Daech se met aux prévisions de fin d’année 

Madame Soleil:

L’organisation terroriste Daech sur les pas de Madame Soleil: lors d’un prêche virulent tenu vendredi à l’Ouest de la grande ville irakiennes de Mossoul, un dirigeant de Daech prévoit un évènement considerable dans la région du Golfe arabo-persique pour l’année 2017. Est-ce une menace a l’égard de l’Arabie Saoudite?  En attendant, la petite lune de miel entre Daech et une faction des services de renseignement turcs est bel et bien finie. 

Le Tyran d’Ankara:

C’est désormais l’épithète collé par Daech au président turc Tayep Réception Erdogan. À Mossoul, les propagandistes de l’organisation n’y vont pas de main morte quand il s’agit de vouer la Turquie aux 1001 gémonies de l’enfer. 

Retournement spectaculaire de situation ou changement d’alliances interposées, voilà que Daech menace maintenant d’anéantir l’armée turque dans un océan de flammes. Plus étonnant est l’usage du terme technique arabe طاغية signifiant Tyran dans l’acception qu’avait adopté l’historiographie musulmane pour qualifier les empereurs Commode, Claude, Decius et Julien. Daech l’utilise desormais pour Erdogan. 

À Al-Bab, Daech promet la géhenne aux turcs apostats. Et pourtant, il y a un an à peine, les turcs soustraitaient pour les britanniques et les français l’infiltration et l’exfiltration de leurs « djihadistes »en Syrie et en Irak, recrutés des banlieues des grandes villes d’Europe…Comme le monde change! 

Graine de terroriste

Il faudra effectuer de sérieuses études sociologiques pour déterminer pourquoi la Tunisie est subitement devenue le plus grand fourvoyeur de combattants pour Daech après 2011. Les explications mettant en exergue l’influence du capitalisme ou du Bourguibisme sur la radicalisation ultra-violente d’un nombre assez élevé de  jeunes tunisiens ne tiennent pas vraiment la route. D’autant plus qu’ils ne sont pas encadrés par les services de renseignement occidentaux comme le sont la plupart des marocains se battant en Syrie.  

Le cas d’Anis Amri ou Al-Amri, 23 ans, le chauffard kamikaze de Berlin est assez typique. Ce jeune avait traversé la méditerranée après la révolution de janvier 2011 pour se retrouver en Europe avant de se radicaliser et passer à l’acte au nom de Daech. S’il n’avait pas été abattu a Milan, il aurait pu remercier lex-president français Nicolas Sarkozy et son successeur. C’est grâce à eux que plus de 3.7 millions de personnes ont pu rentrer illégalement en Europe depuis ce que l’on a appelé le « Printemps Arabe ». 

Médias occidentaux et pétrodollars

Le journalisme d’investigation est mort depuis un bon bout de temps. Comment expliquer l’hystérie collective des médias atlantistes pendant et avant la reprise d’Alep par le gouvernement syrien et ses alliés? Les pétrodollars. Qatar en tête, suivi des Emirats Arabes Unis et le royaume saoudien. La soupe! Tous les grands médias y ont touché. En réalité, ils vivent de cela. 

C’est la définition de la pleureuse professionnelle de la tradition juive sépharade d’Afrique du Nord, toujours très vivace.

Publicités

6 commentaires

  1. Concernant la Tunisie je commencerai par souligner qu’il y a indéniablement une corrélation claire entre la position ouvertement hostile de certains états envers le gouvernement syrien et le nombre de leurs nationaux engagés au seins des groupes armés anti-régime opérant sur le terrain.
    On retrouve par exemple plus de marocains, de français, de belges et de britanniques en Syrie que d’égyptiens… alors que l’Égypte qui en plus d’être plus proche géographiquement de la Syrie, compte plus de 80 million d’habitants et renferme la plus forte concentration au monde d’islamistes radicaux.
    Pour la Tunisie il faut savoir que 90% de ses nationaux engagés au combat se sont fait enrôlés du temps de la majorité parlementaire d’Ennahdha de Rached Ghannouchi qui soutenait hypocritement que son gouvernement ne pouvait pas empêcher les jeunes qui veulent aller au djihad , de le faire. On sait maintenant que ce personnage a été à l’avant garde de l’exportation de la révolution islamique « éclairée » sur fond de printemps arabes dont la Tunisie était le prototype.
    Aux élections de 2014 exit Ennahda et pratiquement plus aucun départ depuis. Pour dire que les gouvernements doivent être tenus entièrement responsables du taux de représentativité de leurs ressortissants au sein de groupes radicaux opérant en zones de conflits.

    P.S : le parlement tunisien vient de voter NON au retour de leurs djihadistes… et les tunisiens du levant sont maintenant une valeur sûre entre les mains d’Erdogan qu’il brandira très bientôt comme moyen ultime de chantage à la face des tocards de l’UE qui se sont crus plus futés que le reste du monde ; Némésis quand tu nous venges !

    Aimé par 2 people

  2. Dans l’ordre:

    Madame Soleil: je serais plutôt tenté de voir des menaces adressées à l’Iran, pays phare des hérétiques, qui a joué un rôle déterminant dans la bataille d’Alep et ailleurs.

    Le tyran Erdogan: on n’en est plus à un retournement d’alliance dans la région. S’il est évident que tous les candidats au djihad venus d’Europe sont passés librement de Turquie en Syrie dés le début du conflit jusqu’il y a peu, tacitement encouragés par les dirigeants européens la perspective du retour au pays a changé la donne. C’était pourtant prévisible. Voilà pourquoi je parlais hier de l’incapacité chronique des dirigeants occidentaux à avoir une vision stratégique à long terme.
    Le pire étant que ces erreurs c’est nous qui les payons de notre poche, avec notre sang, et au détriment de notre liberté.

    La Tunisie: il y a un facteur déterminant passé sous silence dans de nombreux conflits impliquant des mouvements et des milices: c’est l’argent ! Finalement les candidats à la guerre par pur idéalisme sont assez rares. Et lorsque l’argent vient à manquer les désertions sont innombrables . Cela s’est vu en Irak, en Afghanistan, en Syrie et ailleurs.
    Un salaire de 400$ pour un Tunisien c’est une belle somme.
    Pour un Européen c’est déjà moins atractif. C’est pourquoi les terros membres d’unités occidentales étaient payées 800$.

    Médias: le journalisme d’investigation n’est pas mort. Il y a encore des Seymour Hersh et des Glenn Greenwald. La différence vient de la visibilité dont ils bénéficient. Il faut savoir les trouver.
    Je ne désespère pas. Dans la vie tout est mû par un mouvement de balancier. Aujourd’hui invisible, demain à la une. Simple question de temps.
    Qui aurait par exemple pu prévoir un tel retour des nationalismes et un tel rejet populaire de l’UE durant les années 60, 70 et même 80 ?
    Même la globalisation néolibérale coulée en force de loi dans la « constitution européenne » (traité de Lisbonne, 2008.) finira par céder. Sans doute quand il sera trop tard.
    C’est Madame Irma qui me l’a dit !

    Aimé par 1 personne

  3. C’est la faute à Internet : les médias ont perdu quasiment tout leur lectorat et il leur faut bien trouver de nouvelles sources de financement !… Si le journalisme d’investigation ressurgit, ce sera sur la Toile !…

    J'aime

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s