La mise en scène turque en Syrie

Officiellement l’intervention de blindés turcs à l’extrême nord de la Syrie vise à contrecarrer les avancées des formations kurdes et l’organisation terroriste de l’Etat Islamique en Irak et au Levant. Remarquez l’amalgame que tente de faire la Turquie entre les kurdes et Daech.

Selon la vision turque, l’armée turque est accompagnée dans cette opération par ce que l’on appelle « l’Armée Syrienne Libre » ou ASL, un acronyme couvrant une tout autre réalité.

A Halwanya, une agglomération de la périphérie de la ville de Jaraboulos, 25 chars de bataille de l’armée turque ont fait leur entrée. Dans leur sillage, des éléments des forces spéciales turques, recevaient des combattants vêtus de treillis hétéroclites venus avec armes et bagages des environs. Ces hommes ont la particularité de s’être rasé de près après avoir abandonné des pavillons noirs frappés d’inscriptions en caractères arabes de couleur blanche.

Plus précisément, les combattants de Daech rejoignent l’armée turque en se transformant subitement par la grâce du Saint Esprit en combattants de l’ASL. Cela explique moins l’absence de combats que toute l’arnaque visant à trier les rebelles en factions modérées et radicales. C’est oublier l’extrême versatilité orientale.

L’armée syrienne puis les formations kurdes n’ont jamais réussi à évincer Daech de cette zone frontalière.

Halwanya n’est pas la seule localité occupée par Daech qui est libérée par une armée turque ne pilonnant que des positions kurdes. Ce cas de figure se répète dans toutes les zones frontalières soumises au diktat de Daech. En gros, là où les chars turcs passent, les positions kurdes sont pilonnés et les terroristes de Daech se transforment en combattants de l’ASL « remasterisée » rejoignant en liesse les colonnes turques.

Drôle de guerre.

Au 14e siècle, Ibn Khaldoun soulignait que tout semblant de victoire militaire dépendait de facteurs psychologiques cachés et d’une altération de la perception de l’adversaire. En Syrie septentrionale, nous sommes en face d’une mise en scène.

Publicités

21 commentaires

  1. L’ épopée héroïque. de pilotes du F-22 – rois des air! leurs commandants, est, juste le portrait craché de « Capitaine America »! la force offensive, détermination – et les Syriens -des amateurs inconscient qui ils ont généreusement épargné.
    Je pense, cependant, que le vrai fond de cet incident,nous éclair sur l’efficacité de la coopération militaire russo syrienne.

    Tout d’abord, les bombardiers syriens n’était pas en possession d’armes – détail livré par les Américains eux-mêmes étrange volez au-dessus d’un territoire occupé par l’ennemi. sans arme pendant la guerre quelle armée au monde ferait une chose pareil.
    non loin de l’endroit décrit se trouve la base aérienne « Hmeymim » et ses S-400 « Triumph » qui sont très intéressés par les possibilités de détection et de destruction de chasseur américain « cinquième génération » F-22 « Raptor » dans une situation de combat réel. tel est pris qui croyait prendre les pilotes syriens ont servi d’appât attirant les yankke sur un écran de radars russes et ceux aussi longtemps que possible afin de considérer en détail cet oiseau rare. Et maintenant il ne fait aucun doute, en cas d’un contact réel de combat avec le F-22, le missile russe est peu susceptible de se poser trop de questions sur la façon de traiter avec la menace. Les Américains eux-mêmes ont apporté tout – sur un plateau d’argent. Joe Dz

    « Il semblait n’avoir aucune idée que j’étais là »: deux pilotes de chasse américains ont raconté vendredi une mission la semaine dernière au-dessus de la Syrie au cours de laquelle ils ont surveillé de près des avions du régime de Damas.
    « Je l’ai suivi pendant ses trois boucles » dans les airs, a expliqué un major de l’armée de l’air non identifié dans un entretien -plutôt inhabituel- au quotidien USA Today, soulignant que le pilote de l’appareil syrien « semblait n’avoir aucune idée que j’étais là ».

    Le 19 août, deux avions furtifs de combat F-22 ont été dirigés vers deux SU-24 de l’armée de l’air syrienne qui s’étaient aventurés au-dessus de la région de Hassaké, grande ville du nord-est de la Syrie, où les forces kurdes -conseillées par des forces spéciales américaines- combattaient les troupes du régime de Bachar al-Assad.

