasseur Shenyang J-15,  se passent de tout commentaire. Le président Barack Obama peut continuer à qualifier la Russie (et la Chine) de « petits pays ne produisant pas grand chose et n’innovant point ». le déni de réalité est la marque du déclin des empires.

70027003

Les analystes occidentaux estiment que le J-15, dérivé de la technologie russe,  demeure bien inférieur au F/A 18 Hornet américain. La condescendance à l’égard de Pékin est un réflexe constant. Cependant, dans la logique chinoise, laquelle n’a que très peu de chose à voire avec la logique du marché, un porte-avions peut en cacher bien d’autres. Et aux dernières nouvelles, Pékin vient d’approuver la construction de cinq groupes de combat.

Syrie, quelle est la stratégie russe?

Quelle est la stratégie de Vladimir Poutine en Syrie? Défendre un réduit Alaouite afin de sécuriser l’accès de la Russie aux mers chaudes ou à l’inverse renverser l’Etat Islamique afin de contrôler l’ensemble du Moyen-Orient? Pour répondre à cette question, il convient de replacer l’intervention russe en perspective historique et géopolitique.

L’intervention Russe, une revanche sur la guerre de Crimée

Depuis plusieurs siècles, la Russie affirme son droit à la protection des minorités orthodoxes du Levant.Soue ce rapport, la France qui a protégé traditionnellement les chrétiens d’Orient – et la Russie, se trouvent en positions quasi concurrentes. Cette rivalité s’est d’ailleurs cristallisée dans la guerre de Crimée (1853-1856) pendant laquelle l’Empire Ottoman, allié à la France et l’Angleterre, s’est opposé à la Russie.

A l’inverse de Lord Palmerston, tenant d’une politique punitive envers la Russie, Napoléon III adopte alors une attitude conciliante envers le Tsar, qui participe au renouveau de l’influence française en Europe. Une fois la Russie évincée du Levant, la France se trouve dans l’obligation d’assurer la protection de la Syrie. Lorsque 6000 chrétiens sont massacrés à Damas du 9 au 18 juillet 1860, la France réagit avec fermeté en faisant adopter un protocole international le 3 août 1860 : un corps de troupes européennes de 6 000 hommes est dirigé vers la Syrie afin de contribuer au rétablissement de la tranquillité. Il s’agit de la première expédition à but humanitaire de l’histoire. Aujourd’hui, les acteurs géopolitiques n’ont pas fondamentalement changé au Levant, à la différence près que les Etats-Unis se sont substitués à la Grande-Bretagne. En revanche, les rôles sont inversés: la Russie a pris la place abandonnée par la France.

La Syrie, nouvelle Ukraine

La Syrie se présente en quelque sorte comme l’Ukraine de l’Iran. L’Empire Sassanide s’appuyait en effet jadis sur trois espaces stratégiques : la plaine irakienne, la façade maritime syrienne et les hauts plateaux yéménites. A la différence des déserts qui les entourent, ces régions sont en premier lieu des espaces agricoles à hauts rendements. Leur agriculture intensive permet d’ailleurs de nourrir une population nombreuse. Ces riches foyers d’agriculture et de population sont donc interconnectés depuis l’antiquité. En second lieu, ces espaces constituent des entrepôts commerciaux connectés à la mer. Ils relient la Perse, recluse dans ses montagnes, à l’économie-monde. Sans cette connexion maritime, seul levier de puissance, l’Iran reste un empire confiné. En troisième lieu ces espaces partagent des traits religieux communs depuis le XVIe siècle, période pendant laquelle le chiisme devient religion d’Etat en Perse. Ces espaces sont fédérés par un clergé et des lieux de pèlerinage partagés. Bref, l’Irak, la Syrie et le Yémen constituent les anciennes fenêtres d’un l’Empire effondré. La Syrie, espace agricole peuplé, connecté au commerce maritime, et cousine religieusement de l’Iran, se présente donc comme l’Ukraine de la Russie.

La Syrie utile, une bande littorale soumise aux invasions de la vallée de l’Euphrate

Le véritable poumon économique de la Syrie se situe sur la bande littorale. Le climat doux  y permet la culture de céréales et l’implantation de vergers. La plaine humide a donné naissance à une polyculture de subsistance orientée vers le tabac, le coton, ou encore le maraîchage. C’est ici que se situe le véritable cœur économique de la Syrie. La population de cette Syrie « utile » est essentiellement alaouite. L’axe principal relie les villes majeures du pays : Damas, Homs et Alep. A l’Est, l’Euphrate traverse le pays du Nord-Ouest vers le Sud-Est, et laisse une « cicatrice verte » dans le paysage. Afin de conquérir la colonne vertébrale économique du pays, qui relie Damas, Homs, Hama et Alep, l’axe historique de pénétration a consisté précisément à suivre la vallée de l’Euphrate d’Est en Ouest depuis l’Iraq, puis à repiquer vers  Alep. C’est la stratégie que poursuit l’Etat islamique.

Le déploiement russe en Syrie

La Russie apporte une aide militaire sur le terrain en Syrie depuis janvier 2012. En effet, des équipes de Spetznatz y forment l’armée syrienne et y mènent des actions commandos. Ce dispositif n’étant pas suffisamment efficace pour ralentir l’avancée des opposants au régime syrien, la Russie renforce fortement son dispositif militaire sur place depuis le mois d’août. Ses points d’entrée sont doubles. D’une part le port militaire de Tartous desservi via le Bosphore et d’autre part l’aéroport Bassel el-Assad de Lattaquié. Ces deux points ont l’avantage d’être proches (60km) et l’aéroport de Lattaquié est le deuxième plus grand aéroport contrôlé par le régime syrien. Le matériel terrestre mis en place est lourd et récent : véhicules de combat d’infanterie BTR-82A adaptés au combat urbain, artillerie anti-aérienne SA-22 PANTSIR mais aussi au moins neuf T-90. Des lance-roquettes multiples seraient aussi en cours d’acheminement. Les forces aériennes russes sur place sont équipées de matériel tout aussi récent et puissant : SU-25 potentiellement modernisés pour l’appui rapproché, SU-30SM, SU-34, Su-24 pour le bombardement tactique, hélicoptères MI-24PN et Mi-35M ainsi que des Mi-8AMTSh pour l’appui des troupes au sol et le transport de troupes ou de matériel. Des drones ont également été déployés par la Russie qui s’est engagée à partager le renseignement avec la Syrie et l’Iran. Les soldats syriens ne sont pas formés à l’utilisation de ce matériel, excepté les SU-24, les MI-24. La formation sur ces matériels étant lourde et longue, il est très certainement destiné à être employé par des soldats Russes. Du matériel de plus ancienne génération est peut être livré en parallèle aux forces syriennes. Les soldats russes combattent d’ors et déjà sur le front d’Alep et au nord-est de Lattaquié au sein d’opérations de l’armée syrienne comme en témoignent des vidéos mises en ligne. Ils utilisent ces nouveaux matériels. Ils sont appuyés par l’aviation russe, d’ores et déjà opérationnelle sur place.

