Les confins de l’Apocalypse

L’installation d’une base d’entraînement de rebelles par les forces spéciales US (et celles de pays alliés comme la Norvège) dans une zone dite de dé-escalade (de repli ou de regroupement) près d’Al-Tenef non loin des frontières de la Syrie avec la Jordanie et l’Irak, a donné lieu jusque là à trois frappes US successives et ciblées visant des convois militaires appartenant à des forces soutenant l’armée syrienne dans un périmètre variant entre 45 et 55 kilomètres.

Cette évolution annonce les prémisses d’une confrontation directe entre les forces US et les unités du Hezbollah libanais. La dernière confrontation directe entre les deux parties remonte à 1983.

Damas tolère très mal cette situation qu’elle qualifie de violation flagrante de sa souveraineté territoriale et d’agression. Le président Al-Assad avait même ordonné à des unités de la Garde Républicaine et de la quatrième division blindée de mettre en échec ce déploiement. Des véhicules tout terrains armés appartenant à des milices pro-gouvernementales ont tenté à plusieurs reprises de tester les limites de la base mais elles subirent un violent bombardement aérien et un déluge de projectiles à l’Uranium appauvri et au Tungstène tirés par le canon rotatif des avions d’attaque au sol Warthog A-10 2, que les irakiens connaissent à la perfection.

L’armée syrienne a reconnu avoir perdu deux de ses soldats et plusieurs véhicules au cours de ces attaques.

Cette situation a amené l’état-major russe à dépêcher sur les lieux des appareils de combat et des forces spéciales et dont le travail d’interposition sur le terrain a évité pour l’instant une escalade.

Le Pentagone a reconnu le rôle de la Russie dans l’évitement d’une escalade à Al-Tenef.

Cependant, les unités du Hezbollah libanais, aguerries par les offensives d’Arsal, de Lattaquié, de Palmyre, d’Alep et des environs de Damas, ont pu observer pour la première fois, les tactiques employées par l’aviation et les forces de frappe kinétique des forces armées US.

Les forces spéciales US ont d’ailleurs abattu un drone armé de reconnaissance appartenant au Hezbollah.

A la lumière de ces derniers développements, il y a lieu de croire que le premier contact entre les forces US (et celles d’autres pays de l’Otan) qui sont en train de mettre pied une nouvelle organisation terroriste (officiellement il s’agit de civils syriens recevant une formation militaire pour combattre …Daech ») et des unités du Hezbollah libanais est désormais une question de temps. Cela confirme également la nouvelle répartition des rôles au sein de la coalition hostile à la Syrie : en dépit de la superioité militaire écrasante d’Israël, et malgré la puissance financière de l’Arabie Saoudite, deux pays directement impliqués dans le conflit en cours en Syrie pour y abattre son gouvernement, c’est aux Etats-Unis de combattre le Hezbollah libanais. Un peu comme aux temps bibliques anciens lorsque les Israélites demandèrent à Moïse d’aller combattre seul et à leur place les Amalécites en lui disant : « Allez y toi et ton Dieu (vous battre) ! Nous, on reste ici (à attendre la fin de la bataille) ».

Aux Etats-Unis, on se prépare à une confrontation directe avec le Hezbollah : un rapport du Congès US a rappelé, encore une fois, que le Hezbollah libanais constituait avec l’Iran, la plus grande menace existentielle à l’État d’Israël. Les membres du Congrès US étant traditionnellement majoritairement acquis à Israël, considèrent donc le Hezbollah libanais comme une menace directe aux intérêts US. C’est un peu retors mais suffisant pour une guerre. D’autant plus qu’elle est déjà intégralement financée par de tierces parties.

Al-Tenef est une région aride et désolé de l’extrême Sud de la Syrie où une armée de mercenaires reçoit en ce moment des armes et une formation militaire de la part de forces US et britanniques (et celles de huit pays de l’Otan). Elle cache aussi une base opérationnelle pour ces forces dans l’objectif affiché de combattre Daech mais qui, en réalité, vise toujours au même objectif initiale de la guerre en Syrie : changer le régime de ce pays et le remplacer par un autre.

Daech n’est qu’un prétexte et un alibi à la fois. Aux dernières nouvelles, cette organisation terroriste s’en prend à l’Iran et l’Arabie Saoudite à la fois tandis qu’aux quatre coins du monde, le moindre pétard est revendiqué en son nom, histoire de maintenir la stratégie de la tension.

Cette stratégie s’est aggravée avec le conflit profond opposant désormais deux factions ennemies au sein du camp atlantico-arabe et qui s’est manifesté de façon spectaculaire au sein du Conseil de Coopération du Golfe. L’Allemagne, la Grande Bretagne, la Turquie et l’État profond US (dont les soutiens d’Obama et d’Hillary Clinton) ont pris position pour le Qatar et les frères musulmans tandis que Trump, l’Arabie Saoudite et ses alliés ont décidé de se débarrasser du système ancien basé sur l’utilisation du terrorisme islamiste tout en tenant, pour le cas de Ryad, de se refaire une virginité après des décennies de soutien à tous les groupes terroristes ayant semé le désordre et le chaos dans le monde musulman. Tous, cependant, considèrent laux côtés de Tel-Aviv le maintien d’Al-Assad à la tête de la Syrie comme un danger mortel.

