Archives pour la catégorie Aéronautique

Le chasseur iranien Qaher-313 dévoile son nouveau design

Le chasseur monoplace, numéro de série 08, a effectué un roulage au sol à faible vitesse pendant quelques minutes. Il reprend largement le design de la maquette dévoilée pour la première fois en février 2013, mais avec un certain nombre de modifications.

12345

Alors que la maquette de 2013 avait montré un avion mono-réacteur, ce nouvel avion dispose de deux moteurs. Le train d’atterrissage a été renforcé avec une double-roue à l’avant au lieu d’une seule pièce auparavant. Enfin le cockpit offre plus d’espace et permet au pilote… de rentrer ses jambes.

Néanmoins plusieurs failles demeurent comme les entrées d’air trop petites, et mal positionnées, qui réduiraient vraisemblablement le flux d’air vers les moteurs. Les tuyères sont très enfoncées dans le fuselage ce qui signifie que les gaz d’échappement pourraient tout simplement mettre le feu au chasseur. Le nez est aussi trop petit pour contenir un radar moderne.

Enfin, la vidéo publiée sur Youtube par IRIBnews ne montre ni le décollage ni l’atterrissage de l’avion. La forme globale n’est pas vraiment furtive et certaines images montrent que le gouvernail n’est pas synchronisé avec la roue avant comme cela devrait normalement être le cas. Bref cet avion serait-il un modèle téléguidé ?

 

Source: Info-Aviation 

Lien Direct: http://info-aviation.com/?p=18078

War in the Air: On the Usefulness of BVR [Beyond Visual Range] combat -by Picard 578

United States, as well as many of its allies, have always looked towards increasing range of combat as much as possible. Just as often, it failed, especially in the air, where technologists’ dream of destroying enemy air force before it reaches visual range remains unfulfilled to this day.

Main reason for it is that BVR combat is, conceptually, operationally and technologically, massively complex affair. Exact extent of visual range depends on size of aircraft – while maximum visual detection range for MiG-21 is 8,5 kilometers, it is 15,37 kilometers for F-14. Smoke can extend that range by over 5,6 kilometers; while by other info, definition of BVR combat considers “BVR” to be anything beyond 37 kilometers. Optical devices such as IRST or TV cameras can extend range of visual identification of aircraft – PIRATE can identify enemy aircraft at 40 kilometers in ideal conditions.

BVR theory states that future air combat will be comprised of large “missile truck” aircraft flying at supersonic speeds, launching radar-guided missiles at targets that are way too far to be identified visually. This has resulted in development of aircraft that are very heavy (most weight little less or more than 15 metric tons empty – for example, Tornado ADV weights 14,5 metric tons, and F-22 weights 19,7 metric tons), carry large amounts of missiles, and are far more expensive and much less reliable than aircraft with bias towards visual-range combat. Yet BVR combat still has not taken lead role in air-to-air combat.

We can in fact draw paralels between modern air-to-air combat and modern infantry combat. While infantry has access to sniper rifles that allow ranges of around two kilometers, and old battle rifles had ranges of 500-1000 meters, most combat happens at ranges no greater than 100 meters, and never involves single shooters. In Vietnam, M-14 proved basically useless as basic infantry weapon when compared to AK-47. Reason for this is that, while large battle rifles were useful in static warfare of World War I, World War II and later wars saw mobile warfare develop with combat happening at low ranges, thus requiring lighter, faster-firing weapons. Result was development of sub-machine guns, as well as first assault rifles (such as German MP-44, renamed StG-44, which was world’s first assault rifle and provided inspiration for very successful AK-47; both were used by Vietcong).

In air-to-air combat, BVR missiles fill the niche of old battle rifles and modern sniper rifles, WVR missiles fill the niche of modern assault rifles, while gun fills niche of combat knife. While gun is most versatile weapon of the lot – it can be used for air-to-air work, close air support, firing warning shots towards aircraft violating forbidden airspace – it is not often used in air-to-air combat and is treated purely as fallback weapon in case missiles have been expended.

It is often forgotten is that g forces in tracking turn are a square of speed. Thus, in WVR combat, if missile travels at Mach 3 and fighter aircraft travels at Mach 0,6 (corner speed of many modern fighters) and can pull 9 g maneuvers, then missile needs to pull 225 g to match turn radius, or 100 g if fighter is travelling at Mach 0,9. If missile is fired outside ideal position, it has to maneuver in order to point its nose towards the target, thus lowering probability of kill; there is also a danger of targeted aircraft simply flying out of missile’s field of view. This danger is also present with active-seeker BVR missiles. In BVR, AIM-120 travels at Mach 4, and can pull 30 g within its NEZ, yet it would need 400 Gs to reliably hit a modern fighter which is maneuvering at corner speed of Mach 0,6, or 178 Gs if target is still at standard cruise speed of Mach 0,9.

Further, even though BVR missiles have maximum range of over 100 kilometers, their effective range against aircraft in attack is 1/5 of that – around 20 kilometers – and target beyond 40 kilometers can feel free to maneuver without even taking any possible missile shots into account, as only way these would hit is luck. One of reasons is that BVR missiles follow ballistic trajectories – AIM-120C-5 allegedly has motor burn time of 8 seconds, which gives range of around 10 kilometers before motor burns out. At ranges greater than 8 kilometers, attacking fighter can still choose wether to outmaneuver or outrun the BVR missile; at distances less than that is missile’s no-escape zone, where aircraft cannot outrun the missile, it has to outmaneuver it, but such distances automatically mean that combat is not longer beyond visual range. Ranges stated are also only true at high altitude against aircraft in attack; at low altitude, effective range of BVR missile is reduced to 25% of its range at high altitude, and range against aircraft in flight is 1/4 of that against aircraft in attack.

Missiles in fact can achieve either maximum range or maximum maneuvering capability – missile that pulls 40 g at sea level will only pull 13 g at 10.000 meters and 2,85 g at 20.000 meters, unless 40 g is a structural limit. AIM-9 for example can pull 40 g at SL and at 10.000 ft, and 35 g at 20.000 ft. Thus, it can be expected to pull single-digit number of g’s at 40.000 ft.  Meanwhile, F-16 for example can sustain 8,5 g at 15.000 ft, and Rafale can sustain 9 g at 40.000 ft.

Proximity fuses on missiles can trigger explosion of missile if anything (like a bird) flies nearby. Warhead itself has lethal radius of 10-12 meters for late AIM-120 variants.

Missiles are not the only problem with BVR combat. There are also questions of reliable IFF, penalties for using active sensors in combat, weight, cost and complexity penalties on weapons systems caused by systems required for BVR combat, as well as training penalties caused by aforementioned penalties on weapons system.

Training penalties are probably most damaging. In 1940, Germans – outnumbered 1,5 to 1, and using inferior tanks – overran France in three weeks because they had superior personnell – both commanders and soldiers. On the Eastern Front, German Panther and Tiger I tanks achieved favorable exchange ratios against more numerous – and in many aspects superior – Soviet T-34-85, IS-I and IS-II tanks, and General Guderian favored increased production of Panzer IV equipped with long cannon over production of more capable, but more expensive, less reliable and less strategically mobile Panther (for each Panther, Germany could have produced two Panzer IVs; for Tiger I, ratio was four Panzer IVs for each Tiger). After Gulf War I, General Schwarzkopf said that the outcome of Gulf War I would have been the same if the U.S. and Iraqi armies had exchanged weapons, a statement similar to one given by IAF General Mordecai Hod after 1973 war, in which he stated that IAFs 80-1 victory against Arabs would have remained the same if both sides had exchanged the weapons. Yet BVR-oriented aircraft, low in number and hugely complex, cannot be used for training often enough. While technologists typically counter this argument by pointing to increased ability of simulators, that argument is not realistic: simulation is never perfect, as quality of the end result is never better – and is often lot worse – than quality of data used to compute it. Simulators often misinterpret reality, and support tactics that would get pilots killed in real combat. Further, simulators cannot prepare pilot for handling of shifting g forces encountered during both dogfight and BVR combat maneuvering.

Meanwhile, using active sensors is outright suicidal in combat. Aircraft using active sensors will be quickly detected and targeted by modern defense and EW suites, and unique radar footprint may allow for BVR IFF identification. This can allow passive aircraft to launch BVR infrared or anti-radiation missile, and/or to use data acquired to achieve optimal starting position and speed for following dogfight. Only countermeasure is to turn radar off and rely solely on passive sensors. IRST is especially useful here, as while air temperature at 11 000 meters is -56 degrees Celzius, airframe temperature due to air friction can reach 54,4 degrees Celzius at Mach 1,6 and 116,8 degrees Celzius at Mach 2. It is also very difficult to impossible to jam, and offers greater angular resolution than radar. Result is that flying from cloud to cloud is still a viable combat tactic; but it is not perfect either, as clouds are not always present and may not be close enough for aircraft to avoid detection in the mean time.

As for IFF issue, only reliable IFF method is visual one, especially since pilots often turn IFF transponders off to avoid being tracked. Visual IFF, unless assisted by optical sensors (be it camera or IRST), usually requires two aircraft to approach within one mile or less (sometimes as close as 400 meters), whereas minimum range of AIM-120D is 900 meters. But even when assisted by visual sensors, it may not always be reliable, as opponent may be using fighters of same type or at least of very similar visual signature.