Offensive ou démonstration de force ?

Il me semble que la Russie joue double jeu en Syrie. D’une part elle met en évidence un déploiement de forces (aucun camouflage des véhicules et appareils russes à l’aéroport « Bassel El-Assad », franchissement du Bosphore par les LST Alligator en plein jour et avec du matériel à peine camouflé, vols d’avions Russes déclarés aux autorités civiles vers la Syrie, fuite de photos de soldats Russes des troupes d’infanterie de marine sur les réseaux sociaux,… Si elle voulait être plus discrète, elle le serait ; cela semble donc faire partie de sa stratégie de communication. De plus, des preuves tangibles indiquent que l’armée Russe va plus loin. Elle interviendrait par des frappes aériennes et des troupes au sol, en particulier à l’est d’Alep. Cette zone est actuellement une zone ou l’armée syrienne gagne du terrain. D’autre part, M. Poutine ne reconnait que la livraison d’armes et l’aide humanitaire en Syrie. Quel est donc l’objectif ? Tout d’abord, il s’agit de ne pas combattre à la place de l’état Syrien ni même aux côtés de l’état Syrien, tout du moins au sol. La Russie veut sans doute éviter toute implication dans d’éventuelles « bavures » ou toute responsabilité dans une défaite, même locale, qui nuirait à son effort diplomatique. Son intervention va sans doute se fondre complètement dans les opérations syriennes : les frappes aériennes n’auront pas de signature russe ou syrienne et il n’y aura pas de certitude sur une présence russe dans une zone donnée. Cependant, l’efficacité de l’armée syrienne et de ses alliés est une priorité pour la Russie. Elle va vouloir réorganiser l’armée de Bachar El-Assad et sans doute mettre un frein à l’action des « milices » syriennes qui ne sont pas forcément efficaces sur le terrain et qui font régner une certaine insécurité au sein de la population (2 policiers tués à Lattaquié). Par cette méthode, la Russie souhaite avoir du poids dans les négociations diplomatiques. Elle semble en effet mettre sa puissance militaire au service de sa diplomatie. Elle recherche cela par-delà des objectifs militaires de conquête et de victoire, comme c’est aussi le cas en Ukraine. Elle désire s’affirmer comme le leader du camp « pro-Assad » et invite les occidentaux à faire de même. Si ces derniers se rangent à ses côtés, elle restera leader du mouvement par sa prise d’initiative et son avance sur le terrain. A long terme, si elle l’emporte, elle pourra éventuellement céder du terrain aux occidentaux et montrer sa « bonne foi » en favorisant un changement de régime, tout en s’assurant que le successeur de Bachar El-Assad lui sera favorable. En effet, sa rhétorique diplomatique utilise le même terme pour tous les opposants armés au pouvoir de Bachar El-Assad sur le territoire syrien : ce sont des « terroristes», qu’ils soient de l’état islamique ou non. Si la montée en puissance russe se prolongeait, le retournement de la situation militaire en Syrie pourrait s’effectuer en quatre temps : après avoir jeté un dispositif sur Lattaquié et Tartous, qui se présentent simultanément comme des ports et des terminaux gaziers, les troupes russes pourraient consolider leurs positions dans les villes d’Hama et Homs puis s’enfoncer au Nord vers Alep et au Sud vers Damas afin d’y libérer les forces gouvernementales d’Assad de la rébellion. Les combats y seront difficiles. Une fois ces villes prises, la Russie pourra s’attaquer par des bombardements aux centres nodaux de l’Etat islamique, intouchés jusqu’à présent. Les troupes gouvernementales syriennes et russes pourront alors s’enfoncer à l’Est vers Raqqah, fief de l’Etat islamique et objectif majeur de l’opération. La phase ultime des combats consistera à désenclaver Der-ez-Zor et de fait libérer la vallée de l’Euphrate.

Consciente de l’opportunisme d’une partie des combattants, la Russie, en s’engageant en force, pourrait jouer un rôle majeur dans le retournement de la guerre au détriment direct de l’Etat Islamique. Pour ce faire, la Russie dispose de nombreux avantages dont le renseignement n’est pas l’un des moindres. A Damas, l’implication de la Russie, même si elle reste faible par rapport aux soutiens financiers apportés à l’Etat islamique, a eu déjà un effet déterminant sur le moral des combattants syriens. Pourtant, il faudrait de très nombreux combattants au sol pour que la situation s’inverse. De ce point de vue, il n’est pas exclu que la Russie ait recours à des combattants musulmans russes afin de limiter l’emploi de ses troupes d’élite.

Un bombardier russe Sukhoï Su-34 (Fallback) en train de lâcher des munitions au dessus de cibles de Daech à Al-Rqqa, en Syrie. (Photographie, Ministère russe de la Défense)
Un bombardier russe Sukhoï Su-34 (Fallback) en train de lâcher des munitions au dessus de cibles de Daech à Al-Raqqa, en Syrie. (Photographie:  Ministère russe de la Défense)

 

Par Thomas et Jean-Baptiste Flichy de Neuville

Article paru sur le numéro 1599 du 10/10/2015 du journal « L’Homme Nouveau »

Thomas Flichy de Neuville,  que nous remercions, est professeur à l’Ecole Militaire Spéciale de Saint-Cyr

Facebook is extremely Zionist…Facebook, un réseau très sioniste

antifacebookTechnically, the dual colors (white and blue) used by Facebook are exactly those of the Israeli flag.

Techniquement, les couleurs bichromatiques (blanc-bleu) utilisés par Facebook sont exactement celles du drapeau israélien.

Officially, Facebook is a popular social networking site Facebook, launched in February 2004. Actually, it is one of the most widespread spying tool ever created. It is not neutral. Any real attempt to criticize International Zionism could lead to a heavy censorship. In some well documented cases, Facebook « moderators » lost their temper and threatened users with very arrogant and ethnocentric messages before preventing them to get logged into their account.

Officiellement, Facebook est un réseau social populaire, crée en février 2004. En réalité, c’est l’un des plus vastes outils d’espionnage jamais crées. Il n’est pas neutre: toute tentative sérieuse visant à critiquer le sionisme international est susceptible d’entraîner la censure. Dans des cas bien documentés, les « modérateurs » de Facebook ont totalement perdu leur sang-froid et se sont mis à menacer des utilisateurs avec des messages très arrogants et ethnocentistes avant de leur interdire l’accès à leurs comptes.

The Israeli newspaper ‘Haaretz’ (the Land) noted that “Facebook was founded by Mark Zuckerberg, a Jewish former Harvard University student.” This story is a new myth.

Le journal Israélien « Haaretz » (la Terre) asouligné que « Facebook a été fondé par Mark Zuckerberg, un ancien étudiant juif de Harvard ». Cette histoire est un mythe.

According to an Iranian Special Investigation team, Facebook was created by Units 8001, 8002 and 8003 of the Electronic Israeli Intel branch of the Mossad. Marc Zuckerberg was the Public Relations smoke screen of this operation.