    Leur mission? Déterminer si les avions syriens de conception russe comptaient s’en prendre aux forces de la coalition internationale contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) et, le cas échéant, les abattre. Les pilotes américains, qui sont formés pour ne pas être repérés, ont indiqué s’être approchés à 600 mètres des appareils syriens.

    Le second pilote américain, un capitaine non identifié, a précisé au journal avoir tenté de contacter en vain les Syriens sur une fréquence radio commune.

    A plusieurs milliers de kilomètres de là, dans le centre de contrôle des vols au Qatar, le major général Jay Silveria se tenait prêt à donner l’ordre de tirer sur les avions syriens.

    « Je n’aurais pas hésité »
    « Je n’aurais pas hésité », a-t-il affirmé à USA Today. « Tout ce dont j’avais besoin à ce stade pour les abattre était un rapport du sol qu’ils étaient attaqués (…) Nous étions dans une position parfaite pour le mettre à exécution avec des armements plutôt avancés ».

    Au final, les appareils syriens sont partis et semblaient ne pas être armés. Des responsables américains ont souligné au quotidien ne pas avoir pu déterminer s’ils se sont même rendus compte qu’ils avaient été pris en filature.

    Escalade majeure
    Les abattre aurait constitué une escalade majeure du conflit en Syrie. Car même si la coalition pourchasse les djihadistes en Syrie, cela n’a pas dégénéré en conflit armé avec le régime du président Bachar al-Assad.

    La Russie, qui soutient Assad, bombarde depuis un an les groupes rebelles et parfois l’EI.
    Source :http://www.usatoday.com/story/news/world/2016/08/25/united-states-pilots-tense-syrian-jet-encounter/89258646/
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/16921/Syrie/article/detail/2841473/2016/08/27/Deux-pilotes-americains-racontent-leur-filature-d-avions-syriens.dhtml

    Aimé par 2 people

    1. J’ai l’habitude d’entendre, de voir, de lire ce genre « d’aventure » avec un happy end bien hollywoodien. L’American Cow Boy est un « dure », il n’aime pas butter, mais le peut, mais attention, « Take care Captain América is here« . En plus c’est raconté ostensiblement sur USA Today.
      Cependant, il y existe toute une panoplie de solutions pour detecter un F-22, y compris par un veil avion de chasse -ici un SU-24 bombardier tactique-. Le bon coté des choses c’est que Captain America, pense qu’il n’a pas été repéré, alors qu’il l’a été non seuleument par les dispositifs russes au sol mais et surtout par les vieux chasseurs bombardier comme le SU-24. Si en plus les Fencer n’emportaient pas de charges offensives, pas d’escortes…ça en dit long sur la farce. En fait grace aux IRST , des capteurs trés bon marché, peuvent detecter un avion à au moins 45 km -trés ancien modele-. La raison étant toutee simple, c’est le fait qu’à l’altitude où évolue le F-22, la température de l’air est en dessous de 0, néanmoins le vol du F-22 du fait de sa vitesse crée naturellement un frontement contre l’air, ainsi il est immédiatement repéré et il est impossible en l’état des technologies actuelles de trouver une parade face à cette incovenient structure. Sachant trés bien cette faiblesse, le F-22 a été conçu pour attaquer en ce qu’ils appelent mode BVR-plus de 40 km-. Il lance des missiles les AIM 120 C/D qui sont non seuleument immediatement repérés une fois le lancement repéré, mais les avions peuvent les esquiver relativement facilement. En Irak, comme au dessus du Liban, il fallait tirer au moins 10 missiles air-air pour peut etre esperer abattre un avion ennemi.
      A l’époque le radar des Mig-23 ML syriens pouvait $etre brouillé par des moyens trés sophistiqués américains et israèliens, c’est pour ça que le capteur IRST embarqué, detectaient les F-16 israèlien à au moins 45 km, voir 60 km. Contrairement à ce qui est raconté peu de Mig-23 ML ont été perdus, que ce soit par les syriens, où les irakiens.

