Archives pour la catégorie Analysis

China in talks for sale of jet engine technology to Germany

Export of state-of-the-art machinery to a country known for its high-quality products would improve the international image of China’s manufacturing industry

PUBLISHED : Sunday, 14 January, 2018, 9:33pm
UPDATED : Sunday, 14 January, 2018, 11:28pm
China is in talks to sell Germany state-of-the-art machinery and technology critical in the manufacture of high-performance jet engines, a senior government scientist has revealed.

The machinery produced turbine blades capable of withstanding temperatures several hundred degrees Celsius higher than the melting point of metallic alloys, the scientist said.

The scientist, who is involved in the negotiations, asked not to be named because of the sensitivity of the matter.

Turbine blades convert heat generated by combusted fuel into the energy that propels a plane. The blades are one of the most important components in modern aircraft, both military and civilian, and their quality determines how safe, powerful and durable a jet engine will be.

The technological progress could be a very important step for made-in-China jet engines, with China now the world’s largest market for commercial aircraft. Thousands of planes are on order from Airbus and Boeing, and China is also developing its own C919 passenger jet.

In recent years, tremendous leaps in blade-processing technology, combined with breakthroughs in alloy casting and aerodynamic design, have allowed China to produce a brand-new series of powerful military jet engines.

The most notable example is the WS-15 turbofan jet engine, designed for use in China’s J-20 stealth fighter. The WS-15 has experienced reliability problems, but state media boasted last year that its performance matched that of the Pratt & Whitney F119, the world’s most advanced jet engine in military service, which was developed in the United States for the Lockheed Martin F-22 Raptor stealth fighter.

 



China and the US are the only countries in the world with tactical stealth jets in service.

“We are willing to share with industrial partners in Germany our latest hardware and technology,” the scientist said. “Industrial representatives from the two sides have finished the first round of contact.”

The export of state-of-the-art machinery to Germany – traditionally known for its high-quality products – would improve the international image of China’s manufacturing industry, he said.

A delegation from Xian, the capital of China’s northwestern Shaanxi province and the main production base for China’s military aircraft engines, would visit Berlin early this year to draft an export proposal with German counterparts, the scientist said.

 

The scientist asked that the government and business bodies involved not be named because the negotiations were still in their initial stage. The deal would require both Chinese and German government approval given the sensitivity of the machinery and technology involved, which could be used for both military and civilian purposes.

Beijing has expressed support for the possible deal.

“The collaboration between China and Germany is continuing to deepen in multiple sectors, the positive progress achieved is broadly recognised, which reflected the high level of Sino-German relations,” the Ministry of Foreign Affairs said on Tuesday in response to South China Morning Post questions about the negotiations.

“The prospects for cooperation between the two sides in the fields of hi-tech and intellectual property are very promising … we would like to work together with Germany to promote new progress in cooperation in the relevant fields under the principle of mutual openness, mutual benefits and mutual development.”

The German embassy in Beijing did not respond to a request for comment.

Professor Chen Jiang, from Beijing University of Aeronautics and Astronautics, who was involved in the development of new jet engines for China’s air force, said he would not be surprised if China provided military jet engine technology to Germany, which built the world’s first jet fighter at the end of the second world war and supplies many jet engine components, including turbine blades, to American and British manufacturers.

“It is quite possible,” he said. “China’s manufacturing has achieved some remarkable progress on numerous strategic sectors in recent years.”

But another Beijing-based jet engine scientist, who worked in Germany for years, said the deal might not eventuate.

“Germany is an ally of the United States,” he said. “It will face many restrictions to work with China in this sensitive field of technology.”

The German government and German companies had also voiced concerns about China’s infringement of intellectual property rights through reverse engineering or direct copying, he said.

China’s turbine blade breakthroughs have won numerous top national science and technology prizes since 2010. They include the development of a unique hollow structure to make lighter and stronger blades; new single-crystal alloys capable of withstanding high temperatures; and a special membrane that can be applied to a blade’s surface to accelerate cooling. Two of the national science and technology prizes announced by Beijing this week were awarded for work on turbine blades: one for single crystal alloys and the other to do with mechanical grinding.

The Chinese machinery being discussed with the Germans uses ultra-fast laser beams to bore extremely small holes or other fine structures on a turbine blade that allow air to flow through it and take away harmful heat.

The scientist in Xian said laser processing was widely used in making jet engines, but China was using a new technical approach that differed from the traditional methods adopted in the US and Britain.

The US, Britain and France are home to the world’s four dominant jet engine makers: General Electric (GE), Pratt & Whitney, Rolls-Royce and CFM.

He said one challenge was to achieve high output while keeping defect rates low. GE, Pratt & Whitney and Rolls-Royce had been researching the manufacture of turbine blades for decades and guarded the technology as one of their top business secrets.

“Our machine has outperformed theirs on some benchmarks,” the scientist said. “The Germans have seen and grown interested in our technology.”

Another researcher involved in the negotiations said the export of the blade processing machine would be part of wider jet engine collaboration between the two countries.

“We will buy something else from them in return,” he said. “It can be either hardware or technology. The Germans are very good at the design and engineering of compressors [which send fresh air into the combustion chamber].”

Professor Peng Jiahui, who studied laser processing technology in Huazhong University of Science and Technology, said many Chinese researchers and engineers who had worked at GE, Pratt &Whitney and Rolls-Royce had returned to China and significantly increased the pace of jet engine development.

But a more important factor driving China’s technical innovation was the size of market, he said.

China had more than 1,700 military planes in service, second only to the US. The demand for turbine blades from China’s air force, which was still expanding rapidly, required the industry to come up with better manufacturing methods.

“China can make the best mobile phones because there is huge demand,” Peng said. “The same applies to jet engines.”

Washington annonce encore la création d’une nouvelle force terroriste en Syrie

Après l’échec de plus de 47 plans US en Syrie, Washington rend public son programme de création d’une force armée kurde dans le Nord-est de la Syrie, la seule région de ce pays où il était possible d’intervenir en raison de la proximité de l’Irak et de la Turquie.

Ce programme n’a rien de nouveau: Il fait suite à ceux ayant servi à créer des dizaines de forces armées terroristes en Syrie, incluant l’Armée Syrienne Libre (ASL), Daech (l’État Islamique), le Front Ennosra, Les Forces Démocratiques Syriennes, L’Instance de Libération du Levant, L’Armée des Conquérants, l’Armée de l’Islam, les Lions Turkmènes, Les Soldats du Caucase, la Nouvelle Armée de Syrie, la Légion du Levant, les Forces révolutionnaires, les Unités de Protection Populaires (YPG), l’Armée libre d’Idlib, les Brigades de l’Euphrate, l’Épée de Dieu, etc. Et la liste est encore loin d’être exhaustive.

Ce qui est nouveau par contre est la réaction apparente de la Turquie. Le président Erdögan aurait promis de « détruire » cette force kurde pro-américaine qu’il a qualifié de terroriste.

