Pic of the day

The most corrupt parliament in the world: the U.S Congress! 

Publicités

5 commentaires

  1. Why is there now another American president determined to incite wars and, above all, to stir up hostility against Germany to the point of war? National Socialism came to power in Germany in the same year [1933] that Roosevelt came to power in the United States. At this point it is important to examine the factors behind current developments.

    First of all, the personal side of things: I understand very well that there is a world of difference between my own outlook on life and attitude, and that of President Roosevelt. Roosevelt came from an extremely wealthy family. By birth and origin he belonged to that class of people that is privileged in a democracy and assured of advancement. I myself was only the child of a small and poor family, and I had to struggle through life by work and effort in spite of immense hardships.

    As a member of the privileged class, Roosevelt experienced the [First] World War in a position under Wilson’s shadow [as assistant secretary of the Navy]. As a result, he only knew the agreeable consequences of a conflict between nations from which some profited while others lost their lives.

    During this same period, I lived very differently. I was not one of those who made history or profits, but rather one of those who carried out orders. As an ordinary soldier during those four years, I tried to do my duty in the face of the enemy. Of course, I returned from the war just as poor as when I entered in the fall of 1914. I thus shared my fate with millions of others, while Mr. Roosevelt shared his with the so-called upper ten thousand.

    After the war, while Mr. Roosevelt tested his skills in financial speculation in order to profit personally from the inflation, that is, from the misfortune of others, I still lay in a military hospital along with many hundreds of thousands of others. Experienced in business, financially secure and enjoying the patronage of his class, Roosevelt then finally chose a career in politics. During this same period, I struggled as a nameless and unknown man for the rebirth of my nation, which was the victim of the greatest injustice in its entire history.

    Two different paths in life! Franklin Roosevelt took power in the United States as the candidate of a thoroughly capitalistic party, which helps those who serve it. When I became the Chancellor of the German Reich, I was the leader of a popular national movement, which I had created myself. The powers that supported Mr. Roosevelt were the same powers I fought against, out of concern for the fate of my people, and out of deepest inner conviction. The « brain trust » that served the new American president was made up of members of the same national group that we fought against in Germany as a parasitical expression of humanity, and which we began to remove from public life.

    And yet, we also had something in common: Franklin Roosevelt took control of a country with an economy that had been ruined as a result of democratic influences, and I assumed the leadership of a Reich that was also on the edge of complete ruin, thanks to democracy. There were 13 million unemployed in the United States, while Germany had seven million unemployed and another seven million part-time workers. In both countries, public finances were in chaos, and it seemed that the spreading economic depression could not be stopped.

    From then on, things developed in the United States and in the German Reich in such a way that future generations will have no difficulty in making a definitive evaluation of the two different socio-political theories. Whereas the German Reich experienced an enormous improvement in social, economic, cultural and artistic life in just a few years under National Socialist leadership, President Roosevelt was not able to bring about even limited improvements in his own country.

    This task should have been much easier in the United States, with barely 15 people per square kilometer, as compared to 140 in Germany. If economic prosperity is not possible in that country, it must be the result of either a lack of will by the ruling leadership or the complete incompetence of the men in charge. In just five years, the economic problems were solved in Germany and unemployment was eliminated. During this same period, President Roosevelt enormously increased his country’s national debt, devalued the dollar, further disrupted the economy and maintained the same number of unemployed.

    But this is hardly remarkable when one realizes that the intellects appointed by this man, or more accurately, who appointed him, are members of that same group who, as Jews, are interested only in disruption and never in order. While we in National Socialist Germany took measures against financial speculation, it flourished tremendously under Roosevelt. The New Deal legislation of this man was spurious, and consequently the greatest error ever experienced by anyone. If his economic policies had continued indefinitely during peace time, there is no doubt that sooner or later they would have brought down this president, in spite of all his dialectical cleverness. In a European country his career would certainly have ended in front of a national court for recklessly squandering the nation’s wealth. And he would hardly have avoided a prison sentence by a civil court for criminally incompetent business management.

    Many respected Americans also shared this view. A threatening opposition was growing all around this man, which led him to think that he could save himself only by diverting public attention from his domestic policies to foreign affairs. In this regard it is interesting to study the reports of Polish Ambassador Potocki from Washington, which repeatedly point out that Roosevelt was fully aware of the danger that his entire economic house of cards could collapse, and that therefore he absolutely had to divert attention to foreign policy.

    The circle of Jews around Roosevelt encouraged him in this. With Old Testament vindictiveness they regarded the United States as the instrument that they and he could use to prepare a second Purim [slaughter of enemies] against the nations of Europe, which were increasingly anti-Jewish. So it was that the Jews, in all of their satanic baseness, gathered around this man, and he relied on them.

    The American president increasingly used his influence to create conflicts, intensify existing conflicts, and, above all, to keep conflicts from being resolved peacefully. For years this man looked for a dispute anywhere in the world, but preferably in Europe, that he could use to create political entanglements with American economic obligations to one of the contending sides, which would then steadily involve America in the conflict and thus divert attention from his own confused domestic economic policies.

    His actions against the German Reich in this regard have been particularly blunt. Starting in 1937, he began a series of speeches, including a particularly contemptible one on October 5, 1937, in Chicago, with which this man systematically incited the American public against Germany . He threatened to establish a kind of quarantine against the so-called authoritarian countries. As part of this steady and growing campaign of hate and incitement, President Roosevelt made another insulting statement [on Nov. 15, 1938] and then called the American ambassador in Berlin back to Washington for consultations.

