La fin de la fin de l’histoire

Les forces armées syriennes soutenues par leurs alliés ont finalement réussi à capturer la base aérienne d’Abu Dhohour dans la province septentrionale d’Idlib, 28 mois après la chute de cet aérodrome militaire stratégique entre les mains des forces de la rébellion. Ce site était l’un des principaux objectifs de l’offensive militaire syrienne visant cette province contiguë à la Turquie.

Simultanément à cette avancée syrienne, laquelle ne fut pas du tout aisée, puisque l’Armée syrienne fut attaquée à l’arrière par des unités ressuscitées de l’organisation terroriste Daech (État Islamique), la Turquie vient de lancer l’opération « Rameau d’Olivier » (faut pas trop en rire…) sur le canton d’Afrin (Nord d’Alep) avec le but affiché d’écraser les unités de l’YPG (Unités de Protection du Peuple Kurde) d’Afrin puis de Minbedj et Jarabulus avant de l’étendre jusqu’à la frontière irakienne tout en permettant aux groupes rebelles soutenus par Ankara de prendre le dessus dans un nouveau conflit opposant en apparence des groupes soutenus par les États-Unis à des groupes soutenus par Ankara. Mais Ankara semble avoir un autre agenda caché.

TurkF16
Un F-16 turc en action

Damas avait menacé dans un premier temps d’abattre tout avion militaire turc violant l’espace aérien syrien avant de permettre à Ankara de mener cette opération. Les chefs militaires turcs se sont rendu à Moscou pour demander et obtenir une bénédiction russe et éviter ainsi de réels désagréments au dessus du ciel syrien. Cependant, où s’arrêtera l’offensive turque en Syrie du Nord contre la bête noire officielle de la Turquie moderne: la menace de création d’un État kurde indépendant?

EWCTurk.jpg
Système de brouillage électronique KORAL des forces armées Turques près de la frontière septentrionale syrienne, face à Afrin.

Pour les syriens, le jeu est clair: une faction du pouvoir US et Erdogan ont monté de toutes pièces cette mascarade en vue de justifier une occupation d’une partie du territoire syrien par des forces étrangères, en faisant particulièrement référence au Nord-Est de la Syrie et une grande partie d’Idlib. Moscou observe avec une extrême minutie ce jeu tout en notant que tout est fait pour que la pression militaire du conflit en Syrie se déplace le plus au Nord loin des frontières avec Israël. C’est effectivement un contre-feu et une sorte de gage. Damas ne peut pas concentrer ses principales forces sur deux fronts.

De toute évidence, Washington n’agit plus en Syrie en tant qu’une seule entité. La seconde guerre civile US est désormais une réalité tangible même si dans l’état actuel des choses elle demeure confinée dans les coulisses d’un pouvoir qui n’arrive plus à se débarrasser de ce qui était supposé jouer le rôle d’une marionnette et dont les agissements et les déclarations embarrassent au plus haut point les vrais tenants du pouvoir états-unien. Jusqu’ici, Trump, un magnat new-yorkais sans scrupules de l’immobilier a réussi ce qu’aucun de ces prédécesseurs n’avait osé imaginer sans crainte d’être assassiné: il a non seulement entravé la machine infernale de l’État profond US mais l’a exposé de manière publique et ridicule aux yeux du monde entier. Ce dernier ne lui concède aucun coup-en fait tous les coups sont permis. Le blocage de l’État fédéral US en est une petite illustration.

Les relations internationales ne seront jamais érigées au rang d’une science et l’usage étrange du terme « révisionniste » par le Secrétaire US à la Défense vient de nous le rappeler de façon brutale. L’évocation de puissances révisionnistes (sic) remettant en cause le statu quo sacré de la fin de l’histoire est à pleurer de rire.

Il semble que la guerre en Syrie ait définitivement mis fin à la fin de l’histoire.

 

Publicités

34 réflexions sur « La fin de la fin de l’histoire »

  1. Libye. Voici « les crimes atroces contre le peuple libyen » commis par par Khadafi

    Le Guide Mouammar al-Kadhafi, que l’OTAN et les États-Unis ont stigmatisé comme « dictateur brutal » (ce qui leur a servi de justification pour leurs attaques aériennes et son assassinat), devrait être vénéré par les Nations-Unies pour ses mérites en ce qui concerne les droits de l’homme en Libye. Les faits suivants sont seulement un extrait d’une longue liste.

    Résultat de recherche d’images pour « kadhafi poutine »

    L’électricité était gratuite pour tous les citoyens.
    Pour tous les citoyens les prêts n’avaient pas d’intérêt pour les banques publiques.
    La maison était considérée comme un droit humain. Pas de loyer.
    Les jeunes mariés recevaient l’équivalent de 50 mille dollars US pour l’achat de leur première maison. Le gouvernement encourageait la formation de familles.
    La santé et l’éducation étaient gratuites. Avant Kadhafi, seulement 25 % des libyens savaient lire; aujourd’hui, ce chiffre est de 83 %.
    Les Libyens qui ont choisi de s’engager dans l’agriculture se sont vu attribuer des terres, des logements pour leur établissement sur place, des outils, des semences et du bétail pour leur permettre de démarrer leur propre exploitation.
    Si un libyen voulait s’éduquer ou demander un traitement médical à l’étranger, il lui était attribué l’équivalent de 2.300 dollars US par mois pour couvrir l’hébergement et le transport.
    Le gouvernement permettait l’acquisition de voitures à 50 % de la valeur totale.
    L’essence en Libye avec Mouammar Kadhafi l’équivalent de 14 cents de dollar.
    Si en sortant de l’université un libyen ne pouvait pas trouver de travail, le gouvernement lui payait un salaire moyen jusqu’à ce qu’il puisse obtenir le placement correspondant à l’éducation reçue.
    La Libye n’avait pas de dette extérieure. Les réserves de la banque centrale estimées à 150 milliards de dollars des États-Unis, ont été distribuées en tant que butin de guerre entre les puissances qui ont occupé le pays. L’or libyen aurait été volé par la France de Sarkozy.
    Tous les libyens ont été directement impliqués dans les revenus provenant du pétrole, et ont déposé l’argent pour chaque citoyen sur son compte de vérification.
    Pour chaque enfant conçu, les mères ont reçu l’équivalent de 5 mille dollars US.
    De nombreux Libyens avaient un diplôme universitaire.
    La Libye est un pays désertique. Kadhafi a lancé le grand projet de la rivière artificielle, qui est la plus grande eau de la planète et assure l’approvisionnement en eau de tous les citoyens et de l’agriculture du pays.

    Résultat de recherche d’images pour « Libye la grande rivière artificielle »La grande rivière artificielle de Muammar Khadafi était considérée comme « la huitième merveille du monde ». Le plus gigantesque projet mondial composé de canaux souterrains et le plus énorme projet d’ingénierie qui ait jamais été réalisé.

    Le 22 juillet 2011, les forces aériennes de l’OTAN ont bombardé l’usine de Marsa am-Burajka qui fabriquait les éléments de la canalisation.

    Maintenant, nous connaissons la liste des atrocités que les libyens ont dû subir pendant quatre décennies avec Mouammar Kadhafi.

    Aucun président ou roi des pays agresseurs (France, USA, GB, etc.) n’arrive à la cheville de Khadafi en ce qui concerne les réalisations pour le bien de leur population en général, et pour la partie la moins fortunée en particulier. Khadafi était donc le « mauvais exemple » à ne pas suivre. Il fallait le supprimer et détruire ses réalisations. C’est fait. L’Occident « libre et démocratique », mais impérialiste, est content : la Libye est devenue un non man’s land, une plate forme d’expédition d’immigrés suicidaires vers l’Europe.

    Hannibal GENSERIC

    http://numidia-liberum.blogspot.ca/2018/01/libye-voici-les-crimes-atroces-contre.html

    J'aime

  2. Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)

    Viktor DEDAJ

    On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes – lorsque l’occasion se présente – et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour s’en convaincre…

    Questions : sont-ils trop lâches pour s’écarter du troupeau de faussaires ? Ce qui signifierait que leur conformisme est plus fort que leur attachement à la vérité (ce qui n’est pas pour nous rassurer, pour cette affaire comme pour d’autres). Ou sont-ils trop conditionnés pour réellement comprendre, et ne hochent de la tête que par politesse (ce qui n’est pas pour nous rassurer, pour cette affaire comme pour d’autres) ?