Cette force de près de 19000 hommes, encadrée par 2800 conseillers militaires US (en plus de 1100 militaires d’autres pays de l’Otan) compte renforcer ses effectifs jusqu’à compter 30 000 hommes (déclarations publiques et officielles) même si officiellement, elle ne compterait au 14 janvier 2018 que 230 hommes en cours de formation. En réalité, cette nouvelle force armée à dominante kurde et bénéficiant du soutien logistique et aérien des États-Unis et de ses alliés  le Kurdistan irakien compris) vise à constituer l’armature d’un nouvel État kurde à cheval entre le Nord-est de la Syrie, le Nord-Ouest de l’Irak et le Sud de la Turquie.

Ankara est beaucoup moins outragée par la création d’une entité kurde pro-US que par l’armement des kurdes sur son flanc méridional. La Turquie entretient des visées expansionnistes en Syrie septentrionales et les plans du grand allié US entravent la politique turque dans la région.

Pour Damas, la présence militaire turque ou US à l’extrême Nord de la Syrie est une agression et la continuation de la guerre imposée à la Syrie par ses ennemis depuis le 15 mars 2011.

GIGN adopts MAWL-DA aiming systems

B.E. Meyers & Co., Inc. is pleased to announce that the MAWL-DA has been selected by the French National Gendarmerie’s elite police tactical unit, the GIGN, as their official individual NIR/VIS weapon laser and illuminator. The GIGN is currently upgrading legacy systems, and has begun to integrate new technologies with the unit’s available weapons platforms.

After evaluating various laser aiming and illumination systems through rigorous testing, and in real-world scenarios, the MAWL-DA was proven to be the superior solution, and was selected for formal procurement and deployment within the unit. In addition to the MAWL-DA’s selection by the GIGN, other units in France, and other European SOF units have adopted it for use in their respective operations.

The GIGN is the elite Police Tactical Unit of the French National Gendarmerie. Its missions include counter-terrorism, hostage rescue, surveillance of national threats, protection of government officials, and targeting organized crime. It is renowned for its selection and implementation of innovative technology and tactics, using a comprehensive suite of both small arms solutions, and weapon enabling systems. The unit’s selection of the MAWL-DA as a tool for mission success is notable in light of the GIGN’s pedigree, and reputation as a premiere SOF unit. B.E. Meyers & Co. looks forward to the MAWL-DA’s service with the GIGN as NIR/VIS pointing and illumination system which will assist in the unit’s response to both domestic and international threats.

 

The MAWL-DA (Modular Advanced Weapon Laser – Direct Action) is a high-power infrared and visible green aiming and illumination laser for individual carbines. Offering improved ergonomics, interface, and performance, the MAWL-DA has been designed from the ground up around the needs of the modern night fighter.

 

Engineered to address the shortcomings of common laser devices in use with both military and law enforcement, the MAWL® incorporates cutting edge VCSEL technology which eliminates the current problem of inconsistent and granular, speckled illumination. This unparalleled beam quality is leveraged with multiple modes of divergence and power, based on the ideal settings for any operational environment: Close Range, Mid Range, or Long Range.

 

http://defence-blog.com/news/gign-adopts-mawl-da-aiming-systems.html

 

 

Exo-squelettes: les Chinois s’y mettent aussi

EXOSKCNAR

EXOSKCN.jpg

ExoSKNAR2.jpg

Suivant les États-Unis et la Russie, la Chine s’apprête à déployer ses premiers modèles d’exo-squelette opérationnel au sein de quelques unités restreintes et choisies relevant du Génie et de la Logistique.

Contrairement aux vidéos promotionnelles de ces modèles, les exo-squelettes ne sont pas encore prêts à être utilisés pour des missions de combat mais servent à assister et à aider les soldats à effectuer des tâches requérant une force physique et musculaire extrême.

Cependant, comme les Américains ou les Russes, les Chinois aspirent à transformer ce qui relève aujourd’hui de la science-fiction en réalité en visant la conception d’exo-squelettes de combat tels que figurant dans des jeux vidéo de la trempe de Call Of Duty: Advanced Warfare. 

L’avenir du Bitcoin semble incertain

Phénomène de mode, innovation technologique, monnaie du futur ou simple schéma frauduleux s’appuyant sur les plates-formes numérique, le Bitcoin semble non seulement susciter la méfiance de certains gouvernements mais une vague de réactions plus moins négatives à travers le monde.

Le Bitcoin a t-il un avenir?

Sans verser dans une paranoïa luddite, il semble désormais établi que des pays aussi importants que la Chine, la Corée du Sud, l’Inde, le Japon et la Russie se méfient au plus haut point du Bitcoin et des crypto-monnaies circulant sur le net. Outre des réserves de principe, le Bitcoin vient d’être déclaré contraire aux principes de la religion musulmane et de facto « illicite » par Al-Azhar d’Égypte, une partie du Clergé du Royaume d’Arabie Saoudite et les autorités religieuses de la Turquie.

Pour certains érudits musulmans, le Bitcoin est assimilable aux jeux de hasard et donc proscrit; pour des économistes indiens, le phénomène Bitcoin relève clairement du système de Ponzi; pour les stratèges russes et chinois, les crypto-monnaies cachent de nouveaux outils d’une guerre financière universelle, le financement d’activités terroristes ou d’opérations de changements de régimes;  pour certains analystes occidentaux, le phénomène Bitcoin est une sorte de bulle spéculative non régulée et hors de contrôle.

En Israël, la Banque centrale a émis un avertissement en interdisant toute transaction en Bitcoin.

L’avenir du Bitcoin semble donc compromis vu que les principaux acteurs du système financier mondial s’en méfient mais ni son usage ni sa valeur n’en sont pour autant affectés. Loin s’en faut puisque le Bitcoin est devenu un instrument de choix entre les mains d’acteurs non-étatiques et de groupes hétéroclites et variés aux motivations diverses.  Il semble surtout que certains États s’en servent à des fins non déclarées. Et c’est cela qui compromet le plus son évolution en véritable monnaie.

 

 

 

 

Un petit remake de l’Attaque des Martiens à Hawaï

Officiellement, l’alerte au missile balistique déclenchée à Hawaï ce samedi 13 janvier 2018, serait due à une erreur humaine. Cependant, cette explication fournie par le Gouverneur David Ige indique qu’une partie ou l’ensemble du système d’alerte et de prévention d’une attaque balistique sur le territoire US souffre de lacunes graves.

Ce samedi 13 janvier 2018, les résidents de Hawaï ont reçu à 8 heures du matin (horaire local) un SMS d’alerte qui fait froid dans le dos et dont voici le texte original: « Emergency Alert Ballistic missile threat inbound to Hawaii. Seek immediate shelter. This is not a drill.  » (Alerte d’urgence, un missile balistique en route vers Hawaï. Cherchez  immédiatement un refuge. Ceci n’est pas un exercice.)

La formule « Ceci n’est pas un exercice » peut à elle seule provoquer un mouvement de panique ou du moins certains troubles à l’ordre public, sans mentionner son impact sur la santé de certaines personnes. C’est en effet ce qui c’est passé dans les minutes ayant suivi la diffusion de l’alerte.