    Starting in November 1938, he began systematically and consciously to sabotage every possibility of a European peace policy. In public he hypocritically claimed to be interested in peace while at the same time he threatened every country that was ready to pursue a policy of peaceful understanding by blocking credits, economic reprisals, calling in loans, and so forth. In this regard, the reports of the Polish ambassadors in Washington, London, Paris and Brussels provide a shocking insight.

    This man increased his campaign of incitement in January 1939. In a message to the U.S. Congress he threatened to take every measure short of war against the authoritarian countries.

    He repeatedly claimed that other countries were trying to interfere in American affairs, and he talked a lot about upholding the Monroe Doctrine. Starting in March 1939 he began lecturing about internal European affairs that were of no concern of the President of the United States. In the first place, he doesn’t understand these problems, and secondly, even if he did understand them and appreciated the historical circumstances, he has no more right to concern himself with central European affairs than the German head of state has to take positions on or make judgments about conditions in the United States.

    Mr. Roosevelt went even beyond that. Contrary to the rules of international law, he refused to recognize governments he didn’t like, would not accept new ones, refused to dismiss ambassadors of non-existent countries, and even recognized them as legal governments. He went so far as to conclude treaties with these ambassadors, which then gave him the right to simply occupy foreign territories [Greenland and Iceland ].

    On April 15, 1939, Roosevelt made his famous appeal to me and the Duce [Mussolini], which was a mixture of geographical and political ignorance combined with the arrogance of a member of the millionaire class. We were called upon to make declarations and to conclude non-aggression pacts with a number of countries, many of which were not even independent because they had either been annexed or turned into subordinate protectorates by countries [Britain and France] allied with Mr. Roosevelt.

    You will recall, my Deputies, that then [on April 28, 1939] I gave a polite but straightforward answer to this obtrusive gentleman, which succeeded in stopping, at least for a few months, the storm of chatter from this unsophisticated warmonger.

    But now the honorable wife [Eleanor] took his place. She and her sons [she said] refused to live in a world such as ours. That is at least understandable, for ours is world of work and not one of deceit and racketeering. After a short rest, though, he was back at it.

    On November 4, 1939, the Neutrality Act was revised and the arms embargo was repealed in favor of a one-sided supply [of weapons] to Germany’s adversaries. In the same way, he pushed in eastern Asia for economic entanglements with China that would eventually lead to effective common interests.

    On April 9 [1940] he froze all Norwegian and Danish assets [in the U.S.] on the lying pretext of wanting to keep them from falling into German hands, even though he knew full well, for example, that Germany has not interfered with, much less taken control of, the Danish government’s administration of its financial affairs. Along with the other governments in exile, Roosevelt now recognized one for Norway.

    On May 15, 1940, Dutch and Belgian governments in exile were also recognized, and at the same time Dutch and Belgian assets [in the USA ] were frozen.

    And now he feared that if peace were to come about in Europe, the billions he had squandered on military spending would soon be recognized as an obvious case of fraud, because no one would attack America unless America itself provoked the attack.

    On June 17, 1940, the President of the United States froze French assets [in the USA] in order, so he said, to keep them from being seized by Germany, but in reality to get hold of the gold that was being brought from Casablanca on an American cruiser.

    In July 1940 Roosevelt began to take many new measures toward war, such as permitting the service of American citizens in the British air force and the training of British air force personnel in the United States.

    In August 1940 a joint military policy for the United States and Canada was established. In order to make the establishment of a joint American-Canadian defense committee plausible to at least the stupidest people, Roosevelt periodically invented crises and acted as if America was threatened by immediate attack. He would suddenly cancel trips and quickly return to Washington and do similar things in order to emphasize the seriousness of the situation to his followers, who really deserve pity.

    He moved still closer to war in September 1940 when he transferred fifty American naval destroyers to the British fleet, and in return took control of military bases on British possessions in North and Central America. Future generations will determine the extent to which, along with all this hatred against socialist Germany, the desire to easily and safely take control of the British empire in its hour of disintegration may have also played a role.

    After Britain was no longer able to pay cash for American deliveries he imposed the Lend-Lease Act on the American people. As President, he thereby obtained the authority to furnish lend-lease military aid to countries that he, Roosevelt, decided it was in America’s vital interests to defend. After it became clear that Germany would not respond under any circumstances to his continued boorish behavior, this man took another step forward in March 1941.

    As early as December 19, 1939, an American cruiser [the Tuscaloosa] that was inside the security zone maneuvered the [German] passenger liner Columbus into the hands of British warships. As a result, it had to be scuttled. On that same day, US military forces helped in an effort to capture the German merchant ship Arauca.

    On January 27, 1940, and once again contrary to international law, the US cruiser Trenton reported the movements of the German merchant ships Arauca, La Plata and Wangoni to enemy naval forces.

    On June 27, 1940, he announced a limitation on the free movement of foreign merchant ships in US ports, completely contrary to international law.

    In November 1940 he permitted US warships to pursue the German merchant ships Phrygia, Idarwald and Rhein until they finally had to scuttle themselves to keep from falling into enemy hands.

    On April 13, 1941, American ships were permitted to pass freely through the Red Sea in order to supply British armies in the Middle East.

    In the meantime, in March [1941] all German ships were confiscated by the American authorities. In the process, German Reich citizens were treated in the most degrading way, ordered to certain locations in violation of international law, put under travel restrictions, and so forth. Two German officers who had escaped from Canadian captivity [to the United States] were shackled and returned to the Canadian authorities, likewise completely contrary to international law.

