La fin du désarmement

La thématique du désarmement aura vécu. Les spécialistes en la matière devront se recycler dans d’autres spécialités. Persister à nier les faits ne changera rien à la réalité. C’était une utopie à laquelle certains ont cru.

L’existence de divisions/départements/commissions/directions chargées du désarmement au sein des ministères des Affaires étrangères ou aux Nations Unies n’a pratiquement plus de raison d’être.

J’aborde incidemment le sujet de l’échec du désarmement nucléaire, biologique et chimique mais également celui des armes légères (Small Arms). C’est également l’échec de la non-prolifération.

En 2016, le Roi d’Arabie Saoudite s’est procuré des armes nucléaires à titre privé. Son allié turc, dont le pays est un membre à part entière de l’Otan (Alliance de l’Atlantique Nord), cherche activement à s’en doter sous prétexte de menace russe et, en attendant son ogive fait maison, il distribue des obus de mortier avec du gaz moutarde à des rebelles syriens et irakiens se revendiquant curieusement du Sultan Murat Ier. Et ils ne se privent nullement de s’en servir sur le champ de bataille.

Selon certaines estimations sérieuses, Israël  a multiplié par six son arsenal nucléaire depuis 1987. Une sous-estimation. Des pays comme le Royaume-Uni ont dépensé des sommes astronomiques dans la miniaturisation et la modernisation des ogives nucléaires. Malgré les divers instruments bilatéraux et multilatéraux en matière de limitation d’armement, les Etats-Unis et la Russie ont renforcé leurs arsenaux.

Tout le cirque fait autour du programme nucléaire iranien ou encore la comédie autour de la Corée du Nord ne sont que des simagrées politiques cachant d’autres desseins.

Désarmement dites-vous?

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

15 commentaires

  1. Le désarmement…
    Ben, pour ma part, la menace nucléaire se résume à vouloit jouer à la roulette russe, mais avec un automatique ayant une balle dans la chambre, le chargeur plein et le cran de sûreté enlevé (je vous laisse choisir votre modèle de prédilection).

    À partir de ce constat, vouloir réduire le nombre d’ogives revient au même que d’enlever quelques balles dans le chargeur. C’est plus léger, certes, mais tout aussi léthale…

    Aimé par 1 personne

        1. Ben, honnêtement, je savais pas que le Glock pouvait tirer en rafale… 😕
          J’ai vu ça dans des films et ça m’a toujours fait rire. J’ose pas imaginer la précision.

          Ceci dit un Glock n’est pas un mauvais choix mais pour se suicider il est nettement moins classe qu’un P38 !
          Dans le genre classique j’opterais pour un 1911A1.

          J'aime

        2. Vider un chargeur en un clin d’oeil au dessus de la cible (carrément au plafond) sauf si l’on dispose d’une crosse et encore…
          Pour le 1911A1 ça passe mais le bruit et le recul sont nettement plus accentués que ceux du P-38 ou est-ce une impression?
          Et dire que l’autre s’est suicidé avec un PPK (enfin d’après ce que l’on sait)…

          Aimé par 1 personne

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s