La normalisation de la nucléarisation de la guerre ou comment la fin du monde vient d’être abolie 

L’usage d’armes nucléaires tactiques de faible puissance (de o.2 à 5 kilotonnes) est en passe s’être normalisé après avoir été un sujet tabou depuisa la guerre du Golfe de janvier 1991 et l’intervention US en Afghanistan (octobre 2001-aujourd’hui). 

Sujet fort controversé, l’usage d’ogives nucléaires tactiques ou de théâtre a divisé depuis au moins trois décennies une génération de théoriciens de la guerre, mais tous s’accordent sur les possibilités tactiques de cette arme dont les effets ne la distinguent pas trop des munitions classiques à très forte puissance de type MOAB ou de certaines bombes aérosol FAE (Fuel Air Explosive) à l’exception de résidus radioactifs hautement nocifs.

La décision du département US à la Défense d’accroître les stocks d’ogives nucléaires tactiques de faible puissance susceptibles d’être emportée par des missiles de croisière, par des missiles Air-Sol emportés par des avions de combat tels que le F-35, l’artillerie de campagne et des unités de surface répondent aux nouvelles procédures issues de la mise en oeuvre de la nouvelle stratégie de riposte adoptée par les États-Unis pour tenter de rattraper le retard accusé face à ce que Washington qualifie de puissances revisionnistes comme la Chine et la Russie. 

Sans davantage d’extrapolation, cela veut dire que la montée en puissance du déploiement des forces sur le théâtre européen visant officiellement l’endiguement de la « menace russe » inclut l’usage d’armes nucléaires dès les premiers stades d’une confrontation entre l’OTAN et la Russie sur le sol européen et eurasien. 

Cette posture implique que toute attaque contre l’Iran ou la Corée du Nord verrait l’usage intensif (au moins 1300 objectifs primaires) d’armes nucléaires tactiques contre les infrastructures civiles lors de la phase initiale. 

Il existe des précédents ou l’échec relatif des moyens militaires conventionnels à achever une victoire militaire ont conduit des chefs de guerre US à préconiser l’emploi de l’arme nucléaire contre un adversaire qui n’en possédait point (MacArthur lors de la guerre de Corée en 1951, quelques voix au sein du Pentagone lors de la guerre du Vietnam ou encore la menace nucléaire adressée à Saddam Hussein en 1991) mais qu’en sera t-il face à des États dotés d’armes similaires et surtout de vecteurs efficaces pouvant délivrer ces ogives avec précision loin des lignes de front ?  

Avant la normalisation de la nucléarisation de la guerre, il y eut de sérieuses suspicions sur l’usage d’armes nucléaires tactiques « déguisées » en Afghanistan (Tora Bora et plusieurs incidences sismiques) et en Irak (notamment durant la phase 1 de « Shock and Awe » avec le déversement de plus de 1200 missiles de croisière sur Baghdad puis 3000 sur le reste du pays en mars 2003, puis à Fallujah 2 en 2004). Le niveau de radio-activité anormalement élevé enregistré sur les lieux de bombardements aériens et balistiques US à Tora Bora demeure inexpliqué à ce jour et ne peuvent être imputés à l’usage de munitions en Uranium appauvri. 

Le mythe de l’hiver nucléaire, un des thèmes favoris de la guerre froide et un des arguments du désarmement nucléaire, vient de tomber dans l’indifférence manifeste d’un monde en pleine guerre. 

Pour les stratèges militaires d’aujourd’hui l’usage de l’arme nucléaire ne met pas en péril la planète. Officiellement une guerre nucléaire, ce n’est plus la fin du monde. 
 

 

Publicités

33 réflexions sur « La normalisation de la nucléarisation de la guerre ou comment la fin du monde vient d’être abolie  »

  1. « Le niveau de radio-activité anormalement élevé enregistré sur les lieux de bombardements aériens et balistiques US à Tora Bora demeure inexpliqué à ce jour et ne peuvent être imputés à l’usage de munitions en Uranium appauvri.  »

    Faudrait aller faire des mesures au Yemmen ses temps ci !

    Persuadé que l’on serait surpris de certains relevés…

    Aimé par 3 personnes

    1. Pour Tora Bora, c’est l’auteur de ce blog qui a pris les mesures avec un Geiger GCA-07W. Sur site on était 10 à prendre les mesures et chacun provenait d’un pays différent. Les mesures au points d’impact dépassaient de tres loin celles relevées au Koweït et dans le sud de l’Irak où des millions de munitions à uranium appauvri ont été déversées et se rapprochaient des mesures prises après des essais nucléaires.
      Nos dosi ont sauté…

      Aimé par 4 personnes

      1. Justement, ma main à coupé qu’au Yemmen, les dosimètres seraient bien gris aussi…

        Certaines vidéos me font penser que le pas de l’utilisation d’armes nucléaires tactiques, comme ils aiment à le dire, à été largement franchis.
        Les EAU ne sont pas privés !