      L’objectif de cette abracandabrante histoire hollywoodienne est autre, elle vise plusieur objectifs, tant politiques, que militaire. L’opinion aux USA est de plus en plus exaspérée par les F-22, qui n’ont à ce jour participé à aucun conflit du fait de défauts structurels de ce chasseurs bombardiers. A la base il était prévu 700-800 F-22, R. Gates a non seuleument stoppé le nombre à 180 -en réalité dans le meilleur des cas entre 20 et 30% des avions sont opérationnels-, mais chose trés rare depuis le F-105, il avait fermé de façon définitive les usines de fabrication. Rendant difficile un upgrade de cet avion. Ce qui en dit long sur les possibilités réelles du Raptor.
      Il est aussi de montrer aux US que le F-22 sert au moins à quelque chose, et de dire aux alliés de plus en plus circonspects que l’Amérique est encore « invincible ». Cependant personne n’est dupe.

      Aimé par 2 people

      1. Merci @foxhound Très bonne analyse effectivement la technique furtive n’est pas efficace contre les radars utilisant VHF. Cela a été effectivement découvert au début des années 1960 par les Soviétiques et a été la principale raison pour lesquelle les Soviétiques ne l’en jamais développé . Ironie du sort, les détails techniques de cette étude ont été publiés Il a fallu attendre les années 1980 que les États-Unis traduisent les documents et réalisait le problème.
        Les différents radars branchés au lanceur S-400 peuvent détecter un F-22 à une distance de 45 km, un B-2A à une distance de 60 km. Aucun de ces appareils n’a la capacité de prendre la batterie S-400 SAM avant que lui-même soit ciblé. Le F-35 d’autre part peut lancer divers Anti-Radiation Missiles qui pourraient se verrouiller sur les radars de la batterie S-400 et de les mettre hors-service. L’appareil lui-même est détectable à des distances entre 45-60 km.
        Les tactiques de nos jours sont de saturer les batteries S-400 avec des Anti-Radiation Missiles les forçant soit à éteindre leurs radars au risque de les perdre. Cela permettrait à d’autres aéronefs de venir les détruire.

        Aimé par 2 people

      2. « L’objectif de cette abracandabrante histoire hollywoodienne est autre, elle vise plusieur objectifs, tant politiques, que militaire. L’opinion aux USA est de plus en plus exaspérée par les F-22, qui n’ont à ce jour participé à aucun conflit »

        cela touche aussi le complexe militaro-industriel yankee qui ne fait que cumuler les échecs

        « Échecs dans la fusion de données obtenues par différents capteurs, vulnérabilité à la foudre, souci sur les commandes de vol, soute à munitions qui s’échauffe à grande vitesse… On ne compte plus les problèmes techniques rencontrés lors du développement du Joint Strike Fighter, c’est à dire l’avion de combat dit de 5e génération F-35 Lightning II, lancé en 2001 et conduit par Lockheed-Martin. Et les rapports se suivent et se ressemblent.

        Le dernier en date, rédigé par le le bureau des tests opérationnels et de l’évaluation (DOT&E) du Pentagone, a même mis en doute l’aptitude de cet appareil, qui se décline en trois versions(classique, navale et STOVL) à être pleinement opérationnel dans les délais prévus. Qui plus est, ces problèmes de mise au point, causés par la complexité de cet avion, s’accompagnent d’une hausse vertigineuse des coûts.

        Et on a l’impression que chaque problème réglé en provoque un autre ailleurs. Tel est le cas du radar à antenne active AN/APG-81 du F-35, fourni par Northrop Grumman : son fonctionnement est perturbé par un « bug » du système d’exploitation de l’appareil, un logiciel qui compte plus de 8 millions de lignes de code.

        Le problème est apparu avec la version 3i de ce programme, censée donner au F-35 près de 90% de ses capacités opérationnelles. Ainsi, le radar se bloque et le pilote est obligé de l’éteindre et de rallumer pour qu’il puisse à nouveau fonctionner correctement.

        Pour autant, Lockheed-Martin, qui a dit avoir identifié la cause du bug, doit livrer des correctifs dans le courant de ce mois, ce qui permettrait à l’US Air Force de déclarer la capacité opérationnelle initiale de ses F-35 à l’été.

        « Certains systèmes comme le contrôle radar sont fondamentalement pires que la version antérieure, ce qui n’est pas un bon signe », a commenté Keith Joiner, ex-responsable de l’évalution du F-35 en Australie, rapporte The Guardian. « La prochaine version du logiciel ne sera pas disponible avant 2020. Donc, il n’y aura rien d’autre que la correction de bugs dans le logiciel actuel d’ici là », a-t-il relevé.