    Alors voici quelques éléments qui étonneront le lecteur non-averti :
    •Non, Julian Assange n’a jamais été accusé de viol.
    •Non, Assange n’a jamais tenté « d’échapper à la justice suédoise ».
    •Non, Julian Assange n’a violé aucune loi (d’une juridiction dont il dépendait).
    •Et, en réponse aux nombreux trolls sur Internet : Julian Assange est Australien, pas « Américain », et ne peut donc être qualifié de « traître » (en admettant très à contre-coeur que ses actions auraient pu être qualifiées de trahison si elles avaient été commises par un citoyen des Etats-Unis)

    Retour sur cette affaire, en quelques étapes (et pardon aux lecteurs pour les raccourcis et approximations) :

    Etape 1 : Julian Assange se trouve en Suède. Pendant son séjour, il a des rapports intimes avec deux femmes (deux amies, qui l’hébergent à tour de rôle). Pendant un rapport, un préservatif se déchire. La femme s’inquiète d’une éventuelle transmission et demande un dépistage. Julian Assange est lent à la détente. Les deux femmes se rendent à un poste de police pour obliger Assange à se soumettre à un test. La police invoque des « violences sexuelles », terme employé en Suède pour désigner des rapports sexuels non protégés et traduit de façon hasardeuse par « viol » – alors que les deux femmes récusent elles-mêmes le terme et ne déposent aucune plainte en ce sens. La procureure Eva Finne clos le dossier en concluant qu’il n’y a « aucun soupçon de délit ».

    Etape 2 : L’affaire close, Julian Assange quitte la Suède (après deux mois de séjour imprévu et avec l’autorisation des autorités suédoises) pour se rendre en Grande-Bretagne.

    Etape 3 : Deux jours après le début de la publication par Wikileaks des Cablegates (documents fournis par Chelsea Manning), une autre procureure suédoise, Marianne Ny, rouvre le dossier et lance une « alerte rouge » Interpol (alerte de plus haut niveau, réservée en principe aux grands criminels et terroristes) contre Julian Assange, alors qu’aucune accusation n’est portée contre lui. La procureure Ny expliquera qu’elle veut « interroger » Assange sur l’affaire pré-citée.

    Etape 4 : En réponse à l’étrange « alerte rouge », la Grande-Bretagne ordonne l’arrestation de Julian Assange. Julian Assange conteste la validité de son arrestation alors qu’aucune accusation n’est portée contre lui, mais se rend quand même à la police britannique. Il est enfermé en isolement – autre traitement inhabituel – pendant une dizaine de jours (**). Ses avocats obtiennent sa libération et son placement en résidence surveillée.

    Ensuite, deux événements cruciaux se produisent :
    •Wikileaks apprend que les Etats-Unis ont préparé (en secret) un Grand-Jury pour examiner l’inculpation de Julian Assange (on ne saura pas sur quelles bases puisque J. Assange n’a violé aucune loi sous juridiction états-unienne)
    •Les avocats de Wikileaks découvrent qu’il existe un accord d’extradition entre la Suède et les Etats qui permet d’extrader des personnes qui n’ont commis ou ne sont accusés d’aucun crime, comme simples « témoins ».

    On comprend assez facilement qu’une extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis comme simple témoin ne se soldera pas par son retour au foyer, après son « témoignage » devant un grand-jury US, mais plus probablement par un aller-simple pour la base de Guantanamo.

    Pour se rendre en Suède, Julian Assange demande l’assurance des autorités suédoises qu’il ne sera pas extradé vers les Etas-Unis (seule condition posée par Assange pour se rendre en Suède et « répondre à des questions »). L’assurance lui est refusée.

    Julian Assange propose d’être interrogé sur place, ou via une communication (Skype ou autre) – deux pratiques habituelles dans ce genre d’affaire de « non-plainte », et déjà effectuées par des procureurs suédois dans d’autres affaires – la procureure Ny refuse et s’obstine à exiger la présence physique de Julian Assange sur le sol suédois.

    Etape 5 : Julian Assange, craignant une extradition vers la Suède, avant une extradition finale vers les Etats-Unis, échappe aux surveillances et se réfugie à l’ambassade d’Equateur qui lui accorde l’asile politique.

    Probablement devant le ridicule de la situation, la procureure Ny accepte finalement, après plusieurs années de refus, d’« interroger » Assange à l’ambassade. La « nouvelle affaire » sera finalement close par la justice suédoise (apparemment plus par inertie de la procédure que par une décision claire de la procureure elle-même). Toujours est-il qu’il n’y a plus d’affaire en Suède (en admettant qu’il y en ait eue…), et que « l’alerte rouge » d’Interpol n’est plus d’actualité.

    Alors, tout est bien qui finit bien ? Pas vraiment. Les autorités britanniques, qui ont dépensé £10000 (*) par jour en surveillance de l’ambassade (et qui ont même tenté une intrusion dans les locaux – du jamais vu) maintiennent que Assange a violé les conditions de sa libération sous caution, lorsqu’il se trouvait en résidence surveillée. Assange risque donc quelques mois de prison pour avoir violé les conditions d’une résidence surveillée pour une « affaire » qui n’en a jamais été une. On pourrait penser qu’Assange aurait à présent intérêt à accomplir ces quelques mois, avant de retrouver sa liberté définitive. Mais voilà : les autorités britanniques refusent, à leur tour, de garantir sa « non-extradition » vers les Etats-Unis.

    Aux dernières nouvelles : l’Equateur vient d’accorder la citoyenneté à Julian Assange et le statut de diplomate, ce qui lui assurerait une immunité. Mais les autorités britanniques ont déjà refusé de lui reconnaître ce statut.

    En conclusion

    Alors que la « grande presse » s’est empiffrée un temps avec les révélations de Wikileaks (ah, ce petit frisson lorsqu’on joue dans la cour des grands), il ne lui aura fallu que peu de temps pour retourner les vestes et adopter une ligne plus conciliante à l’égard de la politique de Washington. Faut-il s’en étonner ? Tentant depuis de redorer un blason sérieusement terni, cette presse nous aura servi quelques « enquêtes » annoncées avec fracas. D’abord, les « Panama Papers » , où leur dextérité s’est résumée à l’examen d’une clé USB déposée anonymement. Ensuite, les « Paradise Papers » où, de leur propre aveu, certes, mais discret quand même, ils n’ont fait qu’examiner des transactions « légales ». Question prise de risques, on a vu pire. Wikileaks, par exemple.

    L’organisation a connu des trahisons, des lâchages, les unes après les autres, de la part des « grandes plumes » de la « grande presse ». La dernière en date est celle de l’organisation spécialement créée pour lui assurer un certain financement par des dons anonymes (la désormais mal-nommée Freedom of the Press Foundation). Des alternatives existent : https://shop.wikileaks.org/donate et https://www.iamwikileaks.org/donate/

    En écrivant ces lignes, j’apprends la mort (par « suicide ») de James Dolan, 36 ans, créateur du site de dépôts et communications anonymes « SecureDrop » (https://securedrop.org/) destiné aux lanceurs d’alerte et inspiré par Wikileaks. Après celle du co-créateur du même site, Aaron Swartz, « suicidé » en 2013 à l’age de 26 ans.

    La Vérité, comme la Démocratie, ne nous sera pas offerte en cadeau. Non, la Vérité, comme la Démocratie, il va falloir la leur arracher. Et quelque chose me dit qu’ils n’ont pas l’intention de se laisser faire.

    Viktor Dedaj
    qui n’a apparemment rien de mieux à faire un dimanche après-midi.

    https://www.legrandsoir.info/retour-sur-l-etrange-et-persistante-desinformation-autour-de-l-affaire-julian-assange-le-fake-news-dans-toute-sa-splendeur.html

    J'aime

    1. bien que je ne sois pas en accord avec toutes vos sources je n’ai rien contre vos posts si ce n’est que :
      1°) ils ne sont pas de vous .
      2°) il prennent une place considérable et rende le suivis des échanges entre les lecteurs de ce blog laborieux voir totalement illisible .
      n’avez vous pas pensé a vous contenter d’un résume du texte et d’un lien .
      cela prendrait beaucoup moins d’espace et permettrait de sauvegarder le caractère vivant et réactif de la section commentaire .
      mercis d’avance

      Aimé par 1 personne

  3. Tulsi Gabbard détruit le récit narratif occidental sur la Corée du Nord, la Libye et l’Irak en 30 secondes (The Duran)- [Vidéo]

    20 janvier 2018

    Réseau International

    Tulsi Gabbard : « La Corée du Nord voit ce que nous avons fait en Irak avec Saddam Hussein, avec ces fausses déclarations d’armes de destruction massive. »

    La députée Tulsi Gabbard, d’Hawaï, a été interviewée sur ABC News « This Week » à la suite de l’erreur humaine qui a conduit à un message de fausse alerte de missile à Hawaï.

    Lors d’un moment décisif de l’interview, George Stephanopoulos, collaborateur de longue date de Clinton, demande à Gabbard : « Était-ce une erreur de la part des États-Unis d’éliminer Kadhafi et Hussein? »

    Gabbard répondit sans hésiter : « Ça l’était, absolument. »

    Stephanopoulos a semblé choqué par la réponse.