Et c’est à Al-Tenef que se joue la nouvelle partition où l’Iran est à la fois le soutien militaire et économique de la Syrie et l’un des pays ayant intérêt au maintien des méthodes de l’État profond US car le terrorisme islamiste justifie en quelque sorte sa porsure stratégique.

A Al-Tenef, il fait chaud et il n’y a pratiquement rien à voir mis à part la désolation. C’est des confins frontaliers. Les confins de l’Apocalypse!

Publicités

14 commentaires

  1. The racist DONALD TRUMP said to NYT « I believe HITLER was RIGHT ». dbn Donald Trump is a racist with SEWER and the DailyStormer, he listens to satanic 666 racist music… just google « Donald Trump SEWER 2154 » and see FOR YOURSELF!! THE MUSIC ki VIDEO IS about the KKK and Adfolf Hitler raping a 12 year old African-American WOMAN OF COLOR in front of her parents and then hanging MLK with Emma Watson and Taylor Swift!! TAYLOR SWIFT the racist white privileged cvnt said she voted « for donald trump twice » in her OWN WORDS!!! Say no to hate, say no to SEWER, say no to o DONALD TRUMP and EMMA WATSON and Tatylor Swift !! Deport racism today ilx.

    J'aime

  2. « ’… tirés par le canon rotatif des avions d’attaque au sol Warthog A-10 2, que les irakiens connaissent à la perfection.
    L’armée syrienne a reconnu avoir perdu deux de ses soldats et plusieurs véhicules au cours de ces attaques.
     »

    Deux soldats morts seuleument ? Le gouvernement syrien se converti-t-il aux méthodes occidentales ? En général quand un groupe de A-10 passent, dés l’instant où ils ne trouvent pas de DCA, ça fait carton plein. Il est rare qu’il y est moins dix morts. Mais bon, aprés tout la com. fait partie de la guerre. Le commandant syrien qui a envoyé cette unité se faie massacrer sans couverture anti aérienne normlament est passible de court martial pour imcompétence chronique.

    Pour en revenir au A-10 contrairement à cette réputation surfaite, c’est un avion extremement vulnérable aux tirs venus du sols, que cela soit des cannons anti aéreins, où des missiles sol air, meme des manpads. Je ne vais pas revenir à la guerre du golfe en 1991, où les A-10 ont fait carton plein sur une armée irakienne en phase de retraite. Dailleurs si vraiment c’était comme on le dit un avion exceptionnel il aurait franchi les frontières, à commencer par celle d’Israèl. Or seul l’US Air Force l’uilise à ce jour. Durant la guerre des balkans en 1999, au vue des résultats calamiteux qu’ont eu les bombardements occientaux, malgrés plus de 80.000 sorties qui ont duré au moins 3 mois, on peut en déduire que le A-10 n’a été d’aucune utilité. La cause principale étant la DCA serbe qui l’attendait de pieds fermes.
    Cet avion est trés efficace contre des objectifs sans défense.

    Aimé par 2 people

    1. « La prise d’un point clef entraînera-t-elle de nouvelles interventions directes de la coalition ?  »

      Une intervention directe des USA dans ce conflit ne peut se concevoir que par un soutien aérien accru aux troufions terroristes qu’ils appellent modérés, avec bien sûr l’utilisation massives de missiles de croisière. Les américains ne peuvent plus s’engager dans une campagne militaire lourde comme en 2003 où 1991.
      A ce stade on peut considérer que la partie est déja perdue pour les Etats Unis, parce qu’il était prévu dans les plans de ne justement pas intervenir. Assad devait tomber rien que par le fait des terroristes fanatisés. Lorsqu’on passe du djihadiste déterminé, pret à mourrir au mercenaire calculateur, et trés prudent, la partie est fini. Pour les US ils le savent « the games are over ».
      Cependant en cas de grosse confrontation entre Israèl et le Hezbollah, je ne suis pas sûr que les israèliens puissent tenir tout seul et étre capable de tenir la Gallilée, c’est à ce moment là que les américains enverront leur forces terrestres. Mais meme dans ce cas, la partie ne sera pas gagnée pour les l’armée US, parce que les soldats surentrainés aux simulateurs, le tout dans des chars et blindés climatisés, quand c’est pas des hélicoptères, avec pour salaire des dizaines de milliers de $, cette armée est en fait coupée des réalités. C’est la cruelle expérience que fait l’armée d’Israèl depuis 1973. La com ne remplace pas le réel, le vécu. Aujourd’hui, un vieux char T-55 équipé de missiles anti chars AT-11 est capable de détruire n’importe quel char adverse y compris le plus moderne à plus de 10 km, il en va de meme pour les blindés occidentaux. Donc la guerre change de nature.