Qui peut menacer Hawaï?

La fausse alerte au missile balistique à Hawaï est loin d’être fortuite ou accidentelle selon certaines analyses. Elle vise avant tout à maintenir la menace d’une éventuelle attaque balistique nord-coréenne et entretenir la tension et la peur autour de cette thématique, un objectif prioritaire de l’appareil de propagande US.

En un sens, ce qui c’est passé ce samedi à Hawaï n’est pas sans similitude avec ce qui ce passait sur la côte Ouest des États-Unis  entre 1942 et 1945 quand on voyait des menaces japonaises un peu partout (ballons chargés de gaz de combat ou de germes bactériologiques, submersibles suicidaires, menaces d’infiltration de saboteurs ou de raids aériens fictifs et mêmes des attaques aux algues!)

Le message sous-jacent de cette alerte SMS est que Hawaï demeure sous la menace d’une attaque balistique nord-coréenne.

Entre un employé pressant le mauvais bouton et la manipulation le pas est vite franchi. On n’est pas loin de l’esprit d’une attaque martienne diffusée par la radio dans les années 30.

La peur est un puissant levier que les gouvernements usent et abusent à des fins politiques.

 

La Corée du Nord est un acteur rationnel selon la Chine et la Russie

Un rapport secret sur la Corée du Nord établi par une commission du parti communiste chinois estime que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a réussi à atteindre tous les objectifs stratégiques qu’il a assigné à son pays en soulignant sa rationalité, son extrême compétence et sa détermination.

Ce constat est partagé par la délégation militaire russe de retour de Pyongyang. Cette dernière évalue que d’ici la fin de l’année 2018, la Corée du Nord aura produit un peu plus de 125 têtes nucléaires.

Le rapport chinois évoque également la production par la Corée du Nord de « plusieurs types de missiles de croisière » et sa volonté de lancer d’autres satellites en orbite d’ici 2022.

 

Mettre fin à la question palestinienne pour préparer une guerre mondiale

La reconnaissance symbolique par le président US Donald Trump de Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël n’est que la partie visible d’un plan visant à mettre fin à ce qui est communément appelée la cause ou le problème palestinien afin de permettre une alliance officielle entre la coalition arabe menée par Ryad et Tel-Aviv pour contrer l’Iran et ses alliés.

Ce plan prévoit l’agrandissement de l’enclave palestinienne de Gaza, en lui annexant des territoires adjacents du Sinaï égyptien au Sud et lui permettre une extension dans le désert du Neguev à l’Est, la création d’une nouvelle capitale palestinienne et la mise sous supervision jordanienne de 35% de la Cisjordanie (le reste sera occupé par les colonies israéliennes), l’octroi par l’Arabie Saoudite de 400 milliards de dollars USD à l’Autorité palestinienne et l’abandon de toute revendication sur Jérusalem ou le droit au retour des réfugiés palestiniens.

En créant un nouvel État palestinien capitaliste « très riche, pacifique et prospère » à cheval entre Gaza, le Néguev et le Sinaï, l’Arabie Saoudite compte résoudre définitivement la question palestinienne et éliminer toute source de contentieux ou de conflit avec Israël. Il sera dès lors plus facile de s’allier avec Tel-Aviv, voire intégrer officiellement Israël dans la coalition militaire arabe menée par Ryad pour faire face à l’Iran que les deux pays considèrent comme l’ennemi commun à abattre par tous les moyens possibles et imaginables.

La destruction de l’Iran ouvrira la voie à une guerre contre la Russie et la Chine.

Ce plan a cependant peu de chances de se concrétiser même si des pays comme l’Égypte ou la Jordanie y ont officieusement adhéré.

 

Libye: Un chef terroriste éliminé par les algériens

Le chef de l’organisation terroriste dénommée « les Fils du Sahara pour la Justice », un groupe armé obscur visant la sécession du désert algérien a été éliminé lors de la destruction de son convoi en territoire libyen par des parachutistes de l’armée algérienne avec l’aide de forces locales alliées et en se basant sur des données satellite fournies par une puissance amie. 

Ce groupe terroriste fantôme créé initialement en 2007 a rejoint la Libye après la chute du régime du Colonel Gaddafi en octobre 2011. Il aurait rejoint les factions rebelles libyennes les plus hostiles à l’Algérie avant de tenter de s’infiltrer dans les provinces sudistes stratégiques d’Illizi, d’Adrar et de Ouergla en y menant des actions de subversion et de noyautage tout en exploitant le malaise des jeunes et le chômage. 

Ce n’est pas la première fois que des « troupes spéciales » (nomenclature officielle) algériennes opèrent en Tripolitaine ou même jusqu’en Cyrenaïque. 

Yémen, les pertes saoudienne deviendraient abyssales

Coalition arabe: 2 pilotes évacués suite à un crash de jet suite à une faute technique

Dimanche 7 janvier 2018 – 18h15
Le colonel Turki Al-Maliki, porte-parole des forces de la coalition
Asharq Al-Awsat

Le commandement des forces de la coalition arabe a déclaré dimanche que la coalition avait mené une opération spéciale pour évacuer deux pilotes après l’écrasement de leur avion de combat en raison d’une panne technique.Dans une déclaration à l’agence de presse saoudienne, le porte-parole des forces conjointes de la coalition, le colonel Turki Al-Malki, a révélé qu’un avion de combat saoudien avait subi une faute technique après avoir mené une opération de légitimation au Yémen.

L’avion s’est écrasé dans la zone d’opération mais son équipage n’a subi aucune blessure, a t-il dit.

« Le commandement des forces de la coalition arabe a mené une opération conjointe privée en collaboration avec les forces aériennes et terrestres pour évacuer deux pilotes vers l’Arabie Saoudite », a ajouté le porte-parole.

bien entendu cette histoire de problème technique n’est que du vent l’avion a bien été abattus ! 
traduction rocbalie & google translate

Corée du Nord : « Nos bombes atomiques, nos bombes H et nos missiles balistiques sont dirigés exclusivement contre les USA et pas contre nos frères du Sud ou aucun autre pays » 

Lors des premières discussions bilatérales inter-coréennes depuis deux ans, le négociateur en chef du Nord a clairement indiqué que les bombes atomiques, les bombes à hydrogène et les missiles balistiques de la Corée du Nord sont dirigés exclusivement contre les États-Unis d’Amérique en excluant les « frères du Sud » ou n’importe quel autre pays en évoquant la Chine et la Russie. De ce fait la Corée du Nord ne voit nullement l’utilité de discuter de son arsenal nucléaire avec la Corée du Sud tel que préconisé par Washington. 

Lors de la présentation des voeux à l’occasion du nouvel an, Kim Jong-Un a laissé entendre que non seulement son pays n’abandonnera jamais ses armes de dissuasion mais qu’il cherche à accélérer leur production et leur déploiement. 