    Gabbard a détruit de nombreux mythes véhiculés par les médias grand public sur l’intervention étatsunienne et l’affrontement actuel autour du nucléaire en Corée du Nord :

    Nous savons que la Corée du Nord possède ces armes nucléaires parce qu’elle voit comment les États-Unis en Libye, par exemple, ont promis de protéger Kadhafi – « nous n’allons pas vous poursuivre, vous devriez vous débarrasser de vos armes nucléaires.

    Il l’a fait, puis nous sommes allés mener une attaque qui a renversé Kadhafi, lançant la Libye dans le chaos dont nous constatons toujours les résultats aujourd’hui.

    La Corée du Nord voit ce que nous avons fait en Irak avec Saddam Hussein, avec ces fausses déclarations d’armes de destruction massive. Et voit maintenant en Iran comment le président Trump est en train de décertifier un accord nucléaire qui a empêché l’Iran de développer ses armes nucléaires, menaçant l’existence même et l’accord qui a été conclu.«

    Gabbard est une officier de réserve de l’Armée de terre qui a déjà servi deux fois au Moyen-Orient, y compris en Irak, et qui a critiqué ouvertement le changement de régime et la politique étrangère interventionniste de Washington.

    Hawaiian congresswoman calls false missile alarm ‘an epic failure of leadership’
    ABC News

    « Comme le rapporte Zerohedge : La députée des Républicains Tulsi Gabbard a participé à plusieurs émissions d’informations dimanche, un jour après que la fausse alerte au missile dans son État ait semé la panique dans les îles pendant 40 minutes avant qu’on ne découvre qu’il s’agissait d’un message envoyé par erreur, dans lequel elle a démoli les reportages des principaux médias sur la menace nucléaire nord-coréenne en déclarant : « Nous devons comprendre que la Corée du Nord s’accroche à ces armes nucléaires parce qu’elle pense que c’est leur seule protection contre les États-Unis pour éviter une intervention étatsunienne et leur faire ce que les États-Unis ont fait à de nombreux autres pays au travers de l’histoire.”

    Elle a en outre demandé à Trump d’avoir des entretiens directs avec Kim Jong Un afin d’empêcher que la catastrophe ne se produise.

    Samedi, Gabbard a critiqué le président Trump pour avoir malmené la Corée du Nord, en s’adressant à MSNBC, elle a déclaré : « Nos dirigeants nous ont déçus. Donald Trump prend trop de temps… il ne prend pas cette menace[nucléaire] au sérieux… »

    Au cours des interviews, dimanche, elle a élaboré un plan d’action, conseillant à Trump d’entrer en pourparlers avec Pyongyang qui devrait « se dérouler sans conditions préalables » et que Trump devrait « s’asseoir en face de Kim Jong Un » afin d’éradiquer le climat de peur qui a contribué à l’alerte « inacceptable » émise samedi.

    « Nous devons en venir à la question sous-jacente : pourquoi les habitants d’Hawaï et de ce pays sont-ils confrontés à une menace nucléaire venant de Corée du Nord aujourd’hui, et que fait ce président de toute urgence pour éliminer cette menace ? » a déclaré Gabbard sur CNN. Elle a ajouté que Pyongyang considère son programme d’armement nucléaire comme « le seul moyen de dissuasion contre l’entrée des États-Unis et le renversement du régime par les États-Unis » après des décennies de changements systématiques de régime dans ses relations avec les États voyous, ce qui fait selon elle de la mise en place de conditions préalables à des pourparlers une démarche autodestructrice.

    Et concernant le potentiel d’une guerre nucléaire « involontaire« , Gabbard a déclaré :

    « Ce n’est pas seulement le Président qui décide de lancer une arme nucléaire. C’est ce genre d’erreurs que nous avons vues dans le passé qui nous ont amenés au bord d’une guerre nucléaire qui pourrait être involontaire.«

    Par Alex Christoforou

    Article originel : Tulsi Gabbard destroys North Korea, Libya and Iraq narrative in 30 seconds (Video)

    J'aime

  4. Voici pourquoi la Russie pourrait installer au Soudan une base donnant sur la mer Rouge

    Par Andrew Korybko – Le 5 décembre 2017 – Source Oriental Review

    Le président soudanais Omar al-Bashir, en place depuis 1996, a invité l’armée russe dans son pays lors de sa visite historique à Moscou la semaine dernière, déclarant que le Soudan avait besoin d’une protection contre un complot de type guerre hybride fomenté par les Américains voulant « balkaniser » son État en cinq mini-États à la suite de la sécession du Soudan du Sud en 2011.

    Au cours de la conversation, il a également déclaré que le Soudan demandait l’aide de la Russie pour moderniser ses forces armées et que l’État soudanais, avec sa position géostratégique avantageuse, pourrait devenir la « clé de l’Afrique » pour Moscou si les deux parties décidaient d’élever leur partenariat à un niveau stratégique. La situation géographique du Soudan est en effet cruciale car il est situé à l’intersection de l’Afrique du Nord et de l’Est. Il a également un fort potentiel de connectivité maritime et continentale en raison de son emplacement sur les rives occidentales de la mer Rouge mais aussi pour les plans de Route de la Soie de la Chine de construire une ligne de chemin de fer transsaharienne de Port-Soudan à la capitale tchadienne de N’Djamena pour éventuellement faciliter les échanges entre l’Afrique de l’Ouest et la République populaire de Chine via cette future route.

    Un autre point d’importance géopolitique en faveur d’une base russe potentielle au Soudan est que Khartoum est avantageusement situé entre les États rivaux d’Égypte et d’Éthiopie et pourrait donc jouer un rôle assez logique de médiation entre eux. L’inclusion de la Russie dans ce format pourrait doter Moscou d’un potentiel inégalé pour « équilibrer » la situation entre ces deux pays et leurs partenaires du CCG, vu comment la « guerre froide du Golfe » s’est récemment étendue à la Corne de l’Afrique par le déploiement de l’armée pro-égyptienne des EAU en Érythrée et dans l’État auto-proclamé du Somaliland. Dans le même temps, le Qatar a réussi à rafistoler ses relations avec l’Éthiopie. Le tout est centré sur les plans ambitieux d’Addis-Abeba visant à construire un barrage controversé sur le Nil Bleu. Grâce à un partenariat qui pourrait se renforcer avec le Soudan, la Russie pourrait donc négocier non seulement entre l’Égypte et l’Éthiopie, mais aussi entre les EAU et le Qatar, remplissant ainsi le rôle de « rééquilibrage » pensé pour le XXIe siècle par la faction « progressiste » du ministère des Affaires étrangères de Moscou.

    La mise en place d’une base au Soudan permettrait donc à la Russie de compléter son rapprochement avec l’Arabie saoudite en se donnant un rôle régional central dans ce nouveau théâtre de la « guerre froide du Golfe » entre les alliés du Royaume et le Qatar, et lui permettre de prendre pied dans le royaume des affaires africaines après sa retraite rapide [celle de l’URSS, NdT] à la fin de la guerre froide. La Russie pourrait étendre son influence post-Printemps arabe en Afrique du Nord, plongeant le long de la mer Rouge vers l’Afrique de l’Est, qui constitue une porte d’entrée stratégique pour arrimer éventuellement l’Éthiopie et établir une présence le long de la Route de la Soie sahélo-saharienne de l’Afrique de l’Ouest. Dans l’ensemble, il serait parfaitement logique que la Russie suive la proposition du président el-Bashir et construise une base au Soudan, car ce serait un mouvement à très faible coût mais à haut rendement qui incarnerait stratégiquement un résultat gagnant-gagnant pour le monde multipolaire.

    Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime (2015). Ce texte sera inclus dans son prochain livre sur la théorie de la guerre hybride. Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.

    Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

    http://lesakerfrancophone.fr/voici-pourquoi-la-russie-pourrait-installer-au-soudan-une-base-en-mer-rouge

    J'aime

  5. Immigration – Des Paras italiens lancent au pape : « Ça suffit, Bergoglio ! L’ennemi est dans la maison ! »

    Italie – Francesco Crippa, président de la section provinciale de Brianna de l’Association Nationale des Parachutistes Italiens, ne supporte plus les messages du pape en faveur de la submersion migratoire et a diffusé sur les réseaux sociaux un message explicite :

    « Ça suffit Bergoglio ! Nous avons un ennemi dans la maison et beaucoup trop de gens continuent à faire semblant de rien. Les paroles de celui qui l’a précédé devraient réveiller nos consciences de chrétiens et l’isoler ».