    On March 27 [1941] the same president who is [supposedly] against all aggression announced support for [General] Simovic and his clique of usurpers [in Yugoslavia], who had come to power in Belgrade after the overthrow of the legal government. Several months earlier, President Roosevelt had sent [OSS chief] Colonel Donovan, a very inferior character, to the Balkans with orders to help organize an uprising against Germany and Italy in Sofia [Bulgaria] and Belgrade.

    In April he [Roosevelt] promised lend-lease aid to Yugoslavia and Greece. At the end of April he recognized Yugoslav and Greek emigrants as governments in exile. And once again, in violation of international law, he froze Yugoslav and Greek assets.

    Starting in mid-April [1941] US naval patrols began expanded operations in the western Atlantic, reporting their observations to the British.

    On April 26, Roosevelt delivered twenty high speed patrol boats to Britain. At the same time, British naval ships were routinely being repaired in US ports.

    On May 12, Norwegian ships operating for Britain were armed and repaired [in the USA], contrary to international law. On June 4, American troop transports arrived in Greenland to build air fields.

    And on June 9 came the first British report that a US war ship, acting on orders of President Roosevelt, had attacked a German submarine near Greenland with depth charges.

    On June 14, German assets in the United States were frozen, again in violation of international law.

    On June 17, on the basis of a lying pretext, President Roosevelt demanded the recall of the German consuls and the closing of the German consulates. He also demanded the shutting down of the German « Transocean » press agency, the German Library of Information [in New York] and the German Reichsbahn [national railway] office.

    On July 6 and 7 [1941], American armed forces acting on orders from Roosevelt occupied Iceland, which was in the area of German military operations. He hoped that this action would certainly, first, finally force Germany into war [against the USA] and, second, also neutralize the effectiveness of the German submarines. At the same time, he promised military aid to the Soviet Union.

    On July 10 Navy Secretary Knox suddenly announced that the US Navy was under orders to fire against Axis warships.

    On September 4 the US destroyer Greer, acting on his orders, operated together with British airplanes against German submarines in the Atlantic.

    Five days later, a German submarine identified US destroyers as escort vessels with a British convoy.

    In a speech delivered on September 11 [1941], Roosevelt at last personally confirmed that he had given the order to fire against all Axis ships, and he repeated the order.

    On September 29, US patrols attacked a German submarine east of Greenland with depth charges.

    On October 17 the US destroyer Kearny, operating as an escort for the British, attacked a German submarine with depth charges.

    And on November 6 US armed forces seized the German ship Odenwald in violation of international law, took it to an American port, and imprisoned its crew.

    I will overlook as meaningless the insulting attacks and rude statements by this so-called President against me personally. That he calls me a gangster is particularly meaningless, since this term did not originate in Europe, where such characters are uncommon, but in America. And aside from that, I simply cannot feel insulted by Mr. Roosevelt because I regard him, like his predecessor Woodrow Wilson, as mentally unsound.

    We know that this man, with his Jewish supporters, has operated against Japan in the same way. I don’t need to go into that here. The same methods were used in that case as well. This man first incites to war, and then he lies about its causes and makes baseless allegations. He repugnantly wraps himself in a cloak of Christian hypocrisy, while at the same time slowly but very steadily leading humanity into war. And finally, as an old Freemason, he calls upon God to witness that his actions are honorable. His shameless misrepresentations of truth and violations of law are unparalleled in history.

    I am sure that all of you have regarded it as an act of deliverance that a country [Japan] has finally acted to protest against all this in the very way that this man had actually hoped for, and which should not surprise him now [the attack on Pearl Harbor]. After years of negotiating with this deceiver, the Japanese government finally had its fill of being treated in such a humiliating way. All of us, the German people and, I believe, all other decent people around the world as well, regard this with deep appreciation.

    We know the power behind Roosevelt. It is the same eternal Jew that believes that his hour has come to impose the same fate on us that we have all seen and experienced with horror in Soviet Russia. We have gotten to know first hand the Jewish paradise on earth. Millions of German soldiers have personally seen the land where this international Jewry has destroyed and annihilated people and property. Perhaps the President of the United States does not understand this. If so, that only speaks for his intellectual narrow-mindedness.

    And we know that his entire effort is aimed at this goal: Even if we were not allied with Japan, we would still realize that the Jews and their Franklin Roosevelt intend to destroy one state after another. The German Reich of today has nothing in common with the Germany of the past. For our part, we will now do what this provocateur has been trying to achieve for years. And not just because we are allied with Japan, but rather because Germany and Italy with their present leaderships have the insight and strength to realize that in this historic period the existence or non-existence of nations is being determined, perhaps for all time. What this other world has in store for us is clear. They were able to bring the democratic Germany of the past to starvation, and they seek to destroy the National Socialist Germany of today.

    When Mr. Churchill and Mr. Roosevelt declare that they want to one day build a new social order, that’s about the same as a bald-headed barber recommending a tonic guaranteed to make hair grow. Rather than incite war, these gentlemen, who live in the most socially backward countries, should have concerned themselves with their own unemployed people. They have enough misery and poverty in their own countries to keep themselves busy insuring a just distribution of food there. As far as the German nation is concerned, it doesn’t need charity, either from Mr. Churchill or Mr. Roosevelt — but it does demand its rights. And it will do what it must to insure its right to life, even if a thousand Churchills and Roosevelts conspire together to prevent it.