        Mais Keith Joiner est très critique sur la façon dont est mené, en Australie, le développement du F-35. En janvier, dans un document adressé au Parlement australien, il avait regretté l’accord donné à Canberra pour la mise en production des appareils destinés à la Royal Australian Air Force (RAAF) alors que la mise au point de cet avion n’est pas encore terminée.

        « Cessez d’être naïfs : ce n’est pas parce que quelque chose devrait fonctionner que cela va fonctionner », avait-il lancé aux parlementaires, avant de plaider pour une plus grande implication de son pays dans le développement du F-35. »

        http://www.opex360.com/2016/03/13/maintenant-cest-le-radar-du-f-35-qui-pose-probleme/#qpHUyR8teZGpqzAo.99

        Aimé par 2 people

    2. Cette histoire d’interception de Captain America m’a l’air cheloup.
      Ici le point d’échaufement d’un avion.

      En l’état des technologies actuelles, il est impossible d’y remedier. L’échaufement du à la friction dans l’air rend l’avion facilement detectable sur des dizaines de km.
      Pour detecter un avion prétendument furtif, il n’y a même pas besoin d’allumer le radar, et pire….

      l’avion en question ne sait même pas qu’il est reperé.
      Etant donné le prix dérisoire des capteurs IRST, ils peuvent facilement equiper même des vieux avions comme le Mig-21

      Cette histoire me semble cheloup… Le F-22 n’ayant pas du tout été conçu pour intercepter des avions d’aussi prés. Surtout qu’ils ont toute une panoplie de F-16, F-15 en Jordanie, et de EF-18 sur les porte avions.

      C’est pour ça que cette aventure romanesque de « Captain America » racontée en plus sur USA Today ne tient pas la route une seconde..

      Aimé par 2 people

  2. J’avais bien senti l’arnaque, quand j’ai vu que les Turcs ont repris en 24 heure une ville tenue par daech, et dire que certains ont pensé qu’il allait se rapprocher des Russes.
    Pour moi les Turcs ont toujours été le cancer de l’islam.

    Aimé par 2 people

    1. « Pour moi les Turcs ont toujours été le cancer de l’islam. »
      Il n’y a jamais eu une question de religion dans cette histoire. C’est uniquement les interets qui prévallent. La religion a été utilisée pour servir les trés riches, et eliminer le sous proletariat. A mon avis si je devais faire un classement, une hierarchie dans la responsabilité, je placerai l’Arabie Séoudite au sommet, et le haut du sommet c’est leur ordure de clergé. C’est eux qui ont endoctrinent, et qui payent. Le prince Bandar s’était engagé à ce qu’une fois Assad renversé, et le Hezbollah éliminé, il ne resterait plus un seul takfiriste vivant. Autrement dit le clergé séoudien va débaucher tous les damnés de la terre qui peuplent les banlieue de Karachi, du Caire, de Tunis, d’Alger, etc…pour leur promettre le paradis de l’au delà, mais surtout pas ici bas. Parce que le paradis ici bas est réservé pour l’oligarchie mondialiste et tous ses courtisants, en premier lieu duquel les clergés. Donc une fois l’objectif atteint on élimine tout ce qui est genant.
      C’est une gigantesque guerre civile musulmanne attisé par un clergé mafieux. C’est la raison pour laquelle j’ai la certitude que les pires ordures sont à Ryadh. Aprés, il faut chercher les explications ailleurs, et comme vous dites, je ne cesse de bondir contre la mafia qui règne à Moscou dans le seul but de sauvegarder les interets de l’oligarchie russe, au détriment du peuple russe. Une chose est certaine si la Russie avait livré le materiel de guerre à la Syrie, et l’Iran à temps on en serait pas là aujourd’hui.
      Donc la religion vous oubliez, c’est un probleme politique, l’interet des plus riches qui prime. Ils utilisent les arguments le s plus monstrueux pour uliser et se débarasser des plus pauvres.

      Aimé par 1 personne

      1. Malheureusement ont ne peu pas oublier le coté religieux, cela reste la base pour le bas de l’échelle même si ceux d’en haut n’en ont que faire de la religion.
        Pourquoi un sunnite veux tuer un chiite ou vice versa, c’est bien parce qu’il y a eu un endoctrinement des dirigeants musulman d’hier et d’aujourd’hui.
        De nos jour c’est le wahhabisme qui prime mais l’empire ottomans n’est pas innocent de ce qu’est devenu l’islam d’aujourd’hui.