    Bien sûr, Francesco Crippa n’est pas mandaté pour parler au nom de tous les parachutistes. Il précise d’ailleurs :

    « C’est mon avis personnel de chrétien et de croyant qui n’approuve pas l’attitude de ce pape et son prêche. Avez-vous remarqué que la Place Saint Pierre le dimanche est à présent toujours à moitié vide et les cadrages de prises de vues des Télévisions sont toujours filmées par le bas ? »

    Mais il ne fait aucun doute que cet homme très connu parmi les bérets rouges italiens s’exprime avec l’assentiment de beaucoup de ses camarades. Ils savent, eux, le prix qu’il faudra payer tôt ou tard pour se débarrasser de cette situation.

    https://lesobservateurs.ch/2018/01/20/immigration-des-paras-italiens-lancent-au-pape-ca-suffit-bergoglio-lennemi-est-dans-la-maison/

    J'aime

  6. La ville turque de Reyhanhi a fait l’objet d’un nouveau pilonnage, annonce la chaîne de télévision CNN Turk.

    16:37 21.01.2018(mis à jour 16:45 21.01.2018)

    Un quatrième missile a été lancé dimanche sur la ville turque de Reyhanli depuis le territoire syrien, indique la chaîne CNN Turk.

    Détails à suivre
    https://fr.sputniknews.com/international/201801201034823430-syrie-turquie-offensive-russie/

    La ville turque de Reyhanhi pilonnée à partir d’Afrine: un mort, une trentaine de blessés

    14:31 21.01.2018(mis à jour 16:32 21.01.2018)

    La ville de Reyhanhi dans le sud de la Turquie a été pilonnée à partir d’Afrine, a déclaré le vice-Premier ministre turc Bekir Bozdağ. Une personne est morte, une trentaine d’autres ont été blessées.

    De la fumée qui s’échappe d’une position des Unités de protection du peuple kurde (YPG) dans la région d’Afrine.

    Les attaques turques contre Afrine, en Syrie, «ne resteront pas sans réaction»

    La ville turque de Reyhanli, située dans la province de Hatay, a été pilonnée à partir de la région d’Afrine en Syrie où se trouvent des formations de Kurdes armés et contre laquelle l’armée turque mène une opération militaire, a annoncé le vice-Premier ministre turc Bekir Bozdağ.

    Trois missiles ont été lancés sur Reyhanli. Les services d’urgence médicale ont été dépêchés sur place. Les missiles sont tombés sur une voiture vide et sur le toit de deux maisons, précise le quotidien turc Habertürk.

    Le maire de Reyhanli a déclaré qu’un citoyen syrien était mort dans cette attaque et qu’une trentaine d’autres personnes y avaient été blessées.

    «Le pilonnage par missiles a fait un mort, c’est un Syrien. 32 autres personnes ont été blessées. Deux d’entre elles sont dans un état grave. Tous les blessés ont été transportés à l’hôpital de la ville», a-t-il indiqué à la chaîne turque de télévision NTV.

    L’armée turque dresse le bilan de son opération contre les Kurdes à Afrine

    L’état-major turc a annoncé samedi le lancement de l’opération Rameau d’olivier contre des combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) et du Parti de l’union démocratique (PYD), mouvements dont Ankara pense qu’ils forment la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit en Turquie.

    Le Président syrien Bachar el-Assad a déclaré que l’agression turque contre la ville d’Afrine était liée à la politique que mène Ankara depuis le début de la crise en Syrie, à savoir celle d’un appui aux extrémistes.

    Moscou a exprimé ses préoccupations face à la situation dans la zone d’Afrine et a appelé les parties en conflit à faire preuve de retenue réciproque.

    https://fr.sputniknews.com/international/201801211034833971-reyhanli-turquie-pilonnee-afrine/

    J'aime

  7. Les forces russes en Syrie redéployées suite au début de l’offensive turque
    14:05 20.01.2018(mis à jour 14:15 20.01.2018)

    Mikhail Gamandiy-Egorov

    Après le lancement par la Turquie de l’opération Rameau d’olivier en Syrie, les forces russes ont été retirées de la zone concernée, selon le ministère de la Défense.

    Syrie: Ankara avertit que son opération ne se limitera pas à Afrin
    Le commandement des forces russes stationnées en Syrie a pris des mesures pour assurer la sécurité des militaires à Afrin, théâtre de l’opération turque contre les formations kurdes, a annoncé le ministère russe de la Défense.

    «Pour prévenir d’éventuelles provocations et éviter tout risque pour la vie et la santé des militaires russes, le groupe opérationnel du Centre pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie et de la police militaire a été transféré dans la région de Tell Adjar, de la zone de désescalade de Tell Rifaat», a indiqué le ministère.

    La Turquie pilonne les Kurdes dans le nord de la Syrie
    Plus tôt dans la journée, l’état-major interarmées turc a annoncé le lancement de l’opération Rameau d’olivier contre les groupes paramilitaires kurdes stationnés dans la zone d’Afrin, dans le nord de la Syrie.

    Moscou a indiqué suivre de près les développements à Afrin tout en se déclarant préoccupé par la situation sur le terrain et en appelant les parties à faire preuve de retenue.

    https://fr.sputniknews.com/international/201801201034823430-syrie-turquie-offensive-russie/

    J'aime

  8. Résumé SOTT des changements terrestres – Décembre 2017 – Conditions météorologiques extrêmes, révolte de la planète et météorites

    Éditeurs SOTT
    Sott.net
    lun., 15 jan. 2018 08:48 UTC

    Des records de froid et de neige ont été battus dans le monde le mois dernier, mais les États-Unis ont été les plus touchés, avec les 50 états concernés par de la neige au sol avant même que l’hiver n’ait officiellement commencé. Le nord du Mexique et l’Asie orientale connaissent leur hiver le plus rigoureux depuis des décennies, tandis que certaines parties de l’Australie ont été surprises par la neige en été.

    Provoquant le déplacement de milliers de personnes, des inondations ont continué à semer le chaos dans les archipels des Philippines et d’Indonésie, tandis qu’en Albanie, de fortes pluies ont inondé des milliers de maisons et causé la destruction de routes et de ponts.

    Aux États-Unis, la Californie a été la proie d’incendies de forêt généralisés qui ont brûlé jusqu’ à 113 312 hectares et détruit plus de 1 000 maisons, le « Thomas Fire » devenant le plus grand et le plus destructeur incendie de forêt de l’histoire de cet État. Avec une « rivière atmosphérique » et des pluies diluviennes prévues pour la première semaine de janvier 2018, les choses s’annoncent sombres pour le Golden State [l’État doré – NdT].

    Un niveau élevé d’activité volcanique a été observé dans le monde entier en décembre, alors qu’un séisme mortel de magnitude 6,5 a frappé l’île indonésienne de Java.

    Les observations de météores se sont multipliées avec de plus en plus de rapports faisant état de « mystérieux et intenses booms sourds », très probablement les roches spatiales explosant au-dessus de nos têtes.

    Les phénomènes atmosphériques, y compris les nuages irisés et les « étranges lumières célestes », ont continué de surprendre les Suédois et les Russes de l’Est, mais de tels événements sont probablement la preuve d’un refroidissement distinct de l’atmosphère, l’un des nombreux signes de l’arrivée possible d’une nouvelle ère glaciaire.

    Résumé SOTT des changements terrestres – Décembre 2017 : Conditions météorologiques extrêmes

    https://fr.sott.net/article/31709-Resume-SOTT-des-changements-terrestres-Decembre-2017-Conditions-meteorologiques-extremes-revolte-de-la-planete-et-météorites

    J'aime

  9. L’Ukraine

    Le documentaire d’Oliver Stone « Ukraine on Fire », ou comment les États-Unis (et non la Russie) ont détruit l’Ukraine

    Sott.net
    ven., 12 jan. 2018 16:19 UTC

    Le documentaire phare d’Oliver Stone, Ukraine on Fire (l’Ukraine en feu), est enfin disponible en Occident.

    L’Ukraine, cette « frontière » entre la Russie et l’Europe dite « civilisée », est à feu et à sang. Depuis des siècles, elle est au cœur d’une lutte acharnée entre certaines puissances qui cherchent à contrôler ce riche territoire et l’accès de la Russie à la Méditerranée.

    Le massacre de Maïdan début 2014 a déclenché un soulèvement sanglant qui a débouché sur l’éviction du président Viktor Ianoukovytch, la sécession de la Crimée et sa réintégration au sein de la Russie, et une guerre civile dans l’Est de l’Ukraine.

    Les médias occidentaux ont présenté la Russie comme l’instigatrice de ces troubles, et cette dernière a été sanctionnée et unanimement condamnée. Mais la Russie était-elle vraiment responsable de ces événements ?

    Ukraine on Fire offre une perspective historique sur les divisions profondes qui affectent la région et qui ont mené à la Révolution orange de 2004, aux soulèvements de 2014 et au renversement brutal du président Yanukovych démocratiquement élu.

    Présenté par les médias occidentaux comme une « révolution populaire », ce véritable coup d’État a été orchestré et perpétré par des groupes ultranationalistes et par le Département d’État américain.

