Syrie: Washington tente d’empêcher la chute de Daech

Le bombardement aérien délibéré et calculé d’unités des forces armées syriennes en progression à Deir-Ezzor par des avions de combat américains et britannique en provenance du territoire irakien visait les objectifs suivants :

1. Arrêter la progression des troupes syriennes vers Al-Riqqa, la capitale autoproclamée de Daech (Organisation terroriste de l’Etat Islamique) et empêcher une éventuelle jonction entre les troupes syriennes et irakiennes au moment où le commandement militaire irakien s’apprête à reprendre la ville stratégique de Mossoul ;
2. Transmettre un message en clair à Damas, Moscou et Téhéran selon lequel Washington et ses alliés refusent catégoriquement tout rôle tactique syrien dans une éventuelle libération d’Al-Riqqa de Daech ;
3. Ralentir l’offensive syrienne sur la province de Deir Ezzor, dernier verrou avant Al-Riqqa et garantir le non-accès des troupes syriennes aux confins syro-irakiens septentrionaux, champ d’opération des forces spéciales US et alliées.
4. Tenter d’obtenir une riposte syrienne ou alliée pour saboter le dernier accord secret américano-russe dont les termes ne plaisent pas du tout à Washington, Ryad et Tel-Aviv ;

Techniquement, Washington où tout au moins la faction belliciste pro-sioniste aux commandes dans le processus d’élaboration et de prise de décision et donc Kerry est le porte-parole servile, a offert un appui aérien tactique à Daech sous prétexte de méprise.

Les américains prétendaient jusque là vouloir préserver l’armée syrienne, qualifiée de colonne vertébrale d’un nouvel Etat syrien post-Assad. Mais avec ce bombardement d’une rare violence, les masques sont définitivement tombés. Le commandement intermédiaire de l’armée syrienne est composé d’une majorité sunnite et ces derniers ne se font plus d’illusions après le très grave précédant irakien.

Cette évolution du conflit syrien, lequel n’est pas une simple guerre civile circonscrite mais un véritable conflit régional avec des enjeux mondiaux, démontre une fois de plus qui sont les véritables protagonistes de cette guerre.

Publicités

1 commentaire

  1. d’accord, sauf qu’à mon avis Kerry n’est pas vraiment servile au groupe (inséré dans le renseignement US et oeuvrant pour les intérêts des pétrofinanciers et des lobbies d’armement) qui pousse les USA dans cette stratégie. Cela serait bien pire avec Hillary Clinton!

    Aimé par 1 personne

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s