Selon une équipe d’investigation iranienne, Facebook a été crée par les unités 8001, 8002 et 8003 de la branche du renseignement électronique du Mossad israélien. Marc Zuckerberg étant l’écran de fumée en matière de relations publiques de cette opération.

Marc Zuckerberg and his Facebook co-founders Dustin Moskowitz and Eduardo Saverin, were all members of the Jewish college fraternity group Alpha Epsilon Pi at Harvard. Officially this closed fraternity was founded ‘to provide opportunities for Jewish men seeking the best possible college and fraternity experience’ but, in fact, has a very long and rich experience dealing with Zionist organizations and supporting Israel in North America.

Marc Zuckerberg (un patronyme emprunté) avec le président israélien Shimon Perez, né sous le nom de Szymon Perski (ancien terroriste de la Haganah) en mai 2012.
Marc Zuckerberg (un prénom et patronyme empruntés) avec le président israélien Shimon Perez, né sous le nom de Szymon Perski (ancien terroriste de la Haganah) en mai 2012.

Above all, Alpha Epsilon Pi is also official partner to B’nai B’rith, the Jewish masonic order which in turn runs the hysterical ADL (Anti-Defamation League).

Marc Zuckerberg et les deux cofondateurs de Facebook, Dustin Msokowitz et Eduardo Saverin, étaient tous membres de Alpha Epsilon Pi, une fraternité de Harvard. Officiellement, ce club fermé a été fondée pour « offrir des opportunités aux hommes juifs cherchant les meilleurs facultés et l’expérience d’une fraternité ». Cependant, ce club possède une très longue et riche expérience avec les organisations zionistes et le soutien à Israël en Amérique du Nord.

Par dessus tout, Alpha Epsilon Pi est également le partenaire officiel de Bnai Brith, un ordre maçonnique juif, lequel est derrière la très hystérique et virulente Ligue de l’anti-difamation juive (ADL)

The concept of Facebook was stolen from other non-Jewish persons who had been threatened to be killed or properly terminated.  The little gang officially behind Facebook got their funding from a well known German-born Zionist named Peter Thiel, one of the founders of PayPal.

L’idée de Facebook a  été volée à d’autres personnes non-juives, qui ont été menacés d’assassinat ou de liquidation physique. Le petit gang officiellement derrière Facebook ont reçu leur premier financement d’un Sioniste notoire né en Allemagne, Peter Thiel, qui est aussi l’un des fondateurs de PayPal.

The Jewish-Russian billionaire and Internet investor Yuri Milner, a public enemy in Vladimir Putin’s Russia, has since 2009 invested in Facebook, along with investments in Twitter. Yuri Milner is known to have some close deals with the Russian Jewish and Arch-Zionist Oligarch Mikhail Khodorkovsky, the public enemy number One in Russian Federation and the responsible of the chaos that struck this country when Boris Eltsine was President.

Youri Milner, un juif russe milliardaire, considéré comme ennemi public dans la Russie de Vladimir Poutine, a investi depuis l’année 2009 dans Facebook (et également Twitter). Milner est connu pour avoir des rapports étroit avec l’oligarque russe Archi-sioniste et multimilliardaire Mikhail Khodorkovsky, l’ennemi public numéo 1 en Fédération  de Russie et l’un des responsables du chaos qui s’était abattu sur ce pays du temps de la présidence de Boris Eltsine.

All the Russian Oligarchs are either staunch Zionists supporting Israel or Israelis working abroad as a sleeping sabotaging cells for the strategic interests of Israel.  Their primary mission: ruin and destroy other Nation-Sates economies and creating failed States.

Tous les oligarques russes sont soit de fervents supporters du sionisme ou carrément des israéliens travaillant à l’étranger comme des éléments de cellules dormantes oeuvrant pour les intérêts stratégiques d’Israël. Leur mission première: ruiner et détruire les économies des autres Etats-Nations et la création d’Etats en faillite.

In 2014 Facebook bought the influential internet messaging service WhatsApp, a messaging platform for smartphone users, one of its founders and present CEO being the Ukrainian Zionist Jew Jan Koum, who is actively funding and backing the Kiev Regime against Novorossia Republics and pushing for a global war with Russia. Koum is a personal friend with the Prime Minister of Israel Benjamin Netanyahu and the former Gerogian president Mikhail Saakachvili.

Le dictateur en titre de l'Etat d'Israël Benjamin Netanyahu avec le sioniste ukrainien Jan Koum (Whatsapp) en 2014.
Le dictateur en titre de l’Etat sioniste d’Israël Benjamin Netanyahu avec le sioniste ukrainien Jan Koum (Whatsapp) en 2014.

En 2014, Facebook a procédé à l’acquisition de Whatsapp, un influent service de messagerie Internet pour les utilisateurs de Smartphones. L’un des fondateurs de Whatsapp est le juif ukrainien Jan Koum, qui finance et soutient activement le régime de Kiev contre les républiques populaires de Novorossia et pousse à la guerre globale contre la Russie.

Thoug Israel Armed Forces have created Viber and tried all their best to hide its connection with Israel, declaring the three military officers who created Viber left the Army and sold their product to another company based in Cyprus (not very far from Tel-Aviv), they still need other applications to extend their spying net over vast zones.

Bien que les forces armées israéliennes ont crée Viber et essayé de cacher les liens qui lient cette application pour téléphones mobiles avec Israël, en déclarant que les trois officiers israéliens qui ont conçu Viber ont quitté l’armée et vendu leur produit à une compagnie basée à Chypre (pas très loin de Tel-Aviv au demeurant), Israël a encore besoin d’autres applications pour étendre son réseau d’espionnage électronique sur de vastes zones.

Since 6 months, Facebook is behaving very weirdly with its users. It turns out Facebook is more and more « nervous » and even hysterical when it comes to some issues like using nicknames and criticizing international Zionism.

Depuis 6 mois, Facebook agit très bizarrement avec ses utilisateurs. Il s’avère que Facebook devient de plus en plus « nerveux » et même hystérique quand il s’agit de certains sujets comme l’utilisation de pseudonymes au lieu de vrais patronymes et à l’égard de critique envers le sionisme international.

This erratic behavior can be dubbed « antisocial ». Ironically, the social network has turned into an antisocial nightmare for every individual who got involved with it. But this is not a real issue. the real issue is how come a social media comes to ask you to submit your identification credentials or else it closes your account. This is a typical Zionist hysterical threat and spying behavior.

Ce comportement erratique peut être considéré comme antisocial. Bien ironique quand il s’agit d’un réseau social qui s’est transformé en un véritable cauchemar pour toute personne qui s’est retrouvée dedans. Mais le problème n’est pas là. Le véritable problème est comment un réseau social en vient à exiger de vous de lui soumettre des preuves physiques de votre identification sous peine de suspendre ou de supprimer votre compte. Ceci est un comportement sioniste typique caractérisé par la menace et l’espionnage hystérique.