    Le journaliste d’investigation Robert Parry révèle que, dans les années 80, des ONG politiques financées par les États-Unis et des agences de presse ont pris le relais de la CIA, et commencé à promouvoir les desseins géopolitiques des États-Unis à l’étranger.

    Oliver Stone, producteur délégué, a eu le privilège de découvrir les dessous de l’affaire en interviewant l’ancien président Yanukovych et l’ancien ministre de l’Intérieur Vitaliy Zakharchenko, qui lui ont expliqué que l’ambassadeur des États-Unis et différentes factions à Washington avaient activement conspiré pour provoquer un changement de régime en Ukraine.

    En outre, dans son premier entretien avec Vladimir Poutine, Stone a interrogé le président russe sur l’importance de la Crimée, sur l’OTAN et sur la longue tradition d’interférence des États-Unis dans la région, notamment leur ingérence dans les élections et leurs efforts pour instaurer un changement de régime.

    Ce documentaire est initialement sorti en 2016, mais comme on pouvait s’y attendre, Stone a rencontré des problèmes pour le faire distribuer aux États-Unis et dans les pays occidentaux. Une version doublée en russe avait rapidement vu le jour et avait été diffusée à la télévision russe, mais jusque-là, les peuples du « monde libre » n’avaient pas eu accès au documentaire dans son intégralité.

    C’est désormais chose faite : le film est disponible en intégralité sur YouTube.

    l’Ukraine à l’épreuve du feu (Oliver Stone)VOSTFR

    Publiée le 29 oct. 2017

    J'aime

  10. Washington est engagé à déstabiliser la Syrie, dit un ex-ambassadeur britannique

    19-01-2018 | 14:56

    Washington joue ses muscles en Syrie pour affirmer son influence sur l’ensemble du Moyen-Orient face à Moscou, a déclaré Peter Ford, ex-ambassadeur britannique à Damas.

    Donald Trump étant accusé d’avoir «perdu la Syrie aux Russes», les États-Unis sont forcés de maintenir une présence militaire dans ce pays, estime l’ancien ambassadeur britannique en Syrie Peter Ford dans un entretien accordé à l’agence russe Sputnik.

    Selon l’ex-diplomate, les États-Unis se sont engagés en Syrie dans un «jeu de puissance» afin de démontrer qu’ils possèdent toujours «une influence» dans l’ensemble du Moyen-Orient.

    «C’est également une partie du jeu mené par les États-Unis contre l’Iran. Cela n’a aucun rapport avec la lutte contre le terrorisme en Syrie, ni avec les problèmes humanitaires, ni avec la démocratie», affirme l’interlocuteur de l’agence.

    Et de souligner: «Les États-Unis ont pour objectif de ne pas permettre la stabilisation de la Syrie en tant qu’État souverain et uni».

    «Compte tenu du fait que les États-Unis sont incapables d’imposer leur volonté pour faire changer le régime en Syrie, ils envisagent de la maintenir en état de déstabilisation permanente», a indiqué M. Ford.

    Toujours d’après lui, les Américains «bafouent totalement le droit international».

    «C’est une grosse violation du droit international qu’est le maintien d’une présence militaire sur le territoire d’un pays membre des Nations unies qui a son siège à New York et est reconnu par la plupart des États du monde», a souligné l’ancien diplomate.

    https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=25915&cid=309#.WmSk3sKWwfh

    J'aime

  11. Le plus sordide dans tout cela est d’essayer de nous faire croire que c’est la partie adverse qui va tenter de frapper pour inverser la donne alors que c’est l’exact opposé qui va se produire pour justement donner cette impression, et de facto légitimer une réaction… ou la tactique du pompier pyromane dans toute sa splendeur

    Aimé par 2 personnes

  12. « …une faction du pouvoir US et Erdogan ont monté de toutes pièces cette mascarade… »
    Il est possible que cette thèse soit vriaie, mais alors comment expliquer qu’Erdogan achete à la Russie des S-400 ? Et maintenant des armes de plus en plus sophistiquées ? Pourquoi que les américains abattent la carte kurde ?
    Il y a quelques heures les US ont dit qu’ils étaient prets à abattre les avions turcs si ceux ci bombardaient les positions de cette autre organisation terroriste qu’est le YPG.
    On ne réalise pas combien la carte kurde est pour la Turquie une question de vie où de mort. Je pense que pour eux c’est la ligne rouge. De mon point de vue, la Turquie preferrera meme une guerre avec les Etats Unis que d’accepter de disparaitre. Parce que les turcs savent qu’ in fine ils seront soutenus par l’axe Moscou-Pekin.

    Aimé par 2 personnes

  13. Les relations internationales ne seront jamais érigées au rang d’une science et l’usage étrange du terme « révisionniste » par le Secrétaire US à la Défense vient de nous le rappeler de façon brutale. L’évocation de puissances révisionnistes (sic) remettant en cause le statu quo sacré de la fin de l’histoire est à pleurer de rire.

    Il semble que la guerre en Syrie ait définitivement mis fin à la fin de l’histoire.

    Salut!

    Peux-tu élaborer un peu, je ne comprends pas trop ce que tu veux dire?

    J’aimerai bien rire moi aussi!

    Aimé par 2 personnes

    1. les yankee parlent de la Chine et de la Russie comme étant des puissances révisionnistes parce que la Chine d’un point de vue économique et bientôt financier (?) mais surtout la Russie d’un point de vue militaire et ‘géopolitique’ (?) remettent en cause la domination des états-unis sur le monde.

      domination des états-unis qui a commencé en 1945 mais concurrencée par l’Urss jusqu’en 1991.
      de 1991 à 2015, 24 ans de domination par l’hyper puissance américaine sur le reste du monde. époque pendant laquelle les états-unis ont appliqué une politique guerrière contre tout pays qu’ils désignaient comme terroriste ou coupable de crimes de guerre. ainsi était née la doctrine responsabilité de protéger (sic) qui légitime les interventions militaires dans des pays qui n’ont pas attaqué les États-unis.
      Somalie, Yougoslavie 2 fois, Afghanistan, Iraq, Libye, Ukraine, Syrie, Iraq encore à partir de 2014.

      la pax americana est éventuellement terminée depuis 2015 avec l’intervention des Sukhoi Russes le 30 (?) septembre 2015.

      maintenant les yankee refusent de reconnaitre que l’ordre international à changer.

      lis le dernier bouquin de Thierry Meyssan il explique bien mieux, il explique tout court.

      ce qui était censé être le point de départ du Nouveau Siècle Américain (PNAC des néocons) c’était le coup d’État du 11 septembre 2001.

      http://www.voltairenet.org/article159301.html

      à noter que les (possibles) velléités de rebond du Japon dans les années 1980 (fort rattrapage de l’économie américaine) ont été matées en 1986 avec les accords du Plaza, donc la conséquence aura été la crise économique dans laquelle le Japon est entré dans les années 1990 et n’est jamais vraiment ressorti.

      je te dis un point de vue, la prise en considération d’autres éléments (alliance finance anglo-saxonne, sociétés occidentales et parti communiste chinois) peut changer la représentation du monde qu’on en a..

      Aimé par 3 personnes

      1. Très intéressant! Je comprends mieux où l’auteur voulais en venir! Belle vue d’ensemble! Justement j’ai acheté ce dernier livre!

        Merci bien

        Là je peux rire aussi!

        Aimé par 2 personnes

        1. Justement Christelle Néant dans sa dernière vidéo (…à la fin…) sur un autre article du site, mentionne également ce concept de « Puissances révisionnistes »

          Elle est bien bonne! On peut constater l’endurcissement et l’entêtement de ces forces sataniques, qui ne renonceront pas, s’il le fallait, jusqu’à entraîner l’ensemble de l’humanité vers l’extinction globale sous le feu nucléaire, avec eux-mêmes! Désespérés et acculés au pied du mur qu’ils sont, où aucune porte de sortie n’émerge plus à l’horizon, de leur point de vue restreint, par manque de conscience!

          C’est quand même pathétique l’affaire!

          C’est pour cela que seuls des tiers-forces appartenant à l’Invisible, à l’Inconnu, et à l’Esprit Universel, et à l’Intelligence de la Lumière Authentique dans l’homme, pourront résoudre définitivement l’équation de l’absurdité de notre civilisation, son non-sens absolu, et son manque d’Esprit et de lucidité, non pas et non plus par la raison qui a ses limites, ni par la compréhension, mais directement par le Feu de l’Éther pur et indifférencié, au Cœur du Cœur de notre Être, c’est-à-dire par ce que nous sommes réellement de toute Éternité: des Absolus!

