De la démocratie en Libye

Les combats enragés ayant ensanglanté la semaine dernière la localité désertique de Sebha, au coeur du grand désert libyen, n’ont pas ému grand monde. Peu de médias s’y sont intéressés et pourtant, l’intensité des combats de rue, l’ampleur des moyens employés par les belligérants et le casus belli auraient dû ameuter un Bernard Henry Lévy en manque de publicité. Il n’en a rien été. 

Que s’est-il passé à Sebha ? 

Une bande de jeunes s’amusait avec un singe près d’une échoppe lorsque ce dernier sauta sur des écolières de passage, enlevant à l’une d’elles son couvre-chef. Cela aurait pu s’arrêter là. 

Un proche de la gamine est allé discuter avec le jeune propriétaire du singe. L’animal est déchiqueté par une rafale de fusil automatique. Son propriétaire aussi. Ainsi que deux de ses amis. Il se trouve que le tireur appartient aux Béni Slimane et les victimes aux Gedadfa, les deux plus puissantes milices armées de la region. Le singe, lui, n’a rien demandé. 

Une expédition punitive pour venger les trois jeunes hommes abattus est montée. Le tireur est touché par un sniper. Des combats à l’arme automatique et à la roquette antichar éclatent un peu partout. En peu de temps, des secteurs entiers de la ville sont sous un déluge d’obus et de roquettes. Les Gedadfa reçoivent des chars en renfort; leur adversaires des pièces d’artillerie…  Au premier jour, les services hospitaliers ont denombré plus de 21 morts et 187 blessés.  Les appels au calme des comités des sages ne sont pas entendus. L’un deux échappe de justesse a un tir de canon sans recul. 

Le bilan s’alourdit. On s’entre-tue dans les confins perdus du désert le plus chaud de la planète. 

Les médias occidentaux passent l’info sous silence. Après tout, c’est ça aussi la démocratie promise aux libyens. 

Personne non plus pour s’émouvoir du sort d’un petit macaque pulvérisé par une cinquantaine de balles de calibre 7.62×39 d’un RPD…

Une belle leçon de démocratie et d’humanité. Pendant ce temps, on pompe bien le brut libyen…

 

Advertisements

5 commentaires

  1. Les puissances occidentales n’ont aucun intéret à tirer d’une démocratie instaurée dans le Tiers Monde. La raison est simple: Elles ne veulent pas s’encombrer du poids que constituerait le parlement et attendre impatiemment les décisions d’une poignée d’indigènes suite à une demande de prospection ou de traités commerciaux alors qu’auparavant elles avaient un interlocuteur unique. Le cas le plus fragrant est illustré par l’Egypte: La vente du gaz à Israel avec un prix symbolique et la rétrocession des deux iles par M sissi à l’Arabie Saoudite. Ni consultations, ni référendum.
    La démocratie et les lois internationales doivent étre évoquées et appliquées contre les autres, mais pas contre nous pour les mémes motifs.
    Oui pour le Tribunal pénal international, mais à condition qu’on soit exclu de ses poursuites.
    C’EST LA DEMOCRATIE

    Aimé par 1 personne

    1. Les dirigeants de ce monde n’ont aucun pouvoir réel entre les mains. Ils sont tous soumis à leurs grands patrons: Les banques , les finances et les multinationales. Sans le soutien de ces institutions, ils ne peuvent continuer de gouverner et ne peuvent étre élus.

      Aimé par 2 people

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s