Do you want to be a friend with the extremist Zionists of Israel? Then sign up to Facebook. This rotten network is regarding humans as sheep generating data and money (each like generates money to fund the so-called Israeli Defence Forces and even ISIS! )

Voulez-vous devenir amis avec les extrémistes sionistes d’Israël? Vous n’avez qu’à rejoindre Facebook. Ce réseau pourri considère les gens comme des moutons générant de l’information et de l’argent (chaque « j’aime » génère de l’argent qui sert à financer les soit-disant forces d’auto-défense d’Israël et même l’organisation de l’Etat Islamique)

Are you still on Facebook?

Êtes-vous encore sur Facebook?

Mer de Chine Orientale: une flotte chinoise quitte son port d’attache de Qingdao

Le Liaoning, l’unique porte-avions de la République populaire de Chine a quitté son port d’attache de Qingdao, accompagné de deux destroyers lance-missiles, le Shenyang et le Shijiazhuang, ainsi que deux frégates pour une patrouille en Mer de Chine Orientale.

Ce mouvement intervient moins de 48 heures après le survol de la zone d’identification aérienne mise en place la semaine dernière par la Chine dans la région par deux bombardiers stratégiques US de type B52 sans en aviser les autorités chinoises.

L’armée chinoise a commenté l’incident en soulignant que le vol des deux appareils a été suivi de très près par ses systèmes de défense. Geng Yansheng, porte-parole du ministère chinois de la défense a confirmé des informations faisant état du suivi des deux B52 US par près d’un millier de radars de la défense antiaérienne chinoise:

« Nous avons suivi et surveillé tout le processus et assuré l’identification instantanée des deux appareils américains »

Avant d’ajouter tout aussi laconiquement que la Chine dispose des moyens nécessaires pour assurer un contrôle effectif sur son espace aérien.

Les médias sont allés un peu vite en besogne en présentant la décision de Pékin d’instaurer une zone d’identification aérienne comme une zone d’exclusion aérienne (No Fly Zone). Ce qui n’est pas le cas.

Ce petit jeu cache un autre. Infiniment plus grand. Plus que la Russie, la Chine inquiète au plus haut point Washington. Ce dernier est en train de mobiliser ses pions dans la région dans une sorte de coalition anti-chinoise. Au Japon, la Corée du Sud et les Philippines, les américains tentent de rallier par divers moyens le Vietnam et la Thaïlande. Sur un autre plan, les américains disposent en réserve de leurs outils Ouïghours et Tibétains. Ces deux fronts sont gelés pour l’instant.

Pour sa part, la Chine reste silencieuse. Contrairement à la Russie. Mais paradoxalement c’est à la Chine que Washington en veut le plus. La NSA et le Prentagone en savent quelque chose. La banque fédérale US également.

Photographie du porte-avions chinois Liaoning. Crédits médias officiels chinois.
Photographie du porte-avions chinois Liaoning. Crédits médias officiels chinois.

Syrie: les usines d’armement d’Alep capturés par les rebelles

La plus grande bataille en cours actuellement en Syrie est celle d’Alep. Les unités de l’armée syrienne ont réussi à reprendre la  base du 80e régiment assurant la défense de l’aérodrome militaire d’Alep mais s’opposent à une vive résistance des groupes extrémistes de Daesh et de l’organisation terroriste Jobhet Ennosra. Après 24 jours de combats acharnés, l’armée syrienne en est réduite à lancer son infanterie dans des attaques frontales en terrain découvert soutenue par un déluge d’obus et de roquettes. Ces combats ne sont pas sans quelque similitude avec ceux, beaucoup plus vastes,  du front germano-russe en 1944-45.

La capture de l’aérodrome militaire d’Alep par les troupes régulières a contraint les groupes terroristes à se replier au Sud d’Alep et à se retrancher dans les immenses usines d’armements que l’armée gouvernementale évite de bombarder en utilisant l’aviation. Cependant des troupes aéroportées arrivent en renfort du Sud et du littoral. Plus de 2000 hommes ont déjà été parachutés au dessus des industries d’armements depuis ce matin.

Plus au Nord, des combats d’une extrême violence sont signalés entre les comités de défense du peuple kurde et les rebelles.

La défaite totale de l’Armée syrienne libre (ASL) au Sud de Damas où elle a perdu ses principaux fiefs achève le cycle des opérations militaires s’inscrivant dans le cadre du plan « Bouclier ».  La bataille d’Alep risque de perdurer. Des milliers de mercenaires pénètrent en Syrie à partir de la Turquie pour tenter d’éviter la répétition du scénario de Damas où l’armée régulière a littéralement écrasé tous les groupes rebelles. Non sans d’immenses dommages collatéraux.

Indubitablement; un peu comme aux temps mythiques de l’épopée de Gilgamesh, la guerre s’éternise en Syrie. D’autant plus que l’ensemble des protagonistes locaux et régonaux essaient par tous les moyens de marquer des points et à obtenir des gains substantiels sur le terrain pour aborder d’éventuelles négociations sinon en position de force du moins avec un avantage comparatif assez suffisant pour faire fléchir l’adversaire. En somme, pour les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, Israël et la Turquie, il n’y a pas de solution politique à la crise syrienne pour le moment mais celle-ci passera bien par la voie des armes. d’où la course contre la montre engagée par Damas. Car on ne pourra différer indéfiniment Genève II: un jour ou l’autre il faudra bien finir par s’asseoir autour d’une table et négocier une issue à ce conflit. Syria army makes more gains in north Aleppo

Artillerie syrienne autour d'AlepInfanterie syrienne

Bombs over Aleppo by Maysun

 

Conflit au Moyen-Orient: des avions israéliens bombardent la province de Lattaquié

Selon des informations partiellement confirmées par un responsable américain via CNN et rapportées par la chaîne libanaise d’information en continu Al-Mayadeen, des chasseurs-bombardiers israéliens ont bombardé des sites de missiles anti navires syriens à Lattaquié, sur le littoral méditerranéen.

Des missiles SS-N de type Yakhont ont été ciblés par des raids de l’aviation israélienne dans ce qui s’apparente à la sixième intervention flagrante d’Israël dans le conflit en cours en Syrie.

L’aviation israélienne a également bombardé des positions de l’armée syrienne pour couvrir le retrait de commandos israéliens infiltrés au sein des rebelles à partir du littoral pour localiser et identifier les sites de lancement de missiles syriens.

L’armée israélienne offre des facilités directes à des factions rebelles en Syrie. C’est le cas notamment au Golan occupé par Israël où les unités israéliennes ont établi des hôpitaux de campagne, des QG de commandement et un feu de soutien au profit des rebelles pseudo-islamistes en guerre contre le régime syrien.

Le Président syrien Bashar Al-Assad a insisté à plusieurs reprises que le conflit ravageant son pays depuis presque trois ans est une guerre régionale à portée universelle dans laquelle Israël et ses alliés jouent un rôle primordial.

Photo du jour: un soldat de l’armée syrienne…30 mois de résistance!