Aircraft designed for BVR combat are significantly more complex and costlier than aircraft designed for WVR combat; I will demonstrate this on examples. F-15 was designed for BVR, and F-16 for WVR, but with similar technology; F-15C costs 126 million USD whereas F-16A costs 30 million USD, a 4:1 difference. F-15s successor, and currently most capable BVR platform in the world is F-22, whereas Gripen C is F-16s successor (in idea and aerodynamics, not in lineage), though with far more BVR capability. F-22A costs 262 million USD, compared to Gripen C’s 44 million USD, or 6:1 cost difference (all costs are unit flyaway costs in FY-2013 USD). Aside from smaller number of units bought, increased complexity means that these units fly less often: F-22s maintenance downtime is 45 MHPFH, compared to Gripen’s 10. Thus for 1 billion USD, one will have 3 F-22s flying 11 hours per week, or 22 Gripens flying 336 hours per week. Even Gripen’s cost per flight hour is 1/13 of F-22s, 4 700 USD vs 61 000 USD. Older fighters also follow this outline, with F-5E costing 940 FY1980 USD per hour compared to F-4Es cost of 2 733 FY1980 USD per hour, a 3:1 difference. Weapons are more expensive too: while AIM-120D costs 1 470 000 USD per missile, IRIS-T costs 270 000 USD, a 5:1 difference.

Weight difference is also significant. Gripen C weights 6 622 kg empty, compared to 19 700 kg empty for F-22; F-16A weights 7 076 kg compared to 12 700 kg for F-15C. It can be seen that WVR fighters are significantly smaller and lighter than contemporary BVR fighters. And with cost of 6 645 USD per kg, Gripen C is significantly cheaper per unit of weight than F-22 which costs 13 300 USD per kg, whereas F-16A costs 4 240 USD per kg, which when compared to F-15Cs 9 921 USD per kg gives similar ratio to F-22/Gripen one.

Even if previous shortcomings are disregarded, BVR combat is not always possible. If fighters are tied in defending a fixed point, or if enemy attack is not noticed on time (distance between air fields is too low, enemy manages to sneak up by using the terrain) only option is engaging in visual-range combat.

Past air-to-air combat experience also suggests that days of BVR combat being primary form of air-to-air combat are still far away, if they ever come. First BVR craze happened in 1950s, when USAF procured the “century series” fighters, and USN bought F-6D Missileer and F-4H-1 Phantom II, latter of which carried Sparrow missile; former used huge Eagle missile, similar to F-14 with its Phoenix missile. Phantom was also adapted into USAF as F-4C Phantom II. Soon, other BVR fighters – F-111, F-14, F-15 – followed. Soviets, in an arms race that was actually more about prestige than about military capability, decided to counter this development with BVR fighters of their own: Yak-28, Tu-28 and MiG-25 as counters to 3rd generation BVR fighters, with F-15 being countered by Su-27.

These fighters all followed logic of “bigger is better”. Bigger radar – focus of the logic – required bigger airframe, which in turn required bigger engines. Both weight and complexity spiralled upwards, creating fighters that were costly, flew very few sorties and had maneuvering capabilities more typical of strategic bombers than of fighter aircraft – logic being that they will not have to maneuver, as they will destroy the enemy far before it comes to the merge. Exception to this as far as US fighters are concerned are F-15 and F-22, but even that was only due to influence of Boyd’s Fighter Mafia; Su-27, being designed to counter F-15 and built with same requirement of high BVR capability and high maneuverability, also follows basic logic of large but very agile aircraft with large radar. All aircraft mentioned as being agile were developed after Vietnam War, in which failure of BVR-only logic was aptly demonstrated; yet they all relied on using superior range and technology to defeat superior numbers of “less capable” WVR fighters.

But in practice, BVR promise fell short. During the entire Cold War, 407 kills were made with missiles in eight conflicts, with reliable data for ninth conflict, Iran-Iraq war, not being avaliable. Only four saw use of radar-guided BVR missiles: Rolling Thunder and Linebacker in Vietnam, Yom Kippur War, and conflict over Bekaa Valley. In total, 144 kills were made with guns, 308 with heat-seeking missiles and 73 with radar-guided missiles. What is interesting to notice is that, while percentage of gun kills in the latest conflict, Bekaa Valley, was lower than in any other, it also held second-lowest percentage of radar-guided missile kills, and highest percentage of IR missile kills. Out of 73 radar-guided missile kills, 69 were scored within visual range, with remaining four being carefully staged outside combat. Out of these kills, two were made by Israel under intense US diplomatic pressure to establish BVR doctrine, and two were made by US in Vietnam, with one of US kills being a freindly-fire incident, a F-4 mistakenly identified as MiG-21. As there were 61 BVR shots during entire Cold War, this results in Pk of 6,6%, compared to 15% for IR missiles, and to promised BVR missile Pk of 80-90%. Even though majority of BVR missile shots in Vietnam were made from visual range, Pk was still 9,6%. While F-4 and F-105 did score numerous aerial victories in Vietnam, all except two mentioned BVR kills were made within visual range, and of these, many were achieved by gun after Top Gun course was established, securing USAF an unquestionable pilot superiority. In fact, F-4 consistently underperformed until it was given gun and pilots were taught how to dogfight, and Navy F-8, with its far lower wing loading and mass, performed far better against MiGs. And even today, missile tests are carried out against drones with limited maneuvering capability, as these are usually rebuilt old aircraft (for example, QF-4 which is a rebuilt F-4).

87

Further, in these 407 kills, most targets were unaware and fired at from the rear, and there were almost no head-on BVR shots due to high closing speeds of aircraft involved. This shows that good rearward visibility from cockpit is still important despite all technological advancements.

Two post-Cold War wars in Iraq are offered as examples that BVR theory has finally reached maturity and that BVR combat now is prevalent form of aerial combat. Out of 41 kills in Desert Storm, 16 involved use of BVR shots, but only five kills are known to have been made at BVR. Even then, longest-ranged kill of these five certain BVR kills was made at distance of 29,6 kilometers, and one of remaining BVR shots was made at night from what would have been visual range in daytime. Desert Storm was first conflict where more kills were made by radar-guided missiles than by IR missiles – 24 vs 10. While 24 radar-guided missile kills out of 88 shots gives Pk of 27%, F-15s killed 23 targets in 67 shots with AIM-7 (Pk 0,34), while Sidewinder launches from F-15 resulted in 8 kills from 12 shots (Pk 0,67). While F-16s launched 36 Sidewinders and scored 0 kills, at least 20 launches were accidental due to poor control stick ergonomy; F-16s in question themselves were overweight F-16Cs, so-called “more capable” variant equipped with BVR capability and tons of electronics. Iraqi Freedom was likely similar in this aspect. AIM-120, meanwhile, demonstrated BVR Pk of 0,46 in Iraqi Freedom and Allied Force (6 kills out of 13 shots). It also achieved the longest ranged air-to-air combat kill ever, when a Dutch F-16 shot down a (malfunctioning and nonmaneuvering) Serb MiG-29 at 34,8 km.

Navy and USMC themselves achieved 21 Sparrows and 38 Sidewinders in the Desert Storm, achieving one kill with Sparrow (Pk=4,76%) and two with Sidewinders (Pk=5,26%). Reasons for such low Pk are unclear, though given F-16s problems it is possible that most launches from F-18 were accidental.

Claim that USAFs combat record proves maturity of BVR combat or even missiles in general is misleading, however. Targets that were fired at were in vast majority of cases unaware they were being fired at and thus did not take any evasive action; no targets had electronic countermeasures, support from stand-off jammers, nor comparable BVR weapon (be it radar-guided, IR or anti-radiation BVR missile). When targets were aware they were targeted and thus did take evasive action – such as when two Iraqi MiG-25s illuminated two F-15Cs with BVR radar in 1999 – BVR shots were ineffective (in example cited, US fighters made 6 BVR shots to no effect). There was also constant AWACS avaliability in both Gulf Wars, and in all wars US/Coalition aircraft had numerical superiority. Iraqi pilots also were badly trained, and most Iraqi jets did not have bubble canopy like F-16, but one that did not provide rearward visibility and was in many cases heavily framed, limiting pilot’s ability to acquire missile visually in addition to total lack of warning devices.

I will also note here a report by Air Power Australia group, found here. Some assumptions have to be fixed: missiles have demonstrated 0,34 – 0,46 Pk against non-maneuvering opponents with no ECM; 0,46 figure is for AIM-120 and is one I will use here. Thus 54% miss value is attributed to factors that have no connection to ECM or maneuvering. Out of remaining 46%, there is 93% for chance of miss. Thus BVR missile Pk against aware, maneuvering opponent using modern ECM suite is around 3%. Considering that most opponents shot at by BVR missiles during Cold War had no ECM, and some at least did not notice a missile, thus failing to take evasive action, this can be considered to be in line with demonstrated Pk.

Latest BVR craze has resulted in F-22 and F-35, both of which are utterly expensive and maintenance intensive, and latter of which is in its major characteristics more similar to century series than modern fighter aircraft. F-35 in itself is utterly incapable of handling itself in close combat due to large weight, high drag, high wing loading and low thrust to weight ratio. It can also carry at most 4 BVR missiles in internal bays. With this in mind, claims by manufacturer that F-35 is 4 times as effective in air-to-air combat as next best fighter in the air would require probability of kill for BVR missiles of 80-90%, and opponent’s complete inability to engage F-35 itself at BVR range. Track record of BVR missiles to date as well as development of infrared BVR missiles and long range QWIP IRST sensors mean that any such assumptions are nothing more than wishful thinking on part of sales department and high technology addicts.