          Aimé par 1 personne

        2. « …l’endurcissement et l’entêtement de ces forces sataniques, qui …s’il le fallait, jusqu’à entraîner l’ensemble de l’humanité vers l’extinction globale sous … »
          Avant de sombrer dans un pessimisme mortifère aux couleurs des ‘ténèbres’ qui est entrain de détruire le moral de tous nos lecteurs de ce forum. En ce début d’année, avoue que c’est pas bon pour le moral Pierre.
          Il faut regarder l’histoire et comprendre ce qu’elle nous enseigne.

          • Durant la guerre de Corée, le ‘Gaijin Shogun’, alias le demi Dieu, c’est à dire l’infame Gen Douglas Mc Arthur ainsi que le haut commandement US, avaient envisagé d’en finir avec la Chine -civilisation plusieur fois milinneaires-, et la Corée du Nord, en leur canardant des bombes nucléaires. A l’époque c’eut eté envisageable, en ce sens que les américains avaient une enorme puissance de feu, et n’avait pas grand chose à craindre, à part la vie de leur soldats. Toutefois le traité d’alliance entre Staline et Mao, mis fin à ces fantasmes, parce que Staline avait l’arme nucléaire. En conséquence le ‘Gaijin Shogun’ fut viré en 1951. Qu’ont fait les US ? Ben ils ont fait comme tout le monde, accepter le fait accompli.
          • Pendant la crise de Cuba oct 1962, une autre merde que seuls les US savent faire, un peu moins connue celle là, néanmoins trés celebre pour ceux qui suivent l’actualité militaire, c’est le gen Curtis LeMay

            Avec l’état major US il avait menacé d’utiliser l’arme nucléaire contre Cuba et l’URSS, décidement c’est une maladie chez les US. Mc Namara et les Kennedy avaient décidé de ne pas l’écouter, ils ont négocié comme tout le monde, avec Moscou. Finallement les missiles soviétiques ont été retirés de Cuba, et en contre partie les américains avaient retiré les leur de Turquie. Déçu enragé et amer, aprés son départ de l’état majors LeMay finira dans la politique avec le sinistre Walace, le LePen local, mais en puissance 13

          • Durant la guerre du Vietnam, il en a été de meme pour les américains, la tentation d’usiter l’arme nucléaire contre le petit Nord Vietnam. Cette géniale idée était sortie d’une émanation d’un Georges Amstrong Custer, c’est à dire le Gen Westmorland. Pareil, la realpolitik l’a emporté. Le fait que la Chine de Mao venait d’avoir sa bombe H, a quelque peu forcé les américains à changer de ton, en gros refroidit leurs ardeurs. Ainsi ils furent forcés à negocier, avec …des communistes. Qu’on fait finalement les américains ? Ils ont viré Westmorland, et se sont tous simplement retirés du Vietnam.

          • Pareil en 1973, US et israèliens voulaient utiliser l’arme nucléaire contre les arabes. Dés que l’URSS a mis en état d’alerte sa flotte nucléaire, les choses se sont calmées. Et tout le monde s’était résolue à négocier.

          A tout ceux qui écrivent et revent à chaque phrases qu’on va vers une guerre nucléaire, beaucoup n’ont jamais connu la guerre, et encore moins une guerre nucléaire.

          Une guerre atomique est en l’état inconcevable. Elle a eu lieu une fois, parce que les américains jouaient contre un adversaire qui ne l’avait pas. Aujourdh’ui, il n »y aucun moyen d’arreter un missile balistique, alors nucléaire pensez donc! Si les américains ont des milliers de tetes nucléaires contre tout ceux qui sont contre eux, les russes, chinois, nord coréens en ont des dizaines milliers braqués sur les Etats Unis. Autrement dit la disparition des anglo saxons.
          Depuis 1950, la menace de guerre nucléaire n’est que virtuelle, et elle est restée ainsi. Les capitalistes sont tout, des truands, des ordures de la plus basse espèce, de la pourriture, de la vermine, mais …ils sont loin d’etre fous!

          Aimé par 4 personnes

        3. ALERTE:QUELQUE CHOSE DE MASSIF VIENT D’ENTRER DANS L’ATMOSPHÈRE TERRESTRE ET CE N’EST PAS UN MÉTÉORE

          4 décembre 2017 ~ Michel Duchaine

          Les gens derrière la chaîne YouTube BPEarthWatch ont révélé qu’un objet énorme qui n’est pas un météore est entré dans l’atmosphère de la Terre le 2 décembre. BPEarthWatch surveille les données du radar météoritique qui arrivent, puis fournit des informations à ce sujet et jusqu’à présent, ils ont fait du bon travail. Dans la vidéo, l’opérateur de la chaîne explique que lorsque des objets ou des météores frappent l’atmosphère supérieure de la Terre, ils ont des signatures qui sont captées électroniquement par un émetteur VHF et un système de récepteur.

          UN VAISSEAU SPATIAL VOILÉ?

          Le système rebondit alors sur un signal de l’ionosphère de la Terre, et il peut identifier la traînée d’ionisation d’un objet entrant, qui peut ensuite être convertie en données tangibles. BPEarthWatch a dit que le signal reçu le 2 décembre n’avait pas Sporadic E, ce qui est un faux signal que l’on trouve seulement dans les mois d’été. Ils ont dit que ce qui était vu était quelque chose de très différent et c’était très grand et était arrivé très lentement. L’opérateur de la chaîne a déclaré que c’était quelque chose qui ne serait pas considéré comme normal et qu’ils n’étaient pas sûrs de ce que c’était. Ils ont continué en disant qu’il n’y avait pas eu de météores autour qui étaient si gros et qui viendraient sur Terre avec un signal qui durerait aussi longtemps. Il y a eu des discussions sur le fait que l’écho radar entendu pourrait avoir été au lancement d’une fusée ou peut-être c’était un OVNI. La vidéo ci-dessous vous permet d’entendre à quoi ressemble l’écho radar, un bruit de fréquence qui continue pendant un certain temps. Le graphique montre les pointes de la fréquence sonore ondulant de haut en bas.

          Very Strange Incoming Radar/Earth’s Atmosphere.

          Publiée le 2 déc. 2017
          Live Meteors showing continuous Radar Signals.
          http://www.BPEarthWatch.Com
          http://www.Livemeteors.com

          Une autre vidéo montre le son quelque 30 minutes plus tard de la vidéo précédente, et celui-ci a une narration sur le dessus. Ils continuent en expliquant que les sons et le graphique de cette vidéo sont considérés comme normaux, et que ce sont des météores ou des objets dans la haute atmosphère de la Terre et qu’ils sont montrés comme une traînée d’ionisation. La voix continue en expliquant que l’autre vidéo différait de celle-ci et qu’ils ne l’avaient jamais vue auparavant.

          Incoming Meteor Radar Update.

          Publiée le 2 déc. 2017

          http://www.BPEarthWatch.Com
          http://www.Livemeteors.com

          https://michelduchaine.com/2017/12/04/alertequelque-chose-de-massif-vient-dentrer-dans-latmosphere-terrestre-et-ce-nest-pas-un-meteore/

          J'aime

      2. Réseau Voltaire | Moscou (Russie) | 17 mars 2009

        Vu de Russie

        Le 11 septembre 2001 : une provocation mondiale

        par Général Leonid Ivashov

        Politologue russe influent, issu des milieux nationalistes, le général Léonid Ivashov était chef d’état-major des armées le 11 septembre 2001. Ce jour-là, il avait placé ses satellites en alerte pour observer les manœuvres militaires aériennes annoncées aux USA, mais c’est un tout autre spectacle auquel il fut confronté. Au vu des analyses de cet événement par ses experts, il a écarté l’hypothèse Al-Qaïda et conclu à une provocation de l’élite financière anglo-saxonne. Sur cette base, il a développé la vision stratégique russe du monde post-11-Septembre. Nous reproduisons ici un de ses articles, représentatif de sa pensée et de celle des officiers supérieurs russes. Le lecteur sera surpris de constater que ce qui est considéré comme un délire dans les pays de l’OTAN est une vérité d’évidence en Russie, comme d’ailleurs dans de nombreux autres régions du monde. Au-delà de la question d’établir la vérité, l’honnêteté intellectuelle exige de comprendre et d’accepter la relativité des points de vue. Cet article sera particulièrement précieux pour les militaires français au moment où le ministre de la Défense a engagé une chasse aux sorcières contre les enseignants de l’École de guerre qui ont osé rendre compte de la diversité des interprétations du 11-Septembre.

        L’expérience de l’humanité montre que le terrorisme apparaît partout où se produit à un moment donné une aggravation des contradictions, où les relations commencent à se dégrader au sein de la société et où l’ordre social change, où surgit l’instabilité politique, économique et sociale, où se libèrent des potentiels d’agressivité, où les valeurs morales périclitent, où triomphent le cynisme et le nihilisme, et où la criminalité explose.