20131016-024131.jpg
Un soldat des forces armées syriennes sur le bord d’une route reliant Homs à Alep. En 30 mois de conflit, loin de se disloquer, l’armée syrienne a connu un profond remaniement et une véritable révolution tactique: son organisation est devenue plus flexible avec une nette prépondérance des troupes de choc. Les unités de l’armée syrienne se battent sur trois fronts majeurs (Nord, Littoral, Sud) répartis entre 284 lieux d’affrontements. Fait important, les meilleures unités sont gardées en réserve en cas d’affrontement direct avec Israël…

Premier résultat du conclave de Ryad: le Conseil National Syrien n’ira pas à Génève

C’était un peu prévisible. Le Conseil National Syrien (CNS) représentant une faction de l’opposition syrienne armée a décidé de boycotter la Conférence de Genève II, prévue en novembre 2013.

Cette décision serait l’un des premiers résultats du conclave de Ryad au cours duquel l’Arabie Saoudite et ses alliés dont en premier lieu la France ont arrêté une nouvelle stratégie visant le torpillage de toute solution négociée et/ou pacifique du conflit syrien.

Le CNS est non seulement à la solde de pays comme l’Arabie Saoudite mais demeure très divisé par un complexe jeu d’influence et de rivalités de chapelles.

Pas question donc d’une Conférence où l’on verra parader les représentants du régime de Damas et leurs alliés régionaux. Pour Ryad aussi bien que Tel-Aviv, seul un changement de régime violentdu type de celui qui a balayé l’ex-régime irakien est à même de représenter la solution idoine. Le jour d’après, on se battra entre bons alliés pour une place au soleil: un régime islamiste pseudo-sunnite et pro-libéral ou un régime doté d’un Premier ministre pro-israélien, c’est selon les desirata des deux plus influents alliés de Washington dans la région.

Une Syrie gouvernée par un Premier ministre aux prérogatives illimitées tournant le dos à la résistance libanaise et à l’Iran tout en acceptant l’occupation d’une partie de son territoire en échange d’une paix en trompe l’oeil avec Israël? Une hérésie à Damas. La guerre continue…

NATO chief rules out launching war on Syria

The chief of the North Atlantic Treaty Organization (NATO) has ruled out yesterday the possibility of a military action against Syria.
What does it means? Rasmussen, the Eldrup empire Guy used to lie all the time since his tricky appointment at the head of the transatlantic Organization. Actually, NATO is already involved in Syria through Turkey and Signal intel.

Conflit au Moyen-Orient: d’importants convois blindés syriens en route vers le Golan

20131010-034939.jpgDes informations confirmées en provenance de Syrie rapportent que d’importants convois blindés de l’armée syrienne font actuellement route vers la ville de Qunaïtra au Golan, près de la frontière avec Israël.

Dans un développement inédit, l’armée syrienne a fini par dévoiler ses unités d’élite laissées jusque-là en réserve. Nos informations évoquent avoir aperçu une colonne de plus de 200 chars de bataille de type T-72 S se dirigeant vers le plateau du Golan, territoire syrien occupé par Israël en 1967 et annexé en 1981.

Ces mouvements surviennent dans un contexte de trés forte tension, notamment en Israël où trois aéronefs militaires (deux avions de combat et un drone) se sont abattus en moins de 48 heures.

S’agit-il de renforts militaires destinés à la province méridionale de Deraa, berceau de la rébellion, ou est-ce un déploiement en prévision d’un conflit avec Israël?

De toute évidence, l’armée syrienne est en train de procéder à un profond remaniement de ses unités combattantes. Le parachutage massif de troupes de choc sur Jobar et les grandes voies périphériques de la région de Damas  illustrent cette nouvelle approche.

Autre nouveauté. D’ordre sémantique cette fois. Le ministère syrien de la défense commence à utiliser officiellement le terme sioniste et pro-sioniste pour qualifier les groupes islamistes radicaux et la rébellion syrienne.

Au Nord du pays, les unités de l’armée syrienne mènent une contre-offensive sur Salaheddine (Alep) et se battent depuis deux jours autour du krak des Chevaliers. A la frontière turque, syriens et turcs s’affrontent à mort par kurdes et islamistes interposés: les comités de la résistance kurde opposent une lutte acharnée aux cohortes islamistes radicales de Daesh, armés et soutenus par la Turquie par peur d’une extension du conflit kurde. Une extension que Damas encourage au plus point.

Les rebelles toutes factions confondues viennent de recevoir une artillerie plus performantes de la part de l’Arabie Saoudite et la Grande-Bretagne. Disposant de roquettes d’un plus grand rayon d’action, ils les ont utilisé contre des objectifs stratégique comme la raffinerie de Homs (centre du pays).

Au Golan, une unité israélienne a ouvert le feu sur une position de l’armée syrienne après qu’un soldat israélien a été blessé par des tirs d’armes légères.  Les syriens ont riposté et un intense échange de tirs s’en ai suivi. Quelques heures plus tard, les israéliens refusent l’entrée dans leur territoire d’une quinzaine de blessés de l’armée syrienne libre (ASL-Rébellion) craignant sans doute un piège. Car en Syrie actuellement, personne ne sait qui est qui.

Sur le plan diplomatique, le Chef d’Etat-major des armées russes vient de confirmer les termes de l’accord secret conclu entre Moscou et Damas en échange d’un désarmement (partiel?) de l’arsenal chimique syrien. La Syrie est officiellement sous la protection de la Russie et de son parapluie nucléaire.

L’aviation syrienne très agressive à la frontière turque…

Réagissant à des informations publiques faisant état d’une relocalisation secrète d’une partie de l’aviation de combat syrienne en Iran septentrional, l’aviation syrienne est réapparue avec force ces derniers jours près de la frontière turques où elle tente de défier les patrouilles de combat des forces aériennes turque dans la province frontalière du Hatay.
Ainsi en l’espace de trois jours, des bombardiers syriens Sukhoi Su-24 (Fencer selon la codification OTAN) ont mené des manoeuvres d’une extrême agressivité en direction de la frontière turque, allant même jusqu’à tenter de provoquer les F-16 de l’armée turque avant de décrocher à moins de trois kilomètres de la ligne frontalière.
Selon certaines statistiques non vérifiées, la Syrie disposerait d’une vingtaine de ces appareils non destinés au combat Air-Air mais spécialisés dans les bombardements tactiques. Le Sukhoi Su-24 a une portée d’action estimée à 2500 kilomètres et peut atteindre des vitesses assez élevées jusqu’à Mach 2.28.
C’est avec ce type d’appareils que la Syrie a tenté, il y a quelques semaines, de sonder le dispositif de défense anti-aérien de l’île de Chypre, essentiellement assuré par des Typhoon de la Royal Air Force.
Dans le même contexte, des hélicoptères syriens, en majorité des MI-17 modifiés, s’approchent de plus en plus des confins syro-turcs.
Avec ses Su-24, Su-22 et Mig-29, l’aviation syrienne n’est pas de poids à s’opposer aux redoutables F-22 Raptor US stationnés en Turquie ou aux F-15 modifiés israéliens mais dispose encore d’une force de frappe suffisante pour faire face aux F-4 turcs. L’armée turque a d’ailleurs remplacé toutes les unités disposant de ces vieux appareils par d’autres dotés d’une variante à l’export du F-16 Fighting Falcon américain.
Engagée dans la lutte contre la rébellion depuis près de deux ans et demi, l’aviation syrienne a utilisé des avions d’entraînement L39 Albatros et des avions de seconde ligne comme les Mig 21 et Mig 23 dans des opérations de bombardements et d’appui tactique aux troupes au sol afin de préserver ses appareils de première ligne et ce, en prévision d’un conflit régional ouvert .