Result is that eye remains most important sensor on the aircraft, and pilot who looses sight of the opponent during maneuvers is likely to be quickly shot down. Secondary are onboard passive sensors such as IRST and RWR, followed by offboard sensors – both passive and active – whereas onboard active sensors take last place. Human factors still trump technology, and higher cost does not mean more capability in a real world combat scenario – even with missiles, both BVR and WVR, pilot has to know how to achieve ideal firing solution, and more electronics means more weight, which hurts airframe performance.

Considering that BVR missiles generally cost 2-5 times as much as IR WVR missiles, yet are 44% as effective, it is easy to calculate that they are only 8,8-22% as cost-effective as IR missiles, while in most cases not offering noticeable advantage in engagement range, and at same time incurring cost and capability penalties on aircraft designed to use them.

For end, I will adress an argument that is obviously invalid but very often does come up anyway: one of exercises in which F-22 “dominates” against “legacy” fighters, with kill ratios between 10:1 and 30:1. But these exercises are bogus, as they depend on incorrect assumptions about air combat to produce results. In them, most kills are achieved at BVR as BVR missiles are assigned Pk of 90%, despite never achieving such performance; enemy anti-radar measures such as anti-radiation missiles or missile cueing with RWRs are not allowed; most F-22s opponents went without avionics upgrade for a very long time and thus likely don’t have ability to jam AESA radar; Red Force simply charges in, from known vector; and real fleet cost and fleet readiness are not represented, which means that F-22 doesn’t face force ratios it would face in real world. Due to that, exercises are only useful as a propaganda tool, having no connection to reality of air combat, and using them to argue for usefulness of stealth and BVR combat is nothing more than a circular logic.

Picard578

April 27, 2013


EDIT 5. 5. 2013.:

There are more details about Serb MiG-29s:

http://www.acig.org/artman/publish/article_380.shtml

“even if from around 1996 they started suffering from a latent lack of spares, which severely impacted the capability of the service to maintain them.”

MiG-29s were badly maintained.

“Eventually, the cancellation of the development of Novi Avion resulted in MiG-29s remaining in service with the JRViPVO until the late 1990s, and well past their resources. To make matters worse, the corrupt regime of the Serbian dictator Slobodan Milosevic was more concerned with own survival and to reinforce riot-police and similar services, or finance the aggression war in Bosnia but with the maintenance of MiGs. Consequently, when Serbia found itself confronted with the NATO, in 1998, the condition of the MiGs with the 127.LAE was very poor, and its pilots were flying barely 20 hours annually.”

Pilots were not experienced in flying the aircraft.

“As only few aircraft were considered operational (they were actually merely flyable)”

Aircraft merely flyable, AKA not in condition for combat.

“Maj. Ljubisa Kulacin evaded several missiles fired at him while fighting to bring his malfunctioning systems back in working order”

Kulacin evaded several missiles despite equipment malfunction.

“Kulacin’s experience was not much different to that of his three other colleagues, all of which experienced immense problems with weapons and navigational systems on their aircraft: on the 18112, flown by Maj. Arizanov, both the radio and SPO-15 malfunctioned; on 18104, flown by Maj. Ilic, the radar failed; on 18111, flown by Maj. Nikolic, both the radar and the SN-29 missile guidance systems were inoperative, and apparently the
SPO-15 also did not function properly.”

At least 4 MiG-29s had equipment malfunctions, two cases of radar malfunction and two cases of RWR malfunction.

“The fifth and last MiG-29 to get airborne on that night was 18106, flown by Maj. Predrag Milutinovic. Immediately after take-off his radar failed and even the electrical generator malfunctioned. Shortly after, he was warned by SPO-15 of being acquired, but he evaded the opponent by several evasive manoeuvres. Attempting to evade further encounters and searching for an airfield where a landing was possible, he finally ended over Ribarska Banja, when his RWR warned him of acquisition by a ground-based radar. Seconds afterward the aircraft was hit and Milutinovic forced to eject. ”

Radar failure, electric generator malfunction. Evaded several enemy missiles and was shot down by friendly SAM.

“Once there, the GCI advised them that both were detected by the NATO aircraft, but would not indicate the kind of a threat. This was a tragic mistake: Maj. Peric led his wingman into a climb, and straight into three AIM-120 missiles fired by two USAF F-15Cs that were on a patrol over Tuzla. Two missiles hit home, destroying both MiGs: after evading one AIM-120, Maj. Peric’s aircraft was hit and he ejected safely, but Capt. Radosavljevic was killed.”

Apparently no missile or radar warner.

No quotes indicate existence of countermeasures, and many of MiGs had no radar warners either. At least two MiG-29 kills happened at visual range, too, as photos exist.

http://www.510fs.org/index.php/squadron/code-one-magazine/item/78-schlemming-with-the-fulcrum

“The JG73 has also retained a number of former East German MiG-29 pilots who have had to tailor their knowledge of the airplane to fit western style tactics. Most of the Fulcrum pilots have less than 300 hours in the aircraft. Only a few have over 400 hours. No one in the unit, including former East German pilots, has over 500 hours in the MiG29.”

Even Eastern German pilots had less than 500 hours in the MiG-29 by 1995.

“”The Fulcrum doesn’t have the crisp movements of an F-16,” Sparrow continued. ‘You need to be an octopus in the MiG29 to work the avionics. Those German pilots have it tough. Just to get a simple lock on and fire a missile may take a half dozen hands-off switches or so. We can do the same with a flick of the thumb while we are looking at the HUD. F-16 pilots also have a significant sight advantage. A couple of hundred feet advantage can make a difference in air-to-air combat; the actual difference is more significant than that. MiG29 pilots have a tough time checking their six o’clock. Their canopy rail is higher. They can lose sight of us even when flying BFM.””

MiG-29 has cockpit that is not user friendly and is great distraction from fighting, and does not have good out-of-cockpit view.

“”Besides visibility, I expected better turning performance,” McCoy continued. “The MiG29 is not a continuous nine-g machine like the F-16. I tried to do some things I normally do in an F-16. For example, I tried a high-AOA guns jink. I got the Fulcrum down to about 180 knots and pulled ninety degrees of bank and pulling heavy g’s I then went to idle and added a little rudder to get the jet to roll with ailerons. The pilot took control away from me in the middle of these maneuvers because the airplane was about to: snap. I use the F-16’s quick roll rate like this all the time with no problem.”

Bad turn rate, bad roll rate, design not tolerant to maneuvers.

“The aircraft was not built for close-in dog fighting, though it is aerodynamically capable of it,” Prunk continued. “The East Germans flew it as a point defense interceptor, like a MiG-21. They were not allowed to max perform the airplane, to explore its capabilities or their own capabilities. Sorties lasted about thirty minutes. The airplane was designed to scramble, jettison the tank, go supersonic, shoot its missiles, and go home.”

Not a maneuvering fighter.

EDIT 26. 7. 2014.:

When the 1973 war is compared to the Vietnam war, it clearly shows impact of training on missile Pk. While US fighters achieved radar missile Pk of 10,9% (276 shots / 30 kills) against NVAF fighters in a 1971-1973 period, in the 1973 Yom Kippur war, Israeli fighters achieved radar missile Pk of 41,7%, far closer to the 1991 Gulf War. This shows that opponent’s competence was a primary factor in missile performance. As a matter of fact, there was very little if any technological disparity between two sides in the Yom Kippur war, with Israel using F-4 Phantom jets against Arab MiG-21s and MiG-25s.

PICARD 578 (Defence Issues)

Direct link: here

Guerre au Moyen-Orient: Damas dégaine ses Mig-25…

Après une série de revers sur le terrain face à Daech et à l’armée de la conquête, culminant par la prise de la région de Palmyre par Daech, consacrant ainsi un important changement de paradigme dans le conflit en cours en Syrie mais également l’ensemble des rapports de force entre les grandes puissances impliquées dans la guerre au Moyen-Orient, l’armée syrienne est repassée à l’offensive en adoptant une nouvelle stratégie: celle de la saturation.

L’armée de l’air syrienne a mis le paquet: huit escadrilles de Sukhoï Su-24 et, pour la toute première fois, de lourds Mikoyan-Gurevitch Mig-25 RBS (version bombardier de reconnaissance) ont fait pleuvoir une nuée de bombes thermobariques sur la base aérienne de Tabqa, entre les mains de Daech, causant l’élimination de 152 éléments du groupe terroriste ainsi que la destruction de 13 “Technicals” armés de canons antiaériens de 23 mm.

A Alep, des hélicoptères Mil Mi-17 et Mil Mi-8 emportant des charges thermobariques ont lâché leur cargaison fatale au dessus de positions tenus par Daech et différents groupes rebelles, causant de très importants dégâts. Détail important, s’attendant à des tirs de l’artillerie antiaérienne rebelle, les hélicoptères syriens n’ont rencontré que des tirs d’armes légères.

Des médias internationaux ont critiqué l’absence de frappes de précision de la part de l’aviation syrienne, l’accusant de cibler des zones civiles. En réalité, la plupart des zones sous contrôle de Daech, mis à part quelques bases militaires et des infrastructures industrielles, sont civiles. De plus, on sait par expérience que la notion de frappe chirurgicale, terme spécieux inventé lors de la seconde guerre du Golfe, n’a quasiment aucune existence, d’autant plus que tentant d’éviter l’artillerie antiaérienne (AAA) et les missiles SAM de faible portée, la plupart des bombardiers préfèrent larguer leurs bombes et autres missiles Sol-Air à partir d’une altitude assez élevée.