Subissant neuf trains de très dures sanctions internationales mis en place par les États-Unis via les Nations Unies, Pyongyang entend ainsi isoler, meme symboliquement, Washington en Asie du Nord-Est. 

Les récentes déclarations Nord-coréennes sur les frères du Sud ont eu un profond impact en Corée du Sud, plus précisément au sein des syndicats et des étudiants généralement hostiles aux politiques économiques poursuivi par Séoul et à la domination americaine.  

Enfin, la Corée du Nord participera aux prochains jeux olympiques d’hiver qui se tiendront très prochainement en Corée du Sud. 


 

Syrian Army Reports Israeli Missile Attack on Greater Damascus

Syrian Army Reports Israeli Missile Attack on Greater Damascus. 

« Israel fired several surface-to-surface missiles into Syria last night. First attack began at 2:40 A.M. and the second wave began at 4:00 A.M. and lasted until 4:15 A.M. While some of the missiles were intercepted, most hit the SAA’s base in Qutayfah. » Leith abu Fadel’s Twitter 

https://sputniknews.com/middleeast/201801091060608377-israel-syria-missiles/

Syrie :  l’ère des meutes de drones tueurs…

L’emploi de meutes de drones synchronisés et coordonnés emportant des explosifs spéciaux pour viser les deux principales bases militaires russes en Syrie représente le début d’une révolution stratégique similaire à celle ayant succédé à l’emploi d’aéroplanes pour le bombardement primitif des tranchées en 1914-1915. 

Sur les 13 drones ayant tenté d’attaquer la base aérienne de Hmeimim (10) et la base navale de Tartous (03), sept ont été abattus par un système Pantsir-S, lequel s’est avéré excellent pour contrer ce genre de menaces, tandis que six autres ont ete piratés et désactivés par les contre-mesures électroniques russes. 

L’usage de drones en meutes dotés d’une certaine capacité de brouillage des contre-mesures adverses  contre des objectifs militaires hyper-protégés en Syrie  est une première. C’est la consécration officielle des premiers groupes de robots sur le champ de bataille. 

Les drones utilisés lors de cette. attaque inédite ne sont pas des modèles commerciaux modifiés ou bricolés comme ceux du Hachd Al-Chaabi irakien ou encore Al-Nosra : Avec une portée supérieure à 60 km, un système de navigation GPS, une capacité de brouillage électromagnétique et l’emport d’un explosif militaire de très haute puissance inaccessible au premier venu, ces drones ne peuvent provenir que d’un pays disposant de capacités techniques avancées. Moscou sait qui les a fourni aux terroristes du HTS (Instance de libération du Levant) dont les hordes font face à une offensive gouvernementale en cours à Idlib.

Autre élément troublant : des drones leurres ont accompagné les drones armés. 

L’irruption de meutes de robots volants dans le domaine de la guerre pose les prémisses d’une bifurcation de type T. Il annonce également la fin du pilote humain d’ici un avenir prévisible où l’IA jouera un rôle de plus en plus déterminant dans la conduite des opérations militaires.  

Syrie : les chinois participent à une frappe chirurgicale visant des mercenaires asiatiques à Idleb

L’opération ayant ciblé de manière particulièrement précise un centre de commandement et de contrôle (C2) de mercenaires « asiatiques » faisant partie des groupes armés combattants aux côtés de l’instance de libération du Levant (هيئة تحرير الشام/Al-Qaïda soutenu par l’Otan) à Idleb au Nord de la Syrie demeure totalement mystérieuse. 

D’abord attribué à un raid syro-russe, puis à un raid de la coalition US puis à une voiture piégée, puis à un véhicule blindé piégé de plus de 20 tonnes,  l’élimination de chefs opérationnels Ouighours, Ouzbeks, Tadjiks, Daghestanais et Kazakhs serait le résultat d’une très discrète coopération avec la Chine. Une unité spéciale chinoise aurait participé à cette opération aux côté des Spetnaz russes et de commandos de la marine syrienne basés à Lattaquié. 

Plus d’une trentaine de chefs terroristes auraient été tué en pleine réunion secrète dans plusieures explosions successives. 

Sur les réseaux sociaux terroristes, il est fait état d’un véhicule piégé sans indiquer clairement qui serait derrière cette décapitation spectaculaire des unités « Asiatiques ». Des informations circulant parmi les milieux terroristes indiquent que la branche syrienne d’Al-Qaïda se serait vengée des « Soldats du Caucase » et des « Chinois » leur reprochant d’avoir perdu pied et abandonné le terrain face à l’Armée syrienne. Ce qui serait peu vraisemblable, étant donné que sur le terrain, ce sont les combattants caucasiens et asiatiques qui font preuve d’une réelle détermination. 

La distillation de telles informations à créé une césure entre les Asiatiques et les Levantins et on n’écarte plus des affrontements entre les anciens alliés au bénéfice des forces gouvernementales. 
 La province septentrionale d’Idlib fait face actuellement à une violente offensive gouvernementale soutenue par les forces aérospatiales russes tandis que les rebelles bénéficient encore d’un soutien logistique de l’OTAN via la Turquie d’Erdogan même si ce dernier fait semblant d’en être agacé en public en mettant tout sur le dos des États-Unis. 

[https://youtu.be/zG2b5HmNWHY]

Espionnage technologique :  Spectre et Meltdown ne sont qu’une infime partie de l’iceberg…

Les pseudo failles dénommées Meltdown et Spectre affectant des composants matériels essentiels INTEL, AMD, ARM et d’autres constructeurs de microprocesseurs, mettant en péril plus de 1600 millions d’ordinateurs, de smartphones et de tablettes font partie d’un programme auxilliaire classifié faisant partie d’un programme plus vaste destiné à la collecte directe et permanente d’informations mis au point conjointement par les États-Unis et Israël avec l’aide de pays alliés comme la Corée du Sud et Taïwan. 

Le plus surprenant est que c’est bien la première fois que des « outils backdoor » sont publiquement présentés comme des failles de sécurité majeures par leur propres concepteurs. 

Ces « failles » concernent tous les produits Intel fabriqués depuis 1995. 

Techniquement, la quasi-totalité des produits informatiques dispose d’un accès secret ou « dérobé » exploité majoritairement par des gouvernements. 

Pourquoi a t-on décidé de dénoncer  en ce moment précis qu’une infime partie du programme en la présentant comme une faille sécuritaire Hardware ?  

  1. Une diversion ;  d’autres programmes plus performants sont opérationnels ;  
  2. Une annonce préventive après la découverte de ce programme par d’autres parties, comme Kaspersky (spécialisé dans la sécurité logicielle et non matérielle) ;  

  3. Une technique marketing sur fond de guerre commerciale visant en premier lieu les fabricants de processeurs (chute des actions Intel) ;  

  4. Un écran de fumée…les patchs correctifs servent à d’autres fins que celles pour lesquels ils ont été annoncés. Réduction des performances garantie. 

Dans tous les cas, ces pseudo failles ne sont qu’une infime partie du gigantesque iceberg de l’espionnage industriel qui fait rage depuis de nombreuses années. L’enjeu y est énorme. 