    Our nation has a history of nearly two thousand years. Never in this long period has it been so united and determined as it is today, and thanks to the National Socialist movement it will always be that way. At the same time, Germany has perhaps never been as far-sighted, and seldom as conscious of honor. Accordingly, today I had the passports returned to the American charge d’affaires, and he was bluntly informed of the following:

    President Roosevelt’s steadily expanding policy has been aimed at an unlimited world dictatorship. In pursuing this goal, the United States and Britain have used every means to deny the German, Italian and Japanese nations the prerequisites for their vital natural existence. For this reason, the governments of Britain and the United States have opposed every effort to create a new and better order in the world, for both the present and the future.

    Since the beginning of the war, the American President Roosevelt has steadily committed ever more serious crimes against international law. Along with illegal attacks against ships and other property of German and Italian citizens, there have been threats and even arbitrary deprivations of personal freedom by internment and such. The increasingly hostile attacks by the American President Roosevelt have reached the point that he has ordered the U.S. navy, in complete violation of international law, to immediately and everywhere attack, fire upon and sink German and Italian ships. American officials have even boasted about destroying German submarines in this criminal manner.

    American cruisers have attacked and captured German and Italian merchant ships, and their peaceful crews were taken away to imprisonment In addition, President Roosevelt’s plan to attack Germany and Italy with military forces in Europe by 1943 at the latest was made public in the United States [by the Chicago Tribune and several other newspapers on Dec. 4, 1941], and the American government made no effort to deny it.

    Despite the years of intolerable provocations by President Roosevelt, Germany and Italy sincerely and very patiently tried to prevent the expansion of this war and to maintain relations with the United States. But as a result of his campaign, these efforts have failed.

    Adolf Hitler
    Reichstag Speech
    December 11, 1941

    J'aime

    1. @Don Hobbard
      Pourquoi un autre président américain a-t-il déterminé à inciter à la guerre et, avant tout, à susciter l’hostilité contre l’Allemagne au point de la guerre? Le socialisme national est arrivé au pouvoir en Allemagne la même année [1933] que Roosevelt est venu au pouvoir aux États-Unis. À ce stade, il est important d’examiner les facteurs qui sous-tendent les développements actuels.

      Tout d’abord, le côté personnel des choses: je comprends très bien qu’il y a un monde de différence entre ma propre vision de la vie et de l’attitude, et celle du président Roosevelt. Roosevelt est venu d’une famille extrêmement riche. Par naissance et origine, il appartenait à cette classe de personnes privilégiée dans une démocratie et assurée d’avancement. Je n’étais moi-même que l’enfant d’une famille petite et pauvre, et je devais lutter par la vie par le travail et l’effort malgré les immenses difficultés.

      En tant que membre de la classe privilégiée, Roosevelt a connu la [Première] Guerre mondiale dans une position sous l’ombre de Wilson [comme secrétaire adjoint de la Marine]. En conséquence, il savait seulement les conséquences agréables d’un conflit entre des nations dont certaines ont profité alors que d’autres ont perdu la vie.

      Pendant cette même période, j’ai vécu très différemment. Je n’étais pas l’un de ceux qui ont fait de l’histoire ou des bénéfices, mais plutôt de ceux qui ont exécuté des ordres. En tant que soldat ordinaire pendant ces quatre années, j’ai essayé de faire mon devoir face à l’ennemi. Bien sûr, je suis revenu de la guerre aussi pauvre que lorsque je suis entré à l’automne de 1914. J’ai partagé mon sort avec des millions d’autres, alors que M. Roosevelt partageait le sien avec les soi-disant dix mille.

      Après la guerre, alors que M. Roosevelt a testé ses compétences en spéculation financière afin de profiter personnellement de l’inflation, c’est-à-dire du malheur des autres, je me suis retrouvé dans un hôpital militaire avec plusieurs centaines de milliers d’autres. Expérimenté dans les affaires, financièrement sécurisé et en profitant du patronage de sa classe, Roosevelt a finalement choisi une carrière en politique. Pendant cette même période, j’ai lutté comme un homme sans nom et inconnu pour la renaissance de ma nation, victime de la plus grande injustice dans toute son histoire.

      Deux chemins différents dans la vie! Franklin Roosevelt a pris le pouvoir aux États-Unis en tant que candidat d’un parti complètement capitaliste, qui aide ceux qui le servent. Quand je suis devenu le chancelier du Reich allemand, j’étais le chef d’un mouvement national populaire que j’avais créé moi-même. Les pouvoirs qui soutenaient M. Roosevelt étaient les mêmes pouvoirs dont je me suis battues, préoccupés par le sort de mon peuple et par la plus profonde conviction intérieure. La «confiance du cerveau» qui a servi le nouveau président américain était composée de membres du même groupe national que nous avions combattu en Allemagne en tant qu’expression parasite de l’humanité et que nous avons commencé à retirer de la vie publique.

      Et pourtant, nous avons également eu quelque chose en commun: Franklin Roosevelt a pris le contrôle d’un pays avec une économie qui avait été ruinée à la suite d’influences démocratiques, et j’ai assumé la direction d’un Reich qui était également au bord de la ruine complète, merci À la démocratie. Il y avait 13 millions de chômeurs aux États-Unis, tandis que l’Allemagne comptait sept millions de chômeurs et sept autres travailleurs à temps partiel. Dans les deux pays, les finances publiques étaient dans le chaos, et il semblait que la propagation de la dépression économique ne pouvait être arrêtée.

      Dès lors, les choses se sont développées aux États-Unis et dans le Reich allemand de telle sorte que les générations futures n’auront aucune difficulté à faire une évaluation définitive des deux théories sociopolitiques différentes. Alors que le Reich allemand a connu une énorme amélioration de la vie sociale, économique, culturelle et artistique en quelques années sous la direction du National Socialist, le Président Roosevelt n’a pu apporter des améliorations même limitées dans son propre pays.