        Aimé par 2 people

  3. @Ramos

    « Pour info : aide annuelle allouée par les EU à l’Etat Hébreu : entre 2 et 3 Mds qui dit mieux. »
    Je dirais mieux, et même beaucoup mieux. Entre les aides indirectes, ce qui est caché, et le fait est qu’Israèl est une base US, de plus économiquement depuis sa création presque toujours en déficit. Les aides annuels devraient être au minimum le décuple. C’est un pays en faillite, et qu’il l’a toujours été. C’est les Etats Unis qui soutiennent Israèl.

    « Budget annuel Défense FR : 66 Mds de dollars soit 3% du PIB
    Budget annuel Défense US : 600 Mds de dollars soit 3,5% du PIB
     »
    Faut pas voir les choses ainsi. Le budget réel de la défense des Etats Unis, à mon avis personne le le connait, personne ne peut l’évaluer, parce que personne n’a envie d’essayer de savoir. Sauf les peitits citoyens qui connaissent rien à rien, en invoquant trés naivement leur amendements. Amendements sur lequesls la classe dirigeante s’asseoit dessus.
    C’était officiel et en 2001, alors imaginez l’ampleur aujourd’hui.

    C’est vous dire si le jeu « démocratique » US n’est pas une farce. Par ailleurs la Russie, c’est différent en ce sens qu’un Iphone vendu Chicago n’a pas la même valeur que l’Iphone vendu à Vladikavkaz. Les composants sont beaucoup moins chers. D’autre part, le fait est que l’etat russe est derrière ses programmes revient infiniment moins cher. La seule chose qui compte c’est le fait que pour l’instant les américains surclassent les russes uniquement par rapport au nombre d’avions de combat, et bien sûr de vaisseaux de guerre. Qualitativement les avions de combat russes sont égaux au minimum, et dans la plupart des cas supérieur.

    « Les US disposant pour l’instant, de la 1ère monnaie de réserve, ajuster leur budget militaire à la hausse leur est beaucoup plus facile. »
    En effet, mais ça ne va pas s’eterniser cette histoire.

    « LA Fédération de Russie ne peut pas prendre le risque de déclencher une guerre directe avec la Turquie (certaines puissances étrangères ne demandent que cela). »

    Mais comme je l’ai dit dans le comment précédent, à ce que je sache, personne n’a demandé à la Russie une telle chose. Bien au contraire. Ce jeu de gros bras agace. Juste vendre les armes qu’il faut au moment où il faut. Une chose est certaine cette duplicité des dirigeants russes se retournera contre eux un moment où un autre.

    @Roc

    « a tergiversé constamment les russes pourraient s’en mordre les doigts »
    J’en attends pas moins des dirigeants russes tous issus de deux coups d’états. C’est le gouvernement de la mafia, de l’Oligarchie moscovite qui a ses gros interets avec les Etats Unis.

    Aimé par 3 people

    1. J’ai oublié de dire que le budget russe est largement plus important que le seul montant prononcé en $ qui ne veut absolument rien dire. Ces evaluations sont faites par des scribouillards en cols blancs sortis d’écoles de commerce, de cabinets d’avocat, quand c’est pas de psychologie. Ca ne veut rien dire. La défense de la patrie n’est pas quelque chose qui se fait en échange de l’argent.
      La Russie a gardé la conscription obligatoire. Donc d’énormes économies pour l’Etat. Alors qu’aux Etats Unis tout se paye, tout est affaire de « contractors » de plus en plus voraces et avides! Rien que la dépense pour la restauration aux US doit demander un chiffre astronomique. En Russie, l’armée est une affaire d’honneur, et donc de patriotisme. Un plat de faillots, un morceau de jaret de porc, un petit vin doux, quand c’est pas de l’eau, et le tout est réglé. Le soldat est aussi efficace -et c’est mieux ainsi- que son homologue US qui vient de consommer du Homard, du champagne, voir du caviar.
      La Chine a aussi conservé la conscription obligatoire. Je pense que dans la pratique le budget chinois n’est pas loin d’être équivalent à celui des américains. Le budget russe s’en approche, pour pas dire presque égal.