        Aimé par 3 personnes

        1. Bonne question! Tout le monde se pose la même question mais en termes plus techniques. Quelle sera l’impact de la révision de la posture nucléaire US sur les doctrines militaires chinoise et russe?
          D’emblée, un ciblage de ces deux pays par des moyens non conventionnels entraînera automatiquement une riposte et fort possiblement une seconde frappe mais c’est un scénario trop extrême. Arrivés à ce stade, c’est la fameuse guerre thermo globale avec ou sans MAD (destruction mutuelle assurée)

          Aimé par 2 personnes

  2. Comme tu le sais c’est un thème récurrent qui revient chez les militaires US, de préférence contre des pays qui ne l’ont pas. Comme tu as déja cité la guerre de Corée, du Vietnam, d’octobre 1973, et un peu plus recemment celle du golfe I contre Saddam Hussein en 1991.
    « …mais qu’en sera t-il face à des États dotés d’armes similaires et surtout de vecteurs efficaces pouvant délivrer ces ogives avec précision loin des lignes de front ?  »
    Oh mais ressure toi, contre des adversaires à force equivalentes, on connait trés bien le courage des américains. Ils n’en feront rien. L’arme nucléaire ne peut etre utile que contre des pays qui ne l’ont pas, pas contre ceux qui l’ont.

    « Cette posture implique que toute attaque contre l’Iran ou la Corée du Nord verrait l’usage intensif … d’armes nucléaires… »
    C’est completement improbable sinon impossible en l’état.

    « Pour les stratèges militaires d’aujourd’hui l’usage de l’arme nucléaire ne met pas en péril la planète.  »
    Oui enfin c’est surtout une petite bande de petits pisseux, psychopates, incultes, inconséquents, et incompétents qui n’ont jamais été sur un champs de bataille, effrayés par la moindre goutte de sang. Ils n’ont vu des soldats que sur des simulateurs, c’est les pires qu’une société puisse engendrer.
    Depuis 1953, concretement qu’es ce que l’Amérique a gagné comme vraies batailles ? Ca se compte sur les doigts d’une main.
    On en a deja parlé, le seul moment le plus favorable de l’histoire pour l’usage du nucléaire US, ça s’est passé en 1951-52. A cette date ils pouvaient utiliser l’arme nucléaire, sans aucun risques pour eux.
    Cependant à l’époque aux USA il y avait encore des vrais géostratèges, j’ai beau les critiquer, les detester, mais rendons à Cesar ce qui appartient à Cesar. Ils étaient compétents : les frères Dulles, J.E Hoover -oui je sais meme lui-, Ike, les Kennedy, Mc Namara, R. Nixon, etc…C’était des types qui avaient fait la guerre, et ils savaient trés bien ce que c’est qu’une guerre. Et tu remarqueras que les hauts responsables US s’y sont toujours opposés.

    La premiere question qui vient étant bien sur les conséquences.
    La toute premiere, c’est le message non moins convaincant, « si vous ne vous armez pas de nucléaire, vous serez rayés de la carte ». T’inquiètes que le message a été compris 5/5 à Teheran, Pyongyang, Rangoon, Ankara, Bueonos Aires, etc….

    Aimé par 3 personnes

    1. La seconde question étant bien sûr, pourquoi parler de l’usage de l’arme nucléaire et maintenant ?
      Il s’avere que depuis à peu prés 60 ans, on constate que les progrés de la DCA, et des missiles sol-air ont réduit progressivement l’efficacité des campagnes de bombardements aeriens jusqu’au négligeable. Le point culminant a été la guerre du Golfe, et surtout la dernière campagne de Serbie -1999-. Il faut le rappeller, aprés 3 mois de bombardements, et au moins 100.000 -vraissemblablement beuacoup plus- sorties aériennes, l’armée serbe n’avait perdu qu’une dizaine de char, une peitite dizaine de blindés, et une poignée de cannons. Quelques centaines de soldats-policiers-gendarmes serbes. On parle bien ici de la petite Serbie 6 millions d’habitants contre une coalition regroupant la moitiè de la planete. En plus le grand frère russe leur avait tourné le dos. Qu’en sera-t-il pour les Etats Unis demain face à un pays comme la Syrie, l’Iran, la Corée du Nord ?
      En fait derrière ce message c’est surtout une traduction noir sur blanc de l’inneficacité de l’armée US, malgrés des moyens demesurés.