Les États-Unis ne font plus peur

En 1991, les États-Unis avaient considéré que la fin de leur rival libérait leur budget militaire et leur permettrait de développer leur prospérité. Le président George H. Bush (le père) avait, après l’opération Tempête du désert, commencé à réduire le format de ses armées. Son successeur, Bill Clinton, renforça cette tendance. Cependant, le congrès républicain, élu en 1995, remit ce choix en question et imposa un réarmement sans ennemi à combattre. Les néo-conservateurs lançaient leur pays à l’assaut du monde pour créer le premier empire global.

Ce ne fut qu’à l’occasion des attentats du 11-Septembre 2001 que le président George W. Bush (le fils) décida d’envahir successivement l’Afghanistan et l’Irak, la Libye et la Syrie, puis la Somalie et le Soudan, et de terminer par l’Iran, avant de se tourner vers la Chine.

Le budget militaire des États-Unis a atteint plus de 40 % des dépenses militaires du monde. Cependant, cette extravagance a une fin : la crise économique a contraint Washington à faire des économies. En un an, le Pentagone a licencié un cinquième de son armée de terre et a arrêté plusieurs de ses programmes de recherche. Ce recul brutal ne fait que commencer et il a déjà désorganisé l’ensemble du système. Il est clair que les États-Unis, malgré leur puissance supérieure à celle des vingt plus gros États de la planète, Russie et Chine comprises, ne sont plus en mesure de livrer actuellement de vastes guerres classiques.

Washington a ainsi renoncé à attaquer la Syrie lorsque la flotte russe s’est déployée le long de la côte méditerranéenne. Pour lancer ses missiles Tomawak, le Pentagone devait alors les tirer depuis la Mer rouge en survolant l’Arabie saoudite et la Jordanie. La Syrie, et ses alliés non-étatiques, auraient répondu par une guerre régionale, plongeant les États-Unis dans un conflit trop grand pour eux.

Dans une tribune publiée par le New York Times, le président Poutine a ouvert le feu. Il y a souligné que « l’exceptionnalisme américain » est une insulte à l’égalité des humains et ne peut que déboucher sur des catastrophes. À la tribune des Nations Unies, le président Obama lui a répondu qu’aucune autre nation, pas même la Russie, ne souhaitait porter le fardeau des États-Unis. Et que s’ils faisaient la police du monde, c’était justement pour garantir l’égalité des humains.

Cette intervention n’a rien de rassurant : les États-Unis s’affirmant comme supérieurs au reste du monde et ne considérant l’égalité des humains que comme celle de leurs sujets.

Mais le charme est rompu. La président du Brésil, Dilma Rousseff, s’est faite applaudir en réclamant des excuses de Washington pour son espionnage universel, tandis que le président de la Confédération helvétique Ueli Maurer dénonçait la politique de la force US. Le président de la Bolivie, Evo Morales, évoquait la traduction de son homologue US devant la Justice internationale pour crimes contre l’humanité, tandis que le président serbe Tomislav Nikolic, dénonçait la mascarade des tribunaux internationaux ne condamnant que les adversaires de l’Empire, etc. On est ainsi passé d’une critique émanant de quelques États anti-impérialistes à une révolte généralisée incluant les alliés de Washington.

Jamais, l’autorité des maîtres du monde n’avait été ainsi publiquement contestée, signe qu’après leur reculade syrienne, ils ne font plus peur.

Thierry Meyssan

Voltairenet

Nord Waziristan: un nouveau raid de drones

Au moins quatre personnes ont été tuées ce matin dans une nouvelle attaque de drones près de Dargah Mandi dans la région de Miranshah au Nord Waziristan, dans les zones tribales pakistanaises.

Cette attaque intervient malgré les protestations du Pakistan à l’ONU.

D’après des informations locales, les drones utilisés dans les zones tribales à la frontière avec l’Afghanistan évoluent en meutes et se partagent des tâches de couverture et de contrôle du feu.  La plupart sont invisibles à l’oeil nu et échappent à la détection Radar. Il y a trois semaines, des drones ont survolé à assez basse altitude le bazar de la ville de Miranshah pour être observés en visuel.

Il n’est pas rare que des roquettes et autres tirs d’armes légères tentent d’abattre ces automates volants de plus en plus sophistiqués et adoptant sans cesse de nouvelles tactiques d’engagement. Le type de missiles emportés par ces engins inclut depuis quelque temps une nouvelle panoplie dotée de charges explosives d’une redoutable puissance.

Ces attaques continuelles de drones, défendues par le Président US Barack Hussein Obama devant l’Assemblée Générale de l’ONU, suscitent un très fort sentiment anti-américain au sein des populations de la région.  Les Talibans Afghans considèrent le recours aux drones par les Etats-Unis des deux côtés de la frontière comme un signe de faiblesse.

Phrase de la semaine: Bashar Al-Assad

« Nous avons eu des garanties claires de Moscou. Des forces russes interviendront en masse en Syrie en cas de guerre (déclenchée par les « amis de a Syrie »)

Le Président Syrien Bashar Al-Assad mène depuis quelques jours une contre-offensive médiatique soutenue. Dans une série d’entretiens à des stations de télévision comme TELESUR (Venezuela), Rossya 24 (Russie)  et CCTV (Chine populaire), il révèle publiquement  le deal conclu entre son gouvernement et Moscou en échange de la mise sous tutelle symbolique de son arsenal chimique, qualifié par les syriens comme l’arme de dissuasion numéro 1.  Selon les termes de cet Accord, la Russie interviendrait massivement en Syrie au cas où ce pays ferait face à une guerre menée par les USA et leurs alliés.

Ces petites déclarations convergent avec des informations faisant état de négociations secrètes ayant eu lieu à Moscou pour mettre la Syrie sous parapluie nucléaire russe. Une information qui préoccupe au plus haut point l’Otan.

Par ailleurs, concernant l’arsenal chimique syrien, des sources libanaises affirment qu’il serait composé en majorité de gaz VX.  La focalisation des médias Arabes et Occidentaux sur le gaz sarin, bien plus facile à produire que le VX, cache une volonté délibérée de travestir les faits et de  brouiller les pistes. Notamment celle des industries chimiques turques et les stocks du Royaume d’Arabie Saoudite, ennemis jurés du régime actuel en Syrie.

Un nouveau monde se crée en Asie: la Chine veut ressusciter la route de la soie…

Bichkek-(Strategika51)   Pendant que les Etats-Unis et leurs alliés ameutaient le monde sur l’affaire syrienne, se heurtant de plein front à une Russie jusque-boutiste, la Chine gardait un profil bas mais avançait à pas de géant.