      Cette tâche aurait dû être beaucoup plus facile aux États-Unis, avec seulement 15 personnes par kilomètre carré, contre 140 en Allemagne. Si la prospérité économique n’est pas possible dans ce pays, elle doit résulter soit du manque de volonté de la direction ou de l’incompétence totale des hommes en charge. En seulement cinq ans, les problèmes économiques ont été résolus en Allemagne et le chômage a été éliminé. Au cours de cette même période, le président Roosevelt a énormément augmenté la dette nationale de son pays, a dévalué le dollar, a encore perturbé l’économie et maintenu le même nombre de chômeurs.

      Mais ce n’est guère remarquable quand on se rend compte que les intellectuels nommés par cet homme, ou plus précisément, qui l’ont nommé, sont membres de ce même groupe qui, en tant que Juifs, ne s’intéresse qu’aux perturbations et jamais dans l’ordre. Tandis que nous, en Allemagne national-socialiste, prenions des mesures contre la spéculation financière, il a grandement progressé sous Roosevelt. La législation New Deal de cet homme était fausse et, par conséquent, la plus grande erreur jamais rencontrée par personne. Si ses politiques économiques se sont poursuivies indéfiniment pendant le temps de paix, il ne fait aucun doute que tôt ou tard, ils auraient abattu ce président, malgré toute son habileté dialectique. Dans un pays européen, sa carrière aurait certainement pris fin devant une juridiction nationale pour gaspiller imprudemment la richesse de la nation. Et il aurait difficilement évité une peine de prison par un tribunal civil pour une gestion commerciale pénalement incompétente.

      Beaucoup d’Américains respectés ont également partagé ce point de vue. Une opposition menaçante s’est développée autour de cet homme, ce qui l’a amené à penser qu’il ne pourrait se sauver qu’en détournant l’attention du public de ses politiques intérieures aux affaires étrangères. À cet égard, il est intéressant d’étudier les rapports de l’ambassadeur de Pologne Potocki de Washington, qui soulignent à maintes reprises que Roosevelt était pleinement conscient du danger que toute sa maison de cartes économique puisse s’effondrer et qu’il fallait donc détourner l’attention sur les étrangers politique.

      Le cercle des juifs autour de Roosevelt l’a encouragé dans ce domaine. Avec la vindicte de l’Ancien Testament, ils considéraient les États-Unis comme l’instrument qu’ils pouvaient utiliser pour préparer un second purim [massacre d’ennemis] contre les nations d’Europe, de plus en plus anti-juif. C’est ainsi que les Juifs, dans toute leur bassesse satanique, se sont rassemblés autour de cet homme, et il s’est appuyé sur eux.

      Le président américain a de plus en plus utilisé son influence pour créer des conflits, intensifier les conflits existants et surtout éviter que les conflits ne soient résolus pacifiquement. Pendant des années, cet homme a cherché un différend partout dans le monde, mais de préférence en Europe, qu’il pourrait utiliser pour créer des enchevêtrements politiques avec les obligations économiques américaines envers l’un des côtés en contestation, ce qui impliquerait alors l’Amérique dans le conflit et détournera l’attention De ses propres politiques économiques domestiques confuses.

      Ses actions contre le Reich allemand à cet égard ont été particulièrement flagrantes. À partir de 1937, il a commencé une série de discours, dont un particulièrement méprisable le 5 octobre 1937 à Chicago, avec lequel cet homme a incité systématiquement le public américain contre l’Allemagne . Il a menacé d’établir une sorte de quarantaine contre les soi-disant pays autoritaires. Dans le cadre de cette campagne constante et croissante de haine et d’incitation, le président Roosevelt a fait une autre déclaration insultante [le 15 novembre 1938] et a ensuite appelé l’ambassadeur américain à Berlin à Washington pour des consultations.

      À partir de novembre 1938, il commença systématiquement et consciemment à saboter toutes les possibilités d’une politique de paix européenne. En public, il prétendait hypocritement s’intéresser à la paix et, en même temps, il menaçait tous les pays qui étaient prêts à adopter une politique de compréhension pacifique en bloquant les crédits, les représailles économiques, les appels à des prêts, etc. À cet égard, les rapports des ambassadeurs polonais à Washington, à Londres, à Paris et à Bruxelles fournissent une vision choquante.

      Cet homme a augmenté sa campagne d’incitation en janvier 1939. Dans un message adressé au Congrès des États-Unis, il a menacé de prendre toutes les mesures à la mesure de la guerre contre les pays autoritaires.

      Il a affirmé à maintes reprises que d’autres pays tentaient d’interférer dans les affaires américaines, et il a beaucoup parlé de la doctrine de Monroe. À partir de mars 1939, il a commencé à donner des conférences sur les affaires européennes internes qui ne concernaient pas le président des États-Unis. En premier lieu, il ne comprend pas ces problèmes et, deuxièmement, même s’il les a compris et apprécié les circonstances historiques, il n’a plus le droit de s’intéresser aux affaires de l’Europe centrale que le chef de l’Etat allemand doit prendre des positions Sur ou de juger des conditions aux États-Unis.

      M. Roosevelt est allé au-delà de cela. Contrairement aux règles du droit international, il a refusé de reconnaître les gouvernements qu’il n’a pas aimés, n’accepterait pas de nouveaux, refuserait de renvoyer les ambassadeurs de pays inexistants et même les reconnaissait comme des gouvernements légaux. Il est allé jusqu’à conclure des traités avec ces ambassadeurs qui lui ont alors donné le droit d’occuper simplement des territoires étrangers [le Groenland et l’Islande ].