Faire payer l’individu sa propre surveillance et non sans enthousiasme ! Il n’est pas formidable le progrès ?  

Ceci étant, le prochain IPhone risque de faire un gros flop…

At least seven Russian planes -might be ?- destroyed by shelling at Syrian air base: Kommersant

https://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-russia-planes/at-least-seven-russian-planes-destroyed-by-shelling-at-syrian-air-base-kommersant-idUSKBN1ES20C?il=0

 

MOSCOW (Reuters) – At least seven Russian planes were destroyed by rebel shelling at the Hmeymim air base in Syria on Dec. 31, Russian daily Kommersant reported late on Wednesday, citing two sources.

In the single biggest loss of military hardware for Russia since it launched air strike in Syria in autumn 2015, more than 10 servicemen were wounded in the attack by “radical Islamists”, the report said.

At least four Su-24 bombers, two Su-35S fighters and an An-72 transport plane, as well as an ammunition depot, were destroyed by the shelling, Kommersant said on its website, citing two “military-diplomatic” sources.

Kommersant said the Russian defense ministry had not commented. Reuters was not able to immediately reach the ministry.

Earlier on Wednesday, the ministry said a Mi-24 helicopter had crash-landed in Syria on Dec. 31 due to a technical fault and two pilots died.

Last month, Russia began establishing a permanent presence at Hmeymim and a naval base at Tartous although President Vladimir Putin has ordered a “significant” withdrawal of his military from Syria, declaring their work largely done.

Reporting by Vladimir Soldatkin; Editing by Robin Pomeroy

 

 

At least Seven Russian planes destroyed by shelling at Syrian air base: Kommersant

4 Russian Sukhoi Su-24 (NATO: Fencer) attack aircraft 
2 Russian Sukhoi Su-35S (NATO: Flanker-E) fighters
1 Russian Antonov An-72 (NATO: Coaler) transport aircraft

 

Anti-Tank missiles vs Tanks

Russia has long been known for having a large force of tanks, but they also deployed capable anti-tank missiles. Russia has widely exported its missile systems. Russia not only has anti-tank warheads, but also thermobaric systems that can do some serious damage to infantry and light vehicles. Often lost in the discussion of Russian military hardware are the anti-tank missiles. While Russia has long been known for having a large force of tanks (almost 22,000, according to GlobalSecurity.org), they also deployed capable anti-tank missiles. In the Cold War, major systems used by the Soviet Union were the AT-4 Spigot, the AT-5 Spandrel, and the AT-7 Saxhorn. These were all wire-guided systems…..

After Donald Trump Accuses Pak Of « Deceit », US Blocks $255 Million Military Aid

The confirmation comes on the same day when US President Donald Trump accused Pakistan of giving nothing to the US but « lies and deceit » and providing « safe haven » to terrorists in return for USD 33 billion aid over the last 15 years.
World | Press Trust of India | Updated: January 02, 2018 10:49 IST

https://www.ndtv.com/world-news/us-blocks-255-million-military-aid-after-donald-trump-accuses-pak-of-deceit-1794610

 

WASHINGTON: The United States has suspended its 255 million dollars military aid to Pakistan for now, the White House has confirmed, saying the fate of such assistance will depend on Islamabad’s response to terrorism on its soil.

The confirmation comes on the same day when US President Donald Trump accused Pakistan of giving nothing to the US but « lies and deceit » and providing « safe haven » to terrorists in return for USD 33 billion aid over the last 15 years.

« The United States does not plan to spend the USD 255 million in FY 2016 in Foreign Military Financing for Pakistan at this time, » a senior administration official told PTI on conditions of anonymity.

« The president has made clear the US expects Pakistan to take decisive action against terrorists and militants on its soil, and that Pakistan’s actions in support of the South Asia Strategy will ultimately determine the trajectory of our relationship, including future security assistance, » he said.

The US administration continues to review Pakistan’s level of cooperation, the official said.

Earlier in the day, US President Donald Trump, in his first tweet of the New Year, blasted the Pakistan leadership by saying that they have given America « nothing but lies and deceit » despite having received more than USD 33 billion in last 15 years.

« They give safe haven to the terrorists we hunt in Afghanistan, with little help. No more! » Trump said, clearly indicating that Pakistan would no longer receive any security aid from the US till the time it sees a change in behaviour from them in fight against terrorism.

Within hours, the Pakistani Defence Ministry fired back alleging that it has got « nothing but invective and mistrust » for all the actions it took in support of America’s war against terrorism.

« Pak as anti-terror ally has given free to US: land & air communication, military bases & intel cooperation that decimated Al-Qaeda over last 16yrs, but they have given us nothing but invective & mistrust. They overlook cross-border safe havens of terrorists who murder Pakistanis, » the Pakistan Defence Ministry said in a tweet.

Mr Trump who returned to the White House from Mar-a-Lago in Florida where he spent his Christmas and New Year vacation did not respond to shouted questions from reporters on « what is your plan on Pakistan? »

Several US lawmakers came out in support of President Trump adopting a tough approach on Pakistan.

« I support the decision today by President Trump to end aid to Pakistan, » Republican Congressman Markwayne Mullin from Oklahoma said.

« You’re either with the US, or against us. We will always help our friends, but for too long, the US has propped up countries that do not share our goal to end terrorism. I’m proud to see our president take bold steps to put America first, » Mr Mullin said.

« I couldn’t agree more. I’ve been fighting to end aid to Pakistan for years and will again lead the charge in the Senate, » tweeted Senator Rand Paul from Kentucky.

Samantha Vinograd, CNN’s national security analyst spoke in favour of Trump’s move.

« As a way to make it clear to the Pakistanis that enough is enough, if President Trump actually follows through, it could be an effective move, » she said in an opinion piece published on the CNN website.

« It isn’t the only step by any means, but it could be the right one, » she said.

« Great start. Why give millions to countries who would harbor our enemies? » Trump’s son Donald Trump Jr tweeted yesterday.

Corée du Nord: « Nous avons un bouton nucléaire » !

Kim Jong-Un est un gars sérieux et très appliqué. Vêtu d’un costume gris clair, il a averti les États-Unis d’Amérique lors de sa présentation des vœux du nouvel an  que son pays a atteint son objectif de devenir une puissance nucléaire à part entière en évoquant nettement et clairement une puissance nucléaire d’État.

Pis, Kim a déclaré aussi qu’il disposait d’un « bouton nucléaire » sur son bureau et que les forces nucléaires pouvaient désormais atteindre l’ensemble du territoire US, y compris l’Hinterland continental américain.  En parallèle, il a tenu un discours d’apaisement vis à vis de ses frères coréens du Sud et envisagé la possibilité d’une participation Nord-coréenne aux jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang.

Kim Jong-Un est un féru de jeux olympiques d’hiver. Il pratique le ski et le snowboard et tient en haute estime l’esprit olympique.

