Syrie: un conflit bloqué…

La capacité des groupes terroristes en Syrie à faire insérer des kamikazes au coeur des régions les plus loyales au gouvernement central (ce que les analystes pro-atlantistes nomment le « pays Alaouite ») relève plus de la guerre psychologique que d’une quelconque avancée tactique.

Après Tartous où des attentats kamikazes ont causé la mort de près de 150 personnes, un autre kamikaze à réussi à se faire exploser dans une mosquée de Lattaquié.

Ces coups d’éclats médiatiques préjudiciables au moral des forces gouvernementales syriennes,  ne doivent pas masquer un fait bien connu: le recours à des actes terroristes urbains par des armées mercenaires est plus un signe de désarroi et d’impuissance que la marque d’une quelconque supériorité.

Or ce qui caractérise le plus ce conflit est l’incapacité de l’ensemble des belligérants à achever une victoire décisive. D’où l’impossibilité d’une solution purement militaire telle que préconisée par les jusque-boutistes de tous bords.

Les forces armées syriennes et les forces auxiliaires tiennent fermement Damas, Homs, le littoral méditerranéen et une partie d’Alep mais ne parviennent ni à se débarrasser de milliers de groupes armés ni à récupérer ce que certains ont dénommée la « Syrie inutile » et les zones rurales et désertiques.

De l’autre côté, ni Ennosra ni Daech et encore moins les innombrables armées baptisées de noms issus d’un mauvais film islamique de série Z n’arrivent à achever une avancée décisive sur le terrain et ce malgré le soutien hystérique-le mot est faible, d’Ankara, de Ryad et de Tel-Aviv.
Cette incapacité à régler le conflit par des moyens militaires est devenue une évidence que les stratèges russes et US reconnaissent. Mais les « civils » prébendés par certains lobbies extrémistes à Washington persistent malgré tout à refuser cette réalité. « Attrition » est le maître mot. L’usure. En d’autres termes, ils cherchent à faire perdurer le conflit pour user les capacités de l’armée syrienne et de s’assurer par la même occasion la faillite de l’Etat-nation qu’elles défendent. Un vieil objectif prioritaire et constant de Tel-Aviv et de Ryad. C’est en cela que cette guerre s’inscrit dans le cadre d’un conflit plus ancien et plus général datant de plusieurs décennies. Une véritable guerre de Cent ans.

4 réflexions sur « Syrie: un conflit bloqué… »

  1. Une pensée particulière pour toute ces victimes venant mourir sur les rives d’un pays d’Europe.
    Ces morts n’auront pas été inutile, ils auront montré la véritable nature de l’Europe.
    Cette vérité aura eu un terrible prix.

    Aimé par 1 personne

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s