      Le 15 avril 1939, Roosevelt m’a fait son célèbre attrait et le Duce [Mussolini], qui était un mélange d’ignorance géographique et politique combiné à l’arrogance d’un membre de la classe millionnaire. Nous avons été appelés à faire des déclarations et à conclure des pactes de non-agression avec un certain nombre de pays, dont beaucoup n’étaient même pas indépendants parce qu’ils avaient été annexés ou transformés en protectorats subalternes par des pays [la Grande-Bretagne et la France] alliés à M. Roosevelt.

      Vous vous souviendrez, mes Délégués, que [le 28 avril 1939] j’ai donné une réponse polie mais directe à ce monstrueux monstrueux, qui a réussi à arrêter, au moins pendant quelques mois, la tempête de bavardage de ce guerrier flamboyant.

      Mais maintenant, l’honorable épouse [Eleanor] a pris sa place. Elle et ses fils [elle a dit] ont refusé de vivre dans un monde tel que le nôtre. C’est au moins compréhensible, car le nôtre est un monde de travail et pas de tromperie et de racket. Après un court repos, cependant, il était de retour.

      Le 4 novembre 1939, la loi sur la neutralité a été révisée et l’embargo sur les armes a été abrogé en faveur d’une fourniture unilatérale [d’armes] aux adversaires allemands. De la même manière, il a poussé l’Asie de l’Est à des enchevêtrements économiques avec la Chine qui finirait par générer des intérêts communs efficaces.

      Le 9 avril [1940], il a gelé tous les atouts norvégiens et danois [aux États-Unis] sous le prétexte de vouloir les empêcher de tomber dans les mains allemandes, même s’il savait très bien, par exemple, que l’Allemagne n’a pas gêné, Beaucoup moins pris de contrôle, l’administration du gouvernement danois de ses affaires financières. Avec les autres gouvernements en exil, Roosevelt a maintenant reconnu un pour la Norvège.

      Le 15 mai 1940, les gouvernements néerlandais et belges en exil ont également été reconnus et, en même temps, les actifs néerlandais et belges [aux États-Unis] ont été gelés.

      Et maintenant, il craignait que, si la paix devait se produire en Europe, les milliards qu’il avait gaspillés sur les dépenses militaires seraient bientôt reconnus comme un cas évident de fraude, car personne n’attaquerait l’Amérique à moins que l’Amérique ne provoquât l’attaque.

      Le 17 juin 1940, le président des États-Unis a gelé les avoirs français [aux États-Unis] afin qu’il les ait empêchés d’être saisis par l’Allemagne, mais en réalité pour saisir l’or qui était apporté Casablanca sur une croisière américainer.

      En juillet 1940, Roosevelt a commencé à prendre de nombreuses nouvelles mesures en vue de la guerre, telles que permettre le service des citoyens américains dans la force aérienne britannique et la formation du personnel de la Force aérienne britannique aux États-Unis.

      En août 1940, une politique militaire conjointe pour les États-Unis et le Canada a été établie. Afin de rendre la création d’un comité de défense conjointe américain-canadien plausible pour au moins les personnes les plus stupides, Roosevelt a périodiquement inventé des crises et a agi comme si l’Amérique était menacée par une attaque immédiate. Il annulait soudainement les voyages et revenait rapidement à Washington et faisait des choses semblables pour souligner le sérieux de la situation à ses partisans, qui méritent vraiment la pitié.

      Il s’est encore rapproché de la guerre en septembre 1940 lorsqu’il a transféré cinquante destroyers navals américains à la flotte britannique et, en retour, a pris le contrôle des bases militaires sur les possessions britanniques en Amérique du Nord et centrale. Les générations futures détermineront dans quelle mesure, avec toute cette haine contre l’Allemagne socialiste, le désir de prendre facilement et en toute sécurité le contrôle de l’empire britannique à l’heure de la désintégration peut avoir joué un rôle.

      Après que la Grande-Bretagne ne soit plus en mesure de payer de l’argent pour les livraisons américaines, il a imposé la loi Lend-Lease sur le peuple américain. En tant que président, il a obtenu le pouvoir de fournir une aide militaire accordée aux pays que lui, Roosevelt, a décidé qu’il était dans les intérêts vitaux de l’Amérique de défendre. Après qu’il est apparu clairement que l’Allemagne ne répondait pas en aucune circonstance à son comportement brutal, cet homme a fait un autre pas en avant en mars 1941.

      Dès le 19 décembre 1939, un croiseur américain [Tuscaloosa] qui se trouvait à l’intérieur de la zone de sécurité a manoeuvré le passager de passagers [allemand] Columbus dans les mains des navires de guerre britanniques. En conséquence, il fallait l’écraser. Le même jour, les forces militaires américaines ont aidé à capturer le navire marchand allemand Arauca.

      Le 27 janvier 1940 et encore une fois contraire au droit international, le croiseur américain Trenton rapporte les mouvements des navires marchands allemands Arauca, La Plata et Wangoni aux forces navales ennemies.

      Le 27 juin 1940, il a annoncé une limitation de la libre circulation des navires marchands étrangers dans les ports américains, tout à fait contraire au droit international.

      En novembre 1940, il permit aux navires de guerre des États-Unis de poursuivre les navires marchands allemands Phrygia, Idarwald et Rhein jusqu’à ce qu’ils deviennent finalement se faufiler pour ne pas tomber dans les mains de l’ennemi.