Pourtant, depuis l’affaire Edward Snowden, Pékin est furieux. Dérogeant à leur traditionnel sens de la mesure et de la discrétion,  les dirigeants actuels de la Chine ne peuvent plus évoquer Washington sans une longue bordée de mots fort injurieux. Mais contrairement aux Russes, ils gardent un silence fort inquiétant. D’autant plus qu’ils connaissent  mieux que quiconque, y compris les plus proches alliés de Washington, la véritable nature de la politique étrangère américaine et ses objectifs réels.

Le treizième Sommet de l’Organisation de Coopération de Shanghai, tenu cette année à Bishkek au Kyrgystan, nous a permis de dégager quelques aspects de la stratégie chinoise et la nature de la rétroaction de la Chine face aux bouleversements géopolitiques et géostratégiques « provoqués » par les Etats-Unis afin d’y consacrer et maintenir leur hégémonie.

Tandis que Washington menaçait la Syrie d’une intervention de fin du monde, la Chine étendait son collier de perles jusqu’en Mer Rouge et tentait une incursion en Méditerranée orientale. Petite surprise, ce collier de perles que l’on croyait d’Est en Ouest, tente une ramification au delà du Détroit de la Pérouse et esquisse une entrée, pour l’instant timide, dans les eaux du Pacifique Nord. Soit à quelques milles nautiques de l’Alaska…

La grosse surprise est celle évoquée par le Président chinois Xi Jinping lors du Sommet de Bishkek lorsqu’il n’a pas manqué de rappeler que sa province natale, le Shaanxi a été le point de départ de l’ancienne a route de la soie et que son pays est déterminé à créer une « ceinture économique tout le long de cette ancienne route » en coopération avec l’Asie centrale et la Russie. Autrement dit, Pékin n’ambitionne pas moins de réaliser une méga intégration eurasienne comprenant un marché de trois milliards d’individus, soit le plus grand marché du monde.

L’ancienne route de la soie traversait l’Afghanistan actuel. Pékin ne décide jamais à la légère. Cela veut dire que les Chinois attendent le retrait américain de ce pays pour s’y positionner.  Pékin a pris acte de la défaite des armées de la première puissance militaire mondiale et celles de ces alliés de l’Otan et de l’ISAF en Afghanistan où ils n’ont pu parvenir à bout d’une guérilla paysanne et montagnarde.

En parallèle avec l’expansion du collier de perle sur les mers du Sud, la Chine poursuivra donc la création d’un corridor stratégique s’étendant de la Mer de Chine à la Mer Baltique que les invasions US de l’Afghanistan et de l’Irak ont tenté de retarder. Pékin a désormais le soutien total de la Russie et de puissances régionales comme l’Iran.

De toute évidence, la Chine ne pourra atteindre ces objectifs sans pouvoir au préalable se débarrasser du « terrorisme » et les velléités séparatistes utilisées par Washington pour semer le chaos et l’anarchie. L’enjeu est immense. C’est un grand jeu géostratégique d’envergure mondiale. Une mainmise chinoise sur l’Eurasie ou du moins une grande partie du croissant s’étendant entre Urumqi et Bagdad en ayant la  courbe convexe passant par les anciennes républiques d’Asie centrales feraient perdre aux grandes multinationales US une dizaine de projets de pipelines et de gazoducs.

Le Sommet de Bishkek a consacré également l’adoption d’une posture unifiée de la Chine, la Russie et de l’Iran dans l’affaire syrienne qui a failli très mal tourner.  Certes, la contre-offensive diplomatique russe, de très haute facture- a permis de sauver et la face du Président US et la paix mondiale menacée par une guerre dont personne ne savait sur quoi elle allait déboucher. On retiendra que les américains et les israéliens ont lancé deux missiles de nature inconnue sur la Syrie à partir des côtes espagnoles mais que ces derniers ont été interceptés en vol par la défense balistiques russe. Mais tout le monde à Bichkek sait que ce n’est là que partie remise. Et que l’hyper-puissance US n’est prête à aucune concession sans déclencher un cataclysme mondial. D’où la démarche soft d’une Chine silencieuse mais dont les ambitions ne souffrent d’ambigüité aucune.

Contrastant avec les interminables conflits dans lesquels se débat l’hégémonie US, un nouveau monde est en création en Asie…

‘A war the Pentagon doesn’t want’ by Robert H. Scales

The tapes tell the tale. Go back and look at images of our nation’s most senior soldier, Gen. Martin Dempsey, and his body language during Tuesday’s Senate Foreign Relations Committee hearings on Syria. It’s pretty obvious that Dempsey, chairman of the Joint Chiefs of Staff, doesn’t want this war. As Secretary of State John Kerry’s thundering voice and arm-waving redounded in rage against Bashar al-Assad’s atrocities, Dempseywas largely (and respectfully) silent.

Dempsey’s unspoken words reflect the opinions of most serving military leaders. By no means do I profess to speak on behalf of all of our men and women in uniform. But I can justifiably share the sentiments of those inside the Pentagon and elsewhere who write the plans and develop strategies for fighting our wars. After personal exchanges with dozens of active and retired soldiers in recent days, I feel confident that what follows represents the overwhelming opinion of serving professionals who have been intimate witnesses to the unfolding events that will lead the United States into its next war.
They are embarrassed to be associated with the amateurism of the Obama administration’s attempts to craft a plan that makes strategic sense. None of the White House staff has any experience in war or understands it. So far, at least, this path to war violates every principle of war, including the element of surprise, achieving mass and having a clearly defined and obtainable objective.

They are repelled by the hypocrisy of a media blitz that warns against the return of Hitlerism but privately acknowledges that the motive for risking American lives is our “responsibility to protect” the world’s innocents. Prospective U.S. action in Syria is not about threats to American security. The U.S. military’s civilian masters privately are proud that they are motivated by guilt over slaughters in Rwanda, Sudan and Kosovo and not by any systemic threat to our country.

They are outraged by the fact that what may happen is an act of war and a willingness to risk American lives to make up for a slip of the tongue about “red lines.” These acts would be for retribution and to restore the reputation of a president. Our serving professionals make the point that killing more Syrians won’t deter Iranian resolve to confront us. The Iranians have already gotten the message.

Our people lament our loneliness. Our senior soldiers take pride in their past commitments to fight alongside allies and within coalitions that shared our strategic goals. This war, however, will be ours alone.

They are tired of wannabe soldiers who remain enamored of the lure of bloodless machine warfare. “Look,” one told me, “if you want to end this decisively, send in the troops and let them defeat the Syrian army. If the nation doesn’t think Syria is worth serious commitment, then leave them alone.” But they also warn that Syria is not Libya or Serbia. Perhaps the United States has become too used to fighting third-rate armies. As the Israelis learned in 1973, the Syrians are tough and mean-spirited killers with nothing to lose.

Our military members understand and take seriously their oath to defend the constitutional authority of their civilian masters. They understand that the United States is the only liberal democracy that has never been ruled by its military. But today’s soldiers know war and resent civilian policymakers who want the military to fight a war that neither they nor their loved ones will experience firsthand.