Des civils ont-ils péris au cours de ces largages de charges thermobariques? Malheureusement oui. C’est inévitable dans les zones où sévit Daech puisque cette organisation terroriste tend à prendre le contrôle de tous les aspects de la vie des populations civiles dans les régions qu’elle investit et occupe, sanctionnant de mort par décapitation ou crucifixion toute personne récalcitrante ou démontrant un enthousiasme “tiède” aux idées de cette armée de l’enfer.

L’usage du Mig-25 par Damas a de quoi surprendre mais renseigne à lui seul moins sur les efforts extrêmes fournis que la volonté d’aller jusqu’au bout animant l’armée syrienne afin de circonscrire l’avancée des groupes armés vers ce que l’on appelle “la Syrie utile”, où s’est replié le gros des forces armées syriennes, des milices paramilitaires loyalistes ainsi que les forces du Hezbollah libanais.

Conçu par les Soviétiques pour contrer le bombardier stratégique US Valkyrie X-70 (projet n’ayant jamais abouti), le Mig-25 est à l’origine un intercepteur lourd d’une agilité très limitée. En 1970, une version RB (Reconnaissance Bomber) de cet avion atypique classé parmi les plus rapides au monde voit le jour. Concernant la variante RB de cet appareil, à distinguer de la variante BM (armée de missiles anti-Radar) non destinée à l’export, peu d’information circule sur ses capacités d’attaque au sol hormis que lors de la guerre d’octobre 1973, des Mig-25 RB russes stationnés en Egypte parvinrent à semer tous les missiles Air-Air tirés par les Phantom israéliens.

Malgré des limitations et des incovénients (faible portée, consommation record de carburant, flexibilité limitée), le Mig-25 a largement démontré sa valeur en tant qu’intercepeur de reconnaissance.

Dans la nuit du 16 au 17 janvier 1991, soit le premier jour de l’offensive aérienne de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis d’Amérique contre l’Irak de Saddam Hussein, un Mig-25 PDS irakien a abattu un F/A 18 “Hornet” américain avec un missile Air-Air R40TD (AA6 “Acrid”). Lors d’un autre engagement au cours du même conflit, un Mig-25 PD irakien a réussi à éviter des McDonell Douglas F-15 “Eagles” américains et s’est attaqué à un avion de guerre électronique EF-111 Raven, le forçant à changer de trajectoire et à se retirer, compromettant ainsi la mission des autres chasseurs-bombardier de l’US Airforce. Cependant, on se rappellera surtout comment deux Mig-25 irakiens pourchassés par des F-15 US parvinrent à les semer grâce à leur capacité à atteindre une très grande vitesse (entre Mach 2.85 et Mach 3) et purent ainsi éviter 10 missiles Air-Air…Enfin très peu de temps avant l’invasion américaine de l’Irak en avril 2003, un Mig-25 irakien a abattu un drone MQ-1 américain, devenant ainsi le premier avion de combat à abattre un drone dans l’histoire.

Pour revenir au conflit en Syrie, Damas semble à la croisée des chemins. L’Etat syrien s’est retranché dans ce que l’on appelle désormais la Syrie utile: le littoral méditerranéen (Lattaquié, Tartous, etc.), fief des Alaouites ainsi que l’axe Hama-Damas-Suwaida, longeant la frontière libanaise (poumon économique et financier) suite à la rupture des communications avec l’Irak dont la profondeur permettait une continuité avec l’allié iranien. On voit bien que les commanditaires des évènements en Syrie gèrent la guerre en stratèges et le choix de transformer la vague nébuleuse d’Al-Qaïda en Irak d’un certain Al-Zarqawi en une armée de zombies dénommé Etat Islamique en Irak et au Levant répondait à des impératifs hautemment stratégiques.

Le chemin de Damas est un chemin de croix. On peut accuser Hafez Al-Assad, père de l’actuel président syrien, d’être un autocrate impitoyable mais force est de lui reconnaître sa profonde vision stratégique. Il a par dessus tout bâti une armée solide pour un petit pays comme la Syrie, au sein de laquelle l’arme aérienne joue un rôle prépondérant. Bien peu d’armées régulières résisteraient à la déferlante qui s’abat chaque jour sur la Syrie depuis 2011.

L’épilogue définitif de ce que certains publicitaires de l’empire ont pompeusement dénommé “Printemps arabe” peut se résumer à une seule image fort symbolique et ce, quelle que soit l’issue de la guerre en Syrie: celle d’avions de combat Mig-25 , et bientôt de Mig-31 syriens, survolant à très grande vitesse une base aérienne tombée entre les mains de Daech avant d’y larguer des bombes thermobariques…

MIG-25 RB_Syrian Air Force

La Reine Elizabeth et le Prince de Galles

Petite devinette: Qu’est-ce qui mesure 280 mètres de long, est aussi haut que les chutes du Niagara, pèse 65 000 tonnes et sent le whisky?

Réponse: Le HMS Queen Elizabeth. Le dernier fleuron de la marine anglaise.

Il s’agit ni plus ni moins d’un porte-avions, que la reine Elizabeth vient de baptiser au whisky. Pour le moment il n’est qu’une coquille vide, mais lorsqu’il sera opérationnel il pourra embarquer quatre hélicoptères et trente-six chasseurs.

Autre information, il est le plus grand bâtiment de guerre jamais construit au Royaume-Uni. Il devrait être suivi par son frère – le HMS Prince of Wales (titre du prince Charles, héritier du trône)- si le programme est respecté.

Lors du baptême, la reine a déclaré:

« Le navire et les avions qui opéreront depuis son pont vont inaugurer une nouvelle ère passionnante en matière de capacité opérationnelle et de coopération incluant la Royal Navy et la Royal Air Force aussi bien que des partenaires internationaux au premier rang desquels figurent les Etats-Unis et la France ».

Elle ne croit pas si bien dire. Car si le porte-avions français passe une partie de son temps en bassin de radoub pour des problèmes récurrents; le HMS Queen Elizabeth risque lui d’avoir quelques soucis avec ses futurs chasseurs embarqués: des F-35.
Car, pour changer, l’avion de chasse le plus cher du monde vient d’être cloué au sol pour un incendie survenu sur une de ces enclumes volantes; reportant encore ses livraisons. De plus, le chasseur devait faire des démonstrations lors de divers salon organisés au Royaume-Uni…

Chine: le survol de la zone d’identification aérienne par deux B52 US suivi par 600 radars de la défense antiaérienne chinoise…

Zone chinoiseComme d’habitude, Pékin est demeuré silencieux suite au survol de sa nouvelle zone d’identification aérienne par deux bombardiers stratégiques lourds B52 non armés de l’US Air Force à partir de l’île de Guam. Cependant, quelques petits détails commencent à émerger côté chinois. Selon des informations soigneusement filtrées sur la blogosphère « officielle » chinoise, le vol de ces appareils mythiques de la formidable puissance de frappe nucléaire US a été suivi en temps réel et simultanément par 600 radars de la défense antiaérienne et spatiale chinoise.

La Chine reste consciente de son infériorité technologique par rapport aux États-Unis. D’où son choix délibéré de substituer la quantité à la qualité. C’est le cas en ce qui concerne l’immense quantité de missiles en possession de la République populaire de Chine (l’une des tactiques chinoises visant l’anéantissement des portes-avions US et leurs groupes de défense en cas de conflit dans le détroit de Taïwan consiste à saturer leurs défenses et autres contre-mesures par un nombre impressionnant de missiles). Dans le cas du défi lancé par Washington en faisant survoler la zone d’identification chinoise, les chinois se sont contentés de suivre les deux appareils sans les verrouiller ni tenter de brouiller leurs émissions électromagnétiques par un nombre impressionnant de systèmes de défense antiaérienne et de défense antimissile…Sans donner l’impression d’avoir eu un comportement ouvertement défiant.

C’est le survol de plus en plus fréquent de drones furtifs et d’autres appareils très sophistiqués au dessus des îles controversées de Daoyu (Senkaku pour le Japon) et la multiplication des provocations US et japonaises près du littoral chinois qui ont motivé la décision de Pékin d’instaurer une large zone d’identification aérienne en Mer de Chine orientale.

Cet épisode de friction entre la Chine et les États-Unis illustre assez bien  les enjeux réels de la géostratégie en cours marquée par le décalage vers le Pacifique de la focalisation stratégique US dont les plans eurasiatique, africain et moyen-orientaux ne sont que des étapes dans le grand jeu visant à contenir l’émergence du dragon chinois sur la scène mondiale d’ici les trente prochaines années.

Reste à savoir ce qu’aurait fait Pyongyang si les B52  se seraient approchés un peu trop près de l’espace aérien Nord-Coréen?

Algérie/Défense: des missiles S-400 et des systèmes Tor-M1 pour la défense aérienne

Un système de défense antiaérienne Tor-M1 de l'armée iranienne en action. De source crédible, l'Algérie vient de réceptionner des dizaines d'exemplaires de ce système destiné à renforcer les batteries de missiles SAM S-400 Triumph.
Un système de défense antiaérienne Tor-M1 de l’armée iranienne en action. De source crédible, l’Algérie vient de réceptionner des dizaines d’exemplaires de ce système destiné à renforcer les batteries de missiles SAM S-400 Triumf.