      Le 13 avril 1941, les navires américains ont pu passer librement dans la mer Rouge pour fournir des armées britanniques au Moyen-Orient.

      Dans l’intervalle, en mars [1941], tous les navires allemands ont été confisqués par les autorités américaines. Dans le processus, les citoyens du Reich allemand ont été traités de la manière la plus dégradante, commandés à certains endroits en violation du droit international, soumis à des restrictions de voyage, etc. Deux officiers allemands qui s’étaient échappés de la captivité canadienne [aux États-Unis] ont été enroulés et retournés aux autorités canadiennes, tout aussi complètement contraires au droit international.

      Le 27 mars [1941], le même président [supposé] contre toute agression a annoncé le soutien du [Général] Simovic et de sa clique d’usurpateurs [en Yougoslavie], qui était venu au pouvoir à Belgrade après le renversement du gouvernement légal. Plusieurs mois plus tôt, le président Roosevelt avait envoyé le colonel Donovan, un personnage très inférieur, aux Balkans avec des ordres pour aider à organiser un soulèvement contre l’Allemagne et l’Italie à Sofia [Bulgarie] et à Belgrade.

      En avril, il [Roosevelt] a promis une aide au prêt-bail en Yougoslavie et en Grèce. À la fin du mois d’avril, il reconnaissait les émigrés yougoslaves et grecs en tant que gouvernements en exil. Et encore une fois, en violation du droit international, il a gelé les actifs yougoslaves et grecs.

      À partir de la mi-avril [1941], les patrouilles navales américaines ont commencé à étendre leurs opérations dans l’Atlantique Ouest, en signalant leurs observations aux Britanniques.

      Le 26 avril, Roosevelt a livré vingt patrouilleurs à grande vitesse en Grande-Bretagne. Dans le même temps, les navires de guerre britanniques étaient régulièrement réparés dans les ports américains.

      Le 12 mai, les navires norvégiens qui opéraient pour la Grande-Bretagne étaient armés et réparés [aux États-Unis], contrairement au droit international. Le 4 juin, les transports américains de troupes sont arrivés au Groenland pour construire des champs aériens.

      Et le 9 juin est venu le premier rapport britannique selon lequel un navire de guerre américain, agissant sur ordre du président Roosevelt, avait attaqué un sous-marin allemand près du Groenland avec des frais de profondeur.

      Le 14 juin, les actifs allemands aux États-Unis ont été gelés, encore une fois en violation du droit international.

      Le 17 juin, sur la base d’un prétexte mensonger, le président Roosevelt a exigé le rappel des consuls allemands et la fermeture des consulats allemands. Il a également exigé la fermeture de l’agence de presse allemande «Transocean», de la Bibliothèque d’information allemande [à New York] et du bureau allemand de la Reichsbahn.

      Les 6 et 7 juillet [1941], les forces armées américaines agissant sur les ordres de Roosevelt ont occupé l’Islande, qui était dans le domaine des opérations militaires allemandes. Il espère que cette action entraînera certainement, d’abord, la force de l’Allemagne en guerre [contre les USA] et, d’autre part, neutralisera l’efficacité des sous-marins allemands. En même temps, il a promis une aide militaire à l’Union soviétique.

      Le 10 juillet, le secrétaire de la marine Knox a soudainement annoncé que la marine américaine était sous l’ordre de tirer contre les navires de guerre de l’Axe.

      Le 4 septembre, le destroyer américain Greer, agissant sur ses commandes, a opéré avec des avions britanniques contre des sous-marins allemands dans l’Atlantique.

      Cinq jours plus tard, un sous-marin allemand a identifié des destroyers américains comme navires d’escorte avec un convoi britannique.

      Dans un discours prononcé le 11 septembre [1941], Roosevelt a finalement confirmé qu’il avait donné l’ordre de tirer contre tous les navires de l’Axe, et il a répété l’ordre.

      Le 29 septembre, les patrouilles américaines ont attaqué un sous-marin allemand à l’est du Groenland avec des charges de profondeur.

      Le 17 octobre, le destroyer américain Kearny, opérant en escorte pour les Britanniques, a attaqué un sous-marin allemand avec des charges de profondeur.

      Et le 6 novembre, les forces armées américaines ont saisi le navire allemand Odenwald en violation du droit international, l’ont emmené dans un port américain et ont emprisonné son équipage.

      Je négligeons les attaques insultantes et les déclarations grossières de ce soi-disant président contre moi personnellement. Qu’il m’appelle un gangster est particulièrement sans signification, puisque ce terme n’est pas originaire d’Europe, où de tels personnages sont rares, mais en Amérique. Et en dehors de cela, je ne peux pas me sentir insulté par M. Roosevelt parce que je le considère, comme son prédécesseur Woodrow Wilson, comme mentalement malade.

      Nous savons que cet homme, avec ses partisans juifs, a opéré contre le Japon de la même manière. Je n’ai pas besoin d’entrer ici. Les mêmes méthodes ont également été utilisées dans ce cas. Cet homme empêche d’abord la guerre, puis il pose ses causes et fait des allégations sans fondement. Il s’insinue de manière répugnante dans un manteau d’hypocrisie chrétienne, tout en menant lentement mais très fermement l’humanité dans la guerre. Et enfin, en tant que vieux franc-maçon, il demande à Dieu d’être témoin que ses actions sont honorables. Ses fausses représentations de la vérité et des violations de la loi sont sans précédent dans l’histoire.