        Les processus liés à la mondialisation créent des conditions favorables à ces phénomènes extrêmement dangereux. Ils entraînent un redécoupage de la carte géopolitique du monde, une redistribution des ressources planétaires, violent la souveraineté et effacent les frontières des États, démantèlent le droit international, anéantissent la diversité culturelle, appauvrissent la vie spirituelle et morale.

        Je pense que nous sommes en droit aujourd’hui de parler de crise systémique de la civilisation humaine. Elle se manifeste de manière particulièrement aiguë au niveau de l’interprétation philosophique de la vie. Ses manifestations les plus spectaculaires concernent le sens donné à la vie, l’économie et le domaine de la sécurité internationale.

        L’absence de nouvelles idées philosophiques, la crise morale et spirituelle, la déformation de la perception du monde, la diffusion de phénomènes amoraux contraires à la tradition, la course à l’enrichissement illimité et au pouvoir, la cruauté, conduisent l’humanité à la décadence et peut-être à la catastrophe.

        L’inquiétude, ainsi que le manque de perspectives de vie et de développement de nombreux peuples et états constituent un important facteur d’instabilité mondiale.

        L’essence de la crise économique se manifeste dans la lutte sans merci pour les ressources naturelles, dans les efforts déployés par les grandes puissances du monde, avant tout par les États-Unis d’Amérique, mais aussi par des entreprises multinationales pour soumettre à leurs intérêts les systèmes économiques d’autres États, prendre le contrôle des ressources de la planète et surtout des sources d’approvisionnement en hydrocarbures.

        La destruction du modèle multipolaire qui assurait l’équilibre des forces dans le monde a entraîné également la destruction du système de sécurité internationale, des normes et des principes qui régissaient les relations entre États, ainsi que du rôle de l’ONU et de son Conseil de sécurité.

        Aujourd’hui les États-Unis d’Amérique et l’OTAN se sont arrogés le droit de décider du destin d’autres États, de commettre des actes d’agression, de soumettre les principes de la Charte des Nations Unies à leur propre législation.

        Ce sont précisément les pays occidentaux qui, par leurs actions et agressions contre la République fédérale de Yougoslavie et l’Irak, ainsi qu’en permettant de toute évidence l’agression israélienne contre le Liban et en menaçant la Syrie, l’Iran et d’autres pays, ont libéré une énorme énergie de résistance, de vengeance et d’extrémisme, énergie qui a renforcé le potentiel de la terreur avant de se retourner, comme un boomerang, contre l’Occident.

        L’analyse de la substance des processus de mondialisation, ainsi que des doctrines politiques et militaires des États-Unis d’Amérique et d’autres États, permet de se convaincre que le terrorisme favorise la réalisation des objectifs de domination du monde et la soumission des États aux intérêts de l’oligarchie mondiale. Cela signifie qu’il ne constitue pas un sujet en tant que tel de la politique mondiale mais un simple instrument, le moyen d’instaurer un nouvel ordre unipolaire ayant un centre de commandement mondial unique, d’effacer les frontières nationales et d’assurer la domination d’une nouvelle élite mondiale. C’est elle qui constitue le sujet principal du terrorisme international, son idéologue et son « parrain ». C’est elle aussi qui s’efforce de diriger le terrorisme contre d’autres États, y compris contre la Russie.

        La principale cible de la nouvelle élite mondiale est la réalité naturelle, traditionnelle, historique et culturelle qui a jeté les bases du système de relations entre les États, de l’organisation de la civilisation humaine en États nationaux, de l’identité nationale.

        Le terrorisme international actuel est un phénomène qui consiste, pour des structures gouvernementales ou non gouvernementales, à utiliser la terreur comme moyen d’atteindre des objectifs politiques en terrorisant, déstabilisant les populations sur le plan socio-psychologique, en démotivant les structures du pouvoir d’État et en créant les conditions permettant de manipuler la politique de l’État et le comportement des citoyens.

        Le terrorisme est un moyen de faire la guerre de manière différente, non conventionnelle. Simultanément, le terrorisme, allié aux médias, se comporte comme un système de contrôle des processus mondiaux.
        C’est précisément la symbiose des médias et de la terreur qui crée les conditions favorables à des bouleversements dans la politique mondiale et dans la réalité existante.
        Si l’on examine dans ce contexte les événements du 11 septembre 2001 aux États-Unis d’Amérique, on peut en tirer les conclusions suivantes :

        l’attentat terroriste contre les tours jumelles du World Trade Center a modifié le cours de l’histoire du monde en détruisant définitivement l’ordre mondial issu des accords de Yalta-Potsdam ;
        il a délié les mains des États-Unis d’Amérique, de la Grande-Bretagne et d’Israël, leur permettant de mener des actions contre d’autres pays en faisant fi des règles de l’ONU et des accords internationaux ;
        il a stimulé l’amplification du terrorisme international.

        D’autre part, le terrorisme se présente comme un instrument radical de résistance aux processus de mondialisation, comme un moyen de lutte de libération nationale, de séparatisme, un moyen de résoudre les conflits entre les nations et entre les religions, ainsi que comme in instrument de lutte économique et politique.

        En Afghanistan, au Kosovo, en Asie centrale, au Proche Orient et dans le Caucase nous constatons que la terreur sert aussi à protéger des narcotrafiquants en déstabilisant leurs zones de passage.
        On peut constater que dans un contexte de crise systémique mondiale la terreur est devenue une sorte de culture de la mort, la culture de notre quotidien. Il a fait irruption dans la prospère Europe, tourmente la Russie, secoue le Proche-Orient et l’Extrême-Orient. Il favorise l’accoutumance de la communauté internationale à des ingérences violentes et illégales dans les affaires intérieures des États et à la destruction du système de sécurité internationale.

        La terreur engendre le culte de la force et lui soumet la politique, le comportement des gouvernements et de la population. Le plus effrayant est que le terrorisme a un grand avenir en raison de la nouvelle spirale de guerre qui s’annonce pour la redistribution des ressources mondiales et pour le contrôle des zones clé de la planète.
        Dans la stratégie de sécurité nationale des États-Unis d’Amérique, approuvée cette année par le Congrès états-unien, l’objectif avoué de la politique de Washington est « de s’assurer l’accès aux régions clé du monde, aux communications stratégiques et aux ressources mondiales », avec comme moyen pour y parvenir de procéder à des frappes préventives contre n’importe quel pays. Du point de vue du Congrès, les États-Unis d’Amérique peuvent donc adopter une doctrine de frappes nucléaires préventives qui s’apparente à du terrorisme nucléaire.

        Cela implique l’utilisation à grande échelle de substances nocives et d’armes de destruction massive. On ne s’embarrassera pas de scrupules pour choisir les moyens de répondre à une attaque. Pour se défendre les parties n’auront que le choix des moyens.

        La provocation par un acte terroriste devient un moyen d’atteindre des objectifs politiques d’ampleur globale, régionale et locale. Ainsi, une provocation organisée dans la localité de Rachic (Kosovo, Serbie) a fini par entraîner le changement de régime politique en Serbie et l’effondrement de la République fédérée de Yougoslavie, tout en servant de prétexte à l’agression de l’OTAN et à la séparation du Kosovo de la Serbie. Il s’agit d’une provocation d’ampleur régionale.

        Les explosions dans le métro de Londres, les désordres à Paris en 2005-2006 sont des provocations locales qui ont eu des répercussions sur la politique et l’opinion publique en Grande Bretagne et en France.
        Pratiquement chaque acte terroriste dissimule des forces politiques puissantes, des entreprises transnationales ou des structures criminelles ayant des objectifs précis. Et presque tous les actes terroristes, à l’exception des activités de libération nationale) sont en réalité des provocations.

        Même en Irak, les explosions dans les mosquées sunnites et shiites ne sont rien d’autre que des provocations organisées en vertu du principe « diviser pour régner ». Il en va de même de la prise en otage et de l’assassinat de membres de la mission diplomatique russe à Bagdad.

        L’acte terroriste commis à des fins de provocation est aussi ancien que l’humanité elle-même. Ce sont précisément des provocations terroristes qui ont servi de prétextes au déclenchement des deux guerres mondiales. Les événements du 11 septembre 2001 constituent une provocation mondiale. On peut parler d’opération d’ampleur mondiale. De telles opérations permettent en général de résoudre plusieurs problèmes mondiaux à la fois. On peut les définir comme suit :

        L’oligarchie financière mondiale et les États-Unis d’Amérique ont obtenu le droit non formel de recourir à la force contre n’importe quel État.

        Le rôle du Conseil de sécurité s’est trouvé dévalué. Il fait de plus en plus figure d’organisation criminelle complice de l’agresseur et alliée à la nouvelle dictature fasciste mondiale.

        Grâce à la provocation du 11 septembre, les États-Unis d’Amérique ont consolidé leur monopole mondial et ont obtenu l’accès à n’importe quelle région du monde et à ses ressources.