      Autre question, en quoi l’usage d’une arme nucléaire tactique peut elle etre plus efficace que les bombardements classiques ?
      Par exemple les sites iraniens sont enterrés à des km sous terre, au coeur des montagnes -je pense par exemple au site de Fordoo-. Meme l’usage de la plus puissante arme nucléaire -si tant est qu’elle puisse atteindre le site- n’y changera pas grand chose. L’usage de l’arme nucléaire, c’est avant tout les radiations, or la plupart des chars et blindés modernes sont equipés de système NBC, donc question efficacité c’est proche de zero. Si tu veux détruire 100 chars en tir groupés, là t’as tout faux.
      Alors solution ? L’usage d’armes nucléaires sur des villes comme Téhéran ? C’est alors que se pose la question du but de guerre, c’est quoi l’objectif ? Tout détruire ? Ca n’a pas de sens, ça ne s’est jamais passé ainsi dans l’histoire, et c’est pas pret d’arriver. Parce que le but d’une guerre c’est de soumettre un pays, et changer son adminstration afin que celle ci se rallie aux interets du vainqueurs. Pour que ça marche, il faut au moins que la population soit derrière, plus où moins, comme ce fut le cas pour le Japon et l’Allemagne.
      Admettons le cas, où en Iran on reste les bras croisés, et on se fait massacrer ? Les radiations vont empoisoner toute la région, Israèl compris, et aussi….Russie, Chine, Inde, Pakistan….
      Armes nucléaires tactiques où pas les iraniens ne cederont pas. Et meme si l’Iran n’avait pas de levier, c’est les autres qui lui viendraient spontanement en aide. Au cas où, les icbm nord coréens testés recemment ressemblent comme deux goutes d’eau, aux missiles …iraniens. De plus l’Iran a la possibilité de produire presque instantanement des armes nucléaires.

      En résumé l’usage du nucléaire tactique dans un champs de bataille contre une armée régulière n’a pas de sens. Sauf si c’est limité, contre un pays qui ne l’a pas, et qu’on veut l’adhésion par la force de sa population. Ce qui nous conduit à conclure, que c’est impossible.
      Ce débat est l’oeuvre de petits pisseux sortis des ecoles militaires qui n’ont jamais été aux combats, jamais touchés une arme à feu. Car trop laches pour ça.

      Aimé par 3 personnes

  3. je ne sais pas si c’est l’envie de coca cola mais on dirait que ça bouge en Iran ?

    Dimanche, 7 janvier, 2018 – 14:28
    L’ancien dirigeant a fustigé les dirigeants du pays qui « vivent loin des problèmes du peuple »

    L’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad a été arrêté samedi par les autorités dans la ville de Shiraz avec l’approbation du Guide de la Révolution islamique, Ali Khamenei, rapporte le site d’information Al-Qods Al-Arabi.

    Lors d’un discours prononcé au début d’une manifestation contre le régime, Mahmoud Ahmadinejad, qui a dirigé l’Iran de 2005 à 2013, a affirmé que « certains dirigeants du pays vivent loin des problèmes, et ne savent pas ce qui préoccupe le peuple ».
    https://www.geopolitica.ru/fr/news/iran-lancien-president-ahmadinejad-arrete

    Aimé par 2 personnes

        1. Disruption ! C’est là le probleme de l’EPR ! (Pour ceux que ca intéresse, voir Jean Pierre Petit sur le sujet…)

          Et oui, l’EPR ne fonctionnera jamais…

          Mais bon, comme on en a vendu un paquet, il faut bien faire bonne figure…

          Aimé par 3 personnes

        1. La mort est un processus naturel et inhérent à la vie. On est mort le moment exact où on est conçu car c’est à partir de ce moment précis que le compte à rebours commence.
          La mort n’est pas la fin de la vie mais un passage mystérieux vers un autre état. Le corps organique est recyclé dans la nature tandis que l’âme migre vers un autre univers ou palier de conscience. Nous en savons rien et aucun de ceux ayant fait ce voyage n’en est revenu pour en témoigner. La vie elle même est un processus très mal connu.
          Il faut vivre et profiter de l’oxygène des plantes et rire tant que nos zygomatiques fonctionnent. Le reste est quelque chose qui nous dépasse de loin.

          Aimé par 3 personnes

        2. Je déteste la vie mais cela ne m’empêche pas de vivre, je décolle demain pour Londres je vais y passer 3jrs histoire de noircir quelques pages de cette vie.

          Je sais que nous sommes né pour l’éternité, pour ce qui est de l’après Qui Mourra Vera 🙂 ce n’est pas très français mais ça sonne bien.

          Aimé par 2 personnes

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s