Bien qu’elle n’ait jamais eu à utiliser ses missiles S-300 PMU2, l’Algérie vient de passer à la vitesse supérieure en exprimant son très fort intérêt pour les missiles S-400 Triumf auprès de Moscou. En attendant, les premiers exemplaires des systèmes antiaériens Tor-M1 sont en train d’être réceptionnés. Ces derniers renforceront les systèmes Pantsyr déjà opérationnels.

La défense antiaérienne du territoire fait l’objet d’une attention très particulière en Algérie puisqu’elle a été érigée comme une arme à part aux côtés des armées de terre, l’aviation et la marine.

Algérie/Défense: et le grand gagnant est…le Mil Mi 28 NE « Night Hunter »!

mi28nighthunterMil-Mi-28NE-«Night-Hunter»

Le suspense aura duré jusqu’au bout. Le remplaçant des hélicoptères d’attaque Mil Mi 24 de l’armée algérienne est désormais connu: c’est l’hélicoptère d’attaque russe  Mil Mi 28 NE surnommé « Night Hunter » qui remporte une rude compétition. Cet appareil était en compétition avec trois modèles concurrents: Le Denel Rooivalk sud-africain, le Turkish Aerospace Industry/Augusta Westland T 129 et le Kamov KA 50 russe.

Par conservatisme ou pour des raisons liées à la logistique, les Algériens semblent donc opter pour le matériel qu’ils connaissent le mieux. D’autant plus que c’est un appareil polyvalent capable de voler de jour comme de nuit. D’ailleurs la première commande préliminaire de cet appareil a été passée en 2010! Soit bien avant que le commandement militaire arrête son choix définitif.

L’Algérie s’apprête à lancer une fusée dans l’espace

Le lancement du troisième satellite algérien ALSAT 3 pourrait intervenir au mois de janvier 2014 depuis le site de lancement de Hammaguir (dépendant d’Al-Abadla), à 120 kilomètres au Sud-Ouest de Béchar (Sud-Ouest de l’Algérie). Un lanceur spatial algérien est en cours de préparation finale.

Ce site avait abrité de 1952 à 1967, le centre interarmées d’essais d’engins spatiaux (CIEES). Disposant de quatre rampes de lancement, il a permis le lancement des premiers êtres vivants du programme spatial français en 1961 puis du premier satellite français Astérix avec une fusée à faible cout Diamant en 1965 avant d’être abandonné en 1967 conformément aux Accords d’Evian. Le site est inhabité depuis jusqu’à la construction d’une base aérienne.

Depuis 2002, l’Algérie a décidé de se doter d’un programme spatial et d’une agence spatiale dénommée ASAL (Agence spatiale algérienne) avec pour objectif de lancer 10 satellites dans l’espace d’ici 2017.  Le premier satellite algérien ALSAT 1 fut lancé le 28 novembre 2002 par un lanceur COSMOS 3M  du Cosmodrome russe de Plesetsk.

Le second satellite algérien ALSAT 2 A, conçu à Oran, est lancé le 12 juillet 2010 depuis le site de Sriharikota à Chennaï (Sud -Est de l’Inde). 

Officiellement, l’Algérie ne dispose d’aucun programme balistique et les données sur les missiles balistiques algériens sont parmi les rares au monde sinon totalement inconnues. Les seules données disponibles semblent être obsolètes et remontent aux années 80. La décision de l’Algérie de se doter d’un lanceur spatial n’a fait l’objet d’aucune médiatisation. Des informations crédibles font état d’efforts intenses fournies par l’armée algérienne pour se doter d’informations et de techniques nécessaires à l’élaboration d’un lanceur spatial fiable et économique auprès de cinq pays.

Plus grand pays d’Afrique de par la superficie, les besoins de l’Algérie en satellites d’observation et autres se sont fait sentir de manière plus abrupte lors des catastrophes naturelles, puis lors de la multiplication des foyers de tension dans son environnement géostratégique immédiat. les Algériens gardent également un mauvais souvenir du refus de certains pays de leur céder des images satellite dans le cadre de leur lutte implacable contre le terrorisme.

Si ces informations s’avèrent exactes et que le lancement aura lieu avant avril 2014, l’Algérie deviendra l’invité surprise et inattendu  du club restreint des puissances spatiales.

20131118-205708.jpg
Photographie d’une fusee Diamant (1965).

Suisse: l’opposition au Gripen monte au créneau

L’opposition à l’acquisition de l’avion de combat suédois  SAAB JAS 39 Gripen pour remplacer les F/A-18 de fabrication américaine des forces aériennes suisses monte au créneau. Un comité « libéral » soucieux de ne pas paraître anti-armée dénommé « Non au Gripen » considère une telle option comme du gaspillage de deniers publics.

Ce comité tente de rassembler des signatures pour un référendum sur la question. Un autre groupe dénommé « Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) membre du Comité de la gauche a lancé le référendum début octobre.  Outre le GSsA, ce comité regroupe le PS, les Verts et le PCS.

Des observateurs estiment que dans le contexte économique actuel, l’achat d’un autre avion de combat est jugé inutile. Les deux comités antagonistes  ont jusqu’au 16 janvier pour déposer les signatures. Mais derrière cette apparente croisade contre le gaspillage pour les uns ou le militarisme pour les autres se cachent d’autres enjeux mettant en cause des intérêts liés au complexe militaro-industriel américain.

En plus de la Suède, le SAAB JAS39 Gripen est utilisé par  l’Afrique du Sud, la Hongrie; le Royaume-Uni, la Tchéquie et la Thaïlande.  Des pays comme l’Algérie, l’Inde, la Pologne ou la Roumanie se sont intéressés à cet avion de combat avant d’opter pour d’autres modèles russes, européens et américains.

gripen

Possible intervention US en Syrie: baptême de feu pour le F-22 Raptor?

Une possible intervention américano-israélienne en Syrie permettrait au F22 Raptor d'avoi son premier baptême de feu face aux Mig-29 S et Su-27 syriens. A moins que l'aviation syrienne ne soit détruite au sol par une campagne de bombardements intensifs.
Une possible intervention américano-israélienne en Syrie permettrait au F22 Raptor (US Air Force-unités stationnées en Turquie et en Jordanie) d’avoir son premier baptême de feu face aux Mig-29 S et Su-27 syriens. A moins que l’aviation syrienne ne soit détruite au sol par une campagne de bombardements intensifs.

Conflit au Moyen-Orient: de la révolution 2.0 aux bombardements orbitaux?

1. Malgré un nouvel afflux notable d’hommes et de matériel, la rébellion syrienne peine non seulement à se maintenir en dehors des zones rurales isolées mais accentue ses divisions intrinsèques du fait de profonds clivages idéologiques et politiques.  En réalité, la rébellion syrienne, toutes tendances confondues, ne s’est jamais remise de sa défaite stratégique à Al-Qussayr (non loin de l’antique Meggido). Sur le terrain, les rebelles sont boutés hors des cités périphériques de Damas, écrasés à Homs et à Lattaquié, pourchassés près de la zone de cessez-le-feu au Golan et mis en échec à Alep où le blocus mis en place par des groupes extrémistes armés depuis le début du mois sacré du Ramadan vient d’être percé par les unités d’élite de l’armée syrienne.

Cet ascendant des forces armées syriennes et des milices populaires permet à Damas de focaliser sur un autre aspect non moins dangereux du conflit en cours en Syrie: la guerre économique. Depuis des mois, des campagnes organisées de spéculation monétaire et financière ont grandement nui à l’économie syrienne et à la valeur de la livre syrienne. Cette spéculation est accompagnée par diverses pratiques telles que la contrebande, la fuite massive de capitaux, l’organisation de fausses pénuries, le sabotage d’infrastructures, l’introduction de fausse monnaies, la corruption et une hausse anormale des produits de base. Pour y faire face, le Premier ministre syrien Wael Al-Halaki a mis en place toutes une série de mesures de protection. Cependant fort insuffisantes. Le recours à des experts iraniens, aguerris par le blocus auquel leur pays fait face, a permis d’éluder l’effondrement de la monnaie nationale syrienne.

Le gouvernement syrien a beau mettre en place un système de rationnement en temps de guerre, impossible de stopper les pratiques spéculatives. En vertu du système de rationnement, chaque personne adulte a le droit à 300 grammes de thé par mois mais ce produit s’échange sous le manteau à des prix rédhibitoires et est surtout exporté en masse vers des pays voisins. La situation est telle que l’armée syrienne commence à cibler les milieux de la spéculation. Néanmoins, contre toute logique, l’économie syrienne tient toujours. Les liens commerciaux officieux avec l’Irak et l’Iran (ce dernier ne parvient ou ne veut plus payer ses créances internationales) ainsi que ceux bancaires avec le Liban expliquent en partie mais pas totalement la survie surprenante du système économique d’un pays non producteur d’hydrocarbures dont l’économie est basée essentiellement sur l’agriculture et le textile.

2. Des indications receuillies laissent entendre que les populations civiles et les unités militaires assiégées à Alep ont pu être ravitaillées par l’armée syrienne qui a du intervenir alors que son plan ne préconise pas un mouvement vers le Nord avant le mois de d’octobre afin de parer à toute nouvelle attaque combinée sur Damas comme ce fut le cas en juillet 2012. Le blocus imposé par les groupes les plus extrémistes de la rebéllion n’a pas tenu, moins par la vigueur de l’offensive loyaliste que par l’éclatement de conflits armés entre, d’une part, les groupes liés à Al-Qaïda et des factions de l’armée syrienne libre, et, d’autre part, le front d’Ennosra et les milices kurdes. La situation semble prendre un virage inattendu au Nord de la Syrie et en Turquie méridionale avec l’éventualité de la déclaration d’une entité kurde indépendante. Cette éventualité est fort redoutée par Ankara.