      Je suis sûr que vous tous l’avez considéré comme un acte de délivrance qu’un pays [Japon] a finalement agi pour protester contre tout cela de la manière même que cet homme l’avait vraiment espéré, et qui ne devrait pas le surprendre maintenant [le Attaque sur Pearl Harbor]. Après des années de négociations avec ce trompeur, le gouvernement japonais a fini par être traité d’une manière si humiliante. Nous tous, le peuple allemand et, je crois, tous les autres gens décents du monde entier, je le considère avec une profonde appréciation.

      Nous connaissons le pouvoir derrière Roosevelt. C’est le même Juif éternel qui croit que son heure est venue nous imposer le même sort que nous avons tous vu et connu avec horreur dans la Russie soviétique. Nous avons connu de première main le paradis juif sur terre. Des millions de soldats allemands ont personnellement vu la terre où ces juifs internationaux ont détruit et anéanti les personnes et les biens. Peut-être que le président des États-Unis ne comprend pas cela. Si oui, cela ne parle que pour son étroitesse intellectuelle.

      Et nous savons que tout son effort visait ce but: même si nous n’étions pas alliés au Japon, nous nous rendons compte encore que les Juifs et leur Franklin Roosevelt ont l’intention de détruire un état après l’autre. Le Reich allemand d’aujourd’hui n’a rien de commun avec l’Allemagne du passé. Pour notre part, nous allons maintenant faire ce que ce provocateur a essayé d’accomplir pendant des années. Et pas seulement parce que nous sommes alliés au Japon, mais plutôt parce que l’Allemagne et l’Italie avec leurs dirigeants actuels ont la perspicacité et la force de réaliser que, dans cette période historique, l’existence ou l’inexistence de nations est déterminée, peut-être pour tous les temps. Ce que cet autre monde nous réserve est clair. Ils ont pu amener l’Allemagne démocratique du passé à la famine et cherchent à détruire l’Allemagne national-socialiste d’aujourd’hui.

      Lorsque M. Churchill et M. Roosevelt déclarent vouloir un jour créer un nouvel ordre social, c’est à peu près le même qu’un barbier chauve recommandant un tonique garanti pour faire pousser les cheveux. Plutôt que d’inciter à la guerre, ces messieurs, qui vivent dans les pays les plus socialement arriérés, auraient dû s’occuper de leurs propres chômeurs. Ils ont assez de misère et de pauvreté dans leur propre pays pour rester occupés à assurer une distribution juste de nourriture là-bas. En ce qui concerne la nation allemande, il n’a pas besoin de charité, ni de M. Churchill, ni de M. Roosevelt, mais il exige ses droits. Et il fera ce qu’il faut pour assurer son droit à la vie, même si mille Churchills et Roosevelts conspirent ensemble pour l’empêcher.

      Notre pays a une histoire de près de deux mille ans. Jamais dans cette longue période, il n’a été si uni et déterminé comme il l’est aujourd’hui, et grâce au mouvement national-socialiste, ce sera toujours ainsi. Dans le même temps, l’Allemagne n’a peut-être jamais été aussi clairvoyante et rarement consciente de l’honneur. En conséquence, aujourd’hui, j’ai eu les passeports retournés au chargé d’affaires américain, et il a été informé de ce qui suit:

      La politique en constante expansion du Président Roosevelt a été axée sur une dictature mondiale illimitée. Dans la poursuite de ce but, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont utilisé tous les moyens pour nier les nations allemandes, italiennes et japonaises les conditions préalables à leur existence naturelle vitale. Pour cette raison, les gouvernements de la Grande-Bretagne et des États-Unis se sont opposés tous les efforts pour créer un nouvel et meilleur ordre dans le monde, tant pour le présent que pour l’avenir.

      Depuis le début de la guerre, le président américain Roosevelt a régulièrement commis des crimes de plus en plus graves contre le droit international. Outre les attaques illégales contre des navires et d’autres biens de citoyens allemands et italiens, il y a eu des menaces et même des privations arbitraires de liberté personnelle par un internement et autres. Les attaques de plus en plus hostiles par le président américain Roosevelt ont conclu qu’il avait ordonné à la marine américaine, en violation totale du droit international, d’attaquer et d’attaquer immédiatement les navires allemands et italiens. Les responsables américains se sont même vanté de détruire les sous-marins allemands de cette manière criminelle.

      Les croiseurs américains ont attaqué et capturé des navires marchands allemands et italiens, et leurs équipages pacifiques ont été emmenés à l’emprisonnement. En outre, le plan du président Roosevelt pour attaquer l’Allemagne et l’Italie avec des forces militaires en Europe en 1943 au plus tard a été rendu public aux États-Unis [ Par le Chicago Tribune et plusieurs autres journaux le 4 décembre 1941], et le gouvernement américain n’a fait aucun effort pour le nier.

      Malgré les années de provocations intolérables du président Roosevelt, l’Allemagne et l’Italie ont sincèrement et très patiemment essayé d’empêcher l’expansion de cette guerre et de maintenir des relations avec les États-Unis. Mais à la suite de sa campagne, ces efforts ont échoué.

      Adolf Hitler
      Reichstag Speech
      December 11, 1941

      J'aime

      1. Idéologie mise à part, force est de reconnaître que ce discours est fort impressionnant d’autant plus qu’il est d’une extrême pertinence plus de soixante-dix ans plus tard!
        Cela prouve qu’il y avait de vrais chef d’État jusqu’en 1950-55.

        Le niveau a bien baissé depuis les années 40.

        Aujourd’hui c’est le degré zéro.

        Aimé par 1 personne

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s