        Dans le déroulement d’une opération-provocation il y a toujours trois éléments obligatoires : le commanditaire, l’organisateur et l’exécutant. En ce qui concerne la provocation du 11 septembre et contrairement à l’opinion dominante, « Al-Qaida » ne pouvait être ni le commanditaire, ni l’organisateur, ne disposant pas des moyens financiers suffisants (et ils sont énormes) pour commander une action d’une telle ampleur.

        Toutes les opérations menées par cette organisation ne sont que des actions locales et assez primitives. Elle ne dispose pas des ressources humaines, d’un réseau d’agents suffisamment développé sur le territoire des États-Unis d’Amérique, pour réussir à pénétrer les dizaines de structures publiques et privées qui assurent le fonctionnement des transports aériens et veillent à sa sécurité. Al-Qaida ne saurait donc avoir été l’organisateur de cette opération (sinon à quoi peuvent bien servir le FBI et la CIA ?). Ces gens pourraient en revanche fort bien avoir été de simples exécutants de cet acte terroriste.

        À mon avis, le commanditaire de cette provocation pourrait avoir été l’oligarchie financière mondiale, dans le but d’installer une fois pour toutes « la dictature fasciste mondiale des banques » (l’expression appartient à l’économiste états-unien bien connu Lyndon LaRouche) et d’assurer le contrôle de ressources mondiales en hydrocarbures limitées. Il se serait agi par la même de s’assurer la domination mondiale pour longtemps.

        L’invasion de l’Afghanistan, riche en ressources gazières, de l’Irak et peut-être aussi de l’Iran, qui possèdent des réserves mondiales de pétrole, mais aussi l’instauration d’un contrôle militaire sur les communications pétrolières stratégiques et l’augmentation radicale du prix du pétrole sont des conséquences des événements du 11 septembre 2001.

        L’organisateur de l’opération pourrait avoir été un consortium bien organisé et abondamment financé formé de représentants (anciens et actuels) des services secrets, d’organisations maçonniques et d’employés des transports aériens.

        La couverture médiatique et juridique a été assurée par des organes de presse, des juristes et des politiciens stipendiés. Les exécutants ont été choisis sur la base de leur appartenance ethnique à la région qui possède les ressources naturelles d’importance mondiale.

        L’opération a réussi, les objectifs sont atteints.

        L’expression « terrorisme international » en tant que principale menace pour l’humanité a fait irruption dans le quotidien politique et social.
        Cette menace a été identifiée en la personne d’un islamiste, ressortissant d’un pays disposant d’énormes ressources en hydrocarbures.

        Le système international mis sur pied à l’époque où le monde était bipolaire a été détruit et les notions d’agression, de terrorisme d’État et de droit a la défense ont été altérées.

        Le droit des peuples de résister aux agressions et aux activités subversives des services secrets étrangers ainsi que de défendre leurs intérêts nationaux est foulé aux pieds.

        Toutes les garanties sont assurées en revanche aux forces qui cherchent à instaurer une dictature mondiale et à dominer le monde.
        Mais la guerre mondiale n’est pas encore finie. Elle a été provoquée le 11 septembre 2001 et elle n’est que le prélude à de grands événements à venir.

        Général Leonid Ivashov

        http://www.voltairenet.org/article159301.html

        Aimé par 2 personnes

        1. si c’est de l’ironie, le NORAD a bien organisé l’opération Northern Vigilance du 9 au 11 septembre 2001 qui simulait l’attaque des états-unis par la Russie et le détournement d’avions par des personnes avec des motifs politiques (Cuba parait-il).

          http://www.historycommons.org/entity.jsp?entity=operation_northern_vigilance

          http://brock911.wikia.com/wiki/Operation_Northern_Vigilance

          théorie de la coincidence 🙂

          Aimé par 1 personne

  14. Strategika, guerre civile nord-américaine? bon, là, donnez votre avis sur le memo! oui, c’est une injonction 🙂 vous en avez forcément déjà entendu parler!

    pire que le watergate, qui avait quand même pour objectif de dégommer hors des élections nixon?

    Aimé par 3 personnes

        1. je vous ai déjà parlé de Q. de toute évidence un allié proche de Donald Trump qui est au courant de ce que Donald Trump manigance depuis des mois. parait que Donald Trump aurait le soutien des US Marines. ce qui est factuel c’est qu’il est entouré d’une garde prétorienne de généraux, pour le meilleur ou pour le pire..

          http://www.moonofalabama.org/2017/09/trumps-insurgency.html

          ce qu’il s’est passé c’est que, baraque-à-frite a monté une opération de surveillance de Donald Trump et de son équipe pendant la campagne présidentielle de 2016!

          c’est déjà sorti sur réseau voltaire, évidemment, les vrais savent 🙂

          15 mars 2017 http://www.voltairenet.org/article195626.html
          20 mars 2017 http://www.voltairenet.org/article195667.html

          note que ‘Les liens entre le Royaume-Uni et l’administration Obama sont d’autant plus forts que Londres a financé le début de la campagne électorale présidentielle de Barack Obama.’

          cela fait référence au fait que baraque-à-frite EST bel et bien un citoyen de la couronne britannique, étant donné qu’il est né au Kenya. oh c’est bon, il est perfide comme un anglais donc c’est ok 🙂

          le rapport du ‘christopher steele’ dont il est question dans le memo, et c’est ce rapport qui a servi à lancer la campagne médiatique sur la collusion entre trump et ‘les Russes!’

          http://www.voltairenet.org/IMG/pdf/Christopher_Steele_Report_on_Donald_Trump.pdf

          là, tu retrouves la chronologie de ce qu’il s’est passé!

          c’est bien possible que ce soit le pire scandale politique dans l’histoire des états-unis,

          false flag pour entrer en guerre mis à part (1898, 1916, 1941, 1964, 1991, attaque nucléaire du 11 septembre 2001, 2003, 2013 failli en Syrie, 2017 failli en Syrie)

          ce ‘thread’ explique ce qu’il s’est passé bien mieux que ce que j’ai fait 🙂

          ce serait plus que décevant s’il ne se passe rien dans les jours qui viennent! et le pire c’est qu’avec l’Internet, reddit, twitter, l’histoire ne vas s’évaporer d’elle même..

          Aimé par 2 personnes

      1. pour l’instant ce ne sont que des supposition !
        je les croit certes fondées mais je ne crois pas un seul instant que cela iras au delà d’une menace envers ce groupe malfaisant !
        il y a trop de personne compromis . si tout était révéler le système s’effondrerait et les généraux veulent garder pouvoir donc le contrôle !

        Aimé par 1 personne

        1. La situation est bien plus complexe et ça se fissure de partout.
          Le shutdown n’a pas suffit:
          Ils vont mobiliser a nouveau les femmes contre Trump avec tenez vous bien Natalie Portman dans le rôle d’une nouvelle Steinberg. Cela devient très ridicule.
          Je soutiens qu’il y a un sérieux conflit entre Trump et l’establishment qui ne peut se terminer que par un drame.
          Le camp Obama/Clinton et ses soutiens sont toujours actifs.
          Trump a beau avoir tenté d’amadouer l’AIPAC et consorts, son entourage le trahit. Son beau-fils connait ses véritables orientations politiques et n’hésite pas à le torpiller dès que la première occasion se présente.
          Nixon avait une approche plus dure, plus intransigeante et plus tranchée (old school)et n’a pas résisté aux embrouilles du Watergate.
          Reagan s’est fait tirer dessus dès l’entrée de jeu.
          Trump a adopté une autre approche proche de celle de la télé-réalité et show…on verra si cela va le sauver.

          Aimé par 2 personnes

        2. la situation de Donald Trump est différente. contrairement à Reagan et Nixon, Trump est au pouvoir à un moment particulier: l’ère de l’information et de l’Internet. depuis 2016 Trump bénéficie d’une base politique très motivée, et avec ce qui est en train de sortir sur l’affaire obamagate, la surveillance de trump par la maison blanche, le gchq, la cia, le fbi, les pro-trump vont être pire que motivés, enragés 🙂

          trump doit aussi bénéficier du soutien sans équivoque de factions à l’intérieur du ‘deep state’, des militaires.. mais quel est leur poids face à la fine équipe?

          Aimé par 2 personnes

  15. Un combat sans merci est engagé. Les States ne reculeront que battus, comme au Vietnâm. Souhaitons que M. Poutine connaissait les conséquences de l’intervention russe en Syrie avant de la lancer et qu’il a de quoi faire front. Le confrontation est programmée, les États Unis ne pouvant accepter sans combattre leur abaissement militaire. Le pire est donc devant nous. Nous Français qui sommes les vassaux de cet empire en capilotade. Alea jacta est.

    Aimé par 3 personnes

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.