La fin des temps…

Selon des estimations fournies par les Nations Unies, un peu plus d’un million de vrais faux réfugiés venus des régions kurdes de Syrie et d’Irak, d’Afghanistan, d’Irak, de Syrie, d’Égypte, de Libye et de Turquie et d’ailleurs ont déferlé sur la forteresse Europe durant l’année 2015.

Il semble que ces chiffres soient sous-evalués puisque ces formidables flux migratoires provoqués ou encouragés (voire financés) par certains pays pour des raisons géopolitiques ne cessent de s’accroître.

Des pays comme l’Italie ou la Grèce ont depuis longtemps totalement baissé les bras face à un phénomène dépassant de loin leurs capacités.

C’est dans ce contexte qu’une partie de la droite française vient de briser le consensus du silence entretenu par l’ensemble des médias sur  l’Algérie, chasse gardée de la gauche de Hollande dont l’alliance fort étroite avec Alger est devenu une curiosité en matière de science politique (plus qu’un protectorat mais moins qu’une colonie selon l’expression d’un observateur averti).

Si les motivations de telles déclarations restent discutables puisqu’elles relèvent plus de luttes politiciennes internes que d’une réelle préoccupation, il  demeure que la situation en Afrique du Nord se rapproche de plus en plus du point de non retour.

L’Algérie représente un paradoxe. Disposant d’une puissance militaire lui permettant d’intervenir dans la région, elle manque cependant de leadership car personne ne sait qui dirige réellement ce pays dont l’économie fortement dépendante des hydrocarbures est en chute libre.

En 2010, soit à la veille de ce que l’on a pompeusement appelé « Printemps Arabe »,  le pays a enregistré près de 10 000 émeutes; en 2015, l’Algérie a connu plus de  14 000 émeutes plus ou moins maîtrisées. Cependant,  la poursuite d’une politique ultra-libérale sauvage et-il faut bien oser le dire- bien pire que celles des pires régimes coloniaux classiques, risque à tout moment d’aboutir à une catastrophe. Or une déstabilisation de ce plus grand pays d’Afrique provoquera à coup sûr le démantèlement définitif de L’Union européenne.

Diverses estimations estiment qu’entre 18 et 22 millions de réfugiés issus d’Algérie, de Libye, du Maroc et de Tunisie déferleront sur l’Europe en cas d’un effondrement étatique en Algérie.

Nous avons été parmi les premiers à avoir rapporté l’activité des forces spéciales de l’Otan en Libye. Les SAS britanniques n’ont jamais quitté ce pays depuis la chute du colonel Gaddafi. Ces derniers ont été rejoint par leurs homologues US et français mais également ceux d’autres pays voisins. Une intervention militaire en Libye par les mêmes pays ayant facilité le repli de Daech de Syrie et d’Irak aura des répercussions négatives sur l’Algérie et la Tunisie.

On a vu le résultat malheureux du pseudo « Printemps Arabe » dans les rues des grandes villes d’Europe. Qu’en sera t-il si jamais le Maghreb s’effondre à son tour? Mieux vaut ne pas y penser…

Publicités

10 commentaires

  1. L’Algérie est difficile à « comprendre » politiquement mais si on prend de la hauteur et que l’on regarde ce pays depuis les 20 dernières années on note des changements considérables digne de la chute de l’Union Soviétique…toues proportions gardées bien sûr 😉
    On peut remarquer 3 grandes phases pour faire court :
    1) la lutte contre le terrorisme des années 90 et la réhabilitation de l’Algérie sur la scène internationale (au dépens de la gestion et de la politique nationale),
    2) le travail de fond, lent et inexorable de démilitarisation du pouvoir politique effectué par Bouteflika (entre autres), ne parlait-on pas de junte en Algérie ? Je pense que l’histoire jugera de cette avancé majeure en Algérie comme un exploit social et politique qui s’est fait quasiment sans morts, sans coup d’état mais avec des remous bien sûr.
    3) La phase 2 n’est pas terminée mais je pense pour avoir un peu analyser les choses que la France et l’Algérie entretiennent de bons rapports car ils y sont forcés tous les deux. il se tiennent par la barbichette comme on dit lol, bon trêve de plaisanterie. Hollande à besoin de cette bonne relation pour garder une porte généreusement ouverte sur l’Afrique y compris et surtout subsaharienne lui qui est définitivement mort dans les sondages, cela lui donne une certaine ouverture économique que Sarko le nain n’avait pas(tout le monde sait ce qu’il a dû faire pour spolier la Côte d’Ivoire).
    De l’autre côté en Algérie, on a un pouvoir politique qui s’est affaiblit car les mutations de gradés de l’armée en cascade n’ont pas fait que des heureux du côté militaire, la crise économique qui arrive n’arrange rien et l’appui de la France donne une sorte de caution internationale à l’Algérie. Je suis un souverainiste convaincu mais qu’on le veuille ou non, tous les grands pays africains ont toujours eu besoin (pour l’instant et j’espère que cela changera) d’un « parrainage » politique occidental, qu’il soit d’un seul ou plusieurs pays à la fois.
    C’est du donnant donnant, donc rien de nouveau sous le soleil…

    Aimé par 1 personne

    1. Ne vous inquiétez pas pour le « parrainage » occidental. Ce qui est vrai en Afrique l’est aussi en Europe où nous sommes tous « parrainés » par les EU qui sont eux-mêmes « parrainés par Wall street.
      Donc tout va bien dans le meilleur des mondes.

      J'aime

  2. L’Algérie est aussi en pleine transition politique: un Bouteflika succède à l’autre ! Les nombreux remaniements militaro-politiques se font dans une relative obscurité et les écartés d’aujourd’hui sont les ennemis de demain.

    Aux tensions croissantes de la société algérienne, que ce soit dans les cercles du pouvoir ou dans la rue doivent s’ajouter la chute vertigineuse de la rente gazière et la fuite des cerveaux (1).

    La déstabilisation des pays voisins, principalement le Mali et la Libye, et la porosité des frontières n’arrange rien.

    Il semble que le point faible de la politique de Hollande soit de miser sans autre perspective sur un statu quo que les événements rendent précaire.
    Cela revient à croiser les doigts et regarder ailleurs.

    Quoiqu’il arrive l’UE semble condamnée à terme. Si le coup fatal ne vient pas d’Algérie il viendra sans doute d’Ukraine.

    La gestion des dernières crises montre bien qu’il n’y a pas eu de vision politique claire à long terme mais bien toute une série de bricolages décidés dans l’urgence. L’absence d’anticipation géostratégique des dirigeants européens se paiera tôt ou tard. Et tout indique que ce sera plutôt tôt que tard.

    (1) http://www.elwatan.com/hebdo/etudiant/la-fuite-des-cerveaux-algeriens-est-un-bon-placement-a-recouvrer-17-02-2016-314586_264.php

    Aimé par 2 people

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s