Il a également le sens de la répartie: « Nous devons produire en masse des têtes nucléaires et accélérer leur déploiement ».  D’après certaines indiscrétions, la couleur du costume de Kim serait un signe que son pays vient de dépasser la barre des 70 têtes nucléaires tous types confondus. Des experts chinois parlent de 75 ogives; plus sceptiques des experts à Séoul  avancent une estimation de 30 à 40 têtes nucléaires en plus d’un nombre indéterminé de bombes à neutrons.

Kim Jong-Un est plus précis:  » Nous devons toujours nous tenir prêts à mener des contre-attaques nucléaires immédiates contre les projets ennemis de guerre nucléaire », en soulignant la nature défensive du programme nucléaire militaire Nord-Coréen. C’est chaud un bouton sur un bureau…
 

 

 

Les Premières surprises de 2018

Cette année 2018 démarre sur des surprises de taille. La première surprise est l’Iran.

Après les manifestations causées par la hausse subite des prix des œufs de poule à Machhed, dans le Nord-Est de l’Iran où des spéculateurs ont augmenté les prix de 100% en l’espace de quelques heures, provoquant la colère de la population, l’Iran se retrouve dans la position peu enviée de maillon faible et donc la cible de prédilection d’une guerre hybride d’un niveau supérieur.

Le désarroi d’une grande partie des populations iraniennes est réel, au vu de la situation économique très difficile, aggravée par des années de sanctions et exacerbée par des pratiques de spéculateurs sans scrupules et d’affairistes n’ayant d’autres objectifs que le profit.

Cette colère populaire est exploitée aussi bien par des factions du pouvoir à l’intérieur que par les ennemis jurés de la République Islamique à l’extérieur. Au conflit interne pour le pouvoir, opposant conservateurs et « bazaristes » pro-capitalistes, se superpose un duel à mort avec le Royaume d’Arabie Saoudite et l’hostilité affichée des États-Unis et d’Israël.

Le divorce apparent entre le clergé et le palais royal à Ryad sonne le glas du très influent Royaume Saoudien, un des piliers de la civilisation dite occidentale, destiné selon les scenarii les moins funestes à une partition aux conséquences dramatiques. Il est donc hors de question que l’Iran, le grand rival régional,  survive.

Le rôle de l’Iran en Syrie et le défi lancé par les milices iraniennes aux forces US sur les bords de l’Euphrate aux confins syro-irakiens a convaincu les stratèges US de la nécessité de viser en priorité l’Iran au lieu de la Syrie. La situation économique en Iran paraît meilleure que celle du Venezuela, si l’on s’en tient aux indicateurs macro-éconmiques. Pourtant le désarroi des populations iraniennes, confrontées à une augmentation astronomique des prix à la consommation, aurait atteint le seuil de non retour dès 2016. Partiellement en cause, la politique du très « modéré » président Rouhani, qui aurait permis aux « bazaristes » de jouer un rôle prépondérant dans l’économie. Le règne de l’argent a totalement éclipsé les idées révolutionnaires d’un Ahmadinejad au point d’ébranler les convictions des loyalistes les plus endurcis. Ce qui se passe en Iran est un conflit pour le pouvoir opposant trois factions au pouvoir. Ce ne sera pas le printemps persan tant souhaité par Washington, Ryad ou Tel-Aviv, mais Téhéran devra faire face à la spéculation effrénée et réguler la hausse démentielle des prix sous peine d’une très grave instabilité structurelle que ses ennemis vont exploiter de façon optimale.

Deuxième surprise et pas des moindre! En Syrie, le président Al-Assad vient de remercier le général Fahd Al-Jassem Al-Frej pour le remplacer par le Chef d’état-major, le général Ali Abdallah Ayoub, un natif de la province de Lattaquié.

A 67 ans, le général Al-Frej est un sunnite réputé d’être un dur parmi les  durs partisans des méthodes Gung-Ho, un partisan de la guerre sans limites et à outrance avec Israël. Il a été nommé ministre de la Défense en juillet 2012 au lendemain de l’assassinat de son prédécesseur le général Daoud Rajha, un chrétien au corpus impressionnant,  dans une attaque terroriste combinée soutenue par les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

C’est donc la troisième fois que la Syrie en guerre change son ministre de la Défense. Les méthodes d’Al-Frej étaient décriées et on lui impute les pertes extrêmement élevées en matière de chars de bataille, utilisés en milieu urbain selon les mêmes tactiques inhérentes à l’infanterie (il n’est pas rare que des chars et des AFV de l’Armée syrienne aient foncé dans le tas en pleine jungle péri-urbaine avant de se retrouver piégés). Son remplaçant est un proche du pouvoir et partage le même patronyme que celui de Saladin. Avec les évènements en Iran, Al-Assad aurait décidé de nommer un fidèle du fief à ce poste sensible car l’ennemi n’a jamais abandonné ses plans stratégique visant à abattre la Syrie pour attaquer l’Iran et étouffer le Hezbollah, condition sine qua non pour embraser le flanc méridional de la Russie aux couleurs d’un nouveau Djihad Otanien et prendre la Chine en étau.

 

2018

Un cycle solaire s’est écoulé. Nous sommes en 2018 comme nous aurions pu être en 2018 avant Jésus-Christ.

Mon flair du tonnerre me susurre que cette nouveau cycle s’annonce aussi riche qu’explosif.  Les prémisses d’un millésime particulier sont déjà observables à l’œil nu. Le reste est à venir.

Avant de continuer ce billet, mes meilleurs vœux à tous en vous souhaitant une bonne santé et beaucoup de perspicacité. Le reste suivra ou pas. A condition d’éviter le dioxyde d’azote, les composants dérivés ou semblables au trinitrotoluène, les météorites, les centres urbains hyper pollués, les aliments OGM, les zombies (ça existe!), pour quelques uns d’entre nous, quelques obus de mortier au hasard ou moins pire, un contrôle radar, un bobo, des dettes pourries ou un souci financier, la pub poubelle, les faux jetons, la grande escroquerie institutionnelle et organisée, le fisc, les pervers manipulateurs, les ultra-nationalistes, les hypocrites, les faux barbus, les barbouzes, les Allophobes, les faux Ultras, les Holophobes, les pseudo-féministes hystériques, les terroristes de tous horizons, les haineux, les menteurs, les politicards de tout acabit, les fausses stars, les faux dévots, le Fisc, la fausse Droite, la fausse Gauche, le Centre, le haut, le bas…bref la liste est encore longue mais je ne vais pas vous gâcher cette soirée par toutes les misères du monde d’ici-bas.

Bonne Année 2018!

Malgré de très grosses surprises en perspective…

45553.jpeg

 

 

 

Syrian war has revealed a number of technical flaws of Russian Mi-28 helicopter

The Russian military intervention in the Syrian War began in 2015. The intervention consisted of air strikes fires by Russian aircraft and attack helicopters, included modern Mil Mi-28s, stationed in the Khmeimim base in North Syria, against militant groups opposed to the Syrian government.

