L’enfer à Fallouja

Les 9e et 15e divisions de l’armée irakienne, soutenues par les forces de la mobilisation populaire, diverses milices tribales, des unités de volontaires, des avions de la coalition menée par Washington et des forces spéciales iraniennes ont lancé une très grande offensive militaire afin de libérer les provinces de Ninive et d’Al-Anbar de Daech (organisation de l’Etat Islamique d’Irak et du Levant) mais se heurtent à une résistance acharnée à Fallouja où des tribus sunnites  locales ayant tenu tête non sans succès aux corps expéditionnaires des Marines US refusent l’idée même d’une intrusion chiite.

On croyait cette époque révolue mais force est de constater qu’en 2016, malgré une solide préparation du terrain par l’artillerie et l’aviation,  plus de 390 soldats irakiens ont perdu la vie en quelques heures de combat à l’entrée Sud de Fallouja. 

Les forces gouvernementales ont réussi à entrer dans les faubourgs sud de la ville et assez curieusement ce ne sont pas les combattants de Daech qui sont en train de se battre mais d’autres miliciens n’ayant rien à voir avec le mouvement terroriste.

En ce moment même, les unités spéciales de l’armée irakienne se heurtent à une très violente guérilla urbaine dans une sorte de bidonvilles-labyrinthes en parpaing où il est impossible de se positionner ou d’avoir le moindre point de repère. En un mot l’enfer.
En réalité ce dernier n’est jamais loin.

Publicités

18 commentaires

  1. Les chefs de factions chiites on fait des déclarations hostiles au sunnite qualifiant les habitants de falouja de mécréant qu’il faut exterminer plusieurs tribus sunnite se sont alliés pour tenir la ville le pouvoir central ou du moins ce qui’il en reste semble paralysé le plus étonnant la coordination entre les usa et l’Iran dans ce dossier

    Aimé par 2 people

  2. En 2004, malgré un blocus, des bombardements intensifs et un rapport de force, tant en moyens qu’en effectifs, les forces américaines avaient connu de grosses difficultés pour reprendre la ville.

    Qu’en est-il aujourd’hui ? On sait finalement bien peu de choses sur ce qui se passe réellement là-bas. On peut toutefois partir du principe que les officiels irakiens voudront éviter un carnage qui serait à terme plus qu’improductif.

    Aimé par 1 personne

  3. Il est curieux que l’on s’obstine à ne voir que les raclures de Daech là où il y a des gens qui veulent seulement être maîtres chez eux.

    Aimé par 2 people

    1. J’aurais pu être d’accord avec vous (moyennant quelques réserves) s’il s’était agit d’une autre ville que Falloujah.
      Dans le cas présent il y a quand même de nombreuses indications qui me poussent à croire que Falloujah est le berceau de Daech.

      C’est en fait votre réflexion que je trouve curieuse.

      Aimé par 3 people

      1. J’aime ce genre de débat. La situation est fort complexe. D’un côté les puissants chefs des tribus sunnites de la région se sont alliés à Daech par simple esprit revenchard à l’égard du pouvoir central; d’un autre côté, beaucoup d’anciens militaires les ont rejoint mais découvrent qu’il est plus profitable de créer son propre groupe armé avec ou sans franchise…
        A Fallouja, on estime à 2500 le nombre de combattants de Daech. En Irak, le débat est fort vif et d’une extrême virulence. On compte plus les bagarres sur les plateaux tv et c’est à cause de Fallouja que le gouvernement irakien à cessé de fonctionner.

        Tout dépendra des tribus locales et de la capacité ou non du gouvernement irakien à ne pas s’enliser dans une guerre interconfessionnelle dont les conséquences seront une sécession d’une grande partie du pays.

        Aimé par 2 people

      2. « En 2004, malgré un blocus, des bombardements intensifs et un rapport de force, tant en moyens qu’en effectifs, les forces américaines avaient connu de grosses difficultés pour reprendre la ville. »
        Les américains avaient mis pret 8 mois au moins à reprendre la ville. Pour y arriver, ils avaient encerclé Falloudjah, et l’ont pilloné avec des obusiers, ainsi qu’un bombardement aerien d’une intenisté rarement vue dans l’histoire. Guernica à coté c’était de la pétarade. Une fois dans la ville les américains ont rapidement découvert que les insurgés tant recherchés avaient pris la poudre la poudre d’escampette, via le réseau trés complexe des tunnels. La plupart des victimes étaient civiles. Falloudjah allait annoncer le début de l’expulsion des américains du Moyen Orient. Et depuis, les occidentaux ne font que prendre revers sur revers.

        Pour en revenir à ce que vous aviez dit Diablo, comme l’affirme Strategika, le problème à Falloudjah est beaucoup plus complexe qu’on le croit.

        Aimé par 4 people

        1. Ce qui est vraiment complexe à mon sens, c’est que la situation résiste aux grilles d’analyses des occidentaux.

          Aimé par 2 people

      3. Etat Islamique a pour ancêtre l’Armée Islamique en Irak (AII) qui s’était fait connaître dans les médias occidentaux par l’enlèvement de deux journalistes français.
        Cette organisation était dirigée par des généraux irakiens baasistes assités par un imam syrien qui semblait y tenir un rôle important. Après des opérations dures contre l’occupant US, AII présente des candidats aux législatives de novembre 2005 et rentre au parlement. AII négocie alors avec le ministre de la défense Abd el Kader el ObaÏdi la rémunération des milices du triangle sunnite (Petraeus s’attribue les mérites de l’opération). Ensuite, après une longue série de réunions à Londres, il est décidé de relancer l’objectif de partition de l’!irak et de créer EI, ce qui fut fait et repose, sur le terrain, en Irak (la situation d’EI en Syrie est assez différente car les mercenaires y dominent) sur les milices locales et des unités de l’armée régulière ayant rejoint. Ce sont donc les habitants du lieu qui se battent (il y a peu de mercenaires) et tout a été fait par nos amis US pour radicaliser les haines religieuses. La partie chiiite en Irak est donc aussi tarée que la partie sunniite, Big Brother y a veillé.
        En outre, dans un pays qui a connu jusqu’à 500 attaques et attentats par jours au plus fort de la tourmente entre mi 2004 et mi 2006, et où le nec plus ultra était de faire exploser les écoles maternelles, l’arrivée d’EI est paradoxalement perçue sur le terrain, par les sunnites, qui sont la plus grande partie de la population, aussi incroyable que cela puisse paraître, comme une certaine sécurité. Dans l’enfer qui a été offert aux Irakiens par l’ami US, EI ressemble pour certains à un purgatoire. C’est difficile à croire, mais…

        Aimé par 3 people

    1. Chacun se prenant pour son propre créateur, chacun pensant qu’il est venue au monde pour s’accaparer ce qu’il voit, sacrifiant la noble tache pour lequel nous sommes là: Apporter sa petite pierre à l’édifice, pour le temps qui nous ai impartit afin d’emmener notre espèces vers la lumière et non vers les ténèbres.
      Mais je suis confiant, il reste des justes. J’en rencontre.

      Aimé par 3 people

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s