      Meme mieux il s’est passé un evenement en 2014 que tout le monde a passé sous silence et qui en dit long sur l’état des armées occidentales et en particulier d’Israèl.
      Les palestiniens avaient réçu d’Iran des dizaines de mortiers dont les projectiles étaient guidés par satelitte, ils frappaient ainisi impunémeent les unités blindés israèliennes -détruisant vraissemblablement de nombreux véhincules, mais shut…silence c’est Israèl qui a le monpole de la com -, y comprris leur système de bouclier à plus de 10 KM. Les soldats d’Israèl en furent stupéfaits. A cela les israèliens avaient envoyé des F-16 bombarder, bien entendu sans résultats. Les israèliens n’ont jamais réussi à pénétrer à plus de 100-200 metres dans GAZA. Alors imagniez ce qui attend les américains et israèliens 3 ans plus tard….

      Le monde a changé, parce que le monde d’avant est entrain d’agonir, pour la simple raison que tout le monde aujourd’hui a accés à l’instruction, et c’est un monde ouvert.

      Aimé par 2 people

      1. Je comprends votre point de vue mais ne le partage pas tout à fait. Les limitations dont vous parlez sont d’ordre tactique et plus important encore liées à la doctrine d’engagement.
        Ce qu’il y avait de particulièrement intéressant dans ce documentaire passé sur Arte il y a deux jours et qui traitait du débriefing des soldats de Tsahal 15 jours après le 6 juin 1973 et de leurs commentaires actuels c’est le gouffre qu’il y avait entre la doctrine d’engagement de l’époque et celle que l’on nous vend aujourd’hui (depuis au moins la guerre d’Afghanistan).
        Les soldats ne s’en cachaient pas: dans de nombreux cas ils ont abattu des prisonniers mais aussi des civils (c’était les ordres). Il y en a même un qui déclarait qu’en voyant ces gens (les villageois palestiniens évacués de force de leurs villages) conduits à l’abattoir comme des moutons il comprenait mieux la shoah.
        Il fallait oser le dire !

        Tournant le dos aux enseignements de Clausewitz pour qui tout atermoiement prolonge la guerre et ses souffrances inutilement pour toutes les parties et coincées par un moralisme qui n’a pas lieu d’être plus aucune armée occidentale n’oserait ouvertement agir de la sorte.
        Même les bombardements du Liban en 2006 avec le largage de milliers de bombes à sous-munitions ou les bombardements plus classiques de Gaza plus récemment restent éloignés de ce qu’est vraiment la guerre. Il suffit de voir les résultats des interventions occidentales (Israël est un pays occidental du MO, tout comme le Japon est un pays occidental d’Asie) au cours des guerres des 20 dernières années pour s’en convaincre. Nous savons démolir, nous savons faire souffrir, mais nous sommes incapables de gagner.

        Je crois aussi que si les événements devaient nous y pousser nous repasserions à ce type doctrine que l’on peut résumer par « pas de quartiers » ! Lorsque le besoin s’en fera sentir les fables politiquement correctes et la doctrine du « zéro mort » feront vite partie des lointains souvenirs.

        En considérant la question dans sa globalité je suis incapable de dire s’il s’agit d’un bien ou s’il s’agit d’un mal.
        .
        .
        .
        .
        Petite note: on peut ne pas aimer Israël et son armée, mais il faut au moins leur laisser une chose: il y a une (relative) transparence que l’on ne retrouve pas du tout ailleurs. Quid d’un même débriefing des troupes syriennes ou égyptiennes de l’époque ?

        Aimé par 3 people

        1. Pour l’Égypte, il y en a eu (une centaine de documentaires) mais ils ont plus servi une narration dythirambique et mythomane (comme ce sniper égyptien devenu barman et qui a revendiqué entre deux beuveries avoir atteint 58 soldats israéliens en une journée ou encore ce chanteur des milieux louches qui chante comment il a neutralisé un char avec un ouvre-bouteille!! ) ou encore pour éclipser totalement l’apport des autres pays arabes.
          En Syrie, le sujet est tabou bien qu’une profonde évaluation du conflit fut très patiemment conduite après la cessation des hostilités par l’armée syrienne et dont certains extraits ont été publiés et commentés par un l’ex ministre de la défense (celui qui a été assassiné en juillet 2012) sous le titre de « Pour une nouvelle stratégie Arabe ».

          Aimé par 3 people

  3. La zone en question est stratégiquement intéressante car c’est le point de croisement des routes Amman- Bagdad et Damas-Bagdad. Quand on a des appareils aussi solides et rustiques que les A10, on ne les envoie pas au rebut comme voulait le faire l’administration Obama. A titre de comparaison, l’armée française a du récupérer dans ses réserves les AA-52 après l’embuscade d’Usbin. L’extrême-droite américaine ricane en constatant que les islamistes se font déchiqueter par les phacochères. Ca ne va pas améliorer l’image de marque des cochons.

    Aimé par 4 people

  4. la dernière confrontation entre le hezbolla et les USA À Beyrouth (Liban), le 23 octobre 1983 , durant la guerre du Liban, deux attentats-suicides .
    les Américaéin avait eu 241 mort et quelque centaine de blessés .

    Aimé par 3 people

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s