During a military operation in Syria was revealed a number of technical flaws of Mil Mi-28 (NATO reporting name of “Havoc”) modern attack helicopter designed to close air support and destroy operations armoured and un-armoured vehicles, and enemy personnel in combat.

New Russian helicopters have problems with engine installations, avionics, control and navigation systems. Earlier there were cases had an engine control problem and was reported that debris ejected on the launching of rockets could cause catastrophic damage.

According to head of the Russian Federation Council’s Committee for Defence and Security, Viktor Bondarev, Russian defence industry has fixed a number of technical and design flaws of the helicopter, but still have problems with onboard electronics and night vision systems.

“Electronics is a failure: the pilot does not see anything, hears nothing,” said Viktor Bondarev.

According to the ex-commander-in-chief of the Russian Aero-Cosmic Forces (VKS) Viktor Bondarev, the night vision goggles used on the Mi-28s got the pilots nickname “death to pilots”.

It is worth remembering the crash of a Mi-28 helicopter in the Homs region on April 12, 2016. The tragedy was due to an error of the pilots who operated the flight in the dark conditions, according to the official version. But the military said that the cause of the crash was the problem with the night vision glasses of the helicopter pilot.

The Mi-28 “Night Hunter” is a modern attack helicopter designed to carry out search and destroy operations against tanks, armoured and un-armoured vehicles, and enemy personnel in combat, as well as low-speed airborne targets. The helicopter developed by Rostvertol, which is part of the of Russian Helicopters company,  in Rostov-on-Don.

According to the Russian Helicopters, Mi-28 can operate night and day, and in adverse weather conditions. The Mi-28 “Night Hunter” has been officially accepted into service with the Russian Ministry of Defence.

http://defence-blog.com/news/syrian-war-has-revealed-a-number-of-technical-flaws-of-russian-mi-28-helicopter.html

 

 

Expert: Russian tanks helpless against US-made Javelin anti-tank missiles

Russian defence reporter and military expert Alexey Khlopotov fearing that Russian main battle tanks would be helpless against man-portable fire-and-forget anti-tank missiles like the Javelin.

Alexei Khlopotov clarified that in the existing versions all Russian serial tanks are practically defenseless against a US-made Javelin anti-tank guided missile (ATGM). Khlopotov noted that even with a lot of disadvantages, Amercian ATGMs can confidently hit modern and upgraded tanks of the Armed Forces of the Russian Federation.

The Javelin anti-tank missile is capable of defeating modern tanks by attacking them from above at the top armor, which is generally thinner and has weak protection. It uses a fire-and-forget, automatic infrared guidance that allows the user to seek cover immediately after launch.

The Javelin employs a long-wave infrared (LWIR) seeker for guidance to destroy tanks, bunkers, buildings, small vessel and low-speed helicopters with a high hit probability. It carries a tandem shaped charge enabling a maximum range of 2,500m.

According to the expert, it is urgent to carry out a number of measures that could reduce the effectiveness of such anti-tank weapons. This, above all, installation of active protection systems on tanks, which could reliably defeat ATGMs.

Also, of course, need to improve the means of reducing thermal visibility and it is necessary to fundamentally revise the principles of installing dynamic protection on top armor, the expert emphasized.

Only an integrated approach will significantly reduce Javelin’s threat, said Alexei Khlopotov.

http://defence-blog.com/army/expert-russian-tanks-helpless-against-us-made-javelin-anti-tank-missiles.html

 

 

Apple facing trillion dollar lawsuit for reducing processing speed of aging iPhones

Apple facing trillion dollar lawsuit for reducing processing speed of aging iPhones
A US woman is suing Apple for nearly one trillion dollars after the company acknowledged it had deliberately slowed down iPhones as they get older. The US tech giant now faces nine suits over the issue.

Violetta Mailyan is reportedly seeking compensation, demanding Apple pay her $999,999,999,000.

At least eight other class action lawsuits have been filed in the US District Courts in California, New York, and Illinois over how Apple handles power management of batteries in older iPhones.

The plaintiffs seek unspecified damages from Apple, in addition to reimbursement for the phone’s purchase with two of the plaintiffs asking the court to ban the company from reducing the speed of devices or, at least to oblige Apple to inform users before it does so.

Last week, the corporation admitted it had slowed down older iPhones. Apple said it has algorithms in place to help keep an iPhone running at optimal performance if there is an older battery inside that can’t keep up with the required power. Apple said it aimed to stop unexpected shutdowns of older iPhone models and keep them running to the best possible standard.

A similar case was filed in an Israeli court on Monday after Los Angeles residents Stefan Bogdanovich and Dakota Speas took Apple to court shortly after the company announcement.

If it turns out consumers would have replaced their battery instead of buying new iPhones had they known the true nature of Apple’s upgrades, you might start to have a better case for some sort of misrepresentation or fraud,” said Rory Van Loo, a Boston University professor specializing in consumer technology law, as quoted by Reuters.

https://www.rt.com/business/414355-apple-lawsuits-trillion-slowing-phones/

 

US Sanctions N Korean Officials Allegedly Involved in Ballistic Missile Program

That is really funny !  So now the US is destroying its own propaganda narrative about North Korea. It turns out North Korea has rocket scientists and engineers !  

The mainstream media kept selling us the idea of a backward reclusive country where famine is endemic and now the US is recognizing officially that North Korea is technically so advanced that they are targeting its scientists!  
US Sanctions N Korean Officials Allegedly Involved in Ballistic Missile Program

https://sputniknews.com/asia/201712261060337110-sanctions-korea-us-rocket-program/

Conflit au Levant :  Un L39 syrien abattu au Nord de Hama

Un avion de combat léger de type L-39 Albatros de l’Armée de l’air syrienne a été abattu aujourd’hui par des tirs de canons antiaériens ennemis au nord de Hama. 

Le pilote de l’appareil a réussi à s’ejecter avant que son appareil ne s’écrase au sol mais il a été capturé par des hordes terroristes déchaînés et hystériques avant d’être sauvagement décapité près du village d’Um Harathin. 

Le L-39 Albatros, un avion d’entraînement de fabrication tchèque pouvant être utilisé dans des missions de combat, offrait un appui aérien tactique limité à des unités de l’Armée syrienne menant une offensive visant à éliminer des groupes terroristes soutenus par Washington. 

Les forces armées syriennes mènent actuellement trois vastes offensives visant les poches terroristes autour de Damas, Idlib et Hama afin d’éviter l’émergence d’une nouvelle organisation terroriste directement financée et formée par Washington et dont le nom choisi est assez énigmatique :  « la Nouvelle Armée de Syrie » (en Arabe :  جيش سوريا الجديد). 

Actualisé :  le second pilote de d’appareil se serait également éjecté. Il n’a pas été capturé et son sort demeure inconnu. 

2071

La vérité est une et indivisible. Le mensonge est multiple.

Non, ce n’est pas un slogan totalitariste, mais une vieille maxime oubliée. Tout s’écoule. Dans l’immensité de ce torrent impétueux qu’est le temps, l’eau change, le fond demeure le même.