3. Plus au Sud, près du plateau stratégique du Golan, des accrochages ont encore opposé des militaires syriens et israéliens. Des unités de l’armée syrienne pourchassant des groupes armés liés à l’armée du Cham (pays de Sem, autre appellation du Levant regroupant la Grande Syrie, c’est-à-dire, la Syrie, le Liban, la Palestine et la Jordanie) près de la ville de Qunaytra, ont poursuivi les rebelles jusqu’à un poste militaire israélien désaffecté situé à l’intérieur de la zone contrôlée par Israël, provoquant une riposte israélienne. Mais les deux pays, soumis à d’intenses pressions internationales pour éviter toute escalade, n’ont pas donné plus d’information. Ce qui est certain est que du côté israélien, une nouvelle brigade chargée du Golan est en train d’être constituée à la hâte tandis que les meilleures unités de l’armée israélienne se massent en Galilée. Le Liban et les confins syro-jordaniens sont survolés par un nombre impressionnant de drones. Au point que la défense antiaérienne israélienne en a abattu un le prenant pour un appareil du Hezbollah. D’autre part, des information jamais confirmées et non-vérifiables font état du déploiement par Israël de missiles nucléaires tactiques non loin du Lac Tibériade. Si cette information est vraie, cela renseigne sur le degré d’inquiétude que suscite l’évolution-défavorable jusqu’ici pour la stratégie de Tel-Aviv-de la crise syrienne dont le théatre d’opération s’étend désormais de la province irakienne d’Al-Anbar à l’Est jusqu’au littoral libanais sur la Méditerannée à l’Ouest.

4. L’évolution défavorable de la crise syrienne suivant les intérêts géostratégiques américains et par voie de conséquence israéliens à re-évaluer l’ensemble de la stratégie arrêtée jusque là. La rencontre du Chef des services de renseignement israéliens avec ses homologues US aux Etats-Unis a pour principal objet une redéfinition de cette stratégie à la lumière des derniers développements régionaux. Si des officiels US tels que le Secrétaire d’Etat John Kerry martèlent publiquement et sans conviction qu’il est encore impossible d’établir une zone d’exclusion aérienne au-dessus d’une partie du territoire syrien, des chefs militaires au Pentagone évoquent pour la première fois la possibilité de recourir à une nouvelle arme: les bombardements orbitaux ou frappes cinétiques. En d’autres termes de lâcher à partir de l’espace ou plus précisément d’une orbite déterminée, une pluie de micro-météorites artificielles qui viendraient s’écraser à très grande vitesse sur une surface déterminée de la planète et, en l’occurrence ici, du territoire syrien. On sait presque rien sur cette nouvelle technique qui rappelle les lancer de fléchettes au dessus des tranchées de la première guerre mondiale  mis à part l’existence d’un programme assez ancien dénommé Thor. La chute d’objets métalliques (matériaux spéciaux) ou autres, lâchés à partir d’une orbite proche et tombant à la vitesse des météores sur le sol syrien serait quasiment impossible à intercepter par les moyens actuels de la défense aérienne ou des des moyens d’interception balistique. Chinois et Russes semblent très inquiets et travaillent d’arrache-pied à des contre-mesures. Un des points faibles de cette technique est son impossibilité à acquérir des cibles précises puisqu’elle dépends de plusieurs variables de la chute libre, de la gravitation et de la rotation terrestre. Ce qui en résulte un phénomène de dispersion plus ou moins important.

La chute de météorites en Russie en février 2013 causant des dégâts dans l’Oural et dans le centre de la Russie a alimenté pas mal d’hypothèses dont la plus tonitruante a été émise publiquement par l’homme politique russe Vladimir Zhirinovsky qui a nommément accusé les Etats-Unis d’avoir testé un système de bombardement cinétique au dessus de l’Eurasie. Une hypothèse que les médias n’ont pas jugé relever et ont classé comme une autre théorie du complot paranoïaque. Ce qui est certain, c’est que l’US Air Force a testé en Irak, durant la période s’étendant de 1998 à 2003, soit l’invasion de ce pays, toute une série de nouvelles armes telles que les bombes à béton (non-explosives), des masses d’acier, des bombes à émission électromagnétiques et d’autres.

Quoi qu’il en soit, les déclarations d’officiels US telles que celles du Secrétaire d’Etat John Kerry sur l’impossibilité d’imposer une zone d’exclusion aérienne sur une partie du territoire syrien ou celles encore plus lénifiantes de responsables européens niant toute volonté d’armer les rebelles cache mal la préparation de plans alternatifs assez novateurs pour tromper la vigilance des alliés de la Syrie. Ce n’est point un hasard si le Chef d’état-major des Armées des Etats-Unis d’Amérique, le général Martin Dempsey, évoque pour la première fois la possibilité d’utiliser des frappes cinétiques (Kinetic strikes) en Syrie.  Si cette éventualité se réalise, le conflit au Moyen-Orient et ses multiples avatars high-tech dénommés sous le nom générique de printemps arabe, auront connu l’usage de l’ensemble des technologies préfigurant le monde de demain (l’arme nucléaire n’en est pas une et figure parmi les techniques du passé) allant des révolutions 2.0, versions plus perfectionnées des premières révolutions colorées aux bombardements orbitaux en passant par de nouvelles techniques d’ingénierie sociales et informationnelles à travers un contrôle total de l’Internet et des moyens de télécommunication. Bien que toutes ces nouvelles techniques soient à leur balbutiement, elles auront un rôle déterminant dans les conflits futurs.

hypervelocity-space-weapon

Le conflit syrien verra t-il l'usage inédit d'armes spatiales?
Le conflit syrien verra t-il l’usage inédit d’armes spatiales?

Moyen-Orient: Israël a perdu un de ses F-16 I « Soufa »…

Selon des informations rendues publiques, un avion de combat F-16 I  « Soufa » du 107e escadron des forces aériennes de l’État d’Israël a été perdu, dimanche 07 juillet 2013, alors qu’il évoluait en mer à environ 50 kilomètres de la bande de Gaza. L’équipage s’est éjecté et a été récupéré en mer. L’appareil aurait connu une avarie sur son moteur F100-PW-299 (Pratt & Whitney) et cela aurait contraint le chef d’Etat-Major de l’armée de l’air, Amir Echel, à suspendre les vols de tous les appareils dotés de ce type de moteurs. Cela concerne les avions de combat F-16 I « Soufa » et F-15 « Raam ». Décision déplorée par l’ensemble des stratèges israéliens car elle coïncide avec une période hautement sensible, notamment au Golan face à la Syrie où l’armée israélienne est en train non seulement d’amasser ses meilleures unités mais de créer une nouvelle brigade entièrement dédiée à la défense du Golan, un territoire stratégique appartenant à la Syrie occupé en 1967 et annexé en 1981 en dépit de vives protestations internationales.

Cependant,  un certain nombre d’observateurs  comme ceux du magazine américain Veteran Today mettent en doute la version officielle israélienne selon laquelle son F-16 I »Soufa » aurait connu une avarie technique et avancent une autre hypothèse. Cette dernière soutient que l’appareil aurait été abattu par un missile S-300 syrien.

Cette hypothèse est également relayés par des journalistes syriens indépendants. Qui croire? Il ne fait aucun doute qu’Israël, fort d’une très longue et riche tradition de mensonges officiels, n’a pas dit la vérité sur cet incident. D’un autre côté, il n’existe aucune preuve ou témoignage public étayant l’hypothèse d’une perte au combat.

Mais il est fort à parier que les Américains et les Russes dont les navires d’écoute et les avions de guerre électronique encombrent la Méditerranée orientale, ont des informations plus détaillées sur cet incident.

Photos de la semaine: les hélicoptères de l’armée égyptienne illuminés par les Lasers de la foule

Helicptère_pointé2Hélicoptère_pointé3Hélicoptère_pointé4

Les pilotes de l’armée de l’air égyptienne ont vécu trois jours de cauchemar: A chaque mission de survol des rassemblements de foule réclamant le départ de l’ex-président Mohamed Morsi (déposé et arrêté par l’armée dans la nuit du 02 au 03 juillet 2013), ils devaient faire face à la convergence inattendue de centaines de faisceaux Laser émanant de pointeurs utilisés par les protestataires…Désorienté, un pilote d’un hélicoptère d’attaque de type Apache a failli perdre le contrôle de son appareil au dessus d’une masse humaine à cause de ces gadgets…

532nm_pointeurLaservert

Les missiles S-300 russes et la neutralisation de la suprématie militaire américaine par Valentin Vasilescu

Pourquoi les États-Unis, Israël et l’UE ont-ils réagi si violemment au sujet de la livraison par la Russie des missiles S-300 à la Syrie? En fait, une ou plusieurs batteries de missiles anti-aériens ne peuvent rien changer quant au déroulement de la guerre civile en Syrie. Surtout avec la décision de l’UE, la Grande-Bretagne, la France et d’autres pays occidentaux membres de l’OTAN de fournir aux rebelles armés syriens des systèmes d’armes similaires. Alors, pourquoi Les Russes ne veulent-ils, en aucun cas, renoncer à armer l’Armée Syrienne avec des S-300 ?

