Erdogan en mode Sultan grâce à l’Union Européenne

Finalement, le trés controversé télé-prédicateur religieux Qatari d’origine égyptienne Al-Qaradhawi, surnommé le Mufti de l’Otan en raison de son rôle propagandiste dans ce que l’on a appelé le « printemps arabe » a fini par gratifier  le bouillant président turc Erdogan du titre qu’il convoitait tant: Sultan.

Erdogan en Sultan néo-ottoman? Pourquoi pas, du moment où ce dernier se plaît à raconter du fin fond d’un immense palais présidentiel (coût annoncé: 345 millions de dollars US!) qu’il non seulement réussi à dompter toute l’Europe mais que cette dernière a plus besoin de la Turquie que l’inverse. Et ceci est vrai si l’on considère les immenses concessions européennes à la Turquie afin de se prémunir des effets indésirables des campagnes de destabilisations de certains pays arabes labellisés « hostiles » au néolibralisme.

8787

En réalité, ce sont les élites européennes qui ont « fabriqué » Erdogan en ne lui refusant aucun désir. Pris de panique devant ce qu’il faut bien appeler « l’arme des réfugiés », les dirigeants européens s’en sont remis au président turc, intronisé en gardien des vannes, faisant de lui un authentique représentant du despotisme oriental revisité. Le potentat asiatique exerçait un pouvoir en contrôlant en amont des ressources hydriques. Erdogan contrôle, en échange d’une aide financière s’élevant à plusieurs milliards d’euros,  une partie d’ flux migratoire « encouragé » vers l’Europe. Cela rappelle quelques épisodes historiques relatifs au déclin et à la chute de l’empire Romain.

Le président turc ne compte pas se contenter des milliards de l’Europe. Un concept désormais mort et à demi-enterré près de Schengen. Il a annoncé en ricanant qu’il exigera la suppression de toute entrave à la circulation des ressortissants turcs vers les pays de l’Union Européenne. En d’autres termes une suppression des visas sinon…un petit déluge bien orienté selon un axe bien déterminé…

Gare à celle ou celui qui se moque du Sultan. Si les journalistes et les politiciens turcs ayant osé le moindre crime de  lèse-majesté sont déportés en masse ou interdits d’expression, toute personne se risquant à critiquer Erdogan en Europe n’échappe pas non plus aux foudres de celui qui se considère comme l’ultime descendant d’Attila le Hun. Il se targue d’ailleurs du soutien de l’Arabie Saoudite et d’Israël, les deux Etats les plus influents de la planète.

Tout cela démontre bien une réalité indéniable: personne en Europe ne peut s’opposer à un favori de l’empire. Tout le reste du bla-bla sur la démocratie, la représentativité politique, le rôle du religieux dans la sphère publique ou la souveraineté populaire n’est que caquetage de volaille en cage.

Publicités

9 commentaires

  1. Dominique Tuskane est le fils de Donald Tusk et Erdogan.
    Allez il est temps de mettre sa passoire sur la tête et de chanter la gloire des bons peuples qui permettent tout ça.
    Carences et militantisme sont, ma foi, incompatible.
    Bonne semaine à tous.

    Aimé par 1 personne

  2. j’ai et c’est srtctement personnel,l’impression que la Turquie va y perdre quelque chose dans cette histoire . je pense qu’il est prévus que la Turquie perde une partie de sa population et de son territoire : les kurdes et une grosse partie du sud est .
    bien sur cela doit se faire alors pendant que erdogan seras au pouvoir afin de permettre a la junte ou toute autre force de reprendre la main une fois que le sultan en auras été chassé !
    en tout cas tout a l’air de se mettre en place pour.

    Aimé par 1 personne

  3. Sans le soutien du belliqueux hégémon américain en déclin, la Turquie aurait certainement conservé un rôle bénéfique de « hub » régional et pu coopérer pacifiquement dans l’espace turcophone (Caucase, Asie Centrale) avec la Russie et la Chine, sans se focaliser pathologiquement sur la Syrie (Que s’est-il passé intimement entre Erdogan et el-Assad ???). La problématique kurde aurait peut-être aussi trouvé un dénouement avec la prospérité locale.
    P.ex., la question de la Crimée et la convoitise turque sur la Mer Noire n’a été rendue possible que par le coup d’Etat fomenté par Washington à Kiev. Certes, peut-être qu’Erdogan consomme un peu trop de pilules bleues, mais c’est l’empire anglo-sioniste qui mène le bal des criminels de guerre, tandis que la naïve Ankara croit saisir des opportunités pour renforcer sa puissance.