L’année 2017 s’achève. 2017 aurait pu être le millésime choisi pour un roman tel que « 1984 ».  George Orwell (Eric Blair de son vrai nom) ne s’était pas trompé en inversant l’année 1948, une autre année très charnière dans l’histoire, pour titrer son œuvre dystopique. Le problème est qu’on ne peut inverser 2017. Qui peut prévoir le monde de 2071 ? 

 Franck Herbert, l’auteur du célèbre « Dune » s’est amusé à aller jusqu’au 101e siècle après Jésus-christ en décrivant un monde lointain influencé par un curieux mélange de décadence byzantine, l’aristocratie guerrière européenne, un relent d’heroic-fantasy et la force intrinsèque de l’Islam.  Nous on a toutes les peines du monde à prévoir ce qui va se passer en 2018 tellement les évènements se précipitent.

A bien des égards, 2017 nous laissent un goût de déjà vu, quelques réminiscences révolutionnaires de 1917, mais ce n’est qu’une impression subjective. En 1917, le monde où à tout le moins l’Europe et une partie du Moyen-Orient étaient en pleine guerre mondiale. 100 ans plus tard, le monde est en pleine troisième guerre mondiale que les historiens refusent d’admettre, attendant peut-être qu’elle soit réglée à coup d’ogives thermonucléaires, conditionnement médiatique oblige. Qu’à cela ne tienne! Le Levant est déchiré par une guerre aux répercussions mondiales, l’Empire du milieu fait face à des tentatives d’encerclement et un embrasement (nucléaire) de la péninsule coréenne, la Russie est menacée sur ses marches occidentales, son flanc Sud et en extrême-Orient, Le riche royaume saoudien est en guerre sur deux fronts aux réminiscences coraniques, Le Yémen est en guerre, le Sinaï est en feu, on se bat à coups de machettes au Congo au profit des multinationales rivales avides de matières premières et de terres rares, le Sahel, cette bande saharienne s’étendant de la corne de l’Afrique sur l’océan indien jusqu’aux rivages de l’atlantique est en dissidence, des millions d’êtres humains traversent la Méditerranée à l’assaut de la forteresse Europe où la pauvreté et la précarité progressent, la criminalité transfrontalière ne s’est jamais aussi bien portée aux quatre coins du globe. Par dessus tout, durant cette même année 2017 les États-Unis ont bombardé la Syrie, le Yémen, la Libye, la Somalie, l’Irak, les Philippines, le Sinaï…Tandis que la Russie a conduit des opérations lourdes en Syrie. Si ce n’est pas une guerre mondiale dans l’ère du temps, je ne vois pas ce que cela pourrait être d’autre.

2018 s’annonce déjà prometteuse en rebondissements.

En Syrie, une opération de grande envergure est en préparation par les unités de la 4e division des forces armées syriennes soutenue par 7000 à 10 000 combattants du Hezbollah libanais afin de neutraliser les poches rebelles encerclant la capitale Damas. Principales cibles: la Ghouta orientale (350 000 habitants) où se retranchent une armée de fanatiques dont les effectifs sont estimés entre 18 000 et 22 000 hommes; Douma où les terroristes ont construit des labyrinthes inextricables de réseaux souterrains; Djobar, la banlieue assiégée et plastiquée toutes les 5 mètres (15 000 dispositifs explosifs disséminés sur une superficie de 20 km carrés). Le succès ou l’échec de cette opération déterminera l’issue définitive du conflit en Syrie.

En Corée, la situation s’annonce bien plus grave après l’adoption d’un énième train de sanctions visant à provoquer une famine généralisée en Corée du Nord. Ces nouvelles sanctions inhumaines limitant l’importation de l’énergie fossile, les dérivés du pétrole et bannissant toute importation de nourriture, y compris celle réservée au bétail. Le blocus vise l’implosion de ce pays mais il est fort à parier que ces mesures hystériques et obsessionnelles pousseront Pyongyang à lancer plus de missiles balistiques, à effectuer d’autres essais nucléaires et à adopter une posture plus rigide. De toute évidence, Kim Jong-un ne cédera pas. Croire que le blocus total l’amenera à faire des concessions est puéril dans le meilleur des cas. La moindre concession signifie l’annihilation définitive de son pays. 

En Libye, un pays détruit par l’Otan en 2011, devenu un eldorado absolu pour des milliardaires ayant accumulé des fortunes colossales grâce au trafic de migrants, de stupéfiants vet d’armes, l’Etat n’existe plus mais des individus sont devenus assez puissants pour se permettre d’entretenir des milices armées et à y établir des fiefs ressemblant aux anciennes principautés médiévales. C’est dans ce contexte marqué par la lutte entre deux gouvernements rivaux qui ne représentent plus rien et dont le contrôle du territoire se limite à quelques quartiers de Banghazi ou Tripoli que ce profile un nouveau conflit entre les partisans du fils de Gaddafi et ses ennemis de Tripoli et Misrata et entre ces deux derniers. Mais l’affrontement le plus notable et le plus attendu sera celui qui opposera Seif Al-Islam Gaddafi au Maréchal Hafter. Le vieux général libyen ayant fait défection lors de la guerre du Tchad bénéficie du soutien des Émirats Arabes Unies, de l’Égypte et des États-Unis.

Des pays comme le Honduras et le Guatemala ont rendu un immense service aux États-Unis dans leur guerres en Afghanistan et en Irak. Ces deux petites nations d’Amérique centrale ont couvert les pertes militaires US puisque depuis 2003, 79 000 ressortissants de ces deux petits pays ont perdu la vie sous uniforme US. Un lourd tribut non officiel puisque la plupart des engagés volontaires cherchaient à obtenir une carte de séjour. Ces pertes (d’autres estimations évoquent un chiffre bien plus conséquent) ont causé un véritable traumatisme dans ces pays où les sociétés sont déjà meurtries par une violence endémique et structurelle. 

En Europe, la Catalogne est déjà un cas d’école. Les israeliens ne pardonneront pas aux Européens leur positions en faveur du Droit international. Résultat :  plus de pauvreté, plus de migrants et plus de crises financieres artificielles…

Bref la pleine tourmente. Advienne que pourra !  

Bonne fêtes à tous !  

Les pronostics 2018 sont ouverts !  

A vos commentaires !  

 

Les hommes de Ramazan Kadyrov

La critique est aisée, l’art est difficile. Voici les artisans des victoires russes au sol au Caucase, en Ukraine et en Syrie: les guerriers tchétchènes.

En Syrie, les forces spéciales de Ramazan (Ramadhan) Kadyrov ont mené les actions les plus spectaculaires lors d’opérations coup de poing d’une redoutable efficacité contre les terroristes de Daech et du Front Ennosra à Alep mais également à Palmyre et à Idlib.  Leurs méthodes, combinées à leur  légendaire combativité a frappé de stupeur leurs alliés sur le terrain, les Gardes révolutionnaires iraniens, les miliciens du Hezbollah libanais et les unités spéciales syriennes dont celles de la Brigade du Tigre.