Pour comprendre ce que cette livraison d’armes signifie pour les occidentaux, il faut préciser que le secret du succès des campagnes militaires des États-Unis et d’Israël au cours des 20 dernières années, a été fondée sur la possession et l’utilisation d’un antidote universel appelé ESM / ELINT (électronic Support Measures). Ce type d’équipement permet l’enregistrement et l’analyse des émissions des radars de détection et de contrôle des systèmes d’armes de l’ennemi et de les neutraliser par brouillage. Cela permet ainsi à leur propre aviation un maximum de liberté d’action et la possibilité d’effectuer, sans pertes, toutes les missions de frappes sur des cibles air, mer et terre.

L’élément nouveau dans le scénario classique des occidentaux, c’est que la Russie a fourni à l’armée syrienne les lanceurs de missile S-300 dotés d’un système très complexe intégrant le C4I pouvant détecter les cibles, avec une gestion automatisée de feu. Avant de servir au lancement et au guidage de missiles S-300, le système assure une surveillance efficace de l’espace aérien syrien et au-delà ses frontières par un réseau de radars fixes de basse fréquence de dernière génération, résistant au brouillage et aux attaques de missiles antiradar.  A cela s’ajoute un réseau supplémentaire de radars mobiles, du type 1L119-Nebo, fonctionnant dans la bande de fréquence VHF.

En plus de ces deux réseaux automatisés de surveillance de l’espace aérien, s’ajoute un autre élément destiné à la détection, la poursuite et l’attaque de toute source de brouillage ESM / ELINT des occidentaux (électronic Support Measures) monté sur des avions ou sur des navires de guerre.

En pratique, avec l’exportation croissante ces nouveaux systèmes d’armes dans le monde par la Russie, les Etats-Unis, ses alliés de l’OTAN et Israël ne pourront plus imposer de soi-disant « zone d’exclusion aérienne » comme ils l’ont fait en Yougoslavie, en Irak et en Libye. Ils ne pourront pas plus prendre le risque d’une invasion terrestre avec utilisation de la flotte militaire et de l’infanterie de marines.

Comment les Russes ont-ils réussi à concevoir et à fabriquer ce type de technologie, dans les conditions de l’effondrement de l’URSS et de déclin économique, alors que l’avantage technologique détenue par les États-Unis face à la Russie, a permis à l’Armée américaine de mener avec succès des guerres en Yougoslavie, en Irak, et en Afghanistan contre des armées équipés de matériel de guerre Soviétique? Quel pouvait être l’élément qui conférait à l’armement américain une telle suprématie ? La réponse est : le C4I (Command, Control, Communications, Computers, and Intelligence).

C4I est un concept moderne, le seul moyen actuel pour multiplier jusqu’à 10 fois la mobilité, la vitesse de réaction, l’efficacité et la précision technique dans les guerres conventionnelles, basé sur l’utilisation extensive de la dernière génération de microprocesseur et de matériel de communication, intégrant des capteurs de détection et de guidage des armes. Pour rattraper les Américains, la Russie a mis en place une agence de recherche pour la défense similaire à Defense Advanced Research Projects du Pentagone (DARPA, créé en 1958 suite au lancement du satellite Spoutnik par l’Union soviétique), qui s’occupe de la recherche sur les risques scientifiques, et la recherche et développements sur les dernières découvertes pour l’industrie militaire Russie.

Si on examine attentivement comment, le 27 Mars 1999, a été abattu un avion « furtif » américain F-117 à Budjanovci en Yougoslavie par le système S-125 (Neva / Petchora), on constate que l’Agence russe de recherche pour la Défense a trouvé et mis en œuvre une solution technique de détection et de destruction de ce type d’appareils et des missiles de croisière. Mais pour atteindre les performances technologiques des Etats-Unis, il faudra attendre 2008, lors de la guerre avec la Géorgie. Avant le conflit, l’armée géorgienne avait reçu, de la société américaine L-3 GCS (Leader du marché des équipements électroniques miniaturisés) et des israéliens, les systèmes C4I les plus modernes. Au lendemain de la guerre de 2008, l’armée russe a mis la main sur une grande partie des équipements C4I détenus par l’armée géorgienne, puis les a analysés, copiés et multipliés. Les composants high-tech qui en ont résulté furent largement intégrés dans la production des nouveaux systèmes d’armes ou dans la modernisation de celles déjà existantes.

Le système modulaire C4I permet la création de réseaux tactiques de communication par l’intégration dans une plateforme telle qu’un véhicule militaire en mouvement. Il permet l’affichage et la mise à jour automatiquement de la situation tactique sur consoles avec des cartes numériques, la gestion des contrôles, les rapports de combats et la situation de la logistique (les besoins en munitions, carburant, etc), ou de surveiller l’état de préparation et de fonctionnement des systèmes d’armement. Le système C4I permet, également, d’assurer la collecte, la transmission par satellite et l’analyse des Informations au format standard de l’OTAN en temps réel grâce à des capteurs placés aux avant-postes en première ligne, et grâce aux systèmes AGS (Alliance Ground Surveillance), destinés à l’observation / suivi électronique du terrain par des moyens satellitaires et de drones performant. Toutes les informations sont dirigées vers le poste de commandement mobile au niveau de la compagnie, du bataillon ou de la brigade. Ainsi, il est possible de connaître la situation sur le plan tactique, la gestion du champ de bataille, de faciliter la prise de décision par le commandement.

C4I permet aussi la transmission et la réception audio et vidéo avec un équipement sans fil, dans des conditions sécurisées, une grande quantité de données à haut débit telles que la voix et des données numériques, en présence de brouillage. Ses éléments disposent d’installations de mémoire, accèdent à leurs propres serveurs gérés par de puissants processeurs de dernière génération, et couvrent le spectre entier des fréquences, et sont sécurisés par un cryptage numérique.

Valentin Vasilescu

Ancien commandant-adjoint des forces militaires à l’Aéroport Otopeni (Roumanie)

Photo du jour: Rooivalk AH-2 Denel

Un hélicoptère d'attaque Rooivalk AH-2 de l'armée sud-africaine. Un appareil similaire a été aperçu, jeudi 30 mai 2013, volant à pleine allure au dessus de l'aéroport international d'Alger. Officiellement, l'Algérie n'a pas acquis ce type d'appareils. Mais on sait que l'armée algérienne ne divulgue jamais ses acquisitions réelles.
Un hélicoptère d’attaque Rooivalk AH-2 de l’armée sud-africaine. Un appareil similaire a été aperçu, jeudi 30 mai 2013, volant à pleine allure au dessus de l’aéroport international d’Alger.
Officiellement, l’Algérie n’a pas acquis ce type d’appareils. Cependant, hormis des systèmes d’arme comme le S-300 PMU2 (SAM), Il est de notoriété publique que l’armée algérienne ne divulgue jamais ses acquisitions réelles.

Conflit au Moyen-Orient: Damas pointe ses missiles sur Israël

La Syrie est en train de pointer ses vecteurs balistiques sur des cibles militaires israéliennes selon la chaîne libanaise Al-Mayadeen. Selon la même source, la Syrie est plus déterminée que jamais à fournir au Hezbollah un armement qu’elle n’a jamais délivré à une tierce partie avant le raid américano-israélien d’hier. Ce raid d’une violence inédite au Moyen-Orient équivaut à une déclaration de guerre. L’une des unités syriennes ciblée est celle en charge de l’arsenal chimique de l’armée syrienne sur le Mont Cassioune.

D’autres informations parvenues du Kurdistan irakien font état d’un probable déplacement de rampes de lancement mobiles de missiles balistiques de l’armée syrienne vers le Sud après que celles-ci eurent été déployés face à la Turquie. En même temps, l’interdiction faite aux organisations de la résistance palestinienne présentes en Syrie de lancer des actions contre Israël vient d’être levée.

Le commandement de l’armée syrienne vient d’ordonner la création de milices au Golan dont la mission est de mener des actions clandestines contre l’armée israélienne.

En Iran, des sources officielles ont affirmé que cette attaque de l’entité sioniste ne passerait pas sans de très sérieuses représailles.

Le Nord d’Israël vient d’être déclaré une No-Fly Zone. Entre temps, le Premier ministre israélien multiplie les réunions d’urgence avec son Etat-major militaire. De nouvelles armes d’un type inconnu ont été utilisées par les israéliens dans leur raid sur Damas. Il s’agit des fameuses armes secrètes qu’Israël aurait reçu en exclusivité du complexe militaro-industriel américain, sans même l’aval des organes de contrôle publics de ce pays.

La Syrie a longtemps hésité à provoquer Israël au Golan à cause de ses armes secrètes dont la capacité destructrice serait effrayante et sans commune mesure avec celle des armes connues actuellement.

Encore des frappes aériennes israéliennes en Syrie

Incendie de dépôts de carburants suite à un bombardement ennemi sur l'aéroport international de Damas. 3 mai 2013
Incendie de dépôts de carburants suite à un bombardement ennemi sur l’aéroport international de Damas. 3 mai 2013
L’aviation israélienne est encore intervenue en appui tactique à des groupes rebelles à l’intérieur de la Syrie, selon diverses sources. Les Etats-Unis d’Amérique ont diffusé cette information.

Ce nouveau raid a été conduit ce matin à partir de l’espace aérien libanais, survolé depuis des jours par des dizaines d’avions militaires israéliens. Le succès des opérations de reconquête de l’armée syrienne et l’intervention du Hezbollah libanais a paniqué les dirigeants israéliens au point où ils ont tenté de faire entrer les Etats-Unis dans la guerre contre la Syrie en prétextant une pseudo-affaire d’armes chimiques, dont la fameuse attaque près d’Alep, vraisemblablement effectué par des éléments du Mossad. N’ayant pu entrainer Washington dans une attaque directe contre la Syrie, Tel-Aviv envoie son aviation au secours des 3350 agents du Mossad (découverts) pris au piège à l’intérieur de la Syrie.

