Bio-Alerte du mois de février 2016

Global: le virus Zika, devenu une menace sanitaire mondiale à la suite d’une manipulation génétique conduite par la firme britannique Oxitech visant à stériliser, en utilisant de la tetracycline, les individus mâles d’une variété de moustiques (Aedes Aegyptis), vecteurs de la fièvre jaune et de la dengue, conduite depuis au moins 2012 au Brésil, en Malaisie et au Kenya.

Selon des rapports de presse, la firme n’aurait procédé à ces expérimentations que depuis le milieu de l’année 2015 et uniquement au Nord – Est du Brésil mais il semble que l’histoire réelle soit un peu plus complexe.

En réalité il semble que l’intérêt croissant de certains fonds d’investissement pour la lutte contre la malaria et la dengue, un créneau fort lucratif, commence à produire des effets de plus en plus indésirables pour la santé des populations.

La version narrative concernant cette nouvelle « pandémie » que les médias participent à « construire »est un flagrant mensonge. Aucune référence n’est faite à Bill Gates ou à Nimrodi et leur OPA sur les petites firmes spécialisées en génie génétique et encore moins sur les efforts du gouvernement britannique en matière de guerre biologique utilisant des vecteurs à induction « naturelle ».

Pourtant, Oxitech a  bien été partiellement  racheté par un groupe appartenant à Nimrodi. Ce dernier est connu d’avoir participé au vaste et trés riche programme d’armements biologiques des forces de défense d’Israël (IDF) avant qu’il ne devienne un entrepreneur très prospère dans les domaines liées à l’ingénierie génétique et l’industrie pharmaceutique. 

Precision: Zika n’a officiellement aucun traitement…

Régional: une nouvelle variante particulièrement meurtrière  du virus H1N1 est apparue en Libye et s’est propagée en Algérie et en Tunisie.

En Algérie, le gouvernement a démenti l’apparition d’un virus de type inconnu après que la presse ait rapporté la mort d’une dizaine de personnes à l’est du pays en l’imputant à une « simple grippe saisonnière ».

En Libye et notamment en Tripolitaine, des réseaux de médecins ont rapporté un nombre anormalement élevé de décès liés à des symptômes grippaux evalué a près d’un millier de victimes en moins de 21 jours mais la guerre sévissant dans ce pays a fait passer sous silence ce qui s’y passe réellement.

Certaines sources évoquent un virus importé de Turquie, l’un des rares pays entretenant des liaisons aériennes régulières avec la Libye (pour le transport de combattants et d’armes  vers la Syrie à une certaine période) mais en l’absence d’éléments probants difficiles a obtenir dans ce cas de figure, cela demeure une thèse.

Pour le moment, Alger et Tunis continuent d’ignorer les cas décelés ou rapportés.

Publicités

10 commentaires

  1. Juste une petite réflexion perso: les images venant du Brésil et d’ailleurs pour combattre le moustique montrent toutes des équipes d’ouvriers habillés de combinaisons étanches vaporisant de l’insecticide partout où cela est possible. L’intérieur des maisons est ainsi traité jusque dans les chambres à coucher.
    Cette méthode porte en elle tous les ingrédients d’une nouvelle catastrophe sanitaire: comment vont réagir les vieux, les enfants, les bébés et les femmes enceintes à ces hautes doses de produits ?
    Il y a pourtant eu des précédents, comme en Inde, où le recours massif aux insecticides a généré une cohorte de problèmes sanitaires. A commencer par celle de moustiques rendus plus résistants par ce traitement et que plus rien ne tue.

    Aimé par 1 personne

  2. Strategika51 is right, as always. 🙂

    « First of all, and ominously, the GE mosquitoes were released in the same area of Brazil (Juazeiro) where now most of the birth defects are being reported. This is called a clue. But who is deeply investigating it? No one in official circles.

    « The company releasing the GE mosquitoes, Oxitec, has grants for their experiments from Bill Gates—never a good sign.

    Oxitec is owned by Intrexon, which is owned by billionaire Randal J Kirk.

    « Intrexon employs the famous Dr. Sam Broder as its Senior Vice-President, Health Sector. For six years, Broder was the Director of the US National Cancer Institute. He was instrumental in bringing the AIDS drug, AZT, to market. This previously failed chemotherapy drug was taken off the shelf and subjected to a scandal-ridden clinical trial, which resulted in FDA approval. AZT is extremely toxic. It prevents human cells from replicating. It suppresses the immune system—the very system AIDS is supposed to be attacking. Other than that, no problem.