      Aimé par 2 people

  4. Le traitement des infos par les journalistes MSM est de plus en plus hallucinant.
    En lien avec cet article : http://www.romandie.com/news/Des-Kurdes-tirent-des-roquettes-sur-des-chars-turcs-en-Syrie–un-soldat-tue-trois-_RP/731816.rom

    Rien qu’en lisant le titre de la dépêche, le citoyen moyen aura certainement une pensée du genre : « La vache ! Mais ils se défendent ces cons-là ! » (je rassure tout le monde, je n’ai rien contre les Kurdes)…
    C’est vrai quoi, ils pourraient se rendre bien gentiment au lieu d’opposer une résistance inutile et coûteuse en vie humaine.

    Et voici une autre info concernant Mme Clinton : http://www.romandie.com/news/Clinton-a-rencontre-les-services-de-renseignement-americains/731803.rom

    Là par contre, lorsque je lis ceci il me vient cette pensée profonde : « Ben quoi ! Elle ne les connais pas depuis le temps, les services de renseignement US ??? »

    Bref, je me demande si l’avenir du journalisme n’est pas simplement de trouver des titres racoleurs pour des articles totalement creux ou qui défoncent des portes ouvertes…
    J’ai peut-être mes chances dans le journalisme moderne… D’ailleurs j’attends avec impatience le lancement de l’Iphone7 histoire de voir ce qui va sortir du cerveau embrumé de nos inénarrables scribouillards sponsorisés. Certainement un truc du genre : « Le monde est sauvé ! »

    Aimé par 2 people

    1. « Bref, je me demande si l’avenir du journalisme n’est pas … qui défoncent des portes ouvertes… »
      Au fait, ça a changé depuis ?

      « J’ai peut-être mes chances dans le journalisme moderne…  »

      Trés certainement. Alors pour un succés garanti de chez garanti:
      1- Dire du mal, rien que du mal, et que du mal de l’Islam et des musulmans. Bien sûr sans trop toucher qui vous savez…
      2- Dire du bien, rien que du bien, et que du bien, d’Israèl, et de Netanyahu
      3- Accessoirement degueuler de temps à autres, sur les curés, et les bofs.

      Avec tout ça, un succés total vous est garanti. On ne sait par quel miracle! Si si ça existe, ça existe, votre blog connait une affluence record. Et tous les Youtubeurs, et autres Fessebookeurs on ne sait comment vous connaitront tous.
      Ma fois, si vous voulez être célèbre! Riche ch’sais pas! Mais celèbre c’est sûr, au moins le quart d’heure de célébrité. Ca flatte l’égo, c’est déja ça!

      Aimé par 2 people

      1. La politesse, la bienséance et une éducation assez stricte m’empêche de dire ici ce que je pense des youtubeurs et des fessbookeurs…

        Je pense que le fait qu’ils ne me connaissent pas est une forme de quart d’heure de gloire. 🙂

        les seules fois où je mets les pieds sur YT c’est uniquement pour écouter de la musique.

        Aimé par 3 people

        1. « Je pense que le fait qu’ils ne me connaissent pas est une forme de quart d’heure de gloire. »
          En voilà un qui sait apprecier les bonnes choses! 😀 Sauf que votre ego n’est pas flatté!

          « les seules fois où je mets les pieds sur YT c’est uniquement pour écouter de la musique. »

          Sérieusement sur Youtube il y a pas mal de trés bonnes choses, même si faut pas rever ça va pas durer. Il parle de le rendre payant, histoire de censurer mais de façon subtile. Je dirai tant mieux! D’autres serveurs indiens, brésiliens, russes, chinois, et peut être iraniens vont voir le jour.

          Aimé par 1 personne

    1. la Turquie vient à la rescousse des organisations terroristes en établissant une tête de pont ?
      au profit de qui ?
      de la Turquie certes,de ses troupes auxiliaires ( daesh) mais encore? des usa ?
      a tergiversé constamment les russes pourraient s’en mordre les doigts !

      Aimé par 2 people

      1. LA Fédération de Russie ne peut pas prendre le risque de déclencher une guerre directe avec la Turquie (certaines puissances étrangères ne demandent que cela).

        Donc, ce n’est que mon avis, mais on laisse le pantin s’agiter, « faire joujou » et en même temps abattre ses cartes.

        Après si l’armée Turque a pour mission d’envahir les 3/4 de la Syrie, c’est une toute autre affaire. Il faudra engager beaucoup plus de moyens que quelques dizaines de chars.

        Aimé par 3 people

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s