Civilian control of the armed services doesn’t mean that civilians shouldn’t listen to those who have seen war. Our most respected soldier president, Dwight Eisenhower, possessed the gravitas and courage to say no to war eight times during his presidency. He ended the Korean War and refused to aid the French in Indochina; he said no to his former wartime friends Britain and France when they demanded U.S. participation in the capture of the Suez Canal. And he resisted liberal democrats who wanted to aid the newly formed nation of South Vietnam. We all know what happened after his successor ignored Eisenhower’s advice. My generation got to go to war.

Over the past few days, the opinions of officers confiding in me have changed to some degree. Resignation seems to be creeping into their sense of outrage. One officer told me: “To hell with them. If this guy wants this war, then let him have it. Looks like no one will get hurt anyway.”

Soon the military will salute respectfully and loose the hell of hundreds of cruise missiles in an effort that will, inevitably, kill a few of those we wish to protect. They will do it with all the professionalism and skill we expect from the world’s most proficient military. I wish Kerry would take a moment to look at the images from this week’s hearings before we go to war again.

Robert H. Scales

Washington Post

06 Sept 2013

Conflit au Moyen-Orient: quel impact sur les réacteurs nucléaires de la région?

Officiellement, la Syrie dispose d’un réacteur miniature source de neutrons (Miniature Neutron Source reactor ou MNSR) près de Damas. Il s’agit d’un réacteur compact destiné à la recherche dans le domaine nucléaire fourni par la République populaire de Chine. Ce réacteur fonctionne avec de l’uranium U235 enrichi à près de 90%.

Divers rapports émanant de services de renseignement hostiles au régime syrien actuel avaient évoqué une possible coopération avec la Corée du Nord et l’Iran dans le domaine nucléaire.

le 06 septembre 2007, des avions de guerre israéliens soutenus par l’US Air force avaient effectué un raid via la Turquie sur un prétendu réacteur nucléaire en construction en Syrie.

A l’époque, le Président américain George W. Bush avait déclaré que ce réacteur avait des caractéristiques similaire au réacteur de Yongbyon en Corée du Nord et que par conséquent, cette frappe était un « avertissement  » à la Corée du Nord. De son côté, tout en niant les accusations, Damas avait affirmé que le site visé n’était qu’un simple centre de recherches en agronomie relevant des forces armées.

La Russie a souligné mercredi les conséquences “catastrophiques” que pourrait avoir une attaque occidentale sur la Syrie si un missile venait à frapper un réacteur MNSR de recherche situé près de la capitale Damas.

 

“Si une ogive, volontairement ou par hasard, devait toucher le Réacteur miniature source de neutrons (MNSR) près de Damas, les conséquences pourraient être catastrophiques”, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

 

Les zones environnantes pourraient être contaminées par de l’uranium hautement enrichi (U235), ajoute le ministère qui craint aussi que du matériel nucléaire tombe entre les mains des rebelles radicaux après une attaque.

Cependant, c’est en Israël où les inquiétudes sur la sécurité des installations nucléaires en cas de conflit sont les plus vives. Plus précisément la vieille centrale nucléaire de Dimona au Néguev.  Ce site qu’ont tenté de survoler à deux reprises des drones du Hezbollah libanais.

Le site est déjà la source d’une contamination radiologique des sols mais que l’Etat s’efforce de passer sous silence par peur de l’opinion publique. En cas de « conflit ouvert » ou de « dérapages » des frappes occidentales sur la Syrie, ce pays ou l’un de ses alliés, plus probablement le Hezbollah pourrait bien cibler Dimona avec des dizaines de missiles disposant d’un faible EPR (Error probability Range).

On peut aisément imaginer l’impact psychologique immense aussi bien au sein de l’opinion publique israélienne que celle des pays Arabes si un ou plusieurs missiles venaient à s’abattre sur  Dimona.

Quoi qu’il en soit, il devient de plus en plus évident que ceux qui parlent de  » frappes sur la Syrie »  ignorent l’inextricable complexité et l’extrême gravité de la situation du Moyen-Orient dans son ensemble.

C’est un front ouvert du plateau iranien jusqu’au au littoral syro-libanais en passant par l’Irak.  Pour celles et ceux qui l’ont oublié, les chapelets de bombes explosant quotidiennement en Irak sont le signe le plus évident du débordement du conflit syrien sur ce pays.

Les États-Unis et Israël testent les fréquences radars syriennes

Deux missiles ballistiques ont été tirés en Méditerranée en direction de la Syrie et se sont abîmés en mer, le 3 septembre.

L’information a d’abord été révélée par le ministère russe de la Défense sans indiquer l’origine des tirs. Puis, après une vingtaine de minutes d’affolement général, Israël et les États-Unis ont reconnu en être les auteurs.

Selon l’état-major syrien, cette manœuvre avait pour but de tester les fréquences radars utilisées par la défense anti-aérienne de la Syrie.

Cette opération confirme le rôle d’Israël dans le dispositif d’attaque états-unien de la Syrie.
Source: Voltairenet

Conflit au Moyen-Orient: Damas déterminé à riposter

Selon des informations recueillies, des satellites militaires américains ont permis au Pentagone de découvrir jusqu’à quel point la Syrie est déterminée à riposter à une éventuelle attaque. L’armée syrienne a ainsi pointé des centaines de missiles sur Israël, la Turquie, la base d’Akrotiri à Chypre, deux bases en Jordanie et une base au Nord de l’Arabie Saoudite.

L’ensemble du système de la défense aérienne du territoire a fait l’objet d’un redéploiement avec l’adoption de méthodes asymétriques telles que celles employées par les Nord-Coréens ou les Serbes.

Une armée populaire a été mobilisée. Dénommée les forces de la défense nationale, ils comptabilisent désormais presque 300 000 hommes en appoint à l’armée régulière.

Le Président Assad a donc ordonné une guerre à outrance à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Plus acharné, son ministre de la défense Fahd Jassem Al-Freij, faucon parmi les faucons,  préconise non moins que de tenter un passage en force au Golan à coups d’armes non-conventionnelles, faire irruption en Galilée et établir une jonction avec les combattants du Hezbollah,  libérer la ville d’Haifa et en faire une tête de pont pour la libération du reste de la Palestine. C’est du moins ce qui a été rapporté des échanges de vues lors d’une réunion secrète du haut conseil de la sécurité syrienne. Ce scénario a peu de chance de se concrétiser car Israël utilisera ses armes nucléaires tactiques  autour du lac de Tibériade, non loin d’Armageddon.

Al-Assad dispose d’une armée bien plus solide et structurée que celle de Saddam Hussein. Malgré une guerre civile de presque trois ans. Un lointain atavisme probable du triple héritage byzantin, Ommeyade et Ayoubbide. Les syriens sont convaincus que leur pays survivra à la tempête comme Damas avait résisté et survécu aux invasions Mongoles au Moyen-Âge (alors que Bagdad avait succombé, déjà à l’époque…)  Ils savent surtout que leur pays n’est pas seul et que son ciblage vise en finalité l’Iran.