    On November 28, 2011, Intrexon Chairman Randal Kirk welcomed two new executives to the company’s board of directors: Robert B. Shapiro and Jeffrey B. Kindler. Shapiro was the former CEO of Monsanto and NutraSweet (aspartame). Kindler was the former CEO of drug giant Pfizer and Executive VP and General Counsel of McDonald’s. If those boys don’t inspire trust, who could? Cancer-causing Roundup, brain-attacking aspartame, Bextra ($2.3 billion fine paid out), and check-your-colon-at-the-door Big Macs. If they release a genetically-engineered mosquito, you know it’s safe—and delicious, too.

    « Is it? In her excellent Activist Post article (1/28), “Zika Outbreak Epicenter…”, Claire Bernish probes deeper into the “science.” She uncovers a little-known antibiotic connection and rips a gaping hole in the bland assurance that all is well. I strongly recommend reading her piece. I’ll cobble together an excerpt:

    “Those genetically-modified mosquitoes work to control wild, potentially disease-carrying populations in a very specific manner. Only the male [GE] modified Aedes mosquitoes are supposed to be released into the wild — as they will mate with their unaltered female counterparts. Once offspring are produced, the [GE] modified, scientific facet is supposed to ‘kick in’ and kill that larvae before it reaches breeding age — if tetracycline [antibiotic] is not present during [the larvae’s] development. But there is a problem.” (emphasis added)

    “According to an unclassified document from the Trade and Agriculture Directorate Committee for Agriculture dated February 2015, Brazil is the third largest in ‘global antimicrobial consumption in food animal production’ — meaning, Brazil is third in the world for its use of tetracycline [antibiotics] in its food animals. As a study by the American Society of Agronomy, et. al., explained, ‘It is estimated that approximately 75% of antibiotics are not absorbed by animals and are excreted in waste.’ One of the antibiotics (or antimicrobials) specifically named in that report for its environmental persistence is tetracycline.”

    “In fact, as a confidential internal Oxitec document divulged in 2012, that survival rate [of offspring] could be as high as 15% — even with low levels of tetracycline present. ‘Even small amounts of tetracycline can repress’ the engineered lethality. Indeed, that 15% survival rate was described by Oxitec…”

    The bottom line? The excreted tetracycline-laden waste of farm animals makes it way to the mosquito breeding grounds. The GE male mosquito mates with the female, and far more offspring survive than were planned — because the offspring, in their larvae stage, are feeding on tetracycline-tainted food and water. What qualities do these survivors carry? They are the children of a natural insect and a GE insect. They bite humans. They are unknowns. In the history of the planet, they’ve never existed before. Of course, we’re told there is no problem. We’re told that scientists have everything under control. If you buy that on face value, I have condos for sale on Jupiter.

    « Oh, and by the way, researchers are now “rushing” to develop a vaccine for Zika. You know, Zika, the virus that doesn’t cause anything. »
    https://jonrappoport.wordpress.com/2016/01/30/zika-genetically-engineered-mosquitoes-causing-smaller-heads/

    Interexon Chairman Randal J. Kirk is also a ZIOPHARM Oncology (Nasdaq: ZIOP) Board member.

    Aimé par 3 people

  3. Zika: bataille de chiffres et courants médiatiques.

    Il est aujourd’hui difficile de se faire une idée précise de la « menace Zika ». Menace qui gagnera tôt ou tard l’Europe et le reste du monde par les vecteurs maintenant traditionnels de la mondialisation que sont les avions et bateaux.
    Faut-il s’inquiéter pour autant ? Oui et non. Ou plutôt, ce n’est sans doute pas du zika qu’il faut se méfier. Le danger est ailleurs.

    Selon les derniers chiffres communiqués aujourd’hui par les autorités brésiliennes « il pourrait (je cite) y avoir 4.000 cas de zika en 2016″. Tout impressionnant qu’il soit ce chiffre ramené à une population estimée à un peu plus de 200 millions d’habitants semble dérisoire. De plus le zika est auto-immunisant, on ne l’attrape qu’une seule fois et la présence naturelle d’anticorps laisse présager de la mise au point rapide d’un remède et/ou d’un vaccin.

    Tout aussi conditionnelle est l’attribution au virus aux cas de microcéphalie. Il n’y a aucun lien établi à ce jour. L’OMS lui-même le reconnait.
    D’autres causes sont évoquées, et parmi elles celle de certains insecticides et pesticides liés aux cultures OGM.

    Quoiqu’il en soit toute cette affaire reste liée au petit monde des biotechs et leurs manipulations sulfureuses.
    C’est sans doute de ces labos qu’au nom du progrès que sortiront les menaces de demain.
    Attention toutefois à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

    Aimé par 2 people

Vos Réactions (Vous êtes totalement libres de vous exprimer mais les attaques ad hominem sont proscrites)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s