Des sources de l’intérieur des forces armées syriennes affirment que cette intervention israélienne directe sur leur territoire n’est pas la première du genre. Fréquemment, des drones israéliens de type Harpy détruisent des radars de la défense antiaérienne syrienne avant une offensive rebelle.

D’autres sources à Damas attribuent le pilonnage d’hier de dépôts de kerozène à l’aéroport de Damas à des frappes aériennes israéliennes, dans une tentative de freiner net l’avancée fulgurente des troupes syriennes sur l’ensemble des enclaves tombées aux mains des rebelles et leurs alliés.

Aucune information n’est disponible sur la nature des cibles frappés par les chasseurs-bombardiers israéliens. Mais il est fort à parier qu’elles ont été enclenchés pour venir en aide à des groupes précis au sein desquels évoluent les agents du Mossad. Bien entendu, les médias main stream vont nous donner une autre version concernant un éventuel bombardement d’un transfert d’armes chimiques de l’armée syrienne au Hezbollah.

Dans tous les cas de figure, Tel-Aviv n’a pas agi sans l’aval de Washington. Les Etats-Unis sont à la recherche d’un casus belli suffisant et ne sont pas mécontents d’une éventuelle intervention militaire israélienne en Syrie. Cela les forceraient à venir en aide à leur allié.

Cette énième attaque démontre d’une manière définitive que les analyses israéliennes de la situation en Syrie ont conclu que l’armée syrienne est suffisament affaiblie pour pouvoir y mener des interventions comme au Liban ou à Gaza.

Cela démontre également qu’Israël est le principal protagoniste dans l’ensemble des conflits secouant le Proche et Moyen-Orient depuis des décennies. Les évènements de ces deux dernières années ne sont qu’une autre phase de ce conflit sans fin.

Image du jour: les avions d’attaque au sol de l’armée de l’air syrienne

Deux Mig-23BN H des forces aériennes syriennes en action. L'aviation syrienne joue un très grand rôle dans la lutte que mène l'Etat syrien contre la rébellion et demeure depuis des mois à l'affût de la moindre provocation de l'aviation turque.
Deux Mig-23BN H des forces aériennes syriennes en action. L’aviation syrienne joue un très grand rôle dans la lutte que mène l’Etat syrien contre la rébellion et demeure depuis des mois à l’affût de la moindre provocation de l’aviation turque. L’usage de l’aviation se justifie par le surarmement des rebelles. Les rebelles disposent de plus en plus d’armes sophistiquées comme le lance-roquettes multitube Uragan 9k57 SMERCH (220 mm) livrées par l’entremise de pays comme l’Arabie Saoudite et d’Israël. 

Image du jour

Un hélicoptère d'attaque de l'armée syrienne en action. Cette arme s'est révélée d'une redoutable efficacité contre les bastion rebelles, malgré les menaces croissantes posées par les missiles SAM et les canons antiaériens aux mains des rebelles.
Un hélicoptère d’attaque de l’armée syrienne en action. Cette arme s’est révélée d’une redoutable efficacité contre les bastions rebelles, malgré les menaces croissantes posées par les missiles SAM et les canons antiaériens aux mains des rebelles.

Première rencontre entre appareils militaires Syriens et US au dessus de la frontière syro-irakienne

Pour la première fois depuis le début de la guerre en Syrie, des avions de combat US de type F-16 et des Mig-23  syriens ont failli se rencontrer au dessus de la région de Boukemal, sise près de la frontière avec l’Irak.  Les avions américains sont apparus moins de dix minutes après le départ des appareils de l’armée syrienne mais n’ont pas cherché à pénétrer dans l’espace aérien syrien.

36 appareils de type F-16 de l’US Air Force sont encore basés en Irak, bien après le retrait militaire américain de ce pays.

Les avions syriens survolent en permanence les confins frontaliers avec la Turquie, avec en moyenne, entre 10 et 16 appareils par jour.

Une variante du Mig-23 aux couleurs de l'armée de l'air syrienne
Une variante du Mig-23 aux couleurs de l’armée de l’air syrienne

D’autres appareils de l’armée syrienne survolent certaines portions du littoral mais aucun n’a survolé le plateau du Golan disputé avec Israël jusque-là. Une vingtaine d’observateurs de la force d’interposition de l’ONU au Golan ont fait l’objet d’un rapt de la part d’un groupe armé inconnu dont les motivations demeurent étranges puisqu’ils demandent le retrait de la zone des unités syriennes relevant de cinquième division blindée (Corps de Damas) sans faire référence aux unités des Golani des forces israéliennes.

Les combats autour de Ruqqua et les continuelles attaques rebelles contre les localités frontalières avec l’Irak ont contraint Damas à y utiliser son aviation. Il y a une semaine, des dizaines de soldats syriens évacués à l’intérieur de l’Irak ont fait l’objet d’une embuscade à l’intérieur des terres irakiennes ayant causé la mort d’une cinquantaine d’entre-eux.

Les aides militaires-létales ou non-sont effective depuis au moins 18 mois. Les discours diplomatiques concernant l’augmentation de l’aide militaire et logistique à la rébellion syrienne de la part des pays du Golfe arabo-persique et occidentaux ne sont, au mieux,  que de la poudre aux yeux destinée à légitimer partiellement des actions entamées depuis longtemps.

Un avion d’aide humanitaire russe au Mali

Un avion du ministère russe des Situations d’urgence (MSU) avec un chargement d’aide humanitaire a atterri samedi au Mali, a annoncé à RIA Novosti un porte-parole du ministère.

« Parti vendredi, l’Il-76 avec 35,2 tonnes de fret humanitaire (boîtes de conserves, gruaux, couvertures et tentes) a atterri en République du Mali », a déclaré l’interlocuteur de l’agence.

La situation humanitaire au Mali s’est aggravée suite au renversement du président Amadou Toumani Touré par des militaires mutinés le 22 mars dernier. L’armée était mécontente par l’organisation de la répression de la rébellion touareg dans le nord du pays et excédée par le manque de produits alimentaires.

Profitant de la confusion qui s’en est suivie, les rebelles touareg et groupes islamistes ont pris le contrôle des trois grandes villes du nord du pays, Tombouctou, Gao et Kidal, sans rencontrer de résistance de la part de l’armée. Les villes contrôlées par la rébellion touareg étaient en proie à des vols et au chaos, la quasi-totalité des réserves de produits alimentaires et de médicaments ont été volées, et les organisations humanitaires ont dû fuir le pays.

Début avril, le Mouvement national pour la libération de l’Azawad, essentiellement composé de rebelles touaregs, a proclamé l’indépendance de la région d’Azawad.

Source : RIAN

Raid sur Khartoum: le Soudan accuse Israël

Le Soudan a officiellement accusé Israël d’avoir bombardé, le 24 octobre 2012,  un site militaire près de Khartoum, causant la mort de deux personnes.

Le raid aérien de longue portée a visé le complexe militaire de Yarmouk, dans lequel sont fabriqué sous licence des équipements et des armes légères. Au cours du raid, l’ensemble du système de défense anti-aérienne du Soudan a été désactivé.

Le même jour, un responsable du ministère israélien de la défense a ouvert le feu sur le Soudan. « Le Soudan est un Etat terroriste dangereux. Pour savoir ce qui s’est exactement passé, il faudra du temps pour comprendre », a affirmé à la radio militaire israélienne Amos Gilad.

Tel-Aviv n’a pas revendiqué le raid.

Quelques heures plus tard, le ministre iranien de la Défense et de la Logistique des forces armées a annoncé publiquement que l’Iran possède une nouvelle génération de missiles et de drones que le pays compte dévoiler dans les semaines à venir.

Ce n’est pas la première fois que des avions de guerre israéliens participent à des raids préventifs contre le Soudan et la Syrie. Cependant, on peut se demander quel était l’objectif réel des frappes ayant visé le complexe soudanais de Yarmouk: était-ce un dépôt d’armes à destinations de la résistance palestinienne à Gaza ou des missiles de fabrication iranienne?

Aux abois, le régime du président Al-Bachir, recherché par la CPI (Cour Pénale internationale) et n’ayant jamais assimilé la scission du Soudan en deux entités étatiques se disputant les zones pétrolifères, aurait pu renforcer ses liens militaires avec Téhéran.

De son côté, Tel-Aviv ne peut que se féliciter du degré de développement des contre-mesures électroniques et des dispositifs de brouillage équipant ses appareils de l’armée de l’Air dont le champ d’intervention-officiel- s’étend désormais du Sud de la Turquie au Nord du Kenya.

 

 

L’aviation algérienne prête à intervenir au Nord du Mali

Des L-39 Albatros  de l’armée de l’air algérienne. Utilisés en tant qu’avions d’entraînement de base pour les nouveaux pilotes de chasse, ces appareils peuvent être modifiés pour effectuer des missions de bombardement tactique. Ils pourraient bien être utilisés au Nord du Mali contre les regroupements et les convois des groupes terroristes MUJAO et AQMI.

La question des otages algériens détenus par des groupes terroristes au nord du Mali demeure complexe et cache beaucoup de zones d’ombre. Du côté des militaires algériens, tout semble prêt pour une intervention que l’on veut foudroyante. Mais la décision finale revient aux politiques.