    J'aime

  4. Frontière de l’Europe et frontière de la Grèce.
    Frontière de l’Europe et frontière de l’Angleterre.
    L’Europe a des frontières.
    La Turquie? frontière en location-vente par l’Europe?
    Les frontières ont un statut changeant, une appellation changeante, au fil des besoins.
    Si cela ne suffit pas, des murs de billets de banque sont érigés.
    Diffusion d’émissions compassionnelles en retour de cette politique psychotique, l’affectif donné à la populace comme cache misère.
    Belle idéologie.
    La confiance n’est pas prête d’être regagnée.

    Aimé par 2 people

    1. J’ai apprécié à sa juste valeur la visite de Merkel aujourd’hui même. Visite d’un camp de réfugiés modèle, après avoir cédé aux pressions d’ « Erdowie, Erdowo, Erdogan » et autorisé des poursuites pénales contre l’humoriste allemand pas un mot sur la journaliste néerlandaise incarcérée j’ai surtout noté la super idée de réimposer une no-fly zone en Syrie le long de la frontière turque « pour le bien des réfugiés » ! Mais de qui se moque-t-on ? L’essentiel de la zone concernée se trouve encore aux mains de Daech et assimilés ! Sûr que les réfugiés y seront en sécurité…

      Un petit mot plus sérieux quand même: n’oublions pas trop vite Ahmet Davutoglu. Parce que c’est lui la tête pensante, Erdogan c’est seulement la vitrine.

      Aimé par 1 personne

      1. C’est Ahmet Davutoglu qui pense ?!?
        J’AI PEUR !!!

        Plus sérieusement, y’a Obama qui commence a avoir salement peur. On sent bien qu’il est en train de liquider les affaires courantes avant le changement de présidence.

        1- Il ne faut surtout pas que l’Angleterre sorte de l’UE (ce qui personnellement ne me dérange pas plus que ça, je ne suis pas riche, mais je serai encore plus heureux si en plus de sortir de l’Europe ils sortaient aussi du tournoi des six nations…), c’est devenu une sorte de leitmotiv pour lui. Gageons que les urnes à double fond feront une fois de plus leur travail – un peu comme le référendum sur Maastricht du temps de Mitterrand.

        2- Le TAFTA, vite ! Même si rien n’est près, ce n’est pas grave. Les parlementaires européens ont juste à signer en bas à droite de la feuille blanche, Washington imprimera le texte plus tard…

        3- L’OTAN, vaste sujet, car si le siège de ce grand machin se situe chez nos amis belges – petit palais à plus d’un milliard d’euro qui ferait passer celui du président turc pour une baraque à frites – les dirigeants et contributeurs financiers ne sont autres que les USA. Et là, le sieur Obama commence à en avoir un peu ras-le-bol de casquer. Il vient donc de rappeler à ses amis européens qu’ils se doivent (comme écrit dans le texte) de financer leurs propres défense à hauteur de 2% de leur PIB respectifs…

        http://www.romandie.com/news/Obama-appelle-lEurope-a-ne-pas-ceder-a-lautosatisfaction-en_RP/697808.rom

        Est-ce un chantage du genre « Si vous ne signez pas le TAFTA on laisse les russes vous envahir » ?
        Je ne suis pas certain que les ruines de l’UE intéressent le président russe, mais on ne sait jamais…
        Ou bien le budget US consacré à l’OTAN risque-t-il de fortement diminuer après les élections américaines ?

        Aimé par 3 people

        1. Bonjour, bien résumé. Tous les matins cette diaspora redécouvre le soleil.
          L’histoire ne leur apprend rien.
          L’Otan c’est comme les frontières, on sait que ça existe mais on sait plus à quoi ça sert.
          Tafta, Kafka? Les médias tournent en dérision les groupements sociaux qui luttent contre cet accord.
          Des instances de régulations vont être là pour gérer le respect de l’harmonie des normes.?! (égalité des normes américaines et européennes)
          Vu que nos normes sont supérieures et différentes de celles des usa dans beaucoup de domaines, nous sommes certains que les usa vont changer leurs normes pour s’aligner sur les notre. (Cette naïveté est rafraichissante)
          Ce marché bilatéral, obligera l’Europe à également s’aligner sur les normes américaines.
          Vous commencez à voir le tour de passe-passe? Autrement dit lorsque un « haut » et un « bas » décide de s’aligner c’est un « moyen » pour tous qui en sort.
          Les régulateurs, les instances de contrôle, on sait pas qui c’est.
          Le marché est intéressant pour les usa que si il peut nous refourguer toute sa camelote sans changer quoi que ce soit, il ne va pas se fourrer dans un marché qui va l’obliger à de ruineux changement de normes.
          Je reste poli souvent, mais là, on nous prend pour des gros cons.

